Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La foule croit qu’elle sait et comprend tout ; et plus elle est sotte, plus ses horizons lui semblent vastes.» Anton Tchekhow écrivain russe

Règlementation des réseaux sociaux au Burkina : Vers l’élaboration d’un texte spécifique en la matière

Accueil > Actualités > Multimédia • Lefaso.net • lundi 16 janvier 2023 à 22h20min
Règlementation des réseaux sociaux au Burkina : Vers l’élaboration d’un texte spécifique en la matière

Lors de la séance plénière des députés le vendredi 13 janvier 2022, le ministre de la communication, Jean Emmanuel Ouédraogo, s’est appesanti sur la question du député Daniel Zoungrana. Son interrogation portait sur la règlementation en vigueur concernant l’épineuse question des réseaux sociaux, histoire d’apprécier la pertinence des mesures législatives prises jusque-là pour limiter de façon drastique les effets pervers de la liberté d’expression.

Les réseaux sociaux au Burkina constituent un gros nid à problèmes pour les dirigeants dont les efforts sont déployés vers la résolution de la crise sécuritaire. Des atteintes à l’honneur et à la dignité des personnes aux publications d’images choquantes et obscènes en passant par les cas d’incitation de troubles à l’ordre public ou de publications de fausses nouvelles etc., les manquements à ce sujet sont légion.
Pour faire barrage à ces travers, l’Etat a prévu des règles qui s’appliquent en cas de manquements.

Seulement, « il n’y a pas de textes spécifiques sur la régulation des réseaux sociaux dans notre pays. Toutefois, le code pénal modifié en 2019 contient un certain nombre de dispositions répressives sur les publications de fausses informations (fakes news), la publication des informations sécuritaires (position des FDS, attaques en cours, scènes de crimes terroristes, etc.) Ce dispositif vient compléter le code pénal de 2018 et donne de la matière pour réprimer certains comportements contraires à la règlementation sur les réseaux sociaux », a confié Jean Emmanuel Ouédraogo.

En plus de cela, ont été mis en place des institutions tels que le Conseil supérieur de la communication (CSC), les ministères en charge de la communication et en charge de la justice/parquet, l’Agence nationale de renseignement (ANR), la Brigade spéciale des investigations anti-terroriste et de lutte contre la criminalité organisée (BSIAT), etc., qui participent chacune, au regard de leurs compétences, à la gouvernance des médias et réseaux sociaux.

Les forces de ce dispositif tiennent en l’existence d’un cadre juridique assez étoffé et des ressources humaines qualifiées en la matière. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Erwan Compaoré
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 17 janvier à 02:41, par Jean MOULIN En réponse à : Règlementation des réseaux sociaux au Burkina : Vers l’élaboration d’un texte spécifique en la matière

    Pleinement d’accord avec la règlementation des réseaux sociaux car il y va de notre vivre ensemble.

    De bonne foi, nous pouvons tomber dans l’excès et cela n’est pas bon. J’ai déjà commis l’erreur de faire un commentaire désobligeant à l’endroit de M. Simon COMPAORE et je ne cesse de présenter mes excuses quand j’ai l’occasion.
    De mauvaise foi et par calcul, les interventions peuvent créer des conséquences démesurées.

    Oui pour la règlementation des réseaux sociaux pour le vivre ensemble.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 07:38, par Raogo En réponse à : Règlementation des réseaux sociaux au Burkina : Vers l’élaboration d’un texte spécifique en la matière

    @Jean Emmanuel Ouédraogo,
    Monsieur vous etez un contemporain de feu Nobert Zongo illustre Journaliste d’investigation patriote émérite qui au prix de sa vie a refuser d’être bâillonner pour le respect de nos libertés et de notre droit a l’expression de nous opinions a tous ! Il est de votre devoir de veiller a ce que ces nouvelles lois que vous projetez de faire adopter ne soient pas "liberticides". En effet sous la gouvernance jadis du MPP nous avons vu l’adoption de la lois criminalisant l’insurrection au mépris du sacrifice ultime consentis par nos martyres de l’insurrectionnel d’Octobre.Alors c’est pas parce que vous servez présentement le MPSR 2 qu’il faudra vous compromettre pour faire plaisir aux potentats du moment.
    Merci pour votre lecture.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 08:29, par Passakziri En réponse à : Règlementation des réseaux sociaux au Burkina : Vers l’élaboration d’un texte spécifique en la matière

    le problème c’est que quand ca arrange le régime sur place , on n’y trouve pas trop à redire, on se limite à des communiqués de forme . Pourtant il suffit de respecter et de faire respecter les lois qui existent déjà et on aurait moins de problémes avec les réseaux sociaux. Mais tant que les gardiens de la constitution sont ceux là même qui la violent publiquement et à répétion en refusant de dire ce qui est écrit dans la constitution, c’est -à dire que les coups d’états sont anticonstitutionnels et ne sauraient être reconnus comme moyen légime d’accés au pouvoir d’état., Tant que des citoyens selon leur proximité au régime du moment seront hissés au dessus de la loi et se permettre de menacer de mort ouvertement d’autres citoyens ou de bastonner d’autres dans l’impunité sans que la force publique ne puisse les mettre devant leurs responsabilités, eh bien, créez les meilleurs lois du monde, ca ne serira à rien car une loi non aplliquée est inutile. Nous n’avons pas un probléme de lois mais plutôt un probléme de leu non- application.

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 19:08, par Zeus En réponse à : Règlementation des réseaux sociaux au Burkina : Vers l’élaboration d’un texte spécifique en la matière

    L’ennemi de la liberté d’expression c’est les acteurs de la presse elle même.
    Toutes les fois que nos libertés ont été bâillonnées c’est sous la tutelle des journalistes ministre de communication qui pensent jamais que le vent peut tourner.
    Avant-Hier, c’était sous Rémi Dandjinou,
    Hier sous Tamboura
    Aujourd’hui sous Emmanuel
    Demain sous .....................?
    Continuer à servir Zeus en oubliant le chemin retour.
    Aujourd’hui certains peuvent plus donner carton à personne !!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 20:12, par HUG En réponse à : Règlementation des réseaux sociaux au Burkina : Vers l’élaboration d’un texte spécifique en la matière

    Allons seulement.L histoire jugera chacun et HUG a toujours dit que les plus chanceux sont ceux qui refusent certaines nominations.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 21:35, par Alpha2025 En réponse à : Règlementation des réseaux sociaux au Burkina : Vers l’élaboration d’un texte spécifique en la matière

    Le problème dans ce pays, ce ne sont pas les textes, mais leur application. Avant de prendre de nouveaux textes, pensez à appliquer ceux qui existent. Récemment, un individu a proféré des menaces de mort à l’encontre d’un journaliste sur les réseaux sociaux. Suite à la plainte de ce dernier, le procureur a ordonné l’arrestation de l’auteur des menaces. L’ordre du procureur n’a pas encore été exécuté. Ce n’est pas la peine de nous divertir avec de nouveaux textes si vous n’ êtes pas en mesure de faire respecter les anciens. Les nouveaux ne seront pas appliqués non plus.

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 21:26, par jan jan En réponse à : Règlementation des réseaux sociaux au Burkina : Vers l’élaboration d’un texte spécifique en la matière

    Les réseaux sociaux sont une soupape d’expression pour le peuple, ne commettez pas l’ erreur de bâillonner cet outil d’expression sinon cela peut ça fera l’effet de la cocotte minute qui explose quant elle n’a aucun moyen de faire échapper la vapeur contenue, surtout que ce peuple a connu une très longue période de bâillonnement sous la direction de ces pseudos " révolutionnaires" qui ont pris toutes sortes de couleurs tel des caméléons tout le long de leur règne.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina cyberéconomie : "Il faut inciter les enfants et adolescents à s’intéresser très tôt aux métiers du numérique" Younoussa Sanfo
Burkina Faso : Le pays est sous influence médiatique pro-russe selon All Eyes On Wagner
Médias : La liberté de la presse n’est pas une liberté à géométrie variable
Editorial : Non, les médias burkinabè ne sont pas des « Radio mille collines »
Technologie au Burkina : PUBBIX TECH outille une dizaine de jeunes au ‟UX Design″
« Reporters du Faso » : Moumouni Simporé succède à Charles Tiendrébéogo à la tête de l’organisation
Médias au Burkina : « Le travail du journaliste n’est pas de chanter les louanges de quelqu’un », rappelle le journaliste Boureima Ouédraogo
Utilisation des réseaux sociaux : La responsabilité sociale et citoyenne des internautes au cœur d’une rencontre du SEPAFAR
Prix Norbert Zongo du journalisme d’investigation en Afrique : Le comité CNP-NZ dénonce son usurpation par l’ONG M&D
Régulation de la communication au Burkina : Les Burkinabè invités à faire attention à ce qu’ils véhiculent comme information
Création de visuels et d’infographies : Polotno Studio, l’alternative gratuite à Canva
Protection des données à caractère personnel : La Commission de l’informatique et des libertés sensibilise les étudiants du Centre universitaire polyvalent du Burkina
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés