Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La foule croit qu’elle sait et comprend tout ; et plus elle est sotte, plus ses horizons lui semblent vastes.» Anton Tchekhow écrivain russe

Crise à Moov Africa Burkina : « Nous suivons de près le dossier pour une sortie de crise dans les meilleurs délais », Dr Aminata Zerbo/Sabané, ministre des communications électroniques

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mardi 24 janvier 2023 à 21h50min
Crise à Moov Africa Burkina : « Nous suivons de près le dossier pour une sortie de crise dans les meilleurs délais », Dr Aminata Zerbo/Sabané, ministre des communications électroniques

Les députés de l’Assemblée législative de transition (ALT) se sont réunis ce mardi 24 janvier 2023 pour parler de la situation qui prévaut au sein de la société Moov Africa Burkina Faso (ex Office national des télécommunications / ONATEL-SA). Cela fait suite à une question du député Moussa Koné, adressée au Premier ministre Apollinaire Joachimson Kyélèm de Tambèla. Cette séance de questions orales sans débat a été présidée par le premier vice-président de l’ALT, Dafidi Lompo.

Depuis novembre 2022, la société de télécommunications Moov Africa Burkina Faso (ex ONATEL SA) vit au rythme d’une crise entre la direction et le personnel. Elle a occasionné un arrêt de travail pendant plusieurs semaines. Une situation préoccupante qui a suscité une question orale sans débat à l’Assemblée législative de transition. En effet, le député Moussa Koné a posé une question relative à la crise traversée actuellement par l’ex ONATEL-SA et les solutions envisagées par le gouvernement pour juguler durablement ladite crise.

Pour le député Moussa Koné, cette crise entre la direction et le personnel de l’ex ONATEL-SA crée un manque à gagner en termes de recettes fiscales pour l’Etat. Il a invité donc le gouvernement burkinabè à trouver des solutions urgentes à cette crise.

Dr Aminata Zerbo, ministre de la transition digitale, des postes et des communications électroniques

La ministre de la transition digitale, des postes et des communications électroniques Dr Aminata Zerbo/Sabané, représentant le Premier ministre, a été mandaté par l’exécutif pour répondre à la question du député Moussa Koné. Dr Aminata Zerbo/Sabané a rappelé que depuis la privatisation en 2006, les crises se sont multipliées au sein de Moov Africa Burkina. Pour elle, la crise actuelle est née de la rupture des négociations entre le Syndicat national des télécommunications (SYNATEL) et la direction générale de la société sur leur plateforme revendicative. Elle soutient que des démarches ont été déjà entreprises pour le règlement de cette crise.

La ministre a salué les efforts de médiation qui ont permis la reprise du service en attendant de trouver un accord entre les deux parties. « Actuellement, on constate une accalmie. Le service à repris mais on ne peut pas parler de fin de crise puisqu’il n’y a pas eu d’accord entre les deux parties. Les négociations se poursuivent sous la houlette de la direction générale du travail et nous suivons le dossier de très près pour espérer une sortie de crise dans les meilleurs délais », explique-t-elle.

Moussa Koné, le député auteur de cette question

Répondant à la question du député Moussa Koné, elle a également fait le point de la mise en œuvre des recommandations formulées par la mission parlementaire en 2016 sur la situation de l’ex ONATEL-SA. Une mission initiée suite à la dénonciation du REN-LAC d’une fraude à la règlementation de cette société dans le cadre de la fusion absorption avec sa filiale Telmob SA et portant sur le non dédouanement d’un lot d’équipements. A l’issue de ses investigations, la mission parlementaire a formulé quatre recommandations adressées au gouvernement, selon Dr Aminata Zerbo/Sabané.

Il s’agit de la relecture des textes pour instituer un mécanisme permettant la désignation des membres statuaires de la commission nationale d’investigation avec des suppléants, dotés d’un mandat précis, d’engager des discussions avec les dirigeants de Moov Africa Burkina afin de trouver une solution à l’amiable au contentieux entre la direction générale des douanes et la société. Les parlementaires ont aussi recommandé au gouvernement d’actionner ses services qualifiés pour investiguer et établir les preuves de corruption dans la gestion du dossier et procéder dans les meilleurs délais à un bilan de la privatisation de la société de téléphonie.

Les députés présents à cette séance du jour

Certaines recommandations ont été entièrement mises en œuvre et d’autres sont en cours selon la ministre. Selon ses explications, en plus des législations adoptées, on note la signature d’un protocole d’accord entre le gouvernement et l’ex ONATEL SA qui a abouti au paiement d’une amende de 100 millions de FCFA en décembre 2015 et au paiement des droits et taxes de douane d’une valeur de 7 022 657 563 FCFA effectué en août 2017.

Dr Aminata Zerbo/Sabané confie que des mesures sont en cours afin de mieux contrôler les chiffres publiés par les entreprises. « Nous avons initié l’examen de plusieurs outils au niveau des finances et de l’ARCEP pour pouvoir doter notre administration d’un système qui puisse nous permettre de cerner les chiffres réels des entreprises afin d’éviter qu’il y ait un manque à gagner au niveau des recettes fiscales », souligne-t-elle.

Elle ajoute que d’autres études sur les privatisations des sociétés depuis 1990 sont en cours et les résultats permettront de juguler de façon durable la crise à l’ex ONATEL-SA.

Mamadou ZONGO
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Ouagadougou : Un dépôt de matériels explosifs et de produits médicaux prohibés découvert au quartier Larlé
Burkina Faso : « En 2020 il y a eu près de 1132 cas de cancer du col de l’utérus avec près de 839 cas de décès liés à cette maladie », Pr Aboubacar Bambara.
Santé et pollution de l’air au Burkina Faso : Des experts se penchent sur un plan d’action
Burkina : Les restes mortuaires de Thomas Sankara seront inhumés au Mémorial Thomas Sankara courant février 2023
Burkina Faso : Des civils non armés auraient été tués par des FDS, selon le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés
Burkina : Le PNUD offre 14 véhicules et trois motos au ministère de la Justice
Burkina : « Cette transition ne devrait pas être une transition de trop », prévient une OSC
Reprofilage de voies à Bobo-Dioulasso : De la mélasse pour soulager des riverains contre la poussière
Province camillienne du Burkina : Sept frères ordonnés diacres ce 2 février 2023
Santé : Le Burkina Faso se prépare à faire face à une éventuelle épidémie de méningite
Burkina : Plus d’une centaine de femmes bénéficient de formations en transformation agroalimentaire et en élevage
Incendie du marché de “Sankar-yaaré” : « Les responsables du marché et la police n’ont pas fait leur travail », regrette Moussa Zoundi, commerçant
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés