Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La foule croit qu’elle sait et comprend tout ; et plus elle est sotte, plus ses horizons lui semblent vastes.» Anton Tchekhow écrivain russe

Sécurisation des musées dans le Sahel : Le Burkina Faso accueille un atelier régional

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mardi 24 janvier 2023 à 16h12min
Sécurisation des musées dans le Sahel : Le Burkina Faso accueille un atelier régional

Le Conseil international des musées (ICOM) a ouvert ce mardi 24 janvier 2023 à Ouagadougou un atelier de renforcement des capacités des personnels de musées. Pendant une semaine, les participants de 22 musées du Mali et du Burkina Faso renforceront leurs connaissances en matière de documentation des collections, de sécurité, de gestion des risques et de planification d’urgence. L’atelier est financé par la fondation ALIPH (Alliance internationale pour la protection du patrimoine culturel dans les zones en conflit) à travers l’ICOM et en partenariat avec les comités ICOM Mali et Burkina Faso.

Les musées du Burkina Faso et du Mali, comme la plupart des musées africains, sont confrontés à des difficultés de gestion de leurs collections. La destruction du patrimoine culturel, son vol et sa contrebande sont principalement expliqués par l’économie de marché mais aussi par des éléments idéologiques motivés par le plaisir de réduire la mémoire collective des peuples. Les catastrophes naturelles, les conflits, les changements climatiques sont autant de facteurs qui touchent durement et durablement les pays et qui provoquent également d’immenses dégâts sur le patrimoine culturel.

Sophie Delepierre a indiqué que cet atelier regroupe des participants de 22 musées maliens et burkinabè

Aucun pays n’est à l’abri des risques. Dès lors, il appartient principalement aux professionnels des musées d’agir pour prévenir ces risques et mettre tous les moyens pour minimiser ces conséquences sur le patrimoine culturel. C’est du moins la visée du Conseil international des musées (ICOM) à travers le projet « Renforcement de la sécurité des musées dans la région du Sahel et la lutte contre le trafic illicite des biens culturels : le cas de 22 musées au Mali et au Burkina Faso ». Il est financé par la fondation ALIPH (Alliance internationale pour la protection du patrimoine culturel dans les zones en conflit) à travers l’ICOM, en partenariat avec les comités ICOM Mali et Burkina Faso.

La directrice générale du musée national, Rasmata Sawadogo/Maïga est convaincue que la rencontre permettra de relever les défis de préservation des témoins matériel et immatériel des groupes ethnoculturels

A écouter la responsable du département de la protection du patrimoine, Sophie Delepierre, qui s’exprimait au nom du directeur général de ICOM, cet atelier de renforcement de la sécurité des musées dans la région du Sahel et de lutte contre le trafic illicite de biens culturels regroupe des participants de 22 musées maliens et burkinabè. Un projet ambitieux qui vise à renforcer les connaissances des personnels des musées sélectionnés en matière de documentation des collections, de sécurité, de gestion des risques et de planification d’urgence. Mme Delepierre a ajouté que le projet prévoit également un soutien matériel aux musées pour sécuriser leurs locaux. « Chaque musée sera un pallier dans la préparation d’un plan d’urgence adapté. L’atelier de cette semaine est donc une composante essentielle de ce projet de sécurisation muséal et de protection du patrimoine à travers la lutte contre le trafic des biens culturels », a-t-elle précisé.

De la préservation du patrimoine culturel

Pour la directrice générale du musée national, Rasmata Sawadogo/Maïga, au regard de la diversité des provenances des participants et avec autant de d’expertises diverses, elle est convaincue qu’ils relèveront les défis de préservation des témoins matériels et immatériels des groupes ethnoculturels afin de donner un nouvel essor à la participation des musées au développement socioéconomique et culturel des pays. Elle a souhaité qu’à la fin de cet atelier, qui va durer une semaine, les attentes se concrétisent à travers les capacités techniques renforcées. « Je suis convaincu que dans les jours à venir, jailliront des idées, qui nous aiderons à concrétiser notre engagement à faire des musées un meilleur pôle d’attraction culturelle », a-t-elle espéré.

Le ministre en charge de la culture, Jean Emmanuel Ouédraogo a invité tous les acteurs du patrimoine culturel à faire de ce projet le début d’une grande réflexion pour une réforme de ce secteur qui prend en compte des défis du moment

L’ouverture de cet atelier a été co-présidée par le ministre burkinabè en charge de la culture, Rimtalba Jean Emmanuel Ouédraogo. A l’en croire, depuis près de dix ans, le Mali et le Burkina font face à une crise multidimensionnelles sans précédent causant des dommages aux biens culturels : destruction intentionnelles, vol, pillage de sites, trafic illicite d’objets… Compte tenu des problèmes très similaires auxquels sont confrontés les deux pays, ce projet d’une durée d’une année, viendra faciliter sans nul doute l’échange international de connaissances. De l’avis de M. Ouédraogo, il permettra aussi une meilleure sécurisation des institutions muséales. C’est pourquoi il a invité tous les acteurs du patrimoine culturel à faire de ce projet le début d’une grande réflexion pour une réforme de ce secteur avec la prise en compte des défis du moment.

Obissa Juste MIEN
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Ouagadougou : Un dépôt de matériels explosifs et de produits médicaux prohibés découvert au quartier Larlé
Burkina Faso : « En 2020 il y a eu près de 1132 cas de cancer du col de l’utérus avec près de 839 cas de décès liés à cette maladie », Pr Aboubacar Bambara.
Santé et pollution de l’air au Burkina Faso : Des experts se penchent sur un plan d’action
Burkina : Les restes mortuaires de Thomas Sankara seront inhumés au Mémorial Thomas Sankara courant février 2023
Burkina Faso : Des civils non armés auraient été tués par des FDS, selon le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés
Burkina : Le PNUD offre 14 véhicules et trois motos au ministère de la Justice
Burkina : « Cette transition ne devrait pas être une transition de trop », prévient une OSC
Reprofilage de voies à Bobo-Dioulasso : De la mélasse pour soulager des riverains contre la poussière
Province camillienne du Burkina : Sept frères ordonnés diacres ce 2 février 2023
Santé : Le Burkina Faso se prépare à faire face à une éventuelle épidémie de méningite
Burkina : Plus d’une centaine de femmes bénéficient de formations en transformation agroalimentaire et en élevage
Incendie du marché de “Sankar-yaaré” : « Les responsables du marché et la police n’ont pas fait leur travail », regrette Moussa Zoundi, commerçant
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés