Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve» Antoine De Saint-Exupéry

Burkina Faso : Le Juvénat filles de Saint Camille fête son cinquantenaire le 15 avril 2023

Publié le lundi 20 mars 2023 à 22h10min

PARTAGER :                          
Burkina Faso :  Le Juvénat filles de Saint Camille fête son cinquantenaire le 15 avril 2023

Le Juvénat filles de Saint Camille fête ses cinquante ans le 15 avril 2023. A l’occasion, plusieurs activités sont prévues. Pour en parler, Lefaso.net a reçu dans son studio les sœurs Clarisse Dakouré et Alice Kiébré de la congrégation des filles de Saint Camille.

Lefaso.net : Pouvez-vous nous présenter la congrégation des Filles de Saint Camille ?

Sœur Alice Kiébré : La congrégation des filles de Saint Camille a été fondée le 2 février 1892 par le religieux camillien Louis Tezza avec la collaboration de Joséphine Vannini. C’est une congrégation hospitalière de droit pontifical qui a été approuvée le 22 février 1922 par le pape Pie XI. Outre les trois vœux qui sont les vœux d’obéissance, de chasteté et de pauvreté de professé par chaque religieux s’ajoute pour les filles de Saint Camille un quatrième vœu qui est d’assister les malades même au péril de la vie. Les filles de Saint Camille se consacrent à l’assistance corporelle et spirituelle des malades.

Sœur Clarisse Dakouré : Nous sommes présents dans quatre continents. En Afrique nous sommes au Burkina, également au Mali, au Togo et au Bénin. Nous sommes en Europe, dans les pays comme l’Italie, l’Espagne et le Portugal. En Asie, nous sommes aux Philippines et en Inde. Nous sommes également en Amérique du sud, au Pérou et en Colombie. Notre siège est à Rome. Nous sommes arrivés au Burkina Faso le 11 novembre 1967. Ce sont quatre sœurs italiennes qui ont apporté ce charisme au Burkina Faso. Il s’agit des sœurs Carmellina et Camilla, Giovina et Damiana. Le juvénat des filles de Saint Camille a été fondé en 1971. De sa fondation jusqu’à maintenant le juvénat filles de Saint Camille a accueilli environ 2212 jeunes filles dont 122 sont des religieuses actuellement.

Quels sont les critères pour entrer au Juvénat filles de Saint Camille ?

Sœur Clarisse Dakouré : Pour rentrer au Juvénat filles de Saint Camille, nous avons certains critères. Il faut que la jeune fille soit catholique. Et que cette jeune fille ait parcouru un itinéraire de vocation dans les paroisses. D’où elle est suivie par des prêtres ou par des sœurs. Et après cela, elle rentre chez nous à travers un test. Ça c’est ce qui concerne les internes. Il y a un autre texte de recrutement, avec un autre critère de recrutement qui est l’externat. Cela se fait aussi à travers un test. On n’a pas besoin que la jeune fille fasse un parcours vocationnel. Ce qui est essentiel, elle doit être catholique.

Pour le cinquantenaire du Juvénat filles de Saint Camille, quelles sont les activités prévues ?

Sœur Alice Kiébré : Rappelons que le jubilé se déroule sur une année. Nous avons eu à faire des projets que nous avons classés à court, à moyen et long terme ; la quasi-totalité de ces projets a été réalisée. Nous avons déjà eu à réfectionner des bâtiments du Juvénat. Après 50 ans, il y a certainement des failles. Nous avons eu à refaire la chapelle. A paver un certain niveau de la maison et aussi à refaire la grotte pour les juvénistes. S’agissant des activités propres du jubilé, il y’a eu des conférences ; des conférences parlant du Jubilé et des conférences parlant de la formation des jeunes filles. Nos juvénistes ont aussi présenté un album que nous avons enregistré sur des clés et des CD. Le CD coûte 2500 FCFA et la clef coûte 5000 FCFA. On a aussi confectionné un pagne pour le jubilé. Le 10 avril au sein même du juvénat, Il y aura une soirée culturelle avec des prestations compétitives présentées par les juvénistes. Le 15 avril au sein du juvénat, nous vous invitons à la messe d’action de grâce.

Sœur Clarisse Dakouré : Nous avons des activités à long terme qui sont des innovations pour le Juvénat filles de Saint Camille. Nous envisageons dans le futur d’augmenter la capacité d’accueil du Juvénat filles. Parce que nous nous rendons compte que chaque année la demande est forte. Mais les places ne suffisent pas. Aussi nous aimerions avoir une annexe du juvénat. Parce que nous savons que le monde va de l’avant avec la femme. Donc si nous arrivons à donner une bonne éducation à la jeune fille même si elle ne devient pas sœur, c’est toute la société et l’humanité qui gagne. Vraiment nous avons la volonté d’ouvrir une annexe pour former ces jeunes filles. Aussi nous aimerions installer une capacité solaire de haute qualité pour pouvoir économiser en énergie.

Sœur Alice Kiébré : Dans nos projets à long terme nous envisageons la construction d’une école de santé. Vu que nous œuvrons particulièrement dans la santé de la population.

Quel est votre message à l’endroit de la population ?

Sœur Alice Kiébré : Nous vous invitons tous le 15 avril au sein du juvénat. Nous organiserons une messe pour la clôture mais aussi un temps pour rendre gloire à Dieu pour ces 50 ans. Et demander sa miséricorde pour notre pays qui passe un temps de douleur. Qu’il essuie nos larmes et nous redonne la paix et le bon vivre dans notre chère patrie.

Sœur Clarisse Dakouré : Merci à l’équipe de Lefaso.net et nous vous attendons le 15 avril au sein du Juvénat filles de Saint Camille.

Propos recueillis par Rama Diallo
Lefaso.net

PARTAGER :                          
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina/Énergie : La politique de management qualité officiellement lancée à l’ANEREE<
Procès CCI-BF vs Martin Sawadogo : Le verdict renvoyé au 10 octobre
Burkina : "Enlèvement" de Sansan Anselme Kambou, la famille exprime son inquiétude
Protection des réfugiés et demandeurs d’asile : Des acteurs du secteur privé sensibilisés sur leur rôle
Burkina : 1000 métiers à tisser pour les femmes déplacées internes de dix régions
Burkina : Les 7es Journées vétérinaires posent la réflexion sur l’utilisation des médicaments vétérinaires
Burkina/ Agence de l’Eau du Nakanbé : 45 nouveaux membres du comité de Bassin installés
Projet transfrontalier Burkina - Côte d’Ivoire : Le PNUD et l’UNICEF plaident pour une extension après un bilan à mi-parcours satisfaisant
Burkina/Enseignement supérieur : « Les institutions privées n’ont pas les ressources nécessaires pour offrir une formation doctorale », Pr Aly Savadogo
Lutte contre le mariage d’enfants : Les acteurs satisfaits des résultats du projet "Mon Corps. Ma Décision. Mes Droits"
Burkina/Financement du développement : « Il faut que chaque citoyen comprenne qu’il est un bailleur de fonds », déclare Mory Sanou
Burkina/Agriculture : Les acteurs en conclave pour la candidature du pays au projet SIPAM
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés