Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve» Antoine De Saint-Exupéry

Incident sur l’avenue de l’indépendance : Un prêtre missionnaire mortellement touché, une enquête ouverte

Publié le jeudi 30 mars 2023 à 23h00min

PARTAGER :                          
Incident sur l’avenue de l’indépendance : Un prêtre missionnaire mortellement touché, une enquête ouverte

Le parquet militaire, à travers un communiqué signé du procureur militaire, ce 30 mars 2023, donne plus de détails sur l’incident survenu dans la nuit du 29 mars dernier sur l’avenue de l’indépendance.

Selon le communiqué, tout serait parti du refus d’obtempérer d’un individu suspect qui tentait de forcer un passage de sécurité. Les tirs de sommations auraient alors occasionné la mort d’un usager qui se déplaçait dans un véhicule Nissan quashqai immatriculée 8219 D8 03.

Dans un autre communiqué, la Maison d’accueil des Pères blancs à Ouagadougou a révélé l’identité de la victime. Il s’agirait du prêtre missionnaire d’Afrique, Moses SIMUKONDE Sense. Originaire de Zambie, le défunt était en service à la communauté Maison d’accueil des Pères blancs (MAPB) à Ouagadougou.

Revenant sur les circonstances du drame, le communiqué de la MAPB précise que « son véhicule a été criblé de balles. Lui même aurait reçu 7 à 8 balles ».

Une enquête aurait été ouverte pour élucider les circonstances de l’incident.

Lefaso.net

Source : Maison d’accueil des Pères blancs à Ouagadougou

PARTAGER :                          

Vos commentaires

  • Le 30 mars à 20:17, par À qui la faute ? En réponse à : Incident sur l’avenue de l’indépendance : Un frère missionnaire mortellement touché, une enquête ouverte

    Paix à l’âme du disparu.
    Aucune enquête sur ces sujets n’a abouti, surtout vu le profil du pauvre passager.
    Entre l’indiscipline de certains usagers, l’ignorance, la peur des deux côtés, ces camps sont dangereux pour tout le monde.

  • Le 30 mars à 20:55, par HUG En réponse à : Incident sur l’avenue de l’indépendance : Un prêtre mortellement touché, une enquête ouverte

    Hum.Repisez en paix.Je me demande pourquoi a chaque on ne tire pas sur les pneux.Quand ils étaient a kosyam.on avait la paix maintenant qu ils sont revenus au centre ville c est pas facile.

    • Le 31 mars à 02:53, par DJANGO En réponse à : Incident sur l’avenue de l’indépendance : Un prêtre mortellement touché, une enquête ouverte

      PAIX à l’âme du défunt. Que la terre lui soit légère. Tout le monde est très touché pour une mort de ce genre mais ça suscite un débat HUG. S’il devrait mourir le 29 mars même si c’est à KOSSIAM il allait mourir. HUG encore une fois je vous demande de quitter cette façon de détester IB. Vous n’étiez pas parmi tous ceux qui sont sortis pour soutenir le président IB. ce qui intéressait tous ces mortels c’est savoir ce que leur président est devenu. HUG que tu sois là ou pas Personne ne se rendrait compte. Les gens savent que tu n’as pas le temps. Tu n’as pas encore fini de coudre les déchirures de la famille SANKARA ou décider d’aller le déterrer et l’enterrer où vous voulez. Pour l’instant les gens défilent sur sa tombe pour le vénérer. Il s’agit de SANKARA pas du lieu

  • Le 30 mars à 21:04, par Jonassan En réponse à : Incident sur l’avenue de l’indépendance : Un prêtre mortellement touché, une enquête ouverte

    Et celui qui voulait forcer la barrière ? Il est toujours vivant ?
    Que l’âme des innocents reposent en paix.

  • Le 30 mars à 21:08, par Indjaba En réponse à : Incident sur l’avenue de l’indépendance : Un prêtre mortellement touché, une enquête ouverte

    Un tir de sommation c’est en l’air, non ? Comment le véhicule a pu donc être atteint dans un tir de sommation.
    Depuis l’avènement des 2 derniers coup d’État, cela fait au moins 4 morts dans ces histoires de tir de sommation dans la ville de Ouaga. Que l’armée trouve une solution en faisant plusieurs niveau de barrière. Les tirs de sommation ne pouvant intervenir qu’après franchissement de plusieurs étapes. C’est trop comme bavures.
    Pourquoi abandonner les bureaux de Kosyam et venir perturber la circulation en faisant des barricades en ville ? Cela nous fait perdre des ressources : en temps, en finances, en travailleurs etc.
    Si on demande un usage efficace et efficient des ressources , tout le monde doit être concerné.
    Paix à l’âme du prête.

    • Le 31 mars à 12:29, par jan jan En réponse à : Incident sur l’avenue de l’indépendance : Un prêtre mortellement touché, une enquête ouverte

      @Indjaba, absolument, si c’est réellement des tirs de sommations, ils sont tirés en l’air pas sur des cibles mobiles telles que le véhicule sur lequel on a tiré et tuer un prêtre, donc c’est autre chose qui c’est passé et on veut masquer la vérité. Il faut que ces morts "cadeaux" cessent, ce pays a connu trop de morts innocents depuis l’avènement du CSP1 jusqu’au MPRS1, MPRS2, n’emboitez pas ce pas de grâce, si vos militaires ont été formés pour tuer les civils aux mains nues, revoyez leur formation sur le rôle réel des militaires.

  • Le 30 mars à 21:14, par RV En réponse à : Incident sur l’avenue de l’indépendance : Un prêtre mortellement touché, une enquête ouverte

    Paix à ton âme ! Sincères condoléances aux familles éplorées et à l’église ! Que la Miséricorde de Dieu touche ceux qui t’ont tué et convertisse les cœurs surtout des terroristes. Tristesse ! Prions pour notre pays.

  • Le 30 mars à 21:18, par Franck En réponse à : Incident sur l’avenue de l’indépendance : Un prêtre mortellement touché, une enquête ouverte

    Les tirs de sommation ne sont pas censés être en l’air ?

  • Le 30 mars à 21:24, par De Balzac En réponse à : Incident sur l’avenue de l’indépendance : Un prêtre mortellement touché, une enquête ouverte

    Paix à son âme. Le destin est parfois cruel. Le pauvre prêtre est mort à la place de ce délinquant. Que Dieu dans son infini bonté l’accueil dans son royaume.

  • Le 30 mars à 23:12, par Sidzabda En réponse à : Incident sur l’avenue de l’indépendance : Un prêtre mortellement touché, une enquête ouverte

    C’etait previsible, donc evitable. Tout le monde est exposé à ces prétendus bavures avec ce dispositif en plein coeur de la ville. Quand un incident pareil surviendra en plein jour dans la meme zone en plein centre-ville, combien citoyens prendront des balles perdues ? Aucun resultat d’enquete sur ces bavures n’a jamais ete publié pour que l’on comprenne et qu’on en tire leçon. On va attendre combien de bavures ? Ces tirs ne sont certainement pas des tirs de sommation. Les barrages du camp paspanga sont là depuis combien de temps ? Mais jusque là ils n’ont fait aucune bavure, y a t il un problème de formation ? C’est dommage qu’on en soit à ce point. Moses, repose en paix, repose en paix.

  • Le 31 mars à 02:03, par NNP En réponse à : Incident sur l’avenue de l’indépendance : Un prêtre mortellement touché, une enquête ouverte

    L’état major de l’armée doit prendre des mesures idoines pour ne plus que ces cas se reproduise. Même si on est en guerre, il faut savoir comment faire un tir de sommation. Et on sait tous kil n’aura même pas d’enquête.

  • Le 31 mars à 05:18, par Sabaabo En réponse à : Incident sur l’avenue de l’indépendance : Un prêtre mortellement touché, une enquête ouverte

    Paix à l’âme du défunt.
    Le communiqué est quand même troublant. Si je comprends bien le texte :
    A) LES FAITS :
    1. Il y a des tirs de sommation.
    2. Un individu suspect à pied refuse d’obtempérer.
    3. Les armes à feu sont utilisées pour l’arrêter.
    4. Un usager qui se déplaçait en véhicule est mortellement atteint.
    B) ANALYSE :
    1. S’il y a tirs de sommation, c’est que quelqu’un a franchit les limites autorisées.
    2. Si un individu suspect à pied refuse d’obtempérer, c’est que, à priori, les tirs de sommation s’adressaient à lui.
    3. Si usage est fait des armes à feu pour arrêter l’individu suspect à pied qui refusait d’obtempérer, cela veut dire c’est lui que était visé et non l’usager quise déplaçait en véhicule.
    C) QUESTIONS :
    1. Qu’est-il advenu de l’individu suspect à pied qui refusait d’obtempérer et à qui s’adressaient et les tirs de sommation, et l’usage d’armes à feu ? A-t-il été atteint lui aussi ? A-t-on pu l’arrêter ? Qui est-il ?
    1. Comment des tirs qui, à priori visaient un individu suspect à pied, qui refuse d’obtempérer, dans une zone, à priori non autorisée ; comment donc ces tirs ont-ils pu toucher un autre usager se déplaçant en véhicule, en zone à priori autorisée.
    Aidez-moi à comprendre.

  • Le 31 mars à 07:06, par Bollena En réponse à : Incident sur l’avenue de l’indépendance : Un prêtre mortellement touché, une enquête ouverte

    Voilà que pour des mises en scènes populistes vous tuez un innocent. Dans ce pays là on ne sait plus quoi dire. Trop de comédie.

  • Le 31 mars à 07:10, par Pourquoi En réponse à : Incident sur l’avenue de l’indépendance : Un prêtre mortellement touché, une enquête ouverte

    C’est la 3eme ou 4 eme victime de ce type depuis la désertion des chefs d’état de ce pays du palais de kosyam, ma question : pourquoi avoir investi autant pour ce complexe s’il ne sert pas ? Y’a il une peur ou une superstition des dirigeants depuis qu’on a chassé Blaise compaore de là-bas ? Ou alors c’est encore les relents de populisme du genre je ne veux pas donner l’image d’un souverain avec un certain train de vie en choisissant cet endroit ? Soyons réalistes si on déserte kosyam et qu’on est soldat on reste dans un camp militaire, et les camps avec leur administration doivent quitter le centre ville. D’ailleurs la base aérienne également devrai déguerpir en même temps que l’aéroport civil… vivement ! En attendant il est urgent de former les gardes car visiblement ils ne le sont pas ! Ce sont les soldats qui sont en milieu civil, pas l’inverse, guerre ou pas guerre. Soyons un pays organisé svp !

  • Le 31 mars à 07:13, par Le Financier En réponse à : Incident sur l’avenue de l’indépendance : Un prêtre mortellement touché, une enquête ouverte

    Que Dieu nous protège. En plein centre ville, on ne peut plus circuler librement. On fait des tirs de sommation pour un individu, celui-ci n’est pas atteint. C’est un innocent qui est atteint, donc c’est un accident. Questions :
    1- les tirs de sommation ne sont-ils supposés être tirés en L’air ?
    2- Sinon, pourquoi l’individu soit disant en infraction n’a pas été atteint mais un innocent dans sa voiture ?
    3- Donc toutes les balles ont été perdues pour l’individu en infraction, mais toutes sont allées directement se déverser sur une personne innocente dans sa voiture ?
    4- la voiture était-elle à l’arrêt pour recevoir des balles et non une balle accidentelle

  • Le 31 mars à 07:26, par SidBala En réponse à : Incident sur l’avenue de l’indépendance : Un prêtre mortellement touché, une enquête ouverte

    Un mort de trop. Ce n’est pas acceptable et nous en avons marre qu’on tue des gens sans armes un a un dans la ville en parlant toujours de tire de sommation. Quant même. Quel image restera de notre pays ? L’armée devient notre second problème si on ne professionalisme pas suffisamment. Et nul n’est à l’abri. J’espère que le gouvernement dépêchera un émissaire en ZAMBIE pour présenter excuses et condoléances à la famille. Nous risquons de perdre notre âme à cette allure.

  • Le 31 mars à 08:16, par porto En réponse à : Incident sur l’avenue de l’indépendance : Un prêtre mortellement touché, une enquête ouverte

    J’espère que ce sont pas les mêmes bavures sur le théâtre des opérations et qu’on viennent nous dire le contraire que ce sont des terroristes. Même dans la zone rouge ultra sécurisée de Bagdad on tire pas au hasard.

  • Le 31 mars à 08:50, par Revalc En réponse à : Incident sur l’avenue de l’indépendance : Un prêtre mortellement touché, une enquête ouverte

    Une enquete de plus qui n’aboutira pas vu que l’armée ne mettra jamais en cause ses éléments meme s’ils ont tord.

    Trouvez une solution pour recadrer vos tirs de sommations, parmis tous les tirs de sommations qu’il ya eu, aucun terroriste, ce ne sont que des civils. Il faut que ca cesse.

  • Le 31 mars à 09:42, par Danton En réponse à : Incident sur l’avenue de l’indépendance : Un prêtre missionnaire mortellement touché, une enquête ouverte

    ’’Dieu ne prend pas crédit, mais il rembourse crédit." Ceux qui ont assassiné ce pauvre prêtre parce qu’ils ont des armes, paieront un jour. Paix à l’âme de ce pretre. UDP.

  • Le 31 mars à 09:50, par HA En réponse à : Incident sur l’avenue de l’indépendance : Un prêtre missionnaire mortellement touché, une enquête ouverte

    Une comédie populiste qui coute des vies humaines. On comprend pourquoi vivre n’a aucune importance pour personne même pas les gouvernants. Pourquoi les soldats sont prêts à dégainer aussi rapidement ? À imaginer qu’on leur confie des codes nucléaires ah là peut être que les citoyens vont tous fuir ce pays.

  • Le 31 mars à 11:48, par y.k En réponse à : Incident sur l’avenue de l’indépendance : Un prêtre missionnaire mortellement touché, une enquête ouverte

    Humm
    Lorsqu’on dit vehicule criblé de balles et l’occupant atteint de 7 à 8 balles, où est sommation relative à un individu à pieds qui refuse d’obtempérer ? Finalement ce dernier est passé par où pour que ce soit le véhicule qui subisse à sa place. C’est la question qui tourne en rond à mon niveau. Il serait simplement prudent aux gens d’éviter toutes ces zones barricadées pour faciliter les ractions de nos FDS . On ne peut pas rattraper une vie perdue, une enquète est bien mais à y voir, on gagne quoi au final ? Evitons les cas malheureux en tenant compte que nous sommes en insécurité, mème au fond de notre case.

  • Le 31 mars à 12:51, par jan jan En réponse à : Incident sur l’avenue de l’indépendance : Un prêtre missionnaire mortellement touché, une enquête ouverte

    Honnêtement, que la présidence et tous ses bureaux satellites retourne à Kossyam, là-bas, le civil est moins en danger par rapport au centre ville. Kossyam là c’est pas Blaiso qui a construit ça, c’est l’argent du contribuable burkinabè qui a permit sa construction. Si c’est les wacks que les Blaiso ont enterré là-bas, amenez des spécialistes en neutralisation de ce genre de choses c’est tout et aménagez là-bas.

  • Le 31 mars à 21:17, par Ka En réponse à : Incident sur l’avenue de l’indépendance : Un prêtre missionnaire mortellement touché, une enquête ouverte

    ’’’’’’’’’’’’’A’’’’’’’’’’’’’’’’ kwiliga tu dis : Pour rappel, hier, l’état major général des armées communiquait :
    "Les tirs entendus dans le centre ville de Ouagadougou sont des tirs de sommation qui visaient à alerter un usager imprudent. Les populations sont invitées à garder leur calme et à vaquer paisiblement à leurs occupations !"
    Il serait intéressant qu’un expert en balistique puisse nous expliquer comment "des tirs de sommation qui visaient à alerter" un piéton, ont pu tuer un automobiliste.

    Et pourtant c’est vrai que le mensonge est érigé en système de gouvernement. Avec ces régimes militaires "Tout va très bien Madame la Marquise", et on ne supporte pas la moindre critique, même, et surtout, si elle est justifiée. "Il n’y a que la vérité qui blesse" dit le proverbe. Ce qu’on peut dire, c’est que les anciens éléments du RSP qui tirent sur tout ce qui bouge retournent a Kossyam. Nous avons vu avec Damiba qui disait que sa chose n’a pas fait de mort et après on n’a su qu’il y avait des morts et tentative d’assassinat sur la personne du président Roch Kaboré : Et ça recommence.

    Et je dis a ceux qui prennent le peuple Burkinabé pour un mouton sachent que lorsqu’on connait une situation on fait désormais attention pour en tirer les avantages au maximum. En conclusion, oublier ou faire semblant d’oublier les expériences passées, c’est faire preuves de stupidité. Confondre un tir de sommation et cribler des balles a une voiture, c’est la raison simple pour laquelle le BLANC nous regarde de loin avec un complexe de supériorité.

    A ceux qui prennent le peuple Burkinabé pour un mouton en confondant cribler des balles a un véhicule a un tir de sommation, sachent que la confiance ne se décrète pas. Elle se mérite, on la sent, elle se manifeste, on la voit, on l’appréhende par les actions de tous les jours. Elle ne disparait pas du jour au lendemain. C’est tout un processus. Donc si les populations n’ont pas confiance a quelques éléments des forces de l’ordre qui tirent sur tout ce qui bouge, ça ne s’est pas fait au jour au lendemain. Bref, il y a tellement de chose à dire. Que les chefs militaire se comportent en hommes dignes, intègre et honnêtes et on leur fera confiance. Car, dans l’armée, on ne peut tolérer l’indiscipline... sauf si elle est encouragée par la hiérarchie. A ce niveau, on devrait limoger les chefs de corps qui ne savent pas tenir leurs troupes.

    Conclusion : Avec une telle armée dont quelques éléments tirent sur tout ce qui bouge sans raison, le Burkina est en grand danger.

  • Le 1er avril à 09:18, par kwiliga En réponse à : Incident sur l’avenue de l’indépendance : Un prêtre missionnaire mortellement touché, une enquête ouverte

    Bonjour Ka,
    Hum, s’il est vrai que "le BLANC nous regarde de loin avec un complexe de supériorité.", il se trouve aujourd’hui d’autres personnes, comme votre ami SOME, qui "nous regarde(nt) de loin avec un complexe de supériorité.", justifiant n’importe quelle exaction, n’importe quelle bavure de nos putschistes dirigeants par la messianique mission libératrice de nos dictateurs aux petits pieds.
    Au plaisir de vous lire.

    • Le 4 avril à 00:16, par SOME En réponse à : Incident sur l’avenue de l’indépendance : Un prêtre missionnaire mortellement touché, une enquête ouverte

      Toi kwiliga tu cherches noise à SOME tout le temps, a le provoquer et à courir au devant de ce qui ne te regarde pas. A croire que tu cherches à exister parc3 que tu t’engages dans une foire d’empoigne avec quelqu’un. Je t’ai dit toujours que je ne crains point de croiser le fer avec toi, mais seulement est il que je ne viens pas sur ce site pour ça. Tu jubiles parce que tu te dis que SOME et son ami Ka vont s’embrouiller. Ka et SOME peuvent avoir des différences.l’important c’est d’arriver à l’épanouissement du citoyen dans la responsabilité et non dans l’hypocrisie individualiste et egoiste
      SOME

  • Le 3 avril à 07:49, par Alpha2025 En réponse à : Incident sur l’avenue de l’indépendance : Un prêtre missionnaire mortellement touché, une enquête ouverte

    Les autorités ne veulent pas nous dire ce qui s’est réellement passé. Des tirs de sommation qui aboutissent à mort d’homme !!! Les tirs de sommation étaient contre un piéton égaré dans une zone interdite. Ils aboutissent à un décès d’une personne présente dans un véhicule en principe non visé par ces tirs. Il ne faut pas insulter l’intelligence des gens. Il y a un problème. D’ailleurs, les témoignages de personnes présentes non loin de la zone des événements affirment que compte tenu de la durée et de l’intensité des tirs, on avait plutôt affaire à des tirs d’affrontement plutôt qu’à des tirs de sommation ! Les autorités ne veulent pas nous dire ce qui s’est réellement passé

  • Le 5 avril à 03:56, par Jean-Baptiste En réponse à : Incident sur l’avenue de l’indépendance : Un prêtre missionnaire mortellement touché, une enquête ouverte

    Cher lecteur,

    Je suis un ami de Moses.
    Je souhaitais remercier tous ceux qui prient pour sa famille, et comprends les préoccupations mentionnées par certains dans les commentaires.

    Je suis convaincu que Moses nous demande aujourd’hui que l’on prie pour la ou les personnes qui l’ont tué, pour ceux qui dirigent le pays, et pour tous les Burkinabés.

    Son désir était de vivre sa vie comme Saint Paul le mentionne dans sa Lettre au Corinthiens 1 cor 9,22, « J’ai été faible avec les faibles, afin de gagner les faibles. Je me suis fait tout à tous, afin d’en sauver de toute manière quelques-uns.".

    Il a toujours appelé à l’unité et au dialogue quand les tensions, la haine, et la violence faisaient rage.

    Il a décidé de vivre dans une communauté religieuse loin de sa propre famille, a vécu dans des cultures, tribus, et religions autres que la sienne, et allait toujours de l’avant à la rencontre et au dialogue des autres.

    Durant toute sa mission il a aimé les gens, en particulier les plus démunis, confrontés à l’analphabétisme, à l’esclavage contemporain, à la misère en tout genre.

    Il soutenait notamment les femmes, les appuyait dans toutes les difficultés qu’elles pouvaient vivre. Il a consacré sa vie à faire prendre conscience de notre dignité, de l’amour que Dieu a pour chacun de nous.

    Il est devenu faible jusqu’à la mort pour nous. Pour que nous soyons plus proches du visage de Dieu, pour vivre Sa divinité quelque soit notre condition.

    En cette semaine sainte, où nous revivons la mort et la résurrection de Jésus, il nous invite, comme disciple, à décider de prendre le chemin de la vie et à renoncer au mal.

    La mort de Moses est une lettre aux Burkinabés, appelant à la Paix.

    Merci Moses, pour cette Espérance, tu as ouvert la mer tumultueuse pour que nous prenions toujours le petit chemin du dialogue et de l’union avec nos frères et sœurs, même si des fois nous les pensons différents.

    Repose en Paix mon frère,

    Jean-Baptiste

  • Le 5 avril à 16:46, par Jean-Baptiste En réponse à : Incident sur l’avenue de l’indépendance : Un prêtre missionnaire mortellement touché, une enquête ouverte

    Cher lecteur,

    Je suis un ami de Moses.
    Je souhaitais remercier tous ceux qui prient pour sa famille, et comprends les préoccupations mentionnées par certains dans les commentaires.

    Je suis convaincu que Moses nous demande aujourd’hui que l’on prie pour la ou les personnes qui l’ont tué, pour ceux qui dirigent le pays, et pour tous les Burkinabés.

    Son désir était de vivre sa vie comme Saint Paul le mentionne dans sa Lettre au Corinthiens 1 cor 9,22, « J’ai été faible avec les faibles, afin de gagner les faibles. Je me suis fait tout à tous, afin d’en sauver de toute manière quelques-uns.".

    Il a toujours appelé à l’unité et au dialogue quand les tensions, la haine, et la violence faisaient rage.

    Il a décidé de vivre dans une communauté religieuse loin de sa propre famille, a vécu dans des cultures, tribus, et religions autres que la sienne, et allait toujours de l’avant à la rencontre et au dialogue des autres.

    Durant toute sa mission il a aimé les gens, en particulier les plus démunis, confrontés à l’analphabétisme, à l’esclavage contemporain, à la misère en tout genre.

    Il soutenait notamment les femmes, les appuyait dans toutes les difficultés qu’elles pouvaient vivre. Il a consacré sa vie à faire prendre conscience de notre dignité, de l’amour que Dieu a pour chacun de nous.

    Il est devenu faible jusqu’à la mort pour nous. Pour que nous soyons plus proches du visage de Dieu, pour vivre Sa divinité quelque soit notre condition.

    En cette semaine sainte, où nous revivons la mort et la résurrection de Jésus, il nous invite, comme disciple, à décider de prendre le chemin de la vie et à renoncer au mal.

    La mort de Moses est une lettre aux Burkinabés, appelant à la Paix.

    Merci Moses, pour cette Espérance, tu as ouvert la mer tumultueuse pour que nous prenions toujours le petit chemin du dialogue et de l’union avec nos frères et sœurs, même si des fois nous les pensons différents.

    Repose en Paix mon frère,

    Jean-Baptiste

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Bruno Zabsonré, magistrat, SG du SAMAB : « L’autorité de la justice ne peut être consacrée sans l’accompagnement du garant de son indépendance »
Burkina : Grande mobilisation à Ouagadougou pour une nouvelle constitution
Burkina/Insécurité : Il faut parer à l’affrontement entre les villages à Oula, dans le Yatenga
Dédougou : Des manifestants soutiennent la transition, mais estiment que la nouvelle constitution peut attendre
Komsilga (Burkina)/ Gestion des menstrues : Entre insalubrité et précarité, à Ouidy les femmes PDI vivent le martyre
Soutien à la transition : Les manifestants réclament une constitution conforme aux réalités des Burkinabè
Burkina/Sécurité sociale : La CNSS veille à la protection des chauffeurs à travers son « Opération Carte d’affiliation »
Burkina/ENAREF : La promotion 1998 célèbre ses 25 ans de carrière professionnelle
Plateau du week-end : Accepteriez-vous que votre copine contribue à payer la dot ?
Ouagadougou : Lancement des travaux d’élargissement et de modernisation de la RN4, sortie Est
Première édition du Rassandaaga : Démarrage des activités de la rue marchande
Burkina/Fonds de soutien patriotique : Plus de 600 millions offerts par trois donateurs
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés