Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La foule croit qu’elle sait et comprend tout ; et plus elle est sotte, plus ses horizons lui semblent vastes.» Anton Tchekhow écrivain russe

Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • Lefaso.net • mardi 17 janvier 2023 à 23h30min
Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

L’association valenciennoise Amitiés France-Burkina Faso (AFBF) qui a construit plus de 300 bâtiments scolaires au Burkina Faso depuis 25 ans vient d’être dissoute au cours d’une assemblée générale. Selon le média français, ‘’La Voix du Nord’, l’insécurité qui règne au « pays des hommes intègres » ne permet plus d’y envoyer de bénévoles car depuis plusieurs années, le pays est pris dans une spirale de violences attribuées à différents groupes armés djihadistes.

L’association Amitiés France-Burkina Faso (AFBF) basée à Valenciennes en France, ne mènera plus d’activités au Burkina Faso en raison de sa dissolution pour cause d’insécurité. Les responsables de l’association se sont réjouis tout de même des actions réalisées au Burkina Faso depuis plus de 20 ans.

« Lors de l’assemblée générale qui a voté la dissolution, il régnait pourtant une bonne ambiance. Nous étions très fiers du bilan de ce quart de siècle qui a vu par exemple des petits-enfants, des premiers élèves scolarisés à partir de 1997, faire leur rentrée dans nos écoles de la région de Banfora. C’est une ville de 50 000 habitants, de la province de la Comoé située à 450 km au sud-ouest de la capitale Ouagadougou », confie le président-fondateur de l’association Paul Deswarte à nos confrères de La Voix du Nord.

« Nous avons construit 175 classes, 68 logements d’enseignants, 37 postes de latrines, 44 magasins et bureaux et quatre cantines, soit 328 bâtiments qui accueillent maintenant 14 000 enfants chaque année. Pour y parvenir, notre association a investi 1 000 000 et 115 000 €. Le financement provient des bénéfices du marché de Ouagadougou que l’association organisait chaque année avec le soutien de la ville et des aides de l’association Res Publica, des entreprises Rabot-Dutilleul, Renard, Lyréco, du Club 33 de Somain et des étudiants de l’IUT », soutient-il.

Des réalisations rendues possibles grâces aux efforts et à la disponibilité des bénévoles de l’association. « Ces constructions n’auraient pas pu voir le jour sans l’immense disponibilité des bénévoles de l’association qui se sont relayés dans la brousse à leurs frais (avion, logement) pour organiser et diriger les chantiers qu’ils ont identifiés et validés avec le ministère de l’Education. Sans oublier les palabres rituels mais indispensables avec le chef de village. Leur travail a consisté à organiser et suivre les chantiers : acheter et acheminer les matériaux, louer des camions, embaucher des maçons avec l’aide des villageois qu’ils ont réussi à impliquer », explique-t-il.

Le journal français rappelle que c’est un hasard qui est à l’origine de cette belle aventure humaine. « Des scouts de Valenciennes avaient voulu construire un local pour des scouts du Burkina Faso. Devant leurs difficultés et malgré leur échec, un ancien scout, Paul Deswarte, n’hésite pas à se rendre sur place en 1994 et découvre le manque criard d’écoles dans la brousse. Il lance alors le projet d’en construire et fonde l’association AFBF avec son épouse, Janine et deux autres Valenciennois, Liane et Sylvain Duparc. Après un départ laborieux la première classe sort de terre en 1996 », explique ‘’La Voix du Nord’’ sur les circonstances de la création de l’association.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 17 janvier à 15:07, par ralbol En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    C’est seulement l’insécurité qui fait obstacle à cette coopération ? Et l’état d’esprit ambiant ? L’élégance de certains commentaires du fasonet émanant de personnes qui n’ont manifestement pas de problèmes financiers pour trouver une école en ville pour leur prégéniture devraient convaincre de rompre toute action de soutien de la part des associations ou comités de jumelage français. Désormais c’est aux communes russes de prendre le relais.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 16:00, par A qui la faute ? En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    Bravo pour cette belle aventure de combat contre les ténèbres. Que Dieu vous bénisse

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 16:12, par Enfant de Boussé En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    A part du moment où nous passons notre temps a accusé la France de tout, assumons le fait que leurs associations quitent le pays.
    La questions qui se pose, avons-nous les ressources financières et humaines pour les remplacer. Quand on voit comment nous souffrons pour financer le salaire de nos VDP.
    Attendons les représailles du président Traoré, comme pour les demandes de visa

    Répondre à ce message

    • Le 17 janvier à 22:05, par Passakziri En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      La représailles sera qu une association burkinabé ne construira plus d école en France .
      Vraiment nous sommes ivres de nos populisme que tout est possible .Pauvres de nous !

      Passakziri

      Répondre à ce message

      • Le 18 janvier à 11:43, par Gwandba En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

        Passakziri

        Les représailles seront de plusieurs formes à des temporalités convenables et différentes.

        Il n’y a pas à ce jour des associations qui construisent des école en France pour la France mais il y a des associations qui participe à l’éveille culturelle, intellectuelle, l’instruction du savoir, du partage interculturel etc... des adultes et des enfants français.

        Nind sin tar laa kon siguiri. Un peu comme la chose de la fourmi rouge qui satisfait quand même sa femme. ;-)

        Pouvez faire la somme des associations burkinabé et africaines en France qui participe au développement de celle-ci ?? Vous serez étonnez du nombre et de l’impacte que celles-ci ont et apportent à la petite prétentieuse.

        Pouvez-vous compter le nombre de burkinabé en France qui soigne la population française avec leurs savoirs ancestraux, qui permettent à certains de retrouver la santé, d’enfanter, de se libérer de certaines choses rendant la vie difficile ??

        Depuis quand un pays qui ne se contente d’aides peut se développer ?

        Normalement une association est apolitique et laïc. Mais quand veut parler à nos aveugles qui s’érigent en savants de la branlette, en pointant le doigt sur ce qui nous enchaîne, beaucoup sont trop habitués à vivre sur le dos des autres et ont peur de s’assumer.

        Il reste encore parmi nous des complexés qui ne voient les choses qu’à travers ce que les autres disent même si cela est très différent de réalité.

        Imaginez un instant que dans votre domicile, vous n’avez pas droit à l’éducation de vos enfants si ce n’est attendre que le voisin vienne lui instruire sur ses propres besoins immédiats et future ???

        Imaginez que vous disposez d’une parcelle sans le droit et la liberté d’en faire ce que vous voulez pour vous et vous enfants ??

        On peut peut être vouloir plaire aujourd’hui mais il faut pas non plus oublié que nos enfants et petits enfants sauront le manque de courage avec lequel nous avons traversé la vie au lieu de la vivre en nous assumant une fois pour toute !!!

        Cordialement.

        Répondre à ce message

        • Le 18 janvier à 13:16, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

          On a perdu not’ Gwandba préféré !
          Les mauvais esprits de la forêt se sont emparés de son âme, vite un exorciseur, vite les tam-tams d’exorcisme !
          Ouais, quand on en arrive à écrire des trucs aussi rigolos, on se pose question :
          « Pouvez-vous compter le nombre de burkinabé en France qui soigne la population française avec leurs savoirs ancestraux, qui permettent à certains de retrouver la santé, d’enfanter, de se libérer de certaines choses rendant la vie difficile ?? »
          Ha ha Gwandba !, je suis pressé de connaître le « 06 » de vos « Grrrrrrands Professeurs Mamadou du Burkina », j’aurais besoin d’un petit retour d’hormones. En effet, depuis qu’une belle métisse camerounaise tient notre boulangerie de quartier, je souhaiterais lui faire une petite causette.
          Gwandba, j’ai gagné ma journée grâce à vous !

          Répondre à ce message

          • Le 18 janvier à 19:31, par kwiliga En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

            Bonjour Renault HÉLIE,
            Tiens c’est curieux, de mon côté, j’ai été davantage interpelé par : "mais il y a des associations qui participe à l’éveille culturelle, intellectuelle, l’instruction du savoir, du partage interculturel etc... des adultes et des enfants français." assorti de "Pouvez faire la somme des associations burkinabé et africaines en France qui participe au développement de celle-ci ?"
            Alors effectivement, même si je connais assez bien la France, je suis bien incapable de connaitre le nombre exact d’associations burkinabè en France. Je suppose que Gwandba non plus d’ailleurs. Mais j’en ai connu quelques unes, notamment à Montpellier et à Marseille.
            Concernant le partage interculturel, ça rien à dire, on faisait notre boulot. On jouait du djembé, on avait un club de danse africaine, ça donnait un petit côté folklorique, mais après, on causait de Sankara, d’une révolution manquée, d’un espoir qui venait de naitre,... et ça c’était sérieux.
            Au delà du partage interculturel, j’ai vraiment beaucoup de difficultés à voir en quoi, nos association pourraient efficacement contribuer "à l’éveille culturelle, intellectuelle, l’instruction du savoir,...".
            Parce qu’il ne faut tout de même pas se leurrer avec des superstitions, en terme d’éveil culturel, intellectuel et d’orthographe, ainsi qu’en ce qui concerne l’instruction (du savoir me parait redondant), les français ne nous ont pas attendu et je dois admettre avoir appris énormément à leur côté.
            Vous serez assez aimable de citer des exemples sourcés. Merci.

            Répondre à ce message

            • Le 24 janvier à 13:19, par Fils du Pays En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

              Tant que la grande partie des écoles construites sont refermées par les terroristes, entretenus par les amis français, je pense qu´il est mieux d´arrêter avec la construction.
              L´or et le coton du Burkina ainsi que l´uranium du Niger servent je crois en grande partie à la France qu´ aux habitants de ces pays. Si nous sommes tous d´avis qu´il n´est pas juste que l´être humain mente à son prochain, il faudrait cesser maintenant avec tout ça.
              Les arabes et les peuhls ne sont pas des producteurs d´armes.
              Qui leur livre tout ça alors ?
              Que le ciel protège la France ainsi que ceux qui par hasard sont nés au Burkina, Mali et Niger.

              Répondre à ce message

              • Le 25 janvier à 15:13, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

                @Fils du Pays
                Votre Altesse « Fils du Pays », vous écrivîtes :
                « L´or et le coton du Burkina ainsi que l´uranium du Niger servent je crois en grande partie à la France qu´ aux habitants de ces pays »
                Vous pouvez aisément vérifier mes affirmations suivantes :
                - 1) La totalité des mines d’or du Burkina est exploitée par des compagnies russes, turques ou anglo-saxonnes, vous pouvez le vérifier, comme je l’ai fait.
                - 2) La quasi-totalité de l’or africain est raffinée en Suisse, en Angleterre, et en Russie, et est ensuite revendue au prix mondial à qui le veut.
                - 3) Les réserves d’or de la France sont supérieures à celle de la Russie, de l’Angleterre, de l’Arabie Séoudite, etc. Facile à vérifier !
                - 4) L’or et le coton, comme le cacao, le café, etc. sont achetés au prix mondial sur le marché mondial, ils ne sont pas « volés par la France », contrairement aux menteries habituelles. Du coton, du café ou du cacao, il y en a hors d’Afrique et la France ne bénéficie d’aucune faveur.
                - 5) L’uranium n’est absolument pas une ressource rare, la France en importe plus du Kazakhstan que d’Afrique, et il est payé au prix mondial, point à la ligne. Il y en a en Australie, au Canada et même en France.
                - 6) La mine d’uranium du Niger est très coûteuse à cause du terrorisme. Elle n’est maintenue que pour des raisons politiques, pour ne pas priver le Niger de ressources considérables ainsi que de nombreux emplois. Mais cette mine n’est absolument pas essentielle pour la France.
                - 7) Les matières premières comptent pour moins de 1% dans le fonctionnement d’une usine nucléaire d’électricité. L’essentiel des coûts réside dans l’ingénierie, la construction, la maintenance, la sécurité et le traitement des déchets radioactifs. Idem pour la fabrication d’un Airbus ou d’un chasseur bombardier Rafale ou d’une voiture : le prix des matières premières, c’est « peanuts », l’essentiel des coûts sont dus à l’ingénierie.

                Répondre à ce message

    • Le 18 janvier à 08:03, par Oim En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      Tu veux dire que le Burkina va arrêter de construire des écoles en France en représailles ?

      Répondre à ce message

    • Le 18 janvier à 11:20, par Gwandba En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      @Enfant de Boussé

      Bi yam n’ada ma samssa.
      Faut-il continuer de se lasser considérer comme des enfants par des personnes qui n’ont aucun scrupule à nous créer des soucis dès que l’occasion se présente ?

      On ne témoigne pas du respect à une personne parce qu’elle est mendiante ou parce quelle fait pitié. Le respect se donne à celui ou celle qui s’assume à tout point de vue, dans la dignité et la clairvoyance.

      Certains africains sont comme des mendiants assis sur un banc fait de diamants et tendent la main pour demander du pain sec à celui qui n’a que ce pain sec.

      Quand est-ce va-t-il se rendre compte de la richesse à sa disposition et agir en conséquence ???

      Ce type d’associations regorgent en leurs seins des burkinabé qui travaillent avec eux pour apporter de l’aide d’abord en France, ailleurs et aussi au Burkina.

      Si tu viens avec de l’aide pour encore nous soumettre, cette aide, tu peux la mettre où pense et de manière brutale de sorte à te rappeler toute ta vie.

      Répondre à ce message

      • Le 24 janvier à 09:34, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

        @Gwandba
        Mon Gwandba adoré, mon Gwandba praliné avec un coeur tendre mais vaillant, mon doux bonbon « Mon Chéri » avec une cerise à l’eau de vie (mais Ferrero est italien ?), notre Grrrrrand Guerrrrrier mossi qui guerroie contre les trrrrrès trrrrrès méchants terroristes, non pas de son épée et de son bouclier de cuir dans la brousse du Nord-Burkina, mais plutôt en les bombardant de terribles boules suisses au chocolat à partir des Alpes...
        Mon cher Gwandba, donc, vos histoires « d’aides à la France » me rassurent sur un point :
        1) Vous avez une imagination extraordinaire et votre capacité de rêver est extra ; vous cultivez des herbes sur votre balcon ?
        2) Vous faites partie de ces petits immigrés dont les petits diplômes n’ont impressionné personne, ni les Suisses, ni les Français, du coup vous êtes coincé dans de petits « bullshit jobs » d’animation auprès des « cassoss » du Toubabland. Vous arrivez à bouffer, mais vous êtes amer car personne n’a vu en vous le Werner VON BRAUN sahélien qui enverra du Gruyère et du chocolat suisse sur la planète Mars. En clair, vous êtes un parasite improductif de l’Europe qui crache dans la soupe...
        3) Vous vous vengez donc de votre confortable médiocrité en Europe en étalant vos délires de « réparation du monde » au service d’une officine occulte qui vous paye quelques Francs-Suisses par post ; dois-je vous appeler « Parsifal », « Tannhauser » ou « Der fliegende Holländer » ? (Je suis amateur de grande musique).
        4) Vous remarquerez que personne en Europe ne vous enquiquine pour votre activité néfaste d’agent de l’ennemi... Mais dans votre Sviataïa Rossiya (Sainte Russie) chérie, les services secrets vous auraient déjà fait goûter au joies de la natation dans un lac sibérien... sous 58cm de glace. Et vous auriez été traité de « дерьмовый предатель » sans politesse superflue...

        En gros, Gwandba, vous donnez la honte aux Burkinabè, qui sont des gens dignes et « droits dans leurs bottes » et qui travaillent durement.

        Répondre à ce message

        • Le 25 janvier à 19:49, par Gwandba En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

          Renault HÉLIE

          Vous êtes dans HEPAD ??? Vit vite que l’assistante de vie vienne avec vos cachet. Le vieux dérive !!!

          Ahahaaa... Si vous saviez !! mais je vais très humblement vous donner un aperçu de ce qui peut être mes aides à la France mais avant, je vais tenté de parler votre langage. Au cas où vous ne compreniez pas mon univers qui je pense sera très complexe pour vous.

          Si guerrier je suis, c’est armé d’une guitare et d’un béndré que j’affectionne parce qu’ils transmettent en mélodies mes émotions, ma lecture du monde, la compréhension des autres et moi-même, mes questionnements et la petite contribution que je pourrais apporter à l’humanité le temps de passage cette fois dans cette vie.

          Cela s’effectue auprès de tout le monde. Des plus connus et les moins connus. La dernière personne avec laquelle mes doigtés ont explorés l’univers le 20 février 2020 était le regretté MANU DIBANGO avant son décès. Des bandes sonores et visuelles existent pour l’attester.

          Lorsque, sur les rives de la Havane où sur les escaliers du marché des esclaves en Guadeloupe sans parler du festival de jazz à Montreux, Liechtenstein, ni ceux de Paris, Tourcoing, Lyon, Bordeau St Sébastien et Saragosse en Espagne, Perpignan, la Rochelle, Bruges, Bruxelles, Vintimille, Milan, Rome, Londre, Dublin, Guatemala, Venezuela, Pérou etc..., les mélodies du béndré et ma guitare m’amènent à la rencontre de personnes sensiblement intelligentes qui me disent le bien que ça leurs fait, le partage que je propose et dont je ne ménagerais aucun effort, Je peux comprendre qu’un esprit étriqué se résumant aux arnaques et aux fraicheurs africaines n’a d’argument à témoigné que son mépris aux animateurs culturels. Je ne le suis pas mais je leurs témoigne tout le respect.

          parce que lorsque je parcours le monde, ils instruisent mais mes enfants et je leur suis reconnaissant.

          J’ai une très bonne imagination et par dessus tout, je cultive des herbes aromatiques dans mon jardin. Comment le savez-vous ??? ;-)

          Je ne suis pas immigré et va vous le prouver.

          J’ai quitté mon Afrique et mon Faso bien aimé pour l’occident c’est vrai. Tout comme ces milliers d’occidentaux vivant en Afrique (Chez eux).
          Eux dans votre langage malsain et malhonnête, ce sont des expatriés.

          Pourquoi je serais immigré et pas expatrié comme eux ? vu que c’est exactement le même mouvement !!! La couleur de peau y est pour quelque chose ????

          Contrairement à vous, si vous mentionne mon véritable identité, vous verrez que je suis déjà venu chez de par ma musique, caressré vos oreilles et celles de femme si vous en avez une.

          Vous inquiétez pas je n’ai aucun aucune envie de mettre physiquement mes pieds chez vous. beerrrrrkkkkk... dégoutant à l’idée même d’y penser !!!

          Contrairement à vos nègres friands de médailles, j’en ai cure de vos diplômes.
          Cependant, un chanteur de reggae ivoirien dit qu’il vaut mieux avoir de la compétence et connaitre du monde que d’avoir des diplômes sans compétence et sans connaitre du monde.
          C’est un autre système qui échappe à vous autres. C’est de la faute à personne.

          Le gruyère le chocolat sont exotiques pour nous autres africains. On préfère du gaonré, zanmna, sagbo. Vous ne savez pas ce que ça peut être hummmm....

          Dans votre esprit étriqué et vieux jeux, un africain en occident ne peut être qu’un parasite. Vu que vous-même en avez sur ce forum qui rendent jaloux vos toilettes car, tout ce qui sort de vos fesse n’atteint le fond de la toilette. Une langue est là pour le nettoyage en profondeur. A tel point que vous risquez des irritations rectale.

          Je ne vais pas faire comme vous et dire que je suis blindé d’argent. Je ne roule pas sur l’or mais ça peut aller comme dit. ;-)

          Heyyy... ouvrez les yeux il y a bien longtemps que tarzan n’est pas roi en Afrique. Si vous continuez à faire croire ça à vos enfants, ils vont se faire ratatiner demain face à un africain qui risque de les prendre pour des sauvages incultes pestilentiels d’odeurs malsains du racisme.

          Une fois de plus à l’opposé de vous, je ne crache dans aucune soupe même occidentale. J’ai le respect des gens et des choses.

          Si je peux me permettre de vous donner un conseil, et vu que vous êtes à la retraite, écouter beaucoup de musique venant de divers horizons. ça ouvre l’esprit et ça fait du bien à l’âme.

          Ma participation aux débats est juste conditionné par le désir de la légalité, justice et le partage. J’suis pas comme vous à me faire payer pour répandre de la fumée aux yeux. D’ailleurs je trouve malveillant de la part de ceux qui vous oblige à coup de billets de banque à exécuter une tâche aussi dégradant. Surtout à votre âge. :-(

          Si au final, je vous dégoute, cela veut dire que j’ai joué ma partition et atteint l’objectif.

          Je n’ose même pas imaginer ce que peuvent penser les vôtre de vous réduit à cette basse besogne pour des miettes en plus.

          Répondre à ce message

          • Le 26 janvier à 09:38, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

            @Gwandba
            Mon très cher Messire « Gwandba le troubadour du Burkina », vous pourriez être intéressant, enfin « presque intéressant ». En effet, il y a chez vous une note de vulgarité « caca-pipi-proutt » qui ne me convient pas tout à fait ; mais c’est améliorable. Il vous suffirait :
            - ou bien de supprimer les passages concernés,
            - ou bien de les exprimer avec plus de raffinement.

            Vous savez qu’on peut être persuasif, incisif et même dur sans être vulgaire ? Thomas SANKARA lui-même ne s’est jamais permis d’être vulgaire, du moins dans ses discours officiels.

            Aussi, je vous propose une réécriture de votre texte sans en modifier le fond ; j’estime que, plus élégant, il vous aiderait à devenir plus persuasif, et même à susciter un intérêt amical. Voici votre texte avec quelques petits amendements, il en devient sympathique tout en préservant l’essentiel :
            ///////////////////////////////////////////////////////////////////////
            « @ Renault HÉLIE
            Renault HÉLIE, il semble que vous n’êtes plus très jeune, ne fatigueriez- vous pas un peu ? Prenez un cachet, et dodo !

            Ahahaaa... Si vous saviez !! Mais je vais très humblement vous donner un aperçu de ce qui peut être mes aides à la France mais avant, je vais tenté de parler votre langage. Au cas où vous ne compreniez pas mon univers qui je pense sera très complexe pour vous.

            Si guerrier je suis, c’est armé d’une guitare et d’un bendré que j’affectionne parce qu’ils transmettent en mélodies mes émotions, ma lecture du monde, la compréhension des autres et moi-même, mes questionnements et la petite contribution que je pourrais apporter à l’humanité le temps de passage cette fois dans cette vie.

            Cela s’effectue auprès de tout le monde. Des plus connus et les moins connus. La dernière personne avec laquelle mes doigtés ont explorés l’univers le 20 février 2020 était le regretté MANU DIBANGO avant son décès. Des bandes sonores et visuelles existent pour l’attester.

            Lorsque, sur les rives de la Havane où sur les escaliers du marché des esclaves en Guadeloupe sans parler du festival de jazz à Montreux, Liechtenstein, ni ceux de Paris, Tourcoing, Lyon, Bordeau St Sébastien et Saragosse en Espagne, Perpignan, la Rochelle, Bruges, Bruxelles, Vintimille, Milan, Rome, Londre, Dublin, Guatemala, Venezuela, Pérou etc..., les mélodies du bendré et ma guitare m’amènent à la rencontre de personnes sensiblement intelligentes qui me disent le bien que ça leurs fait, le partage que je propose et dont je ne ménagerais aucun effort, Je peux comprendre qu’un esprit étriqué se résumant aux arnaques et aux fraicheurs africaines n’a d’argument à témoigné que son mépris aux animateurs culturels. Je ne le suis pas mais je leurs témoigne tout le respect.

            Parce que lorsque je parcours le monde, ils instruisent mais mes enfants et je leur suis reconnaissant.

            J’ai une très bonne imagination et par dessus tout, je cultive des herbes aromatiques dans mon jardin. Comment le savez-vous ??? ;-)

            Je ne suis pas immigré et vais vous le prouver.

            J’ai quitté mon Afrique et mon Faso bien aimé pour l’Occident c’est vrai. Tout comme ces milliers d’occidentaux vivant en Afrique (Chez eux).

            Eux dans votre langage eurocentré, ce sont des expatriés.

            Pourquoi je serais immigré et pas expatrié comme eux ? vu que c’est exactement le même mouvement !!! La couleur de peau y est pour quelque chose ????

            Contrairement à vous, si vous mentionne mon véritable identité, vous verrez que je suis déjà venu chez de par ma musique, caressé vos oreilles et celles de femme si vous en avez une.

            Vous inquiétez pas je n’ai aucun aucune envie de mettre physiquement mes pieds chez vous.

            Contrairement à certains subsahariens friands de médailles, je n’ai cure de vos diplômes.
            Cependant, un chanteur de reggae ivoirien dit qu’il vaut mieux avoir de la compétence et connaitre du monde que d’avoir des diplômes sans compétence et sans connaitre du monde.

            Le gruyère le chocolat sont exotiques pour nous autres africains. On préfère du gaonré, zanmna, sagbo. Vous ne savez pas ce que ça peut être hummmm....

            Dans votre esprit européocentré d’un autre âge, un africain en occident ne peut être qu’un parasite.

            Je ne vais pas faire comme vous et dire que je suis blindé d’argent. Je ne roule pas sur l’or mais ça peut aller comme dit. ;-)

            Heyyy... ouvrez les yeux il y a bien longtemps que tarzan n’est pas roi en Afrique.

            Une fois de plus à l’opposé de vous, je ne crache dans aucune soupe même occidentale. J’ai le respect des gens et des choses.

            Si je peux me permettre de vous donner un conseil, et vu que vous êtes à la retraite, écouter beaucoup de musique venant de divers horizons. ça ouvre l’esprit et ça fait du bien à l’âme.

            Ma participation aux débats est juste conditionné par le désir de la légalité, justice et le partage. J’suis pas comme vous à me faire payer pour répandre de la fumée aux yeux.

            J’espère avoir atteint l’objectif de changer un peu votre point de vue. »

            Répondre à ce message

    • Le 19 janvier à 19:15, par verite no1 En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      @Enfant de Bousse, la represaille ? Ben ! On va plus les aider a fabriquer AIRBUS !!!!!!! Vraiment quoi !!!!!!!

      Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 16:59, par YAWOTO En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    Merci pour tout ce travail abattu, comptons sur nos propres forces, ceux qui sont toujours prompte à se transformer en mendiants larmoyants. Voilà une opportunité de se retrousser les manches !

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 17:09, par boss En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    Bravo et félicitation pour les œuvres réalisés et pour cette entraide entre peuples qui est vrai. ça différencie des magouilles et des semblants d’aides des politiciens, qu’ils soient français ou burkinabés.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 17:13, par LeCON En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    Merci pour les réalisations
    Il est temps que nous Burkinabé commencent à vivre sans les aides.
    Les aides nous ont transformé en mendiant et assisté.
    Aucune puissance ne viendra nous aider gratuitement, elles ont aussi des pauvres chez eux (France, Chine, Russie, etc).

    Répondre à ce message

    • Le 17 janvier à 22:07, par Passakziri En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      Ça serait l idéal et peut-être même possible. Mais pas avec notre égoïsme débordant.

      Passakziri

      Répondre à ce message

      • Le 18 janvier à 13:01, par jagger En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

        moi je veux juste savoir : combien d’école il y a au Burkina et combien ont été construites par une coopération française ? si en tant que pays on ne peux pas construire une école que de simples villages en ont construite sous la révolution ici devant nous tous alors on ne mérite pas d’être appelé un pays ! un burkinabè peut construire un immeuble et le pays entier ne peut pas construire une école, nous sommes vraiment devenus des mendiants, une école vaut à peine le prix des voiture de fonction que nous voyons rouler ici à ouaga !

        Répondre à ce message

        • Le 18 janvier à 15:34, par Passakziri En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

          Bonjour Jagger,
          on dirait que vous n’avez pas vraiment les nouvelles du pays. Si vous les aviez vous sauriez que dans notre Burkina autosuffisant, des enfants suivent encore leurs cours sous paillotes , enjambant serpents et scorpions,. Oui, normalement un pays devrait pouvoir assurer ce droit á l’éducation à ses enfants, mais nous conaissons la réalité. les pétits bourgeois de Ouaga qui n#ont jamais vu , encore fréquenté une école de brousse peuvent se permettreleurs commentaires ici, parce qu’ils n’ont pas vu des amis marcer 5 à 10 km pour rejoindre l#école le matin et la même distance pour reganer la maison le soir. Ceux qui ont vu cela savent que ces village et leurs enfants ont été soulagés par les écoles construites par les associations et ONG là où l’état à littéralement démissioner. Pourquoi ? parce que l ’égocentrisme du burkinabé post-Sankara a conduit à privillégier la subvention du carburant pour le confort d’une minorité au détriment de l’éssentiel. On a assuré le champagne à cette minoritée nonchalante .

          Passakziri

          Répondre à ce message

    • Le 23 janvier à 20:32, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      @LeCON
      Messire « LeCON », vous écrivîtes très judicieusement :
      « Il est temps que nous Burkinabé commencent à vivre sans les aides »
      Je vous rassure, c’est tout à fait possible, et j’ai cru comprendre qu’un certain TS le pensait aussi : il suffit :
      - de couper de 25% tous les salaires de militaires et fonctionnaires burkinabè,
      - de surtaxer fortement le litre de carburant pour voitures, camions et mobylettes pour le porter à 2500 Francs-CFA-ECO
      - de surtaxer la bière jusqu’à 4000 F la bouteille
      - d’augmenter de 2000f chaque paquet de 20 cigarettes.
      - d’alourdir la taxe annuelle des camions et taxis-brousse,
      - d’instaurer un péage à toutes les entrées des villes de plus de 100 000 habitants.

      Mais la population burkinabè le supporterait-elle ?
      Car de telles hausses induiraient une grave récession au BF.

      Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 17:29, par Ibrahim DABRE En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    C’est fait rire, il fabrique notre CFA chez lui et viens nous aider avec. C’est quel genre d’aide ça même.

    Répondre à ce message

    • Le 18 janvier à 12:02, par Gwandba En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      Ibrahim DABRE
      Merci là-bas. A croire que le prénom Ibrahim agit intelligemment sur la personnalité. Vous avez clos le débat.
      Je n’aurai plus d’enfants mais le prochain petit fils, je demanderais à ses parents de mettre Ibrahim en second prénom après celui d’origine africaine car, après mon grand-père qui a dignement combattu à la place des soldats de la petite prétentieuse, Il y a celui qui est dignement à la tête du Burkina et vous qui venez de porter l’estocade.

      Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 17:56, par NZ En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    Merci pour votre contribution. Ce sont des enfants du Burkina qui ont été et qui continueront à fréquenter ces écoles. Dommage que l’aventure s’arrête ainsi. Si votre association a réalisé ce que vous dites en 25, il va de soit que les Burkinabés ont un gros problème avec leurs dirigeants qui se sont succédés au pouvoir quand on regarde le nombre d’infrastructures scolaires actuels et le faible niveau de scolarisation. Quelque soit le partenaire, le vrai problème demeure les Burkinabés eux-mêmes.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 17:58, par lili En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    Depuis quand est-ce qu’il appartient aux Francais de construire des ecoles pour les Burkinabe ? Dites-moi, serieusement, depuis quand ? Vous partez ! vous arretez de construire des ecoles au Burkina ! Alleluia !
    Qu’on se le dise, personne ne fera chanter le Burkina. Personne ! Les quelques ecoles que vous avez construites sont bien, elles nous rendent service. Elles profitent a nos enfants. Cependant aucun chantage ne fera reculer ce pays. Rien ne changera le discours et la nouvelle donne sociale et politique en marche. Aucune liberte, aucun developpement ne peut provenir du diktat d’une puissance etrangere, et si la France croit pouvoir maintenir le Burkina sous sa dependance grace aux quelques bibelos dont parlent cet article, alors c’est un echec de sa part. Il n’appartient pas a la puissance colonisatrice de developper le pays qu’elle avait assujettit. Alors bon debarras ! Adieu ! Et surtout ne revenez plus.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 18:16, par kenfo En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    Quel est l’intérêt d’une telle annonce, dans un contexte comme le notre. Pourquoi ajouter du négatif au négatif,

    Kenfo

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 19:12, par SOME En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    La vraie amitié c’est dans les situations difficiles qu’on la voit. Tout comme les maliens l’ont reproché a la France, nous au burkina, nous ne voulons pas de ces amis qui nous lachent en plein vol. L’amitié, c’est sacré, surtout pour le burkinabe : nous n’en voulons pas a Blaise compaore d’avoir tué son frere Thomas sankara mais d’avoir tué l’ami. Si durant toute votre soi disant amitié france burkina, vous n’avez meme pas compris cela de l’ame du peuple burkinabe, cela dit tout de vous. Il est donc bon que tout s’arrete entre nous. L’humanitaire tous on le sait, ca n’existe nulle part et a aucun moment dans ce monde.

    Vu votre reaction, il est tres qu’il en soit ainsi. Je connais cette association, je suis moi meme militant associatif et connais le milieu de l’humanitaire. Votre argument securitaire ne tient aucunement la route : vous le savez, nous le savons.

    Lors de l’assemblée générale qui a voté la dissolution, il régnait pourtant une bonne ambiance. On comprend qu’il y a une bonne ambiance ! D’ailleurs au lieu de s’auto-dissoudre, l’assemblée generale aurait pu suspendre ses actions au burkina faso en attendant des jours meilleurs pour revenir aider a la relance des ecoles quand l’insecurité aura disparu. Votre choix est un choix ideologique, politique qui n’a rien a voir avec l’humanitaire, et meme depuis le debut, est on porté a dire. De cette aide, nous n’en voulons plus : "l’aide doit aider a se passer de l’aide" a dit thomas sankara
    SOME

    Répondre à ce message

    • Le 17 janvier à 23:21, par verite no1 En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      Bravo SOME, no comment, tout est dit !!!!! Ils veulent creer un chao mais ca va retomber sur leur tete car ils n’auront plus notre or, ni uranium, ni cotton, ni cafe-cacao, ni bois etc...

      Répondre à ce message

      • Le 25 janvier à 15:48, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

        @verite no1
        Ha Ha !, mon char « verite no1 », vous contribuez à l’épanouissement de mes zygomatiques ainsi qu’à l’agréable dilatation de ma rate, et j’en suis tout réjoui !
        Vous avez écrit :
        « car ils n’auront plus notre or, ni uranium, ni coton, ni café-cacao, ni bois etc »
        - 1) Je tremble à l’idée que le Burkina Faso me prive des milliers de tonnes de chocolat et de café... qu’il ne produit guère. Mon chocolatier préféré produit des chocolats de luxe à plus de 50€/kg, soit plus de 30 000 Francs-CFA-ECO le kilo, et le kilo de cacao vaut moins de 1000 Francs-CFA-ECO le kilo ; CHERCHEZ L’ERREUR !!!
        Par exemple, googlez « chocolaterie TROGNEUX Amiens ». Vous y verrez les ballotins à 86€ le kilo, soit plus de 50 000 Francs-CFA-ECO le kilo. Notez que ce chocolatier TROGNEUX est le père de Mme MACRON...
        - 2) Le bois du Burkina ? Plaît-il ? Vous savez, j’ai beaucoup de meubles en chêne sculpté hérités de ma famille et de ma belle-famille ; et les chênes ... poussent naturellement dans mon petit bois au bout de mon vaste jardin. En consommant du bois du Burkina, je contribuerais au terrible déboisement ouest-africain, ce n’est pas mon style, car je suis très écolo... comme l’étaient les rois de France qui nous ont laissé d’immenses forêts pleines de gibier.
        - 3) Les 5 ou 6 centrales qui m’entourent dans un rayon de 150km produisent plus que le double de la production électrique du Maghreb, soit bien plus que toute l’Afrique de l’ouest. Pourtant, elles enfournent au total ... moins de 50 mètres cubes d’uranium pur par an (environ 1000 tonnes, deux trains de 50 wagons), dont la majorité ne vient pas d’Afrique mais du Kazakhsan, d’Australie, etc.. Moins de 1% du coût de fonctionnement de ces centrales !

        Répondre à ce message

    • Le 18 janvier à 12:17, par kwiliga En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      Bonjour SOME,
      Ha, ça faisait longtemps. Comme après m’avoir traité de Troll, vous m’avez accusé de harcèlement à votre égard, j’ai tout fait pour éviter de vous répondre.
      Hélas, ici, je ne peux m’en empêcher, car votre interprétation de la situation me parait par trop partiale, empreinte d’un orgueil mal placé et d’une utopique idéologie autodestructrice.
      Vous écrivez :
      - "Tout comme les maliens l’ont reproché a la France, nous au burkina, nous ne voulons pas de ces amis qui nous lachent en plein vol" Oui, ça c’est le point de vue de la putschiste dictature malienne, qui abandonne son peuple et mène son pays à sa perte.
      Une lecture plus objective des évènements, pourrait nous amener à penser que Goïta et Maïga ont tout fait pour mettre les français dehors.
      Lors de certains de vos commentaires "panafricanistes", vous étiez d’ailleurs le premier à vous en féliciter.
      -  " L’amitié, c’est sacré... Si durant toute votre soi disant amitié france burkina, vous n’avez meme pas compris cela...". Force est tout de même de reconnaitre, qu’au delà de sa prétendue sacralité, l’essentiel dans une véritable amitié, c’est sa réciprocité. Ces braves français auraient mieux fait de se rendre compte qu’avec certains burkinabè, ce principe n’est pas forcément vrai et qu’avec l’explosion du monde capitalisme qui nous accable, nous avons tôt fait de changer d’amis, car désespérés comme nous le sommes et incapables de nous remettre en question, il faut bien rejeter la faute sur quelqu’un.
      -  "L’humanitaire tous on le sait, ca n’existe nulle part et a aucun moment dans ce monde". Ne craignez-vous pas, en affirmant ceci, d’afficher votre propre manque d’humanité ? Etes-vous dans la tête de tous ces "blancs" que vous détestez tant, qui viennent donner de leur temps, de leur savoir faire, de leur argent, parfois au péril de leur santé ou même de leur vie ?
      -  "Votre argument securitaire ne tient aucunement la route" écrivez-vous, sans honte, bien à l’abri à l’étranger. Allez, n’hésitez pas, expliquez-nous clairement à quel point le Burkina est un pays stable ou la sécurité de chacun est garantie.
      "l’aide doit aider a se passer de l’aide" a dit thomas sankara" et c’est exactement des actions que menait cette association dont il nous parlait, mais apparemment, vous ne retenez que les mots sans en comprendre le sens. Quoi de plus formidable que de bâtir des écoles, que de contribuer à améliorer l’éducation, pour permettre aux populations de "se passer de l’aide".
      Pour conclure et puisqu’on est sur Sankara, nous avons encore un point d’opposition et pas des moindres.
      Vous écrivez : "nous n’en voulons pas a Blaise compaore d’avoir tué son frere Thomas sankara mais d’avoir tué l’ami" utilisez donc le "nous" comme il vous semble, mais ne m’incluez pas dedans.
      Moi (et je n’ai pas la prétention d’écrire "nous, car je ne représente que moi-même) moi donc, si je reproche à Blaise d’avoir tué un ami ou un frère, ce que je lui reproche bien davantage, c’est d’avoir tué l’espoir.

      Répondre à ce message

      • Le 18 janvier à 13:18, par jagger En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

        pourquoi on est obligé d’être avec la France alors qu’on a été avec elle plus de 100ans et les pays francophones restent les derniers au monde ? s’il vous plait essayons autre chose ok ? je crois savoir que tout ce que la France a en majorité vient de l’exploitation de l’Afrique, c’est un de leur président qui l’a dit ! et puis c’est quel amitié il y a eu entre la France et ses anciennes colonies si ce n’est la barbarie et le pillage ? expliquez moi comment il y a un dossier classé secret d’état en France concernant l’assassinat de Thomas Sankara ? c’est ça l’amitié ?

        Répondre à ce message

        • Le 20 janvier à 21:43, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

          @jagger,
          J’espère sincèrement que cette argumentation sera publiée, car elle a été soignée et ne comprend aucun terme offensant envers les Burkinabè

          Pays francophones VS pays anglophones en Afrique
          Mon cher jagger, mon doux ami jagger dont j’aime décortiquer la prose avec le soin que j’apporte au montage de mes maquettes de bateaux radiocommandées, qui sont presque des drones, je me permets respectueusement de reprendre un cliché que vous avez repris sans éléments solides :
          « ... les pays francophones restent les derniers au monde .... »
          NON ! Votre cliché sur les pays francophones est FAUX ET ARCHI-FAUX, et je vous argumente ça avec une marmite d’arguments « sauce gombo » bien gras, avec de beaux morceaux de poulet dodu et d’agneau gras, et vous allez vous régaler comme si vous étiez invité au Tabaski d’un grrrrrrrrrrand chef coutumier trrrrrrès puissant.
          1) D’abord, on ne peut comparer que des pays comparables ! Si vous comparez le Maroc avec les USA et le Niger avec l’Australie, vous « prouverez » que « francophone », c’est plus pauvre que « anglophone », mais vous prouverez surtout votre colossale mauvaise foi, car l’Australie et les USA ont gentiment génocidé les indigènes et fait venir des millions d’Allemands, de Grecs, de Britanniques, d’Italiens, etc. pour remplacer les pauvres autochtones qu’ils ont traités comme des insectes gênants.
          DONC, S’IL VOUS PLAIT, COMPARONS DES NATIONS COMPARABLES.
          2) En Afrique côtière humide, comparons deux pays proches, le Ghana et la Côte d’Ivoire. Deux pays qui ont de grands ports, des plages, de belles forêts, des trains, de l’eau, du cacao, du café, des rivières, des centrales hydro-électriques, du pétrole et quelques mines et une démocratie à peu près présentable.
          Eh bien, c’est clair comme le nez pointu d’un blanc au milieu de sa rougeaude figure : LA CÔTE-D’IVOIRE ÉCRASE LE GHANA PAR SES RÉSULTATS ÉCONOMIQUES.
          En particulier, le Ghana souffre beaucoup de sa très mauvaise monnaie nationale, le Cedi, dont la valeur s’effondre comme celle d’une tête de poulet qui a trop traîné au soleil sur un tas d’ordure de Ouaga, alors que la Côte-d’Ivoire bénéficie de la stabilité due au solide Franc-CFA-ECO. Les prix au Ghana augmentent d’une façon vertigineuse, faisant souffrir les salariés, les fonctionnaires et les retraités, ces derniers risquant de mourir de faim ; du coup, les bourgeois ont des comptes bancaires en Franc-CFA, en euros €, en livres anglaises £ et en dollars US $ pour préserver leur patrimoine, et, pour acheter une moto, une voiture ou une maison, il faut présenter de gros sacs bien gonflés de dollars ou d’euros.
          3) En fait, la Côte d’Ivoire est le plus riche pays d’Afrique Noire si l’on excepte la RSA d’Afrique du Sud. Elle fait mieux que le Kenya, que le Zimbabwe, que la Tanzanie... et même que le Nigeria, malgré tout son pétrole.
          4) Oublions cette fichue Côte-d’Ivoire qui réussit trop bien. Eh bien, dites vous que pour un Africain « noir », la vie au Gabon, au Congo-Brazzaville, au Sénégal, ou au Burkina Faso est infiniment moins dangereuse que celle d’un « noir » à Lagos, Monbasa ou en Afrique du sud, pays où les fusillades et les lynchages sont fréquents (« noirs » contre « noirs »). Lagos, par exemple, n’est qu’un affreux cloaque lagunaire, rien à voir avec Abidjan, Cotonou ou Pointe-Noire, et le Nigeria souffre lui aussi d’une monnaie de m**de, le Naïra, qui ne sert qu’aux pauvres, mais qui est refusée pour les affaires sérieuses.
          .5) Si vous comparez le Burkina Faso au Soudan et à la Somalie, eux aussi pays sahéliens... vous allez fuir en courant, car Somalie et Soudan, ex-anglais, sont des enfers sur terre par rapport au Burkina, au Niger et au Mali , et ils ont les mêmes problèmes de terrorisme. La Somalie est vraiment un pays horrible pour ses citoyens, et le Soudan a éclaté à force d’opprimer ses chrétiens....
          6) Comparons maintenant le Maghreb francophone à des pays arabes d’Afrique colonisés par les Anglais.
          Pour un burkinabè qui débarque à Alger, Tunis ou Casablanca, il se demande s’il n’a pas fait une erreur de billet d’avion et s’il est encore en Afrique ! Des trams, des trains, des buildings, des égouts, des immeubles avec ascenseurs, des pâtisseries partout, des usines qui travaillent avec l’Europe (voitures, métallurgie, aéronautique) , des ports gigantesques, des villas confortables, des cliniques et des hôpitaux bien plus puissants qu’au sud du Sahara, et une population agréable. Bon, dans l’ordre, les pays les plus agréables pour un subsaharien sont le Maroc, suivi de la Tunisie puis de l’Algérie ; attention, les Algériens sont les plus racistes envers les « noirs », plus que les Tunisiens, alors que les Marocains sont plus gentils avec les subsahariens et qu’un marocain sur 6 est « noir »...
          Donc, si l’on compare la Tunisie arabe et francophone (ou n’importe quel des 3 pays du Maghreb) avec l’Égypte arabe ex-anglaise, vous verrez, c’est ÉCRASANT : l’Égypte se rapproche plus de la pauvreté grouillante de l’Inde ou du Pakistan, alors que la vie au Maghreb est très proche de celle du sud de l’Europe.
          Remarquez que les infrastructures du Maghreb, trains, routes, industries, hôpitaux, déjà installées en 1950 avant les indépendances, sont remarquables et sont enviées par les pays d’Amérique Latine et d’Europe du sud.

          Voilà, je vous ai fait un bel exposé tout à fait sincère et basé sur mon expérience et mes voyages. Et mes premiers voyages, c’était en avion à hélices genre Dakota avant les indépendances. Vous ne pourrez plus jamais dire que « pays francophone ex-colonie française » c’est plus « caca » que « pays anglophone ex-colonie anglaise ». Je vous ai montré combien je vous respecte, car mon laïus ne vous insulte pas et ce que j’expose est facile à vérifier.

          Donc, Jagger, si vous gagnez 300 millions à la loterie, je vous invite à voyager en tenant un journal de voyage. Visitez le Maroc, l’Algérie, l’Égypte, le Soudan, la Somalie, le Niger, reposez-vous au Burkina, puis faites Dakar, Abidjan, Accra, Lagos, Lomé, Cotonou, Brazzaville, Kampala, Addis Abeba. Puis publiez un bouquin, vous gagnerez du pognon avec votre relation comparative, ça vous remboursera les voyages.
          Mais si vous êtes un homme sincère, vous comprendrez que les ex-colonisés par la France... n’ont certainement pas plus souffert que les africains anglophones depuis 60 ans. Il y a évidemment des problèmes ici ou là...

          Bon, on gagnerait beaucoup de temps si les intervenants sur le présent forum prenaient tous la peine de contrôler sincèrement leurs affirmations anti-françaises au lieu de les balancer sans preuves comme une paysanne qui jette son pot de chambre par la fenêtre ; oui, j’ai vu ça en France il y a 60 ans !

          Bien le bonsoir chez vous, Mister Jagger des « Rolling Stones » !

          Répondre à ce message

      • Le 20 janvier à 11:02, par SOME En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

        Bonjour kwiliga,
        Ha, ça faisait longtemps. Comme après m’avoir traité de Troll, vous m’avez accusé de harcèlement à votre égard, j’ai tout fait pour éviter de vous répondre.

        Je vois : tu jubiles déjà, rien qu’à l’idée t’en prendre à SOME. Mais sache que je n’ai pas ce temps, encore moins cette énergie à perdre. Je ne viens pas sur ce forum pour faire du pugilat. Je te traite de troll et je le maintiens. Tu restes aux aguets du site pour te jeter sur les publications et faire des interventions contre tout ce que les dirigeants font. Si tu es pro France, c’est ton choix qu’on doit t’accorder, mais faisant ce choix, tu exposes ipso facto aux critiques de ceux qui sont contre.

        Dans tes manœuvres de caméléon équilibriste tu crois pouvoir tromper quelqu’un. Je ne vois pas ou je t’ai accusé de me harceler. Tu sais retourner les choses : c’est toi qui te plains que je t’attaque. Si telle était ton idée dans tes interventions sache que je ne me sens absolument pas harcelé par toi, ni par personne d’ailleurs. Toi tu écumes le site à venir mettre ta bouche dans ce qui ne te regarde pas : cf. mon échange avec Sayouba. Oui ! j’ai écrit que tu espères te venger de n’avoir pas pu arriver à tes fins avec moi, alors tu comptes sur Sayouba. Je ne crains point de croiser le fer avec Sayouba, mais le débat doit se faire dans l’honnêteté intellectuelle. Et je m’arrête là ! Donc inutile de venir me relancer dans une polémique stérile avec toi. Hélas, ici, je ne peux m’en empêcher Ben tant pis pour toi, c’est plus fort que toi !

        Tu traites le régime malien de putschiste ; c’est ton choix idéologique qui n’est pas le mien que tu qualifie d’utopiste. Je te dirai que c’est l’utopie qui fait la vie : tout ce qui sort de l’esprit humain est réalisable (je sais que je t’agace en citant sankara, ben tant pis !), et il faut oser inventer l’avenir et non s’asseoir attendre que ton maitre français vienne te donner à boire et à manger, comme dirait mon parent Palé Welte. Là-dessus je suis d’accord avec toi : nous n’avons pas la même vision du monde. Ta lecture objective des événements ne peut être la nôtre. Ca au moins c’est sur : si pour toi Goita mène son peuple à sa perte, je te dis que pour nous autres panafricanistes, ceux que tu traites de panafriCONS (sic, je souligne), pour nous c’est aux africains de lutter pour leur salut, avant que d’autres ne viennent les aider. Et s’ils acceptent de faire une aide vraie.

        Oui je m’en félicite et m’en féliciterai toujours. Ce qui est pour toi une autodestruction est pour nous la seule voie de salut. La France esclavagiste moderne qui ne pouvait même pas résister à son ennemi de toujours, l’Allemagne, n’a été sauvée que par les africains. Et la France est revenue à ses reflexes esclavagistes pavloviens car elle sait bien que sans les africains elle n’est rien. C’est pourquoi elle ne peut quitter d’elle-même l’afrique, à moins d’être chassée avec un bon coup de pied au cul. Les temps ont changé, n’en déplaise aux « has been » qui n’ont pas encore compris et qui tentent de bloquer la roue de l’Histoire. C’est tant pis pour eux. Goita reprend ce que Thomas Sankara était en train de réussir mais que vous autres avez tout faire pour détruire de façon égoïste. Maintenant tu t’agites parce que tes maitres français sont découverts dans leur hypocrisie et mensonges séculaires exploitatrices.

        Force est tout de même de reconnaitre, qu’au delà de sa prétendue sacralité (sic), l’essentiel dans une véritable amitié, c’est sa réciprocité. Ces braves (sic) français auraient mieux fait de se rendre compte qu’avec certains burkinabè, ce principe n’est pas forcément vrai Que dire devant une telle posture morale et psychologique ? C’est à croire même que tu ne sais pas ce que tu écris toi-même !

        Ne craignez-vous pas, en affirmant ceci, d’afficher votre propre manque d’humanité ? Etes-vous dans la tête de tous ces "blancs" que vous détestez tant, qui viennent donner de leur temps, de leur savoir faire, de leur argent, parfois au péril de leur santé ou même de leur vie ?

        "Votre argument securitaire ne tient aucunement la route" écrivez-vous, sans honte, bien à l’abri à l’étranger. Allez, n’hésitez pas, expliquez-nous clairement à quel point le Burkina est un pays stable ou la sécurité de chacun est garantie.
        Quoi ajouter ?! Tellement tu es de mauvaise foi !! Car je n’incline pas à penser que tu n’aies pas compris ce que je veux dire (du moins je crois). Nul ne nie la question sécuritaire qui prévaut dans notre pays, mais je dénie à cette association de vouloir se saisir de cette dimension comme argument. Tu ne mentionnes point le fait que j’ai dit qu’ils auraient pu suspendre leurs activités s’ils étaient sincères dans leur amitié. Là on comprendrait leur position.

        Tu me taxes de détester les blancs : ca c’est l’argument facile sur lequel se rabattent ceux qui ne peuvent pas formuler une analyse d’une situation : on se rabat sur le racisme et de haine anti blanc. Oh ! ces bons blancs qui viennent nous sauver au péril de leurs vies et nous aider à nous développer, etc. Quelle misère mentale ! Nos parents eux n’ont pas risqué leurs vies pour les sortir des griffes des nazis : ils se sont fait tuer pour libérer Paris, quand ces mêmes français se sont empressés de collaborer avec l’occupant nazi. Nous ne sommes plus au 19e siècle, encore moins au temps de l’esclavage, pas même au temps de l’après de la soi disant décolonisation, où il y avait à boire et à manger, ce temps révolu que tu pleures. Mais sache que cette nouvelle génération cette époque est révolue à jamais !

        « Moi (et je n’ai pas la prétention d’écrire "nous, car je ne représente que moi-même) » c’est bien cela qu’on appelle l’orgueil : ne vouloir représenter que soi même en niant l’Autre. C’est la prise en compte de l’alter ego et non pas seulement de son ego à soi, c’est ce que l’on appelle l’humanisme et l’action humanitaire.

        Je ne doute point que nous ayons un grand point « …d’opposition et pas des moindres sur Sankara » , ca je n’en doute point une seconde. …utilisez donc le "nous" comme il vous semble, mais ne m’incluez pas dedans. Tant mieux ! C’est ce « nous », ce sentiment d’appartenance a une collectivité qu’on appelle « Etat nation » que Thomas Sankara avait tenté de créer. La révolution n’exclut personne, c’est chacun qui s’exclut soi-même.

        « ...si je reproche à Blaise d’avoir tué un ami ou un frère, ce que je lui reproche bien davantage, c’est d’avoir tué l’espoir.  » finalement c’est à croire que réellement tu ne comprends pas ce que tu écris toi-même. C’est toi qui ne retiens «  …que les mots sans en comprendre le sens » . Quel est cet espoir ? Qui représente cet espoir ? À moins que ce ne soit encore ce numéro d’équilibrisme que tu tentes encore comme a ton habitude.
        SOME

        Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 19:30, par Sonni ALIBER En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    C’était une association d’espions français déguisés en Association amitié Burkina /France /ceci va réveiller les hommes intègres de n’est rien absolument RIEN DE LA FRANCE 🇫🇷 /MA PATRIE OU LA MORT ☠️ NOUS VAINCRONS

    Répondre à ce message

    • Le 18 janvier à 06:21, par Burkina En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      Je ne vois aucune logique dans cette démarche : il ya l’insécurité au Burkina. Vos touristes ne peuvent plus venir en villégiature à Banfora. Mais pourquoi dissoudre votre association ? Votre "marché de Ouagadougou" ne s’organisait pas au Burkina, c’était à Valenciennes où il n’y a aucun problème de sécurité ! Les marchandises peuvent bien continuer de vous parvenir à moins que pendant 25 ans votre association est restée une association de français de France qui n’a rien fait pour avoir des relais au Burkina. Je connais une association Genevoise qui poursuit allègrement ses activités au Burkina parce qu’elle a su s’associer les bénéficiaires. Depuis 2016, plus aucun membre suisse de l’association ne se risque à venir mais leurs activités de collecte de fonds se poursuivent et sur place les relais continuent la réalisation d’infrastructures scolaires, des forages, le soutien à l’agriculteur bio...
      C’est dans les moments difficiles que la vraie amitié se démontre. C’est l’esprit français ça. C’est l’erreur que le gouvernement français a faite aux indépendances, puis récemment au Mali et se prépare à faire au Burkina. Enfin, si ce n’est une volonté de nuire, je ne crois pas que la création de votre association ait en son temps fait la Une des journaux. Si oui, donnez en la preuve. Pourquoi alors ce tapage, cet spectacle pour s’auto dissoudre ?
      Le Burkina s’en sortira et on verra ce que vous ferez ensuite !
      Si on revoit quelqu’un ici yanda-yanda il va voir !

      Répondre à ce message

      • Le 19 janvier à 15:03, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

        @Burkina
        Messire « Burkina », vous avouez vous-même que vos Suisses ont renoncé à venir au BF en écrivant ceci :
        « Depuis 2016, plus aucun membre suisse de l’association ne se risque à venir »
        Pourquoi voulez-vous que des Français acceptent plus de risques que les « petits Suisses » ? Or, la haine anti-française et le terrorisme sont des réalités bien concrètes au BF., c’est ainsi et pas autrement ! Finie, la bonne image extérieure du BF ; il n’y a qu’à parcourir le présent forum pour comprendre...
        D’autre part, je ne comprendrais pas des Français qui enverraient du fric « par correspondance » à un pays dont les pro-soviétiques les vomissent et sont prêts à les brûler...
        Justement, j’ai de bonnes raisons de ne guère aimer les ONG, malgré leurs naïves intentions....

        Répondre à ce message

      • Le 20 janvier à 14:11, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

        @Burkina
        Messire « Burkina », j’ai quand même lu AVEC INTÉRÊT votre intervention sur une ONG suisse.
        J’ai une idée très sérieuse :
        Il me semble que votre expertise pourrait servir. Je vous suggère de créer un cabinet de « conseil en création d’ONG » au Burkina (ou ailleurs en Afrique) en utilisant votre idée « d’ONG bien déléguée à des cadres locaux » ne nécessitant que le strict minimum d’expatriés, et minimisant ainsi certaines coûts ainsi que les menaces sur les expats.
        En plus, ce cabinet pourrait aussi ce charger des recrutements sur place, comme de se charger des problèmes de comptabilité, de RH et de relations avec l’État local.
        Un bon « cornac » sur place peut éviter bien des frictions avec les autorités locales...

        Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 20:32, par Dedegueba Sanon En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    Je ne comprends toujours pas l’attitude des internautes qui voient les russes partout.Apparemment Macron et ses congénères ont réussi à injecter le virus de la "russophobie" dans les esprits de beaucoup d’occidentaux y compris des burkinabè. Moi je fais partie d’une génération qui avait quand même le choix entre aller étudier après le baccalauréat, soit en France, soit en URSS, certains mêmes allaient même en Yougoslavie ou en Roumanie..
    Pourquoi maintenant la cohabitation entre français et russes devient impossible ? Et bizarrement les russes ne se refusent pas à une cohabitation, mais ce sont les français qui nous font ce chantage indécent. Est-ce que nous imposons à la France ses amis ou ses partenaires ? Oubien le fait de nous tenir en laisse avec le franc CFA autorise la France à nous imposer ses choix ?
    Pour après venir dire que nos états les chassent en diffusant un faux narratif de sentiments "anti-français".
    Comment une association dite franco africaine, qui décide de suspendre ses activités pour raison d’insécurité, certains en viennent à évoquer les russes ? Le burkinabè est aussi idiot qu’il peut se laisser manipuler par les russes ? Pendant que nous y sommes, pourquoi pas par les chinois, les turcs ou même les iraniens ? D’ailleurs récemment il était question même de coopérer avec Israël.
    Diversifier ne signifie pas substituer, à moins que je ne comprenne pas français ? Dire aux seuls militaires français de retourner en France parce que nous ne voyons pas leur franchise ou du moins leur utilité ou véritable efficacité dans la lutte contre les terroristes , ne signifie pas que nous voulons que tous les français doivent rentrer ? Pourquoi falsifier ou détourner le débat du problème de fond ? Et le fond du problème est juste géostratégique. La France considère que le Burkina est sa "chose" et se bat pour conserver sa "chose" comme le disait Damiba, et comme un chien enragé, elle ne veut pas qu’un autre prédateur s’approche de son repas, même si elle n’a pas faim.
    Du reste il est étonnant que ce soit maintenant que cette association rompe les amarres avec le Burkina ? C’est vrai aussi que Ibou, ne rassure pas qu’il pourrait garantir les intérêts des français ? Lui qui lorgne trop du côté du Mali et de Mosciu. Mais dans cette lutte géostratégique, les occidentaux ne semblent pas considérer que le Burkina ait un mot à dire. Et c’est cette posture chosifiante d’une autre époque des africains, qui crée les révoltes. La France et ses alliés de l’UE ainsi que les USA ont tout intérêt à changer de paradigme, les africains d’aujourd’hui ne sont plus de ceux des années 1960. Les luttes d’influence des puissances pour contrôler le monde se heurtent de nos jours à des populations africaines plus jeunes et plus éveillées.
    C’est vrai qu’en Ukraine la Russie et les USA se battent au grand damn des ukrainiens et des européens .. Des américains qui disent "qu’ils se battront jusqu’au dernier ukrainien", et les ukrainiens suivent ? Vu d’Afrique ce sont les ukrainiens qui sont les vrais dindons de la farce. Avec ça, Ursula Von Der Leyen trouve que ce sont les africains qui n’ont pas de cerveaux pour réfléchir par eux-mêmes ?
    Je termine en disant que j’espère que cette association qui est obligée d’arrêter ses activités, saura se retourner contre Sarkozy, car n’eût été sa forfaiture initiale en Libye qui a coûté la vie au guide libyen, tout cela ne serait pas arrivé.
    C’est trop facile de colorier les pays du sahel en rouge pour raison d’insécurité, alors que les auteurs de ce désordre sont connus et se la coule douce en France, en Angleterre et aux USA.
    They didn’t finish the job. Isn’t it ? Obama ?

    Répondre à ce message

    • Le 20 janvier à 14:36, par CIGA En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      Soutien total, mon frère. Russophobie viscérale, ces gens de la cyber armée de Macron. Pourquoi pourrir le quotidien des burkinabè avec votre haine. Allez dans les médias russes et à la frontière russe pour vous battre, la vaincre, et dominer le monde. Le Burkina Faso veut l’amitié avec les 200 pays du monde. Les burkinabè veulent être amis avec les 8 milliards des citoyens de la planète. Malheur à ceux qui ne croient jamais, ou, ne veulent jamais exister sans ENNEMIS dans ce monde.

      Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 20:40, par verite no1 En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    Depuis quand la france a aider un pays Africain ???? Le systeme de "je vole 10000 et je remet 10f au proprietaire’ Du n’importe quoi oui !!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 20:47, par verite no1 En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    Mon soutien indefectible au MARECHAL (n’en deplaise aux paltoquets) IB, digne fils du Burkina Fsso !!!!!! Apres la transition la RUE verra s’il faut continuer avec cette equipe qui fait du bon boulot !!!!! Le Burkina n’appartient ni a la France, ni a l’ONU, ni aux vassaux locaux de l’imperialisme !!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 21:04, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    Tant pis, c’est bien triste, mais c’est une fin logique et voulue par vos activistes !
    - Les gouvernements burkinabè n’ont rien fait de sérieux contre l’insécurité depuis au moins 3 ans.
    - Au lieu de se battre vraiment contre le terrorisme, ils ont entravé la coopération avec les armées de L’OTAN et créé des milices dangereuses.
    - Depuis début 2021, le Burkina n’a fait que perdre des territoires (sauf quand il a consenti à faire appel à l’OTAN ... avec pour résultat des désencerclements de villes et garnisons, envoyant des centaines de terros au tapis ; il y a des sources très claires sur le sujet).
    - L’OTAN et la France devront probablement se retirer faute d’être militairement sollicités, mais le gouvernement du BF n’a pas le courage de dire clairement ce qu’il veut.
    - On va vers une situation ou l’armée Malienne aura perdu 80% de son territoire et l’armée burkinabè 60% du sien avant fin 2024, tout en se livrant à des exactions contre certains groupes ethniques.
    - Par conséquent, il est forcé que les représentants d’ONG se retirent, et vite, avant d’être martyrisés par les terros, puisque personne ne les protègera.
    - Je suppose que les pro-russes infiltrés au BF et au Mali vont faire la fête quand le pays sera condensé « en peau de chagrin » autour de 1 ou 2 grandes villes ; ils auront réussi leur travail de destruction par l’intérieur.
    - N’oubliez pas la vitesse à laquelle la RCA-Centrafrique a été oubliée.

    Ces charmantes ONG sont un peu nunuches, mais elles ont accompli un travail considérable que vos fonctionnaires ont été incapable d’entamer ... pendant 50 ans de déliquescence d’une administration qui préfère le confort des grandes villes. Oui, ces métropoles agréables où l’on peut bramer virilement contre l’impérialisme dans d’agréables maquis avec une bière bien frappée, en compagnie de dames très bienveillantes, « trop bienveillantes là-même présentement ».

    Quant à moi, j’estime souhaitable un retrait des forces de l’OTAN ainsi qu’une compression de toute aide budgétaire ou autre à des dictatures putschistes qui nous rejettent.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 21:11, par Alpha2025 En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    Quand je lis certains commentaires, j’ai honte. L’insécurité est une réalité oui ou non ? Les bénévoles qui venaient travailler ici doi ent donc venir se faire massacrer ? Étaient-ils ôbligés de faire ce qu’ils ont fait ? Et dire que certains les accusent d’être des espions ! Vous me faites honte. Vous le dites, nous n’avons plus besoin d’eux. Assumons nous et prenons le relais. Construisons toutes les écoles que l’état n’a pas les moyens de construire. C’est ça la souveraineté !

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 21:26, par Zouk En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    Tout a une fin. 25 années pour soutenir la construction d’écoles, c’est une preuve d’amitié et pas de volonté de coloniser.
    Faire en sorte que des revenus soient produits dans le pays pour construire des écoles est une ouverture vers l’autonomie. Ce serait possible de continuer en toute indépendance si la situation était moins critique.
    Le soutien pour les enfants est désintéressé et il faut reconnaître qu’il y a beaucoup d’écoles qui ont besoin d’être réparées.
    Les actualités de contestations montrent bien qu’il n’y a pas un esprit unique en France comme au Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 22:55, par HAAYGUYA En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    Cette Association ne vient pas du Politique français mais de son peuple. Nous n’avons rien contre le peuple français. Tous les peuples s’aiment entre eux , mais ce sont les dirigeants politiques qui fabriquent ces systèmes d’exploitations d’avec les peuples africains. Toute la négativité de notre relation avec la France est parti d’avec Jacques Focard le bras droit de De Gaule qui était sa tête pensante. C’est de ce cynique personnage que nous est venue la brouille. C’est ce monstre-là qui connaissait très bien les africains et qui a mis dans la tete de De Gaule de nous donner l’indépendance mais à la condition de signer le Pacte Colonial qui leur permettra de toujours nous exploiter. Un semblant d’indépendance qui leur permet de télégérer nos pays. Jamais de relation commerciale ou politique sans l’accord de la France. La langue officielle est le français et le président de la République doit aimer la France sinon Kriririririririri !!!! Ce sont ces valets locaux français nos parents qui les ont aidé à nous maintenir au bas de l’échelle du développement et à nous détruire. Le terrorisme le djihadisme les troubles viennent des politiques françaises. Tout cela pour piller nos ressources minières. Vous avez sans doute entendu Nicolas Sarkozy dire que si on permettait aux africains de produire leur propre monnaie ce serait une catastrophe pour la France. Un de leurs 1ers Ministres disait que si nous quittons le franc CFA il leur faudra répliquer par le terrorisme et feu Jacques Chirac avait honte et demandait que cesse cette exploitation de l’Afrique par la France.
    Vous, en tant qu’Association humanitaire nous ne vous en voulons pas. Merci pour ce que vous avez fait pour nous. Si vous aviez à suspendre vos activités je vous dirais aurevoir mais comme vous nous quittez alors adieu
    .

    Répondre à ce message

    • Le 18 janvier à 09:41, par Le Goupil33 En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      Mon cher vous politisez beaucoup trop votre propos. Vous n’avez rien contre ce type d’aide citoyenne. Mais votre conclusion est d’une pauvreté sans nom. Alors vous dites Mérci, mais un merci "sec" sans aucune empathie pour ces gens qui à des milliers de km se sont engagés quotidiennement. Il y a des centaines d’ONG comme celle-ci en France qui conduisent des actions au BF et dans tous le sahel. Ce qu’elles ressentent, c’est de l’ingratitude.

      Répondre à ce message

      • Le 18 janvier à 14:21, par jagger En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

        alors si c’est ça l’ingratitude, qu’elles(ONG) aillent lire l’histoire de la France envers les tirailleurs sénégalais elles vont trouver qu’elles ont de la chance car elle sont toujours existantes ; des gens ont été fusillé après avoir combattu pour la France et à cause de leur salaire ! si un descendant des ces victimes cherche à défendre la France ; c’est la limite de la malédiction !!

        Répondre à ce message

        • Le 19 janvier à 09:35, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

          @Jagger,
          Mon cher Jagger, vous réagissez comme souvent le font vos petits frères, en changeant de sujet. On vous explique que l’insécurité oblige à arrêter une ONG, vous répondez en évoquant des choses, des trucs et des machins qui n’ont rien à voir.
          Cependant, bien que je ne soie pas au courant des formalités à acomplir, je vous indique ce qui suit :
          Sachez que les retraités qui ont combattu pour la France ont droit au « minimum vieillesse », qui est supérieur à 600€. Donc, si un ancien tirailleur a bien rempli les conditions administratives, il touche plus de 400.000 Francs-CFA-ECO par mois, soit beaucoup plus que la majorité des salariés au Burkina. Il faut juste qu’il prouve qu’il est en vie et remplisse correctement les dossiers auprès des autorités françaises compétentes. Encore faut-il que les bureaux français ne soient pas menacés de saccage...

          Répondre à ce message

    • Le 18 janvier à 10:22, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      Mais bon sang de bonsoir, qui vous empêche de créer votre propre monnaie ? Vous êtes libres et souverains depuis 62 ans, votre gouvernement peut le décréter en 1 jour et imprimer lui-même ses billets. Voyez le Ghana, il a sa très noble, très fière et très puissante monnaie, le Cedi, qui fait trembler les impérialistes avec leur gros cigare et leur coupe de champagne autour de leur piscine de luxe.
      Arrêtez de nous « courir sur le haricot » avec vos jérémiades sur le CFA, CRÉEZ DEMAIN VOTRE F**TUE MONNAIE NATIONALE , ET VITE ! Et rassurez-vous : votre économie est tellement microscopique que personne à l’étranger ne sera gêné, surtout pas les « gros » de l’UMOA, à savoir la Côte-d’Ivoire et le Cameroun, dont les économies réunies représentent plus de 6 fois celle du BF. Le résultat amusant sera le suivant : tous vos riches planqueront au moins un milliard sur un compte à Abidjan et achèteront des villas hollywoodiennes à Dakar, Grand Bassam et Libreville, si ce n’est à Nice et Perpignan.

      Répondre à ce message

      • Le 18 janvier à 14:25, par jagger En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

        on peut te citer les dirigeants qui ont été assassiné parce qu’ils voulaient quitter le CFA ; les derniers c’est Kadafi

        Répondre à ce message

      • Le 21 janvier à 09:59, par verite no1 En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

        @Renault Helie, la monnaie sera creer, ca ya rien a faire !!!!! Ca sera une monnaie commu entre la Guinee, le Mali et le Burkina Faso !!!!!! Je vous conseille de vendre votre 4×4 et chercher une vieille vespa !!!!!!

        Répondre à ce message

        • Le 22 janvier à 13:01, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

          Mais mon pauvre ami, si vous passez à une monnaie nationale, CELA RENFORCERA LA MONNAIE CFA-ECO, car elle ne sera plus plombée par les économies faiblardes du BF et du Mali. Et le CFA-ECO, n’a plus rien à voir avec nous, c’est essentiellement la monnaie de la Côte-d’Ivoire... qui est le pays qui réussit le mieux en Afrique de l’ouest, bien mieux que la totalité de l’Afrique anglophone hors-CFA.
          Et chez vous, votre nouvelle monnaie perdra sûrement sa valeur à toute vitesse, les retraités et les fonctionnaires ne pourront plus bouffer, ils devront planter des légumes et les vendre au marché ; quant à vos bourgeois... ils mettront tout leur fric dans une banque à Abidjan en bon argent Euro ou dollars et s’achèteront des villas en Espagne.
          Quand à notre économie... le Burkina est absolument négligeable pour notre économie, moins de 1/2000 de nos échanges extérieurs, et il n’y figure qu’en négatif sous forme d’aides, de subventions et de prêts jamais remboursés.
          Sinon, est-ce que le Burkina
          - produit du cassoulet ?
          - produit des sous-marins nucléaire d’attaque ?
          - vend des conserves d’ananas et des confitures ?
          - Fabrique des tire-bouchons pour les grands vins de ma cave ? J’ai un faible pour le Crozes-Ermitage ; avec un Saint-Marcellin, c’est irrésistible...

          Répondre à ce message

    • Le 18 janvier à 10:30, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      @HAAYGUYA
      HAAYGUYA a écrit : « Tout cela pour piller nos ressources minières »
      Ah oui, quelles ressources minières ? Vous les avez toutes déjà vendues aux Russes, aux Turcs et aux Anglo-Saxons.
      96% des matières premières africaines importées par la France proviennent de pays « hors CFA ».
      L’Afrique CFA toute entière représente moins de 0,7% du commerce extérieur français, et le Burkina Faso moins de 1/2000e.

      Répondre à ce message

      • Le 18 janvier à 14:35, par jagger En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

        faux mon frère ; si tu as des source tu les publie et on va te donner les vrais chiffres, on n’est pas ici pour s’amuser ! même la banane consommée en France est produite au Cameroun par bolloré ; notre chère France n’est qu’une grenouille assise à la place d’un bœuf ! si non on ne force pas pour rester chez quelqu’un qui vous demande de partir !!!! le principe même du CFA est nazi, l’Allemagne a utilisé cette même pratique monétaire sur la France elle n’a tenu plus de 4 ans, ouii la France est très très bien mais on la demande de partir c’est tout !!!

        Répondre à ce message

        • Le 18 janvier à 19:49, par kwiliga En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

          Bonjour jagger,
          Tiens, vous avez dit un truc vrai : "la banane consommée en France est produite au Cameroun par bolloré", bon, plus ou moins vrai, mais ce qui est intéressant à retenir, c’est que la banane du Cameroun, mène une impitoyable guerre concurrentielle à la banane des Antilles françaises.
          Donc au final, quand Bolloré fait travailler des camerounais, c’est Bolloré et le Cameroun qui gagnent (surtout Bolloré) et c’est la France qui perd.
          Prenez donc le temps de lire l’article de OXFAM, en bas de la newsletter, ça vous aidera à mieux identifier l’ennemi.

          Répondre à ce message

        • Le 19 janvier à 20:53, par Le Goupil33 En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

          Mon cher Jagger,

          Vous parlez des bananes du cameroun et pour ce pays c’est un sujet important (3ème budget export du pays, je crois).
          Cela fait longtemps que Bolloré n’est plus le "propriétaire" de SCB. C’est maintenant une entreprise américaine appelée DOLE. Mais vous devriez savoir que près d’1/3 des bananes mangées en France sont produites en France (das les antilles). La grande majorité des bananes consommées proviennent d’Amérique du Sud, notamment d’Equateur. Alors bien sûr il y en a qui viennent de CI et du Cameroun. Ces 2 pays producteurs bénéficient comme tout les pays ACP de l’exonération des droits de douanes. Cet avantage leur permet de rester concurentielle par rapport aux bananes "dollar".

          Alors en Europe, la banane du cameroun ne représente pa grand chose, mais ce pas grand chose subventionné par la CEE est majeur pour les agriculteurs.

          Répondre à ce message

          • Le 21 janvier à 10:08, par verite no1 En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

            Vous n’avez pas honte de dire que vos bananes viennent d’Antilles ???? Vous les aimez pas mais vous aimez leurs bananes quand meme !!!!!!

            Répondre à ce message

            • Le 21 janvier à 21:45, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

              @verite no1
              Mon cher « verite no1 », les planteurs antillais sont très fiers de leurs bananes, et ils sont loin d’être exploités ; au contraire, ils sont protégés, rien à voir avec des plantations d’Équateur ou du Costa-Rica.
              - Les Antilles et la Guyane, comme tous les territoires français non européens, ne sont absolument pas des colonies, les citoyens y ont exactement le même droit de vote que n’importe quel français majeur, et ils ont été consultés par referendum au sujet de leur statut (indépendance ? statut territorial ? etc.). Ce qui est étonnant, c’est que beaucoup votent pour l’Extrême-Droite de Marine Le Pen. ; bizarre, non ?
              - Les Antillais ont toute liberté d’entrer en Europe (espace Schengen), ils ont le même passeport que moi ; remarquez que c’est pas le cas des résidents de Puerto-Rico (colonie US) ni pour des Antilles britanniques ou de l’île Maurice, dont l’accès à la métropole n’est pas automatique.
              - Le droit social français très généreux s’applique aux Antilles, le SMIC, le revenu minimum-RSA, les retraites, etc. Le SMIC est donc de 1700€ brut minimum (en net, 1,1 millions de Francs-CFA-ECO quand même !) ; temps de travail 35h/semaine, 5 semaines de congés payés comme en Métropole. Généreuses allocations familiales à partir de 2 enfants, allocations de chômage, revenu minimum de plus de 600€ pour un célibataire de plus de 25 ans, APL-aide au logement, bourses pour les études, etc.
              - Les Antillais sont très nombreux à passer les concours de la fonction publique. On les trouve nombreux dans les hôpitaux, la Poste, les guichets de trains ou de métro, dans les recettes des finances, etc. Cela signifie qu’ils ont libre accès au marché européen de l’emploi, aux bonnes études, aux grandes écoles, etc. Douanier français, c’est fichtrement bien payé, salaires supérieurs à 2 millions de Francs-CFA-ECO/mois, plus de nombreux avantages ; il faut juste réussir le concours.
              - Comme tous les Français, les Antillais sont parfois râleurs... mais rassurez-vous, ils débarquent rarement en clandestins aux USA ni au Canada, car ils ont le débouché européen. Remarquez que ce n’est pas du tout pareil que les Haïtiens, les Cubains ou les Vénézuéliens qui rappliquent par centaines de milliers en Floride ou au Texas, quitte à aboutir au Canada ou à NY après avoir manqué se noyer.
              - Les Antillais, pauvres ou pas, ont accès à la sécurité sociale et à des hôpitaux très modernes comme tous les Français, et quasi-gratuitement. Rien à voir avec un haïtien ou un salvadorien sans le sou, qui n’est guère mieux soigné qu’un burkinabè. C’est simple, un citoyen pauvre des Balkans européens est moins bien soigné qu’un antillais.
              - Il y aurait du chômage aux Antilles ? Vous croyez qu’il n’y a pas de chômage à Clamecy dans la Nièvre, à 150km au sud-est de Paris ? Ou à Neuvic en Corrèze au sud-est de Limoges ?

              Donc, non, vous ne ferez pas pleurer sur le sort des Antillais, des Guyanais, des Réunionnais... Ils ont des problèmes, mais sont bien plus chouchoutés par leur état que la plupart des subsahariens. Et personne ne leur « vole » des bananes. Et le rhum est bon. Et les filles sont sublimes. Et la nourriture est délicieuse. Et les plages comme la nature sont belles. « Donne du rhum à ton homme, et tu verras comme il t’aime ! ».

              Ici, le sujet est plutôt le bien-être des enfants Burkinabè de la brousse. Ça ferait sacrément rigoler les paysans burkinabè de plaindre les Antillais, dont ils aimeraient avoir le tiers du huitième des avantages sociaux....

              Notez que je ne cherche pas à vanter le système social français, car je le trouve un peu trop généreux et complaisant avec les chômeurs abusifs. Mais au moins, il ne permet à personne de se lancer dans des délires marxistes sur les malheurs des « pauvres » en France.

              Répondre à ce message

        • Le 19 janvier à 22:23, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

          @Jagger
          Jagger , vous écrivîtes : « le principe même du CFA est nazi, l’Allemagne a utilisé cette même pratique monétaire sur la France elle n’a tenu plus de 4 ans »  :
          - Mais c’est complètement faux ! D’ailleurs, vous ne savez pas que nous avons la même monnaie en France, en Allemagne, en Belgique, en Italie, etc. ? C’est bien commode. Il m’est arrivé de faire un tour France-Belgique-Allemagne-France, il n’y a même plus de douane sur les autoroutes, on ralentit juste à 90km/h. L’euro nous a bien rendu service car il a beaucoup limité la hausse des prix. C’est complètement absurde de traiter la monnaie unique de « nazie ». Et le Franc-CFA-ECO, c’est exactement l’euro, donc vous êtes beaucoup mieux protégés de l’inflation que, par exemple, les ghanéens qui souffrent terriblement des hausses des prix.
          - Vous êtes libres de quitter le CFA dès demain, ABSOLUMENT LIBRES ! il suffit que votre junte le décide, et hop ! Vous avez votre monnaie burkinabè dès la fin du mois. Mais, sans réserves monétaires, sa valeur risque de fondre très vite et les prix vont gonfler à toute vitesse. De plus, vos paysans vendront systématiquement à l’étranger, vidant ainsi vos marchés, et vos bourgeois sortiront leur argent pour le placer sur des comptes bancaires à Abidjan.

          Répondre à ce message

      • Le 23 janvier à 23:01, par Gwandba En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

        @Renault HÉLIE
        "6% des matières premières africaines importées par la France proviennent de pays « hors CFA »."

        dit-t-il en avec un sérieux de jours de mort.

        Allez demandez au nigériens où va leur uranium.,

        Aux guinéennes où va le bauxite, l’or, le diamant, le manganèse, le zinc, le cobalt, le nickel etc... ?

        Au burkinabé où va l’or, l’argent, le cuivre, le nickel, le phosphate, le plomb, l’aluminium etc ???

        "L’Afrique CFA toute entière représente moins de 0,7% du commerce extérieur français" hein ???

        A votre âge, l’alcool à outrance est nocive pour votre petite santé. Faites une cure de désintoxication avant le jour fatidique.

        Répondre à ce message

        • Le 25 janvier à 22:01, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

          @Gwandba
          Mon cher Gwandba,
          1) Depuis Sékou, la Guinée fait miner sa bauxite par des groupes Anglo-Saxons. La France n’a aucune mine d’or au Burkina. La plupart des mines d’or en Afrique sont tenues par des groupes anglo-saxons et russes.
          2) L’exploitation d’uranium au Niger est très coûteuse, mais elle est maintenue pour ne pas priver le Niger de nombreux emplois et de ressources importantes. L’uranium n’est absolument pas rare, et la majorité de l’uranium utilisé en France ne vient pas d’Afrique, mais du Kazakhstan et d’Australie.
          3) Tous les discours délirants sur la France et les matières premières qu’on entend en Afrique sont totalement déconnectés de la réalité, et l’Afrique-CFA compte « peanuts » dans nos imports et exports ; le Maghreb, l’Australie, l’Amérique latine ou la RSA pèsent beaucoup plus lourd.
          4) JE SAIS CE QUE JE DIS ! Le chiffre de moins de 0,7% des échanges extérieurs de la France avec la zone CFA est facile à vérifier sur les sites officiels. Je précise : moins de 6% du commerce extérieur français avec TOUTE L’AFRIQUE, Maghreb compris, moins de 0,7% avec l’Afrique CFA, moins de 1/1000e avec l’Afrique-CFA-Sahélienne. Mais vous autres sahéliens êtes victimes d’une distorsion optique, alors que les français sont devenus très rares au Sahel (beaucoup sont binationaux, franco-libanais, franco-burkinabè, franco-ivoiro-libanais, etc.) . Il faut bien réaliser que même la Côte-d’Ivoire, qui est un géant ouest-africain, est toute petite par rapport au Maghreb, qui est semi-industrialisé depuis avant les indépendances, ou par rapport au Nigeria, pauvre par tête mais riche en pétrole et très peuplé.
          5) Veuillez ne pas essayer de gloser sur mon supposé mode de vie malsain, ce serait complètement inapproprié ! Je bois très peu, je n’ai jamais touché au haschich, je ne fume plus depuis des décennies et j’ai une vie très saine pour mon âge, avec beaucoup de marche au grand air... comme Mitterrand ; je vis dans un endroit merveilleux riche en forêts, en gibier, en rivières, en collines, en châteaux, en vergers, en endroits historiques, en vignobles, en belles fermes à colombages de plus de 3 siècles, en fromages, en moulins, en églises et monastères quasi-millénaires, et ça me donne d’infinies promenades « philosophiques » par tous les temps. Je vis dans un paradis pour marcheurs intellos, cyclistes, chasseurs et amateurs d’histoire de l’art.
          Cela fait presque une quarantaine d’années que je conduis des voitures... qui n’ont jamais vu une cigarette. Ma drogue la plus dure est de boire un thé asiatique aux fleurs en écoutant du Bach ou du Scarlatti pendant des heures.

          Répondre à ce message

    • Le 18 janvier à 14:13, par jagger En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      plus rien à ajouter ; vous avez tout dit frère ! rien qu’à voir l’attitude de la France on sait bien que c’est elle le problème ! ça il n’y a plus de débat sur cela, le mali les a accusée publiquement chez L’ONU la France a dit quoi ? on va essayer autre chose après plus de 100 ans avec la France sans développement

      Répondre à ce message

      • Le 19 janvier à 09:21, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

        @Jagger
        Mon cher Jagger, vous n’avez pas vu la totalité du film : les accusations maliennes à l’ONU ont fait « pschitt », car les officiels maliens n’ont jamais pu produire le huitième d’un douzième de centième de preuve sérieuse. L’assemblée de l’ONU est restée de marbre devant des accusations creuses un peu comiques, les délégués de dizaines de pays affichant un visage de marbre complètement fermés, d’autres affichant un sourire à peine poli ; mais bon, un vrai diplomate évite d’éclater de rire devant la mauvaise foi.
        Par contre, ce qui a été prouvé, c’est que la milice Wagner a tenté d’enterrer de nombreuses victimes d’exécutions extra-judiciaires non loin d’un camp français évacué depuis environ 6 mois ; manque de bol, ils ont été filmés, c’est ballot, non ?

        Le résultat est que la junte malienne est terriblement isolée et ne contrôle plus qu’une petite zone au sud du Mali, permettant aux terroristes d’attaquer massivement au Burkina Faso.

        Le VÉRITABLE PROBLÈME est qu’il existe au Burkina Faso une « bulle de fake news », un groupe de gens qui croient dur comme fer des rumeurs absurdes et des infoxes. Ces calembredaines sont complaisamment diffusées par des sites « panafric*ns » ; sites notoirement téléguidés par certains buveurs de vodka blonds avec un « nez en pied de marmite » très caractéristique de l’est de l’Europe ; parmi eux, il y a sûrement de très belles filles, nous avons le droit de rêver.

        Vous voyez, mon cher Jagger, ce n’est pas parce que 10, 100, mille ou 3 millions d’éblouis braillent que « le Soleil est un cube de fromage » que cette sentence est vraie...
        Vérifiez, vérifiez toujours, car il y a des gens qui sont payés pour diffuser des rumeurs vicieuses ... Ne vous laissez jamais enfermer dans une petite bulle d’Internet qui se répète des salades.

        Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 22:57, par Le Goupil33 En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    Bonjour,

    Les commentaires de Sonni Alber, Some, lili sont lamentables. Il existe un très grand nombre de citoyens français qui ont tissé des liens d’amitiés avec de petites communes et qui sont engagés pour apporter une aide désintéressée aux burkinabé. Ces personnes sont insultées par de tels commentaires qui illustrent la décrépitude morale dans laquelle se complaisent les auteurs de tels propos.

    En ce qui concerne Dabre, qu’il sache que les 2/3 des 54 pays africains font imprimer leurs billets hors d’Afrique principalement en Europe et Amérique du nord. Il n’ya guerre que 4 ou 5 pays africains qui impriment eux même leur monnaie. Pour les pays faisant imprimer leur billet en Europe (17 pays à la société anglaise Delarue, 6 ou 7 pays chez l’allemand Gesiecke Devrient, pour les pays francophones : banque centrale française et oberthur fiduciaire). Qu’il sache également que la banque de France n’intervient plus du tout dans la gestion du franc CFA. Mais sans doute ce monsieur n’a pas assez fréquenté le banc des écoles pour comprendre ce qu’est une monnaie et son support physique qui sont deux choses différentes.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 23:26, par verite no1 En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    Quand on parle d’aide de l’occident envers l’Afrique, ca enerve. Les USA ont promis de remettre environ seulement 2% de ce qu’ils ont investi en Ukraine !!!!! Le president de l’Union Africaine devrait rejetter cette pseudo-aide !!!!!! Basta !!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 23:30, par verite no1 En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    Carton ROUGE a Renault Helie avec effet immediat !!!!! Un manipulateur au carre !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 09:23, par Le Goupil33 En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    Certains commentaires sont de véritablement honteuses. Il n’y a aucune raison d’insulter de la sorte ces citoyens français qui s’investissent à leur niveau pour améliorer la situation d’autres citoyens au Burkina. Certains même critiquent ces ONG : elle pourrait quand même donner l’argent. Quelle honte ! D’autres ressortent l’histoire du CFA sans en connaître la réalité actuelle. Les auteurs de ces commentaires feraient mieux de demander à ceux qui ont bénéficié de l’action de cette ONG ce qu’ils en pensent. Il existe des centaines d’initiatives de la sorte qu sont mises à mal par l’insécurité mais aussi par ces personnes qui invectivent à tort les gens qui cherchent à les aider. Car au delà des actions matérielles, il y a aussi la création de relations humaines directes. Ils pourraient d’ailleurs mettre en pratique leurs écrits et prendre le relais de cette ONG. Leur fierté serait alors bien placée. Heureusement certains commentaires sont rassurants.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 10:07, par abi En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    EN REA LITE LES AIDES PROVIENNENT DE NOTRE PAYS IL PREND PAR LA GAUCHE ET ILS DONNENT PAR LA MAIN DROITE. C’EST SIMPLEMENT UN JEU, çA NE LES ENLEVE ABSOLUMENT RIEN AU CONTRAIRE QU’ILS EN PROFITENT ENORMEMENT.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 10:32, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    J’ai honte pour les Burkinabè en voyant la bassesse visqueuse de certains commentaires de limaces pro-russes.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 11:13, par Lom-Lom En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    Comme l’affirme un français pur teint, les membres de cette Association française vont pouvoir faire des économies ! Effectivement, les français en auront besoin pour payer leurs factures de gaz et d’électricité pour ne pas crever de froid. En plus, après avoir encourager l’Ukraine à s’engager dans cette guerre stupide qui tue des hommes et des fermés, qui detruit des infrastructures, il faut bien que ce genre d’Associations et Entreprises françaises se positionnent pour arracher les marchés pour la reconstruction en Ukraine qui prendra au moins 20 à 30 ans. C’est de l’argent frais à prendre entre les.mains des NATIONS UNIES, de la Banque Mondiale, de l’Union Europenne, etc.. Il fallait bien que l’Association soit dissoute à temps pour permettre de monter une nouvelle affaire ! Ainsi va le monde !

    Répondre à ce message

    • Le 18 janvier à 12:38, par kwiliga En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      Bonjour Lom-Lom,
      Vous écrivez : "Effectivement, les français en auront besoin (d’économies) pour payer leurs factures de gaz et d’électricité pour ne pas crever de froid."
      Je trouve votre propos remarquablement symptomatique du fait que nos croyances, nos superstitions, prennent le pas sur la triste réalité que nous refusons de voir.
      Burkina Faso : Pop environ 23 millions d’habitants _ Budget de l’état 3.326 milliards de F/cfa
      France : Pop environ 67 millions d’habitants _ Budget de l’état 195.475 milliards de F/cfa
      Houlala, les pauvres français, je propose qu’on organise une collecte pour les aider.
      Cette vision d’un Faso tout puissant au centre du monde, amènera notre pays à sa perte.

      Répondre à ce message

      • Le 18 janvier à 14:53, par verite no1 En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

        @Kwilga, lom-lom a parfaitement raison, les Francais doivent economiser maintenant et c’est EDF qui l’a bel et bien dit !!!!!!

        Répondre à ce message

      • Le 18 janvier à 15:26, par jagger En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

        maintenant on va demandé que la France justifie sa richesse et certains vont comprendre, maintenant parlons des dettes de la France par rapport à celle du Burkina ; comme ça on saura qui vaut mieux ; c’est à dire on ne peut plus nous mentir, alors que la France garde ses richesses mais quitte chez nous c’est de cela on parle !!!!,

        Répondre à ce message

        • Le 18 janvier à 20:07, par kwiliga En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

          Re-bonjour jagger,
          Vous écrivez : "maintenant on va demandé que la France justifie sa richesse...", ce qui m’apparait, d’une part fort prétentieux ; comment ferait-on, en leur déclarant la guerre ? D’autre part, extrêmement curieux, de faire ça, alors que nous ne sommes même pas capables de demander à tous ceux, dont on sait parfaitement qu’ils se sont enrichis illicitement durant les 35 dernières années, de justifier de quoi que ce soit. Et que ça continue aujourd’hui encore...
          Ha, la paille du voisin...

          Répondre à ce message

          • Le 21 janvier à 12:51, par Gwandba En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

            Kwilga
            Pour simplement vous dire que je vous ai fait une réponse bien détaillé sur plusieurs plans et thématiques qui ne sont pas encore publiés. J’espère qu’elle le sera un jour pour que vous compreniez qu’on ne dit pas "club" déjà quand on parle de groupe musique ou de troupe de musique qui correspondrait à mon sens à l’image que vous tentez de donner et de votre personnalité au final paraître sans être.

            Je vous ai donner les preuves de mes différentes pratiques, musicale, associative etc... qui ne sont pas, je vous le signal ma première fonction.

            Un petit conseil pour la suite, si vous voulez laisser penser que vous connaissez la France, citez d’autres villes qui ne sont pas connues car, Marseille et Montpelier sont très connues en Afrique. surtout quand on suit le foot au terrain du bar stade de France à Zogna.

            Je suis très content de vous faire sortir de votre usurpation. Le capitaine l’a encouragé. Ceux qui ne veulent pas bruler le pays pour réchauffer du café ou "se faire des correspondant" doivent rester en veille.

            Visiblement, vous faites parti de la première catégorie.
            Cordialement

            Répondre à ce message

        • Le 19 janvier à 00:38, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

          Jagger, les japonais ont une dette par personne qui DÉPASSE LE DOUBLE de celle des Français, alors que le revenu par tête d’un japonais est inférieur à celui d’un français. Oseriez vous dire que le Japon est dans la m**de ?
          Vous pouvez vérifier sur contryeconomy.com !
          Ce site est très instructif pour dissiper de nombreuses contre-vérités économiques. Surtout les infoxes de certains sites moscoutaires...
          D’autre part, la dette d’un gros pays riche industriel est gratifiée d’un taux d’intérêt très faible OU MÊME NÉGATIF ... l’avenir économique n’a rien d’inquiétant pour l’Europe de l’ouest.
          En attendant, nous manquons plutôt de main-d’oeuvre pour les travaux durs, ce qui explique les centaines de milliers d’immigrés que nous absorbons chaque année, spécialemen de Africains et Maghrébins. Il y a des gens qui les rejettent, mais ils finissent par trouver du travail, cuisine, boulangerie, bâtiment, travaux publics... Environ 300.000 immigrés chaque année.

          Répondre à ce message

        • Le 19 janvier à 21:14, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

          Ah oui, des dettes de la France envers le Burkina ? Dernières nouvelles... Vous m’amusez beaucoup, vous !

          Répondre à ce message

    • Le 19 janvier à 00:24, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      @Lom-Lom
      Mon brave monsieur Lom-Lom, personne ne crève de froid en France ! On réduit un peu la température et on met un pull, c’est tout. Bon, je sais, il y a aussi des « cassoss » (cas sociaux), mais l’État les aide très généreusement, la France n’est ni la Russie ni les USA, pays très durs avec leurs pauvres.
      Je vous rappelle quelques léger détails :
      - Dans un rayon de 150km, je suis entouré de 5 centrales nucléaires MONSTRUEUSES dont la production électrique équivaut au double de celle de tout le Maghreb, donc bien supérieure à la production de toute l’Afrique de l’ouest, Nigeria compris... Sauf s’ils ont voyagé, peu de Burkinabè ont vu dans leur vie un monstre aussi colossal qu’une centrale atomique, c’est IMPRESSIONNANT ! D’ailleurs, travailler à EDF, c’est cocagne : vous n’imagineriez pas les salaires qu’ils donnent à leurs ouvriers spécialisés, surtout les soudeurs ...
      - La France est littéralement couverte de bois et de forêts, riches en gibier... et très peu exploités en bois de chauffage. La surface de forêt en France ne cesse d’augmenter depuis 1945. Nos forêts sont soigneusement entretenues depuis 5 siècles et les rois du Moyen-Âge. Nos rois, déjà écologistes, étaient avides de chasse et de beau bois pour construire des bateaux de guerre à voile. Moi-même, je suis propriétaire d’un petit bois au bout de mon vaste jardin, mais je ne l’exploite pas, à part le débroussailler. Nous sommes nombreux à posséder un poêle à bois ou une cheminée... mais j’ai la flemme de faire du feu, sauf à Noël pour mes petits-enfants. Rien à voir avec un pays d’Afrique qui souffre de déforestation (cas général dans le Sahel). La France, c’est forêts, champs de blé, vergers, rivières tout les 5-10km, châteaux, forêts, gibier, étangs, vergers, champs, etc. Venez un jour faire à vélo quelques centaines de km en France, vous vérifierez mes dires. En attendant, prenez Google Maps et survolez la France entre Poitiers et Paris, vous verrez un peu toutes ces forêts que j’évoque.
      - Ne vous inquiétez pas pour la reconstruction de l’Ukraine, « wir schaffen das ! » (on va s’en occuper sans problème, comme disait Mme Angela MERKEL)... et ça n’appauvrira personne, AU CONTRAIRE. C’est la puissance du capitalisme ouest-européen, qui est facilement gagnant gagnant pour ceux qui retroussent leurs manches.

      Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 12:12, par ralbol En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    Le Goupil 33 : certains commentaires vous font honte, je vous comprends, mais eux ils sont PUBLIES ! Moi j’attends mon 2ème message....

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 14:45, par verite no1 En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    Ah ! J’ai oublie de souhaiter bonne et heureuse annee 2023 a toutes et a tous !!!!!!!
    Je trempe ma plume d’or dans mon encrier d’amour pour vous souhaiter une bonne et heureuse annee 2023. Que 2023 soit une annee de paix, sante et surtout une annee sans la francafrique !!!!!!!
    Mes salutations fraternelles a lefaso.net et ses journalistes, aux internautes SOME, Sacksida, Degueba Sanon, jeune dame seret, notre yennenga, le vieux Ka(surement dans son champ), Soni Alibert, Papa, Yako, caca, Nabiiga, Indjaba (un fan de la bierre), Passakziri, Kwilga, Piong Yang et bien d’autres.... !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 17:50, par @@GOG En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    Ce n’est pas grave. D’autres amitiés viendrons à leur place, nous aider.

    Répondre à ce message

    • Le 19 janvier à 09:41, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      @@@GOG
      Mon jeune ami @@GOG, vous rêvez ! Déjà, votre gouvernement a pratiquement expulsé l’ONU du BF ; avec la terrible insécurité qui règne, qui voulez-vous qui vienne risquer sa peau en brousse avec sa peau couleur cochon-gratté-rôti ?
      Je n’aime pas les ONG, je les trouve trop naïves, mais elles ont accompli un travail immense au Burkina Faso. Travail que vos fonctionnaires n’ont pas su faire, trop occupés ailleurs...

      Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 09:19, par Paul DESWARTE En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    J’ai créé cette association dans le but de donner une meilleure vie à mes frères des populations laborieuses du Burkina Faso.
    J’ai travaillé dur pendant ces 25 ans pour réunir les sommes nécessaires à la construction de ces écoles.
    Je suis fier d’avoir pu apporter la scolarisation à un grand nombre d’enfants. Leur vie sera certainement meilleure.
    Je pleure pour le Burkina quand je lis certains commentaires.

    Répondre à ce message

    • Le 19 janvier à 14:04, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      M. Paul DESWARTE nous a fait l’honneur d’intervenir dans le présent forum pour parler de sa belle association.
      Pour nos amis africains les plus curieux, le nom de famille « DESWARTE » est un nom flamand (ou belge, ou néerlandais) qui signifie,
      roulements de tambours, de djembés et de tam-tams,
      tadam, tougoudoum taraboum boum !
      LE NOIR.
      Eh oui, DE SWARTE = LE NOIR !
      Ce monsieur a dû avoir un ancêtre aux cheveux sombres...
      Beaucoup de noms de famille du nord de la France sont des termes flamands-néerlandais. La région nord comprend la partie ouest des Flandres.
      DE WITTE = LE BLANC ; DE SMET = LE FORGERON ; DE VOS = LE RENARD , etc.

      Répondre à ce message

    • Le 19 janvier à 22:03, par Passakziri En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      Bonjour MR. Deswarte,
      Merci xbeaucoup pour ce que vous avez fait. Même si vos sentiments sont compréhensibles , soyez rassuré que certains commentaires ne traduisent pas les points de vue des bénéficiaires. En réalité, on ne peut faire pareils commentaires que quand on ne sait pas quels investissements en temps, en ressources etc, des gens qui ne aucunement obligé de s intéresser au Burkina font dans les associations pour atteindre ces objectifs. En réalité, beaucoup n ont jamais milité dans une association, sinon on ne peut pas parler comme certains le font. Moi même burkinabé, j ai honte en lisant ces réactions blessantes.

      Passakziri

      Répondre à ce message

    • Le 21 janvier à 21:19, par SOME En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      M Deswarte bien merci pour vos soucis pour le bien être des burkinabe. Le burkinabe est bien loin de l’ingratitude. Cependant j’eus apprécié que vous nous disiez ces idées de commentaires qui vous font pleurer pour l’avenir du Burkina. Connaissez vous mieux ce dont ont besoin les burkinabe que les burkinabe eux mêmes ? Pourquoi pleurez vous pour le Burkina ?

      Personnellement votre décision vis à vis du Burkina a détruit toute l’estime que je portais à votre association et ses actions. Je découvre une insincérité dans votre association qui a du président à la naissance même de votre association.
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 12:17, par verite no1 En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    Bonjour Mr Paul Deswarte, je vous remercie pour le travail fourni meme si je refuse de vous applaudir !
    On sait comment ca fonctionne !!!!!!
    Un quidam ouvre son association aupres des autorites competentes, se jette dans la collecte de l’argent en publiant n’importe quel photos d’enfants en loques, une fois l’argent collecte, on ment qu’on a collecte tant d’argent pour les aides et on balance 10% et on garde 90%. Le premier beneficiaire de cette pseudo-association c’est bel et bien vous !!!!!!! Oui, je connais comment ca se passe !!!!!! Du business quoi !!!!!!!

    Répondre à ce message

    • Le 19 janvier à 13:30, par Le Goupil33 En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      Vous connaissez cela car vous êtes un pratiquant de ces méthodes ? Votre écrit est dune indignité totale.

      Répondre à ce message

    • Le 19 janvier à 22:13, par Passakziri En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      Bonjour vérité n 1,
      je ne sais pas sur quelle expérience vous vous fondez, mais ceux que je connais ne fonctionnent pas comme ça parce qu il y a quant même un contrôle sérieux et les dons qu on reçoit pour un projet x ne peuvent pas être utilisés pour un projet y sans autre forme de procès. C est possible peut-être dans nos pays où la corruption est un sport de masse mais pas partout. Et ceux qui s engagent dans le bénévolat ne sont pas des sans abris. Ce sont des gens toutes catégories confondues animées d une envie d aider là où le besoin est. D ailleurs ils ne débarquent pas dans nos villages et commencent par demander „ hey voulez vous une école ? Non c est généralement en réponse à la demande d un ami, d un partenaire local. Dommage de lire vos commentaires qui blessent ces personnes qui ont sacrifié une partie de leur vie pour changer un peu le monde.

      Passakziri

      Répondre à ce message

      • Le 20 janvier à 10:41, par verite no1 En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

        Bonjour Passakziri, voila comment ca se passe aux USA pour ce qui est des associations qu’on appelle Not for profit organization !!!!!! Ils ne payent pas de taxes mais doivent informer le tresor combien ils ont recu comme don au cours d’une annee !!!!! Aux USA, les lois sur la taxation change annuellement et les proprietaires de ces associations evitent de dire qu’ils ont recu tant car on sait pas quand on va decider de les taxer !!!!!
        C’est comment tu recois les dons qui va faire la difference !!!!!! Si tu recois tes dons avec des applications comme cash app et autres, le tresor ne peut pas savoir combien tu as recu car il n’est pas informe par la compagnie qui opere le cash app par exemple, le seul danger ici c’est ta propre banque puisse que tu dois transferer les dons dans l’application vers ton compte bancaire. Tu dois transferer avant que le montant n’atteigne $10000. Tout montant qui depasse les $10000, ta banque est oblige (c’est une loi) d’informer le tresor et le tresor peut te demander d’ou viennent les $10000 par ecrit avec une reponse a ne pas depasser 1 mois. Si tu refuses de repondre, ils peuvent envoyer leur policier t’amener de force.
        L’autre methode c’est quand tu recois les dons par la carte de credit, dans ce cas, la compagnie des cartes de credit informe annuellement le tresor combien tu as recu, la on s’amuse plus, on met les details sur un formulaire qu’on appelle le 1099K, on t’envoie une copie et on envoie une copie au tresor. A la fin de l’annee, le tresor t’attend pour voir si tu vas faire ton bilan a titre informationel. Si tu ne fais pas le bilan pour les informer, tu peux etre dans des petards !!!!!!
        Mais si tu recois les dons en especes, Dieu soit loue, personne ne sait et tu bouffes ton argent tranquillement et fait tes oeuvres ! La aussi, ya danger, si tu mets les especes en banque et que ca depasse les $10000, la banque informe le tresor et on peut te considerer comme un drug dealer puisse que c’est comme du blanchiment d’argent !!!!!! C’est pour cela beaucoup de gens circulent avec des especes pour eviter la barre des $10000.

        Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 12:26, par pfff En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    @Paul DESWARTE : Comme je vous comprends, et pour ma part c’est une coopération dans un autre domaine qui ne se fera pas, dans un pays initialement envisagé en raison d’une amitié ancienne. Projet qui ne se fera pas au BF, j’entends, mais qui se fera ailleurs, probablement en Amérique latine dans un environnement opérationnel similaire. La faute à l’insécurité,évidemment, mais les conditions humaines reflétées par ces échanges ont mis les derniers clous dans le cercueil.
    .
    Le monde est grand, peu importe, et il y a bien des endroits qui ont besoin d’écoles.
    .
    @ Renault HÉLIE. Sur la dette, il y a un proverbe que j’aime bien : on ne prête qu’aux riches. Les pays pauvres n’ont généralement pas de dette, et la pire des situations pour un pays, c’est d’avoir des réserves de changes plutôt que d’avoir des investissements... Mais bon, certains ici ont eu le bon goût de m’expliquer que l’on gagne autant en France qu’au BF, j’apprends ici même qu’on vole les bananes au Cameroun (celles que je consomme sont d’Équateur et de Guyane)... Nationalistes de pacotille qui font fuir autant les ONG que les investissements.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 13:23, par verite no1 En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    Beaucoup d’Americains sont choques quand ils debarquent en Afrique pour leur premiere fois a cause des associations d’aides aux pauvres !!!!!!!
    Ceux qui creent ces genres d’associations jouent sur le sentiment de leur peuple en publiant des photos pas possible a regarder pour pouvoir collecter le maximun d’argent destine a l’aide !!!!! Ces gens ne vont jamais filmer Dakar, Abidjan ou Ouagadougou, non, c’est une brousse dans un village recule avec des maisons en banco qu’ils balancent sur leur page ! Ils connaissent bien leur peuple et leur point faible ! Des que tu balances une photo d’un enfant en tenue delabree ou une femme en tenue delabree, l’Americain (population) va vider une partie de sa poche et contribuer et meme verser des larmes !!!!!! Donc, cet Americain sera surpris de voir qu’il ya des gens qui circulent meme avec des Tesla en Afrique !!!!!! Ces createurs d’associations bidons vont meme dire que des Africains dorment sur des arbres et ils veulent collecter de l’argent pour construire des maisons !!!!!

    Répondre à ce message

    • Le 19 janvier à 21:51, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      « il ya des gens qui circulent même avec des Tesla en Afrique »
      Vous croyez que parce qu’il y a quelques riches dans la capitale, un pays n’est pas pauvre ?
      Vous croyez que 3 buildings à Ouaga font du Burkina un pays riche ?
      Vous croyez que quelques belles voitures en ville font un pays riche ?
      Vite, d’urgence, un stage d’économie sérieuse pour un ignorant ...
      Tient, juste un détail : dans ma région, les taxis et les ambulances ont de bonnes distances à parcourir, et vite. En conséquence, de nombreux taxis et ambulances sont des modèles haut de gamme récents, Porsche, Maserati, BMX X6 ou X7, Tesla, avec intérieur cuir et climatisation et GPS, etc. . On peut les photographier en grand nombre devant les hôpitaux et la gare TGV. Donc, il n’y a aucune raison d’être impressionné par des voitures haut-de-gamme, elles ne sont pas réservées à nos super-riches, loin de là.
      D’aileurs, chez nous, les super-riches sont extrêmement discrets, y compris par leurs voitures. On les voit arriver de Paris en minibus noir ou en monospace banal et s’engouffrer par la grille de leur château entouré de hauts arbres.

      Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 19:49, par verite no1 En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    Je vais vous expliquer pourquoi la creation des fondations dans les pays imperialistes !!!!!
    L’objectif principal, c’est de ne pas payer ses taxes aupres du tresor !!!!!!
    Un millionaire qui fait par exenple 12 millions de benefice au cours de l’exercise (1 an).
    Il doit payer environ 1/3 au tresor public, 1/3 a son Etat (cela depend de l’Etat d’autres ne prennent rien comme le Texas) et 1/3 pour lui meme !!!!!! Donc il empoche seulement 4 millions !!!!!! La loi dit que personne ne touche a l’argent d’une fondation !!!!!!
    Notre roublard va creer une fondation et reserver la moitie par exemple dans le compte de sa foundation !!!!!! Il lui reste 6 millions qu’ils doivent partager entre lui, le tresor et son Etat. Il va prendre 1/3 donc 2 millions plus les 6 millions de la fondation !!!!!! Il a 8 millions au lieu de 4 millions et meme s’il distribue reelement 1 millions aux pauvres, il a toujours 7 millions au lieu de 4 millions, donc, sur le coup, il drible le tresor et son Etat !!!!!!!

    Répondre à ce message

    • Le 19 janvier à 22:02, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      @verite no1
      « verite no1 », le procédé que vous indiquez est un moyen astucieux pour l’État français de favoriser la bienfaisance sans la financer directement. Ça existe dans la plupart des pays modernes industrialisés.
      Ce n’est absolument pas réservé aux super-riches, ni non plus un procédé malhonnête.
      Moi-même, chaque année, je verse quelques centaines d’euros à des fondations médicales, et l’État me fait un remboursement immédiat d’environ 30-40% par virement bancaire ou en rabais d’impôt.
      C’est ainsi que sont financés, par exemple, MSF,le Secours Catholique et de nombreuses ONG.
      C’est ainsi que, par exemple, des enfants africains ont pu être sauvés de graves malformations cardiaques, en France ou sur place.

      Répondre à ce message

      • Le 20 janvier à 11:11, par verite no1 En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

        @Renauld Helie, si un NASSARA fait quelque chose en Afrique, il defend ses interets, point barre !!!!! Jomo Kenyatta disait : " When the white men came to Africa, we had the land and they had the Bible. They taught us to pray with our eyes closed, and when we opened them, we had the Bible and they had the land." Un sujet de dissertation pour vous !!!!!!

        Répondre à ce message

        • Le 20 janvier à 13:48, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

          Mon pauvre « verite no1 », vous êtes un homme intéressé dont le cœur est vide et sec !
          Avec votre « désert de l’âme », vous ne pouvez pas comprendre des trucs bizarres comme « dévouement », « générosité gratuite », « envie de rendre service », « don de soi », « envie de faire progresser l’Humanité par l’éducation et la culture », « travail et investissement gagnant-gagnant », « bienfaits de la culture », « bonheur d’avoir aidé à sorti des enfants de l’ignorance ».
          Vous ne comprenez que les mots horribles « profit », « vol », « exploitation », « prédation », « parasitisme », « esclavage », « domination abusive »...

          En fait, il y a un grand vide dans votre âme ! Peut-être êtes-vous triste ? Votre maman n’était pas assez affectueuse avec vous ?

          Rien de pire qu’un homme amer qui n’aime pas la culture et qui s’ennuie. Rien de pire, sinon un chômeur amer qui s’ennuie...

          Répondre à ce message

        • Le 21 janvier à 13:03, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

          @« verite no1 »
          Hey, Big Chief « verite no1 » !
          1) Je m’amuse beaucoup en vous lisant, et je vais vous expliquer pourquoi.
          2) Sachez que votre charmant babil, qui croit être politique, révèle beaucoup sur vous-même et à un point que vous n’imaginez pas.
          3) On sent votre frustration envers les gens qui ont vraiment des sous, qu’ils soient étatsuniens, français ou même burkinabè. Vous ne cessez de révéler vos rêves de petites magouilles pour amasser un petit pécule pour votre retour chez vous, « back home ». Si, après, vous critiquez les capitalistes et les expatriés « néocoloniaux », sentez-vous qu’il y a un léger problème de cohérence morale ?
          4) Vous semblez avoir honte de votre pays. Ben oui, les villages de la brousse burkinabè ne ressemblent ni à Cocody (le faubourg huppé d’Abidjan) ni à Miami, ni même à Essaouira, ville touristique du Maroc avec vue sur l’Atlantique : c’est comme ça et pas autrement. Mais les gens qui habitent en brousse travaillent durement et leurs enfants ont droit à une école qui ne les oblige pas à marcher 20km par jour entre les serpents, les scorpions et les épines qui donnent la gangrène à leurs pauvres petits pieds. Il faudrait donc louer et encourager les constructions d’écoles par des gens, qu’ils soient étrangers ou pas. . Quand vous verrai-je avec une daba en train de creuser les fondations d’une école en brousse ? Vous m’enverrez une photo...

          Conclusion :
          Vous croyez faire « acte politique » par vos diatribes anti-toubabistes, mais vous révélez surtout l’incomplétude de votre vie personnelle. Vous devriez soigner l’argumentation, consolider vos accusations par des preuves sérieuses ... et ne pas trop donner prise à l’ironie d’un esprit critique un peu expérimenté.

          Répondre à ce message

    • Le 20 janvier à 18:41, par Le Goupil33 En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      En quoi ceci concerne cette ONG française ? Cette dernière a travaillé pendant 25 ans pour les enfants du BF. ET vous vous crachez dessus.

      Répondre à ce message

    • Le 20 janvier à 22:04, par Le Goupil33 En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      En quoi ceci concerne cette ONG française ? Cette dernière a travaillé pendant 25 ans pour les enfants du BF. ET vous vous crachez dessus.

      Répondre à ce message

    • Le 20 janvier à 22:05, par JLenavenec En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      En quoi ceci concerne cette ONG française ? Cette dernière a travaillé pendant 25 ans pour les enfants du BF. ET vous vous crachez dessus.

      Répondre à ce message

    • Le 20 janvier à 22:05, par JLenavenec En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      En quoi ceci concerne cette ONG française ? Cette dernière a travaillé pendant 25 ans pour les enfants du BF. ET vous vous crachez dessus.

      Répondre à ce message

    • Le 20 janvier à 22:06, par LeGoupil33 En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      En quoi ceci concerne cette ONG française ? Cette dernière a travaillé pendant 25 ans pour les enfants du BF. ET vous vous crachez dessus.

      Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 22:12, par verite no1 En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    Souvent le tresor sait et ne dit rien parcequ’il t’attend au tournant !!!!!! Estate tax ou tax sur le defunt consiste a vendre tous les biens du richard apres son deces et virer 50% dans les caisses du tresor !!!!!!! Ben ! Ces 50%, ya plus de roublardise !!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 22:14, par verite no1 En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    @Renault Helie, je t’ai demande qui etait Bob Denard, tu as esquive, feinte la question sans me repondre ! Aujourd’hui, je te donne un sujet de dissertation, tu m’insultes !!!!!! Bravo !!!!!!

    Répondre à ce message

    • Le 22 janvier à 13:32, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      « verite no1, » Bob Denard est mort depuis longtemps... et il a fini en prison en France, ou presque. Il n’avait rien à voir avec la France depuis 1981, mais se vendait par contrat à des politicards africains, comme de nombreux mercenaires belges, anglais, etc.
      METTEZ-VOUS DANS LA TÊTE QUE LA PRÉTENDUE FRANÇAFRIQUE N’EXISTE PLUS DEPUIS 1981, et même 1974 ; c’est juste une chimère inventée pour camoufler les graves complexes d’infériorité de certains africains... C’est un peu comme si des italiens accusaient une « Francitalie » imaginaire pour gêner nos achats de fromage et nos échanges industriels avec l’Italie.
      Bon, moi, je dénonce la « Francespagne », je ne poufferai plus de chorizo, le saucisson espagnol, et ne regarderai plus de films de Penelope Cruz, elle est trop belle et va m’éclater les artères....

      Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 22:21, par verite no1 En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    @Goupil33, je vais meme recencer toutes les chambres de passe de Ouaga !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 23:07, par verite no1 En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    Vous voyez les amis, avec la citation de Jomo Kenyatta, les 2 mercemaires de la plume sont subitement devenu aigris !!!! Leur point faible, ils ne supportent pas la verite !!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 23:10, par verite no1 En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    Je ris seulement !!!!!! Je vais toujours frappe la ou ca fait mal, d’ailleurs, ya plein de masseuses partout !!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 03:27, par verite no1 En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    @Goupil 33, meme ton president, je m’en fout de lui, c’est pas un paltoquet comme toi qui va attirer mon attention !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 10:01, par ralbol En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    Renault HELIE et le Goupil 33 :
    Depuis le mois d’octobre 2022, je ne réponds plus à la lumineuse créature qu’est vérité n°1, que j’appelais aussi "excité n°1 " ou "point d’exclamation n°1".Ses fréquentes saillies vomitives dépassent souvent les limites en effet. Voici ce qu’il avait écrit suite à l’article sur l’incendie de l’Institut français Mélies de Ouaga : du 1er octobre 2022 ("Coopération" p.60)
    Vérité n°1 24 :"Qui sème le vent recolte la tempête, est-ce que c’est brouettes ou pelles qui manquent pour ramasser les débris ?????? Ya pire que ca a Bourzanga et autres, circulons !!!!!!!" Comment voulez-vous que cet énergumène, qui sort son révolver quand il entend le mot "CULTURE" puisse ressentir de l’empathie pour ces Français qui construisent bénévolement des écoles pour sortir les enfants des ténèbres ?
    La censure contre mon ultime réponse à Gwandba sur le "parrainage des terroristes par la France" constitue pour moi le coup de grâce Vous ne me lirez donc plus Mais je tiens à dire à Renault HELIE (je pense qu’on à peu près le même âge, ça rapproche) qu’il me fait souvent rire et que je continuerai à le lire avec beaucoup de plaisir Comment trouve-t-il l’énergie pour persévérer ?? Salut à vous

    Répondre à ce message

    • Le 21 janvier à 18:13, par verite no1 En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      @Ralbol, ya quoi qui est faux dans ce que j’ai dit !!!!!! A Bourzanga, des gens mangent des feuilles, pourquoi je vais pleurer sur des livres ????? D’ailleurs, la cendre ca peut faire de la potasse !!!!!!!

      Répondre à ce message

    • Le 21 janvier à 20:13, par Gwandba En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      ralbol
      Il est vexé de ne pas voir sa réponse apparaitre. Pauvre chou. Si ça peut vous rassurez, j’ai plusieurs réponses qui ne sont pas publiés. C’est ça aussi accepter les règles de jeu.

      Je vous ai pourtant répondu quant vos propos de parrainage de terroriste par la France dont je ne sais pas d’où vous sortez ceci. ceci dit, avec plaisir, je vous répondrai quand vous voulez.

      Répondre à ce message

    • Le 21 janvier à 22:26, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      @ralbol
      Votre Altesse Sérénissime « ralbol », bon, effectivement, il y a des moments où la lecture de « vérité n°1 », de « Gwandba » et de leurs petits frères en « malaise existentiel » me laisse les bras ballants, « trrrrrrop fatigué la-même présentement ».
      Cependant, il m’arrive de trouver stimulant de répondre à leurs arguments surréalistes par des mises au point solides et assez faciles à vérifier. Mais j’avoue, Monseigneur l’Évêque, « CONFITEOR, MEA CULPA, MEA MAXIMA CULPA », je me repens, j’ai beaucoup de mal à retenir mon ironie « tongue in cheek », tout en tentant d’argumenter solidement pour démonter les « canards » (charmant mot ancien pour « infox ») qui nous sont servis jusqu’à ras-la-marmite. Bon, chacun son tour, je vais finir par me lasser de cette chasse au « canard » moi aussi. Mais, pour le moment, c’est un exercice stimulant qui vaut bien le Sudoku de mes camarades retraités. Et je n’oublie pas d’aller marcher dans nos vertes forêts, à contempler un château, un moulin, une rivière ou un verger de pommiers autour d’une ferme à colombages datant du 17e siècle, un peu comme dans un film historique ; sinon « grrrrrand cardiologue pas content là-même présentement ! ».
      NB pour nos copains du Burkina :
      Le canard se déguste de tas de façon en France, à l’orange, au navets, en confit, en foie gras, en magret frais ou fumé, en saucisses et même en pâté, sans compter le canard laqué à la chinoise.
      Voilà de quoi créer toute une petite industrie agro-alimentaire plutôt rentable au BF. Et en plus, c’est facilement « halal » ou « cachère » , donc mangeable par des musulmans. Et vous auriez la clientèle des expats, s’il en reste. Déjà, il y a plus de 30 ans, nous cherchions à consommer des produits africains locaux, confitures, fruits, légumes, etc.

      Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 13:54, par Ka En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    ’’’’’’’’’’’’’’A’’’’’’’’’’’ mon jeune Vérité No1 merci. Mon rôle est de transmettre. Même au village ou a Laye au marché, chaque fois quand je rencontre des jeunes, le peu de temps que je passe avec eux, je transmets de mon vécu. Surtout que chez nous dans notre tradition, il y a un âge où vous n’avez même pas le droit de parler quand les sages sont là. Il y a un âge où on vous laisse vous approcher pour écouter, il y a un autre âge où on peut vous demander votre petit point de vue. Et passé 50-60 ans, vous entrez dans le cercle des sages. Et quand vous avez plus de 70 ans comme moi : ce n’est plus un droit de parler, c’est un devoir de transmettre mon jeune Vérité No1. Rappelle-tu de notre fameux voyage avec comme commandant de bords l’ange gardien du feu Thomas Sankara ’’’’Etienne Zongo ?’’’’Il y avait aussi dans cet avion notre ami Koffi Anan, on discutait que les actions positives de la révolution.

    Vérité No1, tout ce que le peuple Burkinabé souhaite ce jour 21 Janvier 2023 c’est que la transition du président Traoré limite la politisation de l’Administration à outrance, qui rime avec inefficacité et mauvaise gestion de la chose publique, et livrera un combat sans merci contre le terrorisme et la corruption qui ruine le développement du pays en favorisant l’enrichissement personnel de quelques acteurs cupides et insatiables. Si mes commentaires sont rares dans le forum, c’est que je sait très bien que les jeunes dirigeants et autres "opposants historiques" sont toujours pleins de bonnes résolutions et d’idées généreuses et "intègres" avant d’accéder au pouvoir, mais ils changent radicalement une fois qu’ils y sont.

    Les défendre aussi avec des arguments erronés comme quoi la Russie ou n’importe quel pays peut nous sauver est enfantin. Comptons sur nous-même : Car. Outre la pourriture de l’Administration, il y a surtout le défi de la sécurité et la paix, et c’est au pied de ce mur-là qu’on attend le militaire professionnel et aguerri a la trempe de Thomas Sankara, dont on espère des résultats concrets, rapides et définitifs maintenant qu’il n’a plus aucun obstacle à la décision. Surtout des ministres qui se croient des Dieux et qui décident de se venger de leurs ennemis sans penser à celui qui dirige.

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 22:38, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    @Ka
    Messire Ka, je relève la très sage citation suivante de votre texte :
    « Les défendre aussi avec des arguments erronés comme quoi la Russie ou n’importe quel pays peut nous sauver est enfantin. Comptons sur nous-même :... »
    Bon, il est sûr que, pour nous qui avons vécu sous la présidence de René Coty, qui aurions pu croiser Senghor, Houphouet, le Négus, Nasser ou tel ou tel officier-dictateur, certains rêves des années soixante nous paraissent franchement usés jusqu’à la corde.
    Surtout que certaines puissances qui se prétendaient socialistes et libératrices ont eu le temps de nous montrer leurs sordides arrière-cours...

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier à 10:48, par Lucie En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    Bonjour à tous, la haine rend aveugle.
    Nous, ,présidents et présidentes d’associations francaises, uniquement Français ou franco-brukinabé, somme peinés par cette situation, les propos contre les Français. Nous sommes de citoyens français lambda qui un jour avons choisi ,par Amour de l’autre, d’aller aider des populations dans des pays du monde par simple générosité. Nous avons découvert le Burkina Faso et les Burkinabé, nous avons créé des liens forts d’amitié et parfois familiaux. Nos associations ont financé des écoles, des forages, des maisons des femmes, des potagers, des dispensaires des établissements hospitaliers et tout cela, dans le respect de la culture du Burkina FASO. Tout se passait bien.
    Et aujourd’hui, on nous reproche d’avoir volé les populations. Allez dans les villages et demandez si les habitants ont été volés. iI y a surement entre 500 et 1000 associations à but non lucratif qui aident les villages burkinabé, si en moyenne chaque association à un budget de 10000€, cela représente entre 5 000 000 à 10 000 000€ chaque année, que l’état burkinabé ne pourrait pas financer. Nous apprenonds au gens à pécher en leur apportant une canne à pêche. Tout se passe bien dans l’amitié. Aujourd"hui, tout cela va disparaître mais vous devez savoir qu’un partie de nos budgets provient de subventions obtenues auprès des institutions françaises. je vous le dis sincèrement, la Russie et el Chine ne viendra pas vous aider, ce n’est pas dans leur culture. Alors, ils vous restent à vous prendre en main et c’est ce que je souhaite depuis longtemps car je viens au Burkina depuis 30 ans et je suis franco-burkinabé. SACHEZ SIMPLEMENT, BURKINABE QUE NOUS VOUS AIMONS.

    Répondre à ce message

    • Le 22 janvier à 22:39, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      Madame Lucie, il faut arrêter ! Arrêtez, malgré les bienfaits merveilleux que vous avez apporté.
      En effet, les Français sont la cible à la fois des activistes néo-soviétiques, des agents russes et des islamo-nazis terroristes.
      Il est à craindre que vos membres soient arrêtés ou enlevés et pris comme otages, donc vous mettriez la France en difficulté, PROTÉGEZ-VOUS !
      Vous pouvez aider de nombreux pays moins anti-français...
      Le même conseil à toutes les ONG occidentales...

      Répondre à ce message

    • Le 23 janvier à 14:55, par Gwandba En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      @Lucie

      Lorsque l’on parcours les postes de ceux qui se dressent contre le Burkina, il en ressort plusieurs choses qui questionnent sur la sincérité de certains.

      Je ne vous parle pas des cours d’eaux boueuses désireux de tomber amoureux de la correspondance au nom de la traitrise et l’opportunisme, en mooré Kwil béndé.

      Je parle plutôt de personnes comme vous dont je pense sincères qui, par humanité, amitié et simplement intelligence ont fait des bonnes choses pour des burkinabé ou même le Burkina.

      Si je peux rester naïf et croire que ces actions conditionnées par les valeurs de l’amitié entre les peuples sont réalisées dans but humanitaire, mon incompréhension se situe au niveau de l’amalgame visible que vous faites sans (peut être) vous rendre compte.

      Ce qui a amené l’état burkinabé à adopter son positionnement actuel est le constat fait que certains de ses partenaires ne font plus son affaire et préfère voir ailleurs. Pour aller vite.

      Que l’état français réagit en amenant des associations à "BUT NON LUCRATIF" à cesser toute action sur le territoire burkinabé peut se comprendre légitimement. Encore, faudrait qu’il en ait le droit de procéder ainsi.

      Mais des associations ayant parfois dans les listes des donneurs de fonds et bénévoles d’origines burkinabé se voient utiliser politiquement pour faire pression à l’état burkinabé sera autant incompréhensible et peut laisser penser.

      Ce qui d’ailleurs m’amène à me questionner quant aux véritables intensions et buts visées par ces associations soi-disant apolitiques.

      Pour un monde plus juste, il faudrait accepter chacun soit libre de choisir son model de société et ses partenaire sans que cela ne touche la susceptibilité d’aucune partie. Rappelez SVP la devise de la France. Nest-ce-pas liberté, égalité et fraternité ??? Cela ne convient plus ??? ou ça ne marche que la France et les français ???

      Répondre à ce message

      • Le 25 janvier à 14:43, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

        @Gwandba
        Mon ami très cher Gwandba ; vous pondîtes :
        « L’état français réagit en amenant des associations à "BUT NON LUCRATIF" à cesser toute action sur le territoire burkinabé »

        L’État français n’a rien fait de tel ! D’ailleurs la France ne sait plus rien « interdire », tout au plus fait-elle des recommandations...
        Il s’agit simplement de conditions de sécurité qui deviennent catastrophique.
        Quel Burkinabè qui part de Ouaga vers Koudougou dans sa belle voiture ou sur son beau motocycle n’éprouve pas l’angoisse d’être blessé par une mine ou brutalisé par des hommes en chèche-claquettes-moto ?
        Imaginez le topo : vous êtes un beau et jeune avocat d’affaires burkinabè richissime et bien musclé (si, si, ça existe !), vous avez « emballé » une splendide nigériane ou une magnifique suédoise portant 3 kg de bijoux, vous partez en 4*4-Mercedes-cuir-clim-V8 vers Bobo ... et vous êtes arrêté par un barrage tenu par des espèces d’arabes en grande tenue noire avec des kalachs. Vous êtes sûr que c’est une situation « cool » ?

        Répondre à ce message

    • Le 23 janvier à 23:05, par Un Burkinabè fière En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      Salut madame Lucie et M DESWARTE. Sachez que nous vous sommes infiniment reconnaissant pour ce que vous avez fait pour nos populations ! 300 écoles c’est pas rien... Nous tâcherons de faire mieux ! Je suis vraiment désolé pour tout ces commentaires haineux et pleins d’ingratitude, ne le prenez pas personnellement, c’est la situation du moment qui les met dans cet état ! Moi je dis que Dieu vous bénisse et qu’il vous rende au centuple de vos bienfaits ! Et qu’il bénisse le Burkina faso, qu’il bénisse la France. Votre aventure au BF s’arrête mais j’espère que d’autres personnes pourront bénéficier de votre grande générosité.

      Répondre à ce message

    • Le 30 janvier à 21:14, par SOME En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      Madame lucie bien merci pour vos actions. Je connais bien le monde de l’humanitaire. Je ne vais pas aller dans des argumentations. Je demande a savoir pourquoi cette association choisit seulement maintenant de s’auto-dissoudre ?
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 06:27, par pfff En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    @ Lucie. Idem R.Hélié. Vous avez raison sur tout, mais il faut arrêter, et il y a urgence. Vous connaissez le proverbe qui dit que lorsqu’on veut tuer un chien on dit qu’il a la rage ? Et bien nous y sommes. J’étudiais une coopération avec un but économique assumé, mais il faut être clair : avec ou sans intérêt économique, c’est à peu près le dernier lieu sur terre où investir. La moitié de la planète vous fait de l’œil pour aller voir combien l’herbe est verte chez eux.
    .
    Sur ces paroles, je vous laisse définitivement : bon vent à tous.

    Répondre à ce message

    • Le 23 janvier à 14:44, par Renault HÉLIE En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

      @Pfff
      Tout à fait, Messire « Pfff », il faut que tous comprennent qu’il faut se casser, et vite, car le BF va devenir dangereux, très dangereux. Spécialement, il faut que les membres d’ONG occidentales, aussi bien intentionnés soient-ils, comprennent vite le message, car ils peuvent être l’objet d’arrestations arbitraires, attentats et autres prises d’otage : voir le Mali.
      Maintenant, si certains Nassaras croient en la bienveillance d’un futur Burkina wagnérisé et poutinesque, ils peuvent continuer à fumer la moquette, leur cas relève de la neurologie de pointe... Qu’ils se réfèrent plutôt à l’histoire de la Guinée et de la Somalie...

      Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 14:14, par Gwandba En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    pfff
    C’est dommage. On commençait à apprécier votre compagnie... ;-)
    Sachez que malgré tout, on vous souhaite de belles aventures où vous allez. Vous pouvez revenir quand vous voulez.
    Cordialement.

    Répondre à ce message

  • Le 25 janvier à 16:41, par boubacar zangre En réponse à : Coopération : L’association Amitiés France-Burkina Faso ne construira plus d’écoles au Burkina

    LE BURKINABE MEME EDUCATION GRATUITE IL NE VEUT PAS !
    que les francais laissent ce peuple se debrouiller seul...on verra ds 10 ans quand plus aucun enfant ne saura lire et écrire ds pays deja qu’on est pas loin des 100% faut les laisser ils ont assez de probleme pour penser a séduquer

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Diplomatie : Les ministres en charge des affaires étrangères du Mali et de la Guinée sont à Ouagadougou
Coopération : Vers le raffermissement des relations entre le Burkina et l’Algérie
Allégations de tueries de pèlerins à l’Est : Le gouvernement burkinabè et les « pays-frères » de la CEDEAO veulent éviter le piège des terroristes
Allégations de tueries de pèlerins dans l’Est : Olivia Rouamba échange avec l’ambassadeur du Nigeria au Burkina
« Le Burkina a une tradition de tolérance ethnique, religieuse et d’opinions … » (sous-secrétaire d’Etat adjoint américain, Michael Heath)
USA-Burkina : « Nous sommes le plus grand donateur en matière d’aide humanitaire » (sous-secrétaire d’État adjoint américain pour l’Afrique de l’ouest)
Transition au Burkina : Le président de la commission de l’Union africaine à Ouagadougou pour soutenir les efforts du pays
Lutte contre le terrorisme : L’Union africaine exprime sa solidarité avec le Burkina Faso.
Coopération sous-régionale : 20 jours et 800 kilomètres à vélo pour renforcer les liens entre le Mali et le Burkina
Coopération Etats-Unis-Burkina Faso : Le sous-secrétaire d’Etat américain pour l’Afrique de l’Ouest échange avec le Chef de l’Etat
Sécurité au Burkina Faso : Le Sous-secrétaire d’Etat américain aux Affaires ouest africaines prend langue avec le Gouvernement burkinabè
Visite du Premier ministre à Bamako (Mali) : « Pendant longtemps, nous avons passé le temps à regarder ailleurs, alors que les solutions sont juste à côté de nous », dixit Me Apollinaire Joachimson Kyelem de Tambela
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés