Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Peu importe le succès, il s’agit d’être grand, non de le paraître.» Romain Rolland, Ecrivain

Affaire « prêts véhicules » à l’Assemblée nationale : Des députés des 7e et 8e législature reviennent sur les faits

Accueil > Actualités > Politique • Lefaso.net • jeudi 12 janvier 2023 à 21h30min
Affaire « prêts véhicules » à l’Assemblée nationale : Des députés des  7e  et  8e législature reviennent sur les faits

COMMUNIQUE DE PRESSE DES DEPUTES DE LA 7EME ET 8EME LEGISLATURE

Dans un communiqué paru dans les réseaux sociaux et dans la presse le 27 décembre 2022, le Contrôleur général d’Etat, Mr Philippe Néri NION, portait à la connaissance de l’opinion publique et des députés des 7ème législature (2015-2020) et 8ème législature (2020-2025), qu’à la suite d’un contrôle de la gestion financière et comptable de l’Assemblée nationale des exercices 2018 à 2021, il ressort que les députés sus visés sont redevables à l’Etat au titre des prêts véhicules et les invitait par conséquent à bien vouloir reverser lesdites sommes auprès du Trésor public dans un délai de 8 jours.

Dans un second communiqué paru dans les réseaux sociaux et dans la presse en date du 28 décembre 2022, le Contrôleur général informait également les députés, sinon les groupes parlementaires, de la 7ème législature que dans le cadre de la même opération de contrôle de la gestion financière et comptable exercices 2018-2021 de l’Assemblée nationale, ils devraient également reverser le montant de leur souscription à l’opération « Coronathon » au motif que les groupes parlementaires auraient acquitté ladite souscription sur le budget de l’Etat.

Enfin dans un troisième communiqué paru le 9 janvier 2023 et selon les mêmes canaux de communication, Mr le Contrôleur général d’Etat publiait la liste des députés concernés avec les montants acquittés et non acquittés, et en les enjoignant sans autre forme d’explication à une mise en demeure.

Les députés de la 7ème et de la 8ème législature ont pris connaissance de ces trois communiqués du Contrôleur général d’Etat, et tiennent à porter à l’attention de l’opinion nationale, les précisions suivantes, tout en regrettant la formule tendancieuse des modes de communication du Contrôleur général d’Etat.

Ce qu’il faut retenir… sur les « prêts véhicules »

Ce qu’il faut savoir, c’est que les « prêts véhicules » ont toujours existé dans la plupart des législatures passées, et ces prêts étaient accordés par un arrêté du Ministre des finances. Les « prêts véhicules », également appelés « prêts automobiles » au Burkina Faso existent partout ailleurs en Afrique et dans le monde (dans bien de pays hors du continent, ils pourraient équivaloir aux indemnités et droits de transports servis aux élus afin de se déplacer). Lesdits prêts sont octroyés aux députés pour leur permettre de s’acheter un moyen de locomotion afin de faciliter les déplacements de l’élu entre sa circonscription d’élection et le siège du parlement ou tout autre lieu où son travail parlementaire le porte.

Pour le cas spécifique du Burkina Faso, les prêts véhicules aux députés sont octroyés pour 60 mois soit les 5 ans que dure la législature. Les services financiers procèdent au précompte sur les indemnités permanentes ou les indemnités de session du député. Ce faisant, vous ne pouvez pas finir votre mandat et que votre prêt reste non remboursé. A la fin de chaque législature, il est remis à chaque député une attestation écrite de solde. Toutes les législatures ont fonctionné sur ce principe de prêt véhicules octroyés par un arrêté du Ministre chargé des finances, et depuis 2015 par arrêté du Président de l’Assemblée nationale puisque depuis la 7ème législature le « prêt véhicule » est remplacé par une « avance véhicule sur les indemnités de session ».

* Des Prêts véhicules ou avances véhicules de la 7ème législature

Les députés de la 7ème législature, comme toutes les législatures précédentes, n’ont pas fait exception à ce principe de se voir octroyer les prêts véhicules sur la base d’avances sur leurs indemnités de session. Ces indemnités de session sont dues pendant 60 mois que dure une législature de 5 ans, et ce sont elles qui ont supporté t les remboursements prélevés par les services comptables de l’Assemblée nationale, sans que le député bénéficiaire ne puisse se soustraire. Autrement dit, vous ne pouvez pas finir votre mandat de 5 ans sans avoir fini de rembourser votre « prêt véhicule » ou votre « avance véhicule ». A la fin de la législature, il est remis à chaque député une attestation écrite de solde de tous comptes.

En théorie et en pratique donc, il n’est pas possible qu’un député finisse une législature qui dure 5 ans et que celui-ci doive encore un remboursement. Les exceptions à cette règle peuvent être dues à une situation individuelle : par exemple décès du député en cours de mandat, ou un abandon de mandat pour un autre poste ou démission du député. Même dans ces cas exceptionnels, le titulaire de l’avance qui n’est plus au parlement s’organise pour les précomptes à son nouveau poste ou par compensation avec l’Assemblée nationale. Le cas des décès pour lesquels ils restent des remboursements à effectuer sont toujours traités dans une procédure comptable en conformité les Règlements financiers et administratifs régissant l’Assemblée nationale.

Au total, la grande majorité (108 sur 127) des députés de la 7ème législature ont remboursé leur « avance ou prêt véhicule » à l’échéance prévue de 2020. Les députés qui restent encore redevables sont connus et identifiables, et pouvaient donc recevoir une notification de l’ASCE/LC et déclencher ainsi le processus de recouvrement ou de preuves de remboursement. Le communiqué du 27 décembre à l’endroit des députés de la 7ème législature pouvait être économisé, à moins qu’il ne soit recherché un autre objectif que le recouvrement.

* Des « Prêts ou avances véhicules » de la 8ème législature

Si une législature achevée (2015-2020) ne peut pas en théorie et en pratique devoir des remboursements sauf exceptions d’une situation individuelle de décès ou de mandat écourté, une législature qui ne s’est pas terminée comme c’est le cas de la 8ème législature (2020-2025) voit naturellement le remboursement des avances compromises. Ceci simplement en raison du fait que le prêt ou l’avance véhicule remboursable sur les indemnités de session ou ses émoluments n’est plus possible du fait de l’arrêt de versement des dites indemnités ou émoluments.

La raison de l’interruption de la législature est connue, un coup d’Etat a solennellement dissout l’Assemblée nationale avec l’accord expresse du conseil constitutionnel lui-même garant des institutions de la République. Des jurisprudences existent (voir la législature 2012-2017 interrompue par l’insurrection de 2014, et celle de 1978 interrompu le 25 novembre 1980).

Par ailleurs, une procédure des députés de la 8ème législature était en cours depuis la dissolution du Parlement auprès de l’ALT pour un rééchelonnement des encours nés du fait de l’interruption involontaire de leur mandat, et ceci en conformité avec l’article 3 de l’arrêté n°2021-013/AN/PRES du 29 avril 2021. Pourquoi donc ce communiqué une fois de plus ? N’était-il pas plus indiqué pour l’ASCE/LC d’approcher les nouvelles autorités de l’ALT pour en savoir d’avantage sur la situation des députés de la 8ème législature, qui depuis octobre et novembre 2022 ont fait des propositions de règlement ?

Aucune législature interrompue dans notre pays n’a passé par pertes et profits les prêts octroyés aux députés ; du moins par le droit et la jurisprudence un règlement des dettes a toujours été obtenu.

* Ce qu’il faut retenir sur l’imputation budgétaire de la souscription des députés à l’opération Coronathon…

Les législatures de la 4ème république qui se sont régulièrement succédées depuis 1992 se sont tour à tour consolidées dans l’organisation et la gestion du pouvoir législatif. C’est ainsi que, portées par les réformes du Plan stratégique de Développement du Parlement (PSDP 2004-2014), les groupes parlementaires ont vu leur statut s’améliorer pour disposer de subventions afin de recruter du personnel propre, d’assurer le fonctionnement et de financer leurs activités et celles de leurs membres.

Depuis la 4ème législature, les groupes parlementaires P bénéficient dans la gestion de l’Assemblée nationale des crédits dédiés.
Au cours de la 7ème législature et répondant à l’appel à une mobilisation nationale, les députés, via leur groupe parlementaire, ont décidé volontairement de céder les subventions qui leur étaient allouées pour leurs activités à la lutte contre le corona virus par une souscription au Coronathon.

Si la gestion interne du budget de l’Assemblée Nationale a convenu au paiement des souscriptions des députés à l’opération de contribution aux efforts de lutte contre la covid19 doit devenir suspecte, il y a forcément matière à bien d’interrogations ! Les groupes parlementaires sont organisés et tenus selon la loi portant Règlement de l’Assemblée nationale.

Les groupes parlementaires sont animés par les députés issus des groupes politiques qui le composent, et ceux-ci réunis en assemblées de groupe décident de l’affectation des ressources qui leur sont affectés. Le financement des groupes parlementaires incombe au Budget de l’Assemblée nationale, donc in fine au budget de l’Etat.
Tel était le statut des groupes parlementaires et ce depuis les réformes de la 4ème législature.

Tout en remerciant la population et les médias qui ont observé une lucidité citoyenne à la suite de ces trois communiqués, les députés des 7ème et 8ème législature réaffirment leur attachement au respect de l’Etat de droit et au respect du droit à l’information contradictoire dans toute conclusion d’une procédure de contrôle.
Ils réaffirment leur volonté, tout comme leurs prédécesseurs, à respecter les engagements pris auprès de l’Assemblée nationale, notamment au remboursement des prêts ou avances véhicules.
Ils invitent également l’Etat au respect de ses devoirs.

Pour les députés des 7ème et 8ème législature, les présidents des groupes parlementaires.

1. Sawadogo Wendyellé PGP/CDP
2.Dah K. Nicolas PGP/UPC
3. Bacye Z. François PGP/PJRN
4. Coulibaly Ladji PGP/RD
5.Tapsoba Alexandre S.O PGP/MPP
6. Lankoandé Emmanuel PGD Burkindlim ;
7-Ouedraogo Dieu-Donné PGP/RDJ
8- Tapsoba Achille Marie Joseph PGP/ CDP
9-Dicko Amadou D. PGP/UPC
10-Zoungrana Pierre PGP/NTD
11- Ilboudo Patrice GP/PJRN

Vos commentaires

  • Le 13 janvier à 04:19, par Mafoi En réponse à : Affaire « prêts véhicules » à l’Assemblée nationale : Des députés des 7e et 8e législature reviennent sur les faits

    Il faut certainement être en Afrique pour assister à un spectacle aussi désolant à savoir que des personnes d’un âge respectable sont entrain de s’echiner pour de la feraille comme si,pour qu’on sache qu’ils avaient réussi socialement,il fallait avoir une voiturette qu’ailleurs,des ministres marchent à pieds,roulent en trotinette,prennent le bus .....etc pour aller au boulot et cela ne choque personne.Conclusion,l’homme noir africain a encore beaucoup de travail d’exorcisme à faire sur lui

    Répondre à ce message

    • Le 15 janvier à 00:05, par Burkina En réponse à : Affaire « prêts véhicules » à l’Assemblée nationale : Des députés des 7e et 8e législature reviennent sur les faits

      Quels sont alors ceux des ex députés qui étaient sortis sur leurs grands chevaux pour dire qu’ils saisissent la justice parce que l’interruption n’étant pas de leur faute, ils n’ont pas à payer !
      Ils disaient en simple : c’est sur l’indemnité de session que ça ce coupe, qu’on me verse le reliquat correspondant aux sessions qui restaient et alors on coupera là-dessus !
      Ils partaient sur la base d’un licenciement trouvé abusif qui contraint l’employeur à payer le salaire correspondant à la durée restante du contrat.
      Où étaient alors nos honorables lorsque leur collègues prenaient cette fausse route ?
      Je pense que c’est cette provocation qui a entraîné le passage à la vitesse supérieure de l’ASCE/LC.
      Si dès le début ce ton avait été adopté, on se serait vite compris. Mais comme vous avez d’abord voulu prendre les gens pour les dindons de la basse-cour alors vous voilà affichés comme des drapeaux.

      Répondre à ce message

  • Le 13 janvier à 05:54, par Didier En réponse à : Affaire « prêts véhicules » à l’Assemblée nationale : Des députés des 7e et 8e législature reviennent sur les faits

    Les prêts véhicules étaient des avantages liés à la fonction de députés mais qui devraient être remboursé s. Bien d autres personnes parmi lesquelles moi avaient aussi des avantages liés à leurs fonctions et ils les avaient budgetises. mais avec les coups d État ils ont été perdus et nous avons appris à vivre sans en honorant aussi nos engagements. Donc je vous suggère tout simplement de payer avec vos ressources actuelles de façon échelonné e comme nous tous le faisons. Nous n avons pas le choix. C est de l argent qui devrait être remboursé tôt ou tard. Ma question : et si par hasard et par malheur un député venait à mourir, comment ce prêt était il remboursé ?

    Répondre à ce message

    • Le 14 janvier à 13:25, par Africa En réponse à : Affaire « prêts véhicules » à l’Assemblée nationale : Des députés des 7e et 8e législature reviennent sur les faits

      Dans un pays organisé, dirigé par des hommes et femmes vertueux, on n’attend pas d’être démasqué par une institution de contrôle pour se signaler auprès du service competent pour négocier le reéchelonnement de la dête. Les 134 députés devraient dare dare, rembourser ou remettre les véhicules à l’ALT qui les réaffectera à aux services publics qui sont dans le besoin. C’est comme une location-vente de maison ; quand on ne peut plus payer le loyer, on vous reprend la maison sans remboursement..
      Nos honorables députés devraient faire profil bas au lieu d’agiter ciel et terre. Ils se déshonorent en agissant ainsi. Le peuple comprend bien que la démocratie dans ce pays n’est qu’un système de prédation légale au profit des élites.

      Répondre à ce message

  • Le 13 janvier à 07:14, par L’alchimiste En réponse à : Affaire « prêts véhicules » à l’Assemblée nationale : Des députés des 7e et 8e législature reviennent sur les faits

    Tout se resout dans le calme et la sagesse. Il y va de l’intérêt de tous et de chacun

    Répondre à ce message

  • Le 13 janvier à 10:53, par Sage En réponse à : Affaire « prêts véhicules » à l’Assemblée nationale : Des députés des 7e et 8e législature reviennent sur les faits

    En lisant les communiqués de l’ASCE, je me disais que les ex-Députés cherchaient à se soustraire au remboursement des prêts ou avances reçus ; et bien entendu, cela serait inacceptable ; en effet, peu importe l’appellation "Prêt" ou "Avance" ; vous devez, vous devez payer. On ne peut s’amuser avec l’argent public.

    Il faut être Honnête ; il ne faut pas être injuste même avec son ennemi, par exemple, en mentant sur lui, juste pour se venger. Si ce qui est dit dans l’écrit est avéré, je dis bien si c’est avéré, alors, les communiqués de l’ASCE n’avaient pas de raison d’être, si vraiment, l’Objectif est juste que l’Etat rentre dans ses fonds., mais pas autre chose. Parce que, quelqu’un qui a un engagement, que ce soit en argent, en prestation, etc ... et a des difficultés à respecter pour mille raisons et trouve un arrangement avec son créancier, est une situation banale dans la société.

    Si par exemple un travailleur prend un crédit en banque avec un remboursement callé sur son salaire et qu’entre temps, il quitte cet emploi pour une raison quelconque ; s’il n’est pas assuré, il reconnaîtra ce qu’il doit, et trouvera un arrangement avec sa banque pour solder le crédit. Là, il n’y a pas un chat à fouetter. Si maintenant, il propose de rembourser sur 100 ans, le créancier lui fera une contre-proposition et ils trouveront une solution. Cela se fait tous les jours, dans différents domaines.

    Répondre à ce message

  • Le 13 janvier à 20:24, par Banana Republic En réponse à : Affaire « prêts véhicules » à l’Assemblée nationale : Des députés des 7e et 8e législature reviennent sur les faits

    Dans ce pays tout le monde orgainse une conférence de presse pour dire sa part de vérité.
    On invite des gens qui vont écouter, comme dans des prêches, sans poser les questions idoines et ça recommence.

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier à 06:29, par ancien En réponse à : Affaire « prêts véhicules » à l’Assemblée nationale : Des députés des 7e et 8e législature reviennent sur les faits

    Pas de problème, on vous a compris. Mais, il faut payer on va quitter ici. Personne de vous n’a acquis un prêt pour un projet communautaire dans sa région, mais plutôt pour acheter des véhicules ; pauvre Afrique, pauvre Burkina !

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier à 08:01, par Dedegueba Sanon En réponse à : Affaire « prêts véhicules » à l’Assemblée nationale : Des députés des 7e et 8e législature reviennent sur les faits

    Ok, pour dénoncer la forme plutôt populiste de l’annonce de ce dit recouvrement. Car c’est connu, nos administrations sont tout sauf "modernisées", or il y avait eu un moment l’appellation "... Ministère de etc.... et de la modernisation de l’administration". Monsieur NION aurait dû procéder autrement pour ces recouvrements, car étant des impôts il n’est pas sans ignorer que les désordres récurrents qui y sont habituels, rien qu’inhérant aux soucis informatiques. Le contribuable peut bien s’acquitter d’une taxe, et on viendra encore lui demander de prouver cet acquittement, et gare à ce contribuable s’il a égaré ses quittances, et lorsque vous vous plaignez on vous repond qu’il s’agit de services différents, comme si ce n’est pas le même DG des impôts qui coiffe le tout (domaine, trésor et assiette).. Bref la forme est regrettable si l’on sait comment nos fonctionnaires travaillent à rester dans le laxisme ...
    Par contre je découvre que nos politiciens nous ont bien grugés de nos maigres sous depuis plusieurs décennies... Nous payons nos impôts et parce que des gens "savent mentir et nouer des intrigues politiques à n’en pas finir" se payent un train de vie de nabab sur nos dos.Et viennent défendre que c’est normal parce que partout on fait comme ça ? Tout ça pour livrer aujourd’hui notre pays aux HANI ? Et ça vient nous servir "un mémoire en défense" pour se justifier ou dénoncer une chasse aux sorcières ? On ne vous a pas encore vraiment chasser selon moi. De toute façon l’odeur putride d’un Tapsoba Achille rejaillit sur tous les autres signataires de cette réaction... Vous devriez faire profil bas, parce que NION a été maladroit certes, mais vous, on devrait vous accuser d’avoir vendu le pays aux HANI... Parce que cautionner qu’on loge et nourrisse les Hiag Aly et autres barbus pour qu’ils viennent se retourner contre nous parce qu’on a chassé Blaise, est pire que ce que NION a fait. Honte à vous. Un conseil, faîtes vous oublier, sinon vos enfants ou petits enfants finiront par vous lyncher un jour. Demandez à Blaise et plus récemment à Eddie, ils vont vous expliquer. Tchrrrr !?

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier à 11:32, par jan jan En réponse à : Affaire « prêts véhicules » à l’Assemblée nationale : Des députés des 7e et 8e législature reviennent sur les faits

    Vos explications servent à quoi ? A vous dédouaner ? Payez seulement, remboursez l’argent que le Peuple vous a prêté

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier à 13:29, par Africa En réponse à : Affaire « prêts véhicules » à l’Assemblée nationale : Des députés des 7e et 8e législature reviennent sur les faits

    Dans un pays organisé, dirigé par des hommes et femmes vertueux, on n’attend pas d’être démasqué par une institution de contrôle pour se signaler auprès du service competent pour négocier le reéchelonnement de la dête. Les 134 députés devraient dare dare, rembourser ou remettre les véhicules à l’ALT qui les réaffectera aux services publics qui sont dans le besoin. C’est comme une location-vente de maison ; quand on ne peut plus payer le loyer, on vous reprend la maison sans remboursement..
    Nos honorables députés devraient faire profil bas au lieu d’agiter ciel et terre. Ils se déshonorent en agissant ainsi. Le peuple comprend bien que la démocratie dans ce pays n’est qu’un système de prédation légale au profit des élites.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 15:40, par Nongma En réponse à : Affaire « prêts véhicules » à l’Assemblée nationale : Des députés des 7e et 8e législature reviennent sur les faits

    C’est pas forcer de rouler en 4*4 . Quand tu n’as pas les moyens tu laisse et te contente de ce que tu peux. Venez rembourser les prêts, le pays a besoin d’argent.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Transition politique au Burkina Faso : Le chronogramme actualisé remis au Premier ministre
Burkina :« Nous ne sommes ni dans une guerre ethnique ni dans une guerre religieuse, nous avons affaire à des bandits manipulés » (Eddie Komboïgo, CDP)
Burkina : « Ce pays-là a toujours su faire face à toutes les intimidations » (ambassadeur Mousbila Sankara)
Burkina Faso : Zéphirin Diabré porte plainte contre Ibrahim Maïga et plusieurs autres personnes pour diffamation
Réformes politiques au Burkina : « En démocratie, il est possible de restreindre le nombre de partis, mais de manière subtile », estime le Pr Abdoulaye Soma
Commune de Bobo-Dioulasso : Une session extraordinaire pour délibérer sur des projets de partenariats et des conventions
Arrondissement 3 de Bobo-Dioulasso : Après six mois d’exercice, le président de la délégation spéciale dresse un bilan « assez satisfaisant »
Politique au Burkina : Zephirin Diabré nie toute "liaison avec des contacts extérieurs"
Corruption au sein de l’armée : « A ce jour, aucun de ces fameux officiers milliardaires n’a été interpellé », fait observer Zéphirin Diabré
Burkina : « La première déclaration du chef du MPSR 2 présente des points de convergence avec nos positions », affirme Germain Bitiou Nama du Front patriotique
Politique : « Nous ne sommes pas un parti électoraliste, nous sommes un parti d’engagement, de conviction, de combat pour une nouvelle société… », lègue Me Bénéwendé Stanislas Sankara
Relecture du Code du travail au Burkina : L’UAS indignée par un nouveau retrait du projet de loi
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés