Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Peu importe le succès, il s’agit d’être grand, non de le paraître.» Romain Rolland, Ecrivain

Burkina Faso : 4 773 agents publics contraints de quitter leurs postes en raison de la crise sécuritaire

Accueil > Actualités > Politique • Lefaso.net • dimanche 15 janvier 2023 à 23h50min
Burkina Faso : 4 773 agents publics contraints de quitter leurs postes en raison de la crise sécuritaire

Les députés de l’Assemblée législative de la transition (ALT) se sont réunis ce vendredi 13 janvier 2023 pour parler de la situation des fonctionnaires ayant quitté leurs postes pour des faits de terrorisme et de la situation de la gouvernance des médias sociaux. Il ressort de ces échanges que 4 773 agents de la fonction publique ont été contraints de quitter leurs postes en raison de la menace terroriste.

Deux membres du gouvernement ont été convoqués par les députés pour répondre à deux questions orales. Ces deux questions au menu du jour sont relatives à la situation des agents de la fonction publique contraints de quitter leurs postes en raison des attaques terroristes et la situation de la régulation des réseaux sociaux au Burkina Faso. La séance du jour a été présidée par Dr Ousmane Bougouma, président de l’Assemblée législative de la transition (ALT). 58 députés ont pris part à cette séance de questions orales.

Le ministre de la fonction publique, du travail et de la protection sociale Bassolma Bazié, et le ministre de la communication, de la culture, des arts et du tourisme Jean Emmanuel Ouédraogo, ont donc été appelés pour répondre à ces deux questions orales posées par le député Daniel Zoungrana. La première question fut sans débat et la question de la régulation des médias sociaux a été abordée avec des débats à l’appui. La question sur la situation des travailleurs de Moov Africa Burkina Faso (ex ONATEL) a été reportée à une prochaine séance.

Dr Ousmane Bougouma, président de l’ALT lors de cette séance

Prenant la parole, le ministre d’État, chargé de la fonction publique, Bassolma Bazié, a fait le point de la situation des agents de la fonction publique, contraints de quitter leurs postes en raison de la crise sécuritaire. Une situation indépendante de leur volonté, selon le premier responsable de la fonction publique burkinabè. Selon les chiffres recensés par les gouverneurs des différentes régions et dévoilés par le ministre de la fonction publique, 4 773 agents publics ont été touchés par ce phénomène sur l’ensemble du territoire national et ont été obligés de quitter leurs postes. Des structures administratives et des services de l’Etat ont été aussi fermées à cause des attaques des groupes armés terroristes.

Des dispositions ont d’ores et déjà été prises pour redéployer ces différents agents, selon Bassolma Bazié. A cet effet, 33 239 agents ont fait objet de redéploiement sur l’ensemble du territoire national en raison de la menace terroriste. Il a rappelé que la fonction publique burkinabè compte 223 853 agents selon le dernier rapport de 2022. La région du Centre regroupe 26,23% des effectifs des agents publics. Une situation qui s’explique par la concentration humaine et la présence de nombreuses structures de l’Etat, selon le ministre de la fonction publique.

A gauche, Jean Emmanuel Ouédraogo, ministre de la communication et à droite, Bassolma Bazié, ministre de la fonction publique

Sur la gouvernance des médias sociaux, le ministre de la communication Jean Emmanuel Ouédraogo, a fait l’état des lieux de l’utilisation des réseaux sociaux au Burkina Faso et des recommandations pour une utilisation responsable des réseaux sociaux. Sur cette question avec débats, les députés se sont inquiétés de l’ampleur de la diffusion des fausses informations ou appelant à la haine sur les réseaux. Une situation qui selon eux, pourrait contribuer à mettre à mal la cohésion sociale et le vivre ensemble surtout en cette période très sensible. Ils ont interpellé le gouvernement à prendre des mesures idoines en la matière afin de réguler véritablement l’utilisation des réseaux sociaux.

Les responsables et cadres des deux départements ministériels

Le ministre de la communication a regretté d’emblée la diffusion des fausses informations sur les réseaux sociaux, rappelant le manque de filtre dans la consommation des informations sur les réseaux sociaux. Il reconnaît qu’il n’y pas de textes spécifiques sur la régulation des réseaux sociaux, sauf quelques dispositions du code pénal qui permettent de sanctionner certains manquements comme la publication de certaines informations sécuritaires à savoir la position des forces de défense et de sécurité, des attaques en cours, etc.

Vue d’ensemble des députés présents lors de cette séance de questions orales

Il admet qu’il est même difficile de réguler, étant donné que le contrat d’utilisation, c’est entre le souscripteur (utilisateur) et le réseau social (Facebook ou Whatsapp par exemple), sans l’intervention de la législation du pays. Le ministre de la communication rassure quand même que des efforts sont faits pour réguler davantage l’utilisation des réseaux sociaux au Burkina Faso.

En plus des services des ministères de la Communication et de la Justice, de nombreuses structures étatiques ont été mises en place pour lutter contre ce phénomène. Il s’agit entre autres des structures comme le Conseil supérieur de la communication (CSC), la Commission de l’informatique et des libertés (CIL), l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP), la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité (BCLCC), l’Agence nationale de renseignements (ANR), etc. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Mamadou ZONGO
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 14 janvier à 07:19, par Passakziri En réponse à : Burkina Faso : 4 773 agents publics contraints de quitter leurs postes en raison de la crise sécuritaire

    Je n arrive pas à comprendre ce chiffre avancé. Comment avec plus de 6000 écoles fermées on se retrouve avec 4000 agents ayant quitté leur poste ?
    Peut-être faudrait-il préciser ce que ça veut dire quitter son poste. S agit- il de mouvement géographique ou du non exercice de la fonction ? Et ces haut- commissaires, ces préfets et qui ont fuit leurs bureaux pour d autres villes, abandonnant comme ce capitaine italien leur bateau entrain de couler avec les passagers ?
    Je pense que ce chiffre est Sous- estimé.
    Il faudra maintenant trouver les moyens de rendre l abandon du poste peu attractif en simplement cessant le paiement des salaires, sinon des esprits malins profitent abandonner même si la nécessité n existe pas pour bénéficier gracieusement de leur salaire sans travailler et profiter du temps libre pour d autres activités. Surtout dans l enseignement, il faudra ouvrir l œil pour éviter que des enflants ne soient victimes de la méchanceté du burkinabé actuel.

    Passakziri

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Transition politique au Burkina Faso : Le chronogramme actualisé remis au Premier ministre
Burkina :« Nous ne sommes ni dans une guerre ethnique ni dans une guerre religieuse, nous avons affaire à des bandits manipulés » (Eddie Komboïgo, CDP)
Burkina : « Ce pays-là a toujours su faire face à toutes les intimidations » (ambassadeur Mousbila Sankara)
Burkina Faso : Zéphirin Diabré porte plainte contre Ibrahim Maïga et plusieurs autres personnes pour diffamation
Réformes politiques au Burkina : « En démocratie, il est possible de restreindre le nombre de partis, mais de manière subtile », estime le Pr Abdoulaye Soma
Commune de Bobo-Dioulasso : Une session extraordinaire pour délibérer sur des projets de partenariats et des conventions
Arrondissement 3 de Bobo-Dioulasso : Après six mois d’exercice, le président de la délégation spéciale dresse un bilan « assez satisfaisant »
Politique au Burkina : Zephirin Diabré nie toute "liaison avec des contacts extérieurs"
Corruption au sein de l’armée : « A ce jour, aucun de ces fameux officiers milliardaires n’a été interpellé », fait observer Zéphirin Diabré
Burkina : « La première déclaration du chef du MPSR 2 présente des points de convergence avec nos positions », affirme Germain Bitiou Nama du Front patriotique
Politique : « Nous ne sommes pas un parti électoraliste, nous sommes un parti d’engagement, de conviction, de combat pour une nouvelle société… », lègue Me Bénéwendé Stanislas Sankara
Relecture du Code du travail au Burkina : L’UAS indignée par un nouveau retrait du projet de loi
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés