LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La porte du changement ne peut s’ouvrir que de l’intérieur. Chacun en détient la clé” Jacques Salomé

Dossier dit « appel à incendier le Palais du Mogho Naaba » : Le procès en appel et le verdict des demandes de mise en liberté provisoire renvoyés au 5 juillet 2024

Publié le dimanche 23 juin 2024 à 22h15min

PARTAGER :                          
Dossier dit « appel à incendier le Palais du Mogho Naaba » : Le procès en appel et le verdict des demandes de mise en liberté provisoire renvoyés au 5 juillet 2024

Le verdict dans l’affaire dite « appel à incendier le Palais du Mogho Naaba », rendu le vendredi, 7 juillet 2023 devant le tribunal de grande instance de Ouagadougou, fait l’objet d’appel devant la juridiction de second degré. Ainsi, programmé ce vendredi 21 juin 2024 pour être vidé, le dossier a été finalement renvoyé au 5 juillet 2024, à la demande d’un avocat des requérants.

Pour rappel, Marcel Tankoano, principal prévenu, a écopé de quatre ans de prison et d’une amende pécuniaire ; Pascal Zaïda et Abdoul Karim Baguian dit Lota ont, chacun, écopé de deux ans et six mois de prison et une amende pécuniaire ; Désiré Guinko de 18 mois et une amende pécuniaire également. Boukaré Tapsoba est emprisonné à deux ans et une amende pécuniaire tandis que Karim Koné et Souleymane Belem ont écopé respectivement de douze mois de prison et d’une amende pécuniaire.

Les intéressés ont donc interjeté appel de la décision. Le dossier, programmé ce vendredi 21 juin 2024 devant la Cour d’appel, a été finalement renvoyé au 5 juillet 2024, sur demande d’un avocat des requérants, "pour une meilleure défense".
Une demande qui semble avoir surpris. « On s’est tellement battu pour programmer ce dossier en appel, que j’ai moi-même été surpris de la demande de renvoi. Ce d’autant que les avocats étaient déjà dans la procédure en première instance. Qu’à cela ne tienne, les droits de la défense sont un principe élémentaire, fondamental du procès pénal », explique Me Paul Kéré.

Au cours de la brève audience (elle a duré environ 17 minutes), des avocats ont formulé des demandes de mise en liberté provisoire pour certains des requérants, aux fins, justifient-ils, de leur permettre (essentiellement) de se soigner. « Désiré Guinko, Abdoul Karim Baguian dit Lota, Boukare Tapsoba..., ils sont tous malades », a soutenu Me Kéré, pour qui, il s’agit donc de leur permettre, si les demandes venaient à être acceptées, de se soigner efficacement.

La Cour a, après observations du Parquet général, renvoyé le dossier au 5 juillet 2024, pour à la fois le verdict sur les demandes de mise en liberté provisoire que pour connaître du dossier lui-même.

Lire aussi : Procès Marcel Tankoano et autres : Les journalistes Lookman Sawadogo et Alain Traoré dit Alain Alain ainsi que Boukary Conombo de la société civile relaxés au bénéfice du doute

O.L
Le Faso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • Meilleure santé aux prisonniers malades ! A ce que je sache, il ya plein de malades dans toutes les maisons d’arrêt et de correction mais on a l’impression que les autres prisonniers sont des citoyens de seconde zone et n’ont pas droit à la liberté provisoire pour se soigner ! De route façon parmi les.prisonniers malades libérés pour des soins on en compte aujourd’hui qui sont à l’extérieur et qui narguent la Justice Burkinabè et tous leurs concitoyens ! Ils semblent être les principaux porteurs du projet de destruction totale du Burkina Faso ! L’histoire nous contera la suite !

  • Oui mais si ils deviennent des cadavres le jugement n’aura pas lieu. Au cas où vous ne le savez pas. Pour le cas de Djibril Bassolé que vous évoquez à demi-mots et sous couvert de l’anonymat à supposer vos supputations fondées, l’arbre ne doit, en aucun cas, cacher la forêt et pour juger votre posture d’imposture je dirai qu’un arbre qui se fracasse dans la forêt fait beaucoup plus de bruit que mille plants d’arbre qui poussent en silence. Tout simplement pour vous dire qu’il n’existe aucun lien entre les prisonniers qui doivent être catégorisés au cas par cas pour le respect de leur dignité.

  • Les avocats devaient faire une grève pour une meilleure prise en charge sanitaire de leurs clients dans les prisons.

  • Que maître KERE soit un très bon avocat, il n’y a pas de doute. Lorsqu’il vous défend, vous pouvez dormir tranquille parce qu’il ne lâche rien. Cependant, il gagnerait encore en mettant de côté sa succeptibilité à fleure de peau même s’il faut de tout pour faire un monde. Il y a des mondes qui sont plus attrayants que d’autres...

  • Se basé des cas minoritaires pour réfuser la libération des "prisonniers" malades parce qu’un prisonnier a déserté est un déni de justice. Pour votre gouverne, des dizaines de personnes sortent de nos prisons pour besoin de soin. La presse n’en fait pas échos parce qu’ils ne sont pas des personnalités publiques.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique