Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La foule croit qu’elle sait et comprend tout ; et plus elle est sotte, plus ses horizons lui semblent vastes.» Anton Tchekhow écrivain russe

De Kossouka à Chicoutimi : Itinéraire de Pr Salmata Ouédraogo, une passionnée d’économie

Accueil > Actualités > Portraits • Lefaso.net • jeudi 15 décembre 2022 à 10h40min
De Kossouka à Chicoutimi : Itinéraire de Pr Salmata Ouédraogo, une passionnée d’économie

Professeure titulaire au département des sciences économiques et administratives de l’université du Québec à Chicoutimi, la Burkinabè Salmata Ouédraogo a été distinguée par le Réseau université du Québec, qui regroupe dix établissements universitaires pour son « apport exceptionnel » au fonctionnement et au rayonnement de l’institution. Une distinction qui couronne un parcours exemplaire.

Salmata Ouédraogo est la professeure titulaire au Département des sciences économiques et administratives (DSEA) de l’université du Québec à Chicoutimi, une université québécoise francophone située au cœur de la ville de Saguenay, dans l’arrondissement de Chicoutimi, au Canada. En septembre dernier, avec neuf autres personnes, elle a été distinguée par le Réseau université du Québec, qui regroupe dix établissements universitaires (UQAM, UQAC, l’INRS, l’ENAP, l’ÉTS, TÉLUQ, etc.) pour son « apport exceptionnel » au fonctionnement et au rayonnement de l’institution.

Les heureux lauréats sont nommés au Cercle d’excellence de l’université du Québec.
« Quand j’ai appris la nouvelle, j’ai été touchée et j’ai eu des larmes aux yeux. Jusqu’à présent, quand j’en parle, je suis heureuse. Tout le monde en parle, même au Burkina il y a eu un accueil très enthousiaste. J’ai ressenti la fierté d’être Burkinabè, femme et professeur. Je me suis dit : enfin une reconnaissance de mes pairs, de mon institution », explique Pr Ouédraogo.

« C’est une reconnaissance par rapport à ma contribution, par rapport aux valeurs que je partage dans mon milieu professionnel. Des valeurs de solidarité, de justice humaine, de respect de l’autre. Ce sont ces valeurs que je mets en avant. C’est aussi pour mes résultats pour la recherche, pour l’enseignement. C’est une appréciation positive aussi à mon endroit, femme issue d’un autre pays et qui s’est professionnellement et socialement intégrée dans son pays d’accueil », ajoute-t-elle.

Cette consécration, la native de Kossouka, un département et une commune rurale de la province du Yatenga, situé dans la région du Nord du Burkina Faso la doit à son parcours personnel et scolaire exceptionnel.

« Je suis née à Kossouka, dans le Yatenga, dans une grande famille polygame », explique-t-elle, précisant que son père avait douze femmes, des dizaines d’enfants. « Dès l’âge de deux ou trois ans, je me suis installée à Ouagadougou avec la première fille de ma mère qui venait de se marier et m’a amenée avec elle. J’ai donc vécu tout le temps avec elle avant de m’envoler pour le Canada. Ma sœur a malheureusement été veuve très jeune. J’ai grandi avec ses enfants et elle. C’était une femme extraordinaire dans une famille extraordinaire. Dans cette famille, les études avaient une importance capitale. C’était les études avant tout. Dans cette famille, les valeurs comme le respect de l’autre, la solidarité, le partage, l’ardeur au travail étaient mises en avant », se remémore Pr Ouédraogo.

Bourse d’excellence

Elle effectue son parcours primaire à l’école Cathédrale filles, puis le secondaire au lycée Zinda et au lycée Bogodogo. Le baccalauréat décroché, elle s’inscrit à la Faculté de sciences de gestion (FASEG) de l’université de Ouagadougou puis une bourse pour faire un DEA dans le cadre du Programme de troisième cycle interuniversitaire (PTCI).

Son DEA empoché, elle diffuse en tant qu’enseignante vacataire et pendant deux ans vacataire à la FASEG, à l’ISIG (actuelle Aube nouvelle), à L’Ecole supérieure de commerce et d’informatique de gestion (ESCO / IGES)… Mais cette assoiffée du savoir ne perd pas de vue ses objectifs qui étaient de soutenir une thèse de doctorat.

« Je tenais à poursuivre des études. Je voulais d’abord devenir journaliste. Mes parents ne pouvant pas m’offrir des études en Europe, j’ai commencé à chercher des bourses. Après trois tentatives, j’ai eu trois bourses : une pour la Belgique, une pour les Etats-Unis et une autre pour le Québec », se remémore-t-elle. Elle opte pour la destination Québec et grâce à cette bourse d’excellence, elle entame des études doctorales. C’est un 17 août qu’elle débarque à Montréal, via Paris, par un vol Air France, seule compagnie à l’époque qui reliait le Burkina au Canada.

Dans l’avion qui l’amène vers le Grand nord blanc, le surnom du Canada, ses sentiments sont mitigés. Comme elle le confesse, elle éprouvait à la fois un sentiment de gratitude pour cette bourse qui lui permet de poursuivre son rêve, et la tristesse de quitter ses proches pour un monde inconnu car, ajoute Salmata Ouédraogo, « Même si j’avais 25 ans, je me retrouvais seule comme une grande fille qui devait tout décider par elle-même et conduire sa vie à des milliers de kilomètres de sa terre natale. Au Burkina, même à cinquante ans on a toujours besoin des conseils des amis, parents… ».

Petites galères du début

Alors que l’avion amorce son atterrissage, elle contemple le paysage depuis le ciel, frappée par les buildings, la verdure, la couleur du sol… « Ce qui m’a particulièrement marqué, c’est la température. Quand je partais de Ouagadougou, on me disait qu’il faisait très très froid au Québec. Je m’étais donc habillée chaudement. Or nous sommes arrivés en été. Il ne faisait pas du tout froid. Cela m’a convaincue que je pouvais vivre ici ». Il lui faudra cependant quelques temps pour se mettre au diapason de la société canadienne et de son système universitaire. « Comme j’avais une bourse, j’ai très bien été accompagnée. Mais j’ai dû moi-même chercher un appartement ». Elle se souvient de certaines petites galères du début qui la font toujours rire.

« C’était mon premier jour de cours. A l’université de Ouagadougou, nous prenions nos cours dans un amphithéâtre, nous étions nombreux. A Montréal, l’université était un vrai labyrinthe. Il fallait que je trouve ma salle. Après avoir écumé le campus je suis arrivée en retard dans ma salle pour mon premier cours qui était un cours de macroéconomie. En ouvrant la porte, des dizaines de paires d’yeux se sont posés sur moi. Cela m’a un peu déstabilisée. Ce qui m’a frappé, il n’y avait aucun noir (rires). Je m’installe et constate que je n’avais pris ni cahier, ni stylo. Le professeur me regarde un moment et demande à ce qu’on me donne le nécessaire pour prendre des notes. C’est là que je me rends compte qu’ils avaient déjà commencé le cours dès le premier jour. A Ouagadougou, le premier jour était consacré à la prise de contact entre professeurs et étudiants ». Depuis ce jour, elle attache un point d’honneur à être ponctuelle. « Je dis toujours à mes étudiants de ne pas venir en retard. Surtout les Africains qui ont la réputation d’être toujours en retard. Il faut que la ponctualité soit de mise ».

Comme elle le témoigne, elle connaît des débuts quelque peu difficiles parce qu’il fallait s’adapter au rythme intense des cours, aux méthodes d’enseignement. « La pédagogie nord-américaine c’est être proche des professeurs qui sont ouverts. Il fallait s’adapter au tutoiement alors que chez moi, on vouvoie. Ici les enseignants refusent le vouvoiement. Mais tout se passe très bien maintenant », dit-elle.

L’intégration commence par trouver du travail

Sur le plan social en revanche, l’intégration se passe très bien. Pr Ouédraogo confie n’avoir pas eu des difficultés pour s’adapter parce qu’elle a été épaulée par des étudiants burkinabè et africains. Le seul grand obstacle à vaincre était le climat : « Il fallait s’adapter au froid et à la solitude. Il fait plus froid dans la région où je suis qu’à Montréal. Il fallait aussi s’adapter à la solitude parce que chacun est seul dans son coin à s’occuper de ses affaires. On essaie de s’organiser pour avoir une vie sociale, mais les choses ne sont pas aussi évidentes ».

Pour autant, elle se trouve bien intégrée car pour elle, l’intégration commence par trouver du travail. « Je parles en tant qu’immigrante. Quand on est au Canada, trouver du travail aide pour une intégration sociale. Certaines personnes qui voient les Africains n’imaginent pas que nous avons fait des études chez nous, que nous avons des compétences, des diplômes. J’ai un cercle d’amis dans les mêmes conditions que moi ou qui ont un parcours similaire au mien. L’intégration professionnelle se passe bien et ça aide beaucoup ».

Ce qui ne l’empêche pas d’éprouver parfois un spleen et elle le confesse : il lui arrive d’éprouver de la nostalgie pour son Burkina natal, surtout en hiver. « Mes proches et mes amis me manquent, la sauce toega (feuilles de baobab, Ndlr) me manque, le brouhaha me manque. Avant la pandémie, je retournais chaque deux ans pour voir ma famille, même si mon père et ma mère sont décédés. J’y allais avec mes enfants pour les voir parce que c’est important. Avec la pandémie, mon dernier séjour date de décembre 2019. Cette nostalgie, je pense qu’elle va me suivre toute ma vie ».

« Je suis bien intégrée, sauf sur le plan culinaire, dit-elle en riant. A la maison je prépare tout le temps burkinabè et africains. Les enfants aiment le tô accompagné de sauce gombo. Quand nous rentrons au Burkina, c’est ce plat que la famille prépare pour nous accueillir. On trouve du gombo ici, mais j’estime que ce n’est pas tout à fait le même goût et que ce n’est pas assez gluant comme ce qu’on en consomme au Burkina. J’ai toujours du toega sec (feuilles de baobab) et du soumbala que je ramène du Burkina en stock. J’aime aussi le dèguê de sorgho rouge » confie cette mère de deux enfants de 12 et 16 ans.

Et si elle a choisi d’étudier l’économie, c’est pour avoir un impact social concret sur la société burkinabè, son agriculture, son éducation, sa santé. « Ma grande famille a été une inspiration, un grand laboratoire qui m’a poussé à aller vers les études d’économie ». Grâce à son domaine et à ses activités, elle garde un étroit lien avec le continent africain, en menant des projets au Burkina, au Sénégal et en Côte d’Ivoire.

« Ce sont des liens forts qui se traduisent par différents projets que je mène sur le continent soit seule ou avec d’autres collègues. Par exemple, nous avons travaillé sur les interventions psycho sanitaires auprès des femmes violentées. C’est un projet dont j’ai été la porteuse principale. Avec des collègues en travail social et coopération internationale, nous avons obtenu une subvention pour travailler sur les normes sociales et l’entrepreneuriat féminin au Burkina et au Sénégal, des formations sur l’entrepreneuriat au Burkina, au Sénégal, en Côte d’Ivoire. Je collabore aussi avec certains promotionnaires du DEA PTCI. Nous sommes sur des dossiers de violences faites aux femmes et sur l’entrepreneuriat féminin ». [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Désiré Sawadogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 14 décembre 2022 à 16:22, par Elisee Miingou En réponse à : De Kossouka à Chicoutimi : Itinéraire de Pr Salmata Ouédraogo, une passionnée d’économie

    Félicitation Professeure !!!!! Une inspiration pour tous les jeunes Africains !

    Répondre à ce message

  • Le 14 décembre 2022 à 18:11, par kon N’doungtouly En réponse à : De Kossouka à Chicoutimi : Itinéraire de Pr Salmata Ouédraogo, une passionnée d’économie

    Félicitations madame , voyez vos collègues économistes de la diaspora tout comme ceux et celles restés au pays pour trouver les voies et moyens pour que notre économie rayonne et profite à tous.

    Répondre à ce message

  • Le 14 décembre 2022 à 19:28, par RV En réponse à : De Kossouka à Chicoutimi : Itinéraire de Pr Salmata Ouédraogo, une passionnée d’économie

    Bravo ! Restez là où vous mais n’oubliez pas que vous êtes burkinabè et que le Burkina Faso a besoin de vous. Bonne suite !

    Répondre à ce message

  • Le 14 décembre 2022 à 22:53, par BUUG PAARS En réponse à : De Kossouka à Chicoutimi : Itinéraire de Pr Salmata Ouédraogo, une passionnée d’économie

    Toutes mes félicitations Professeure !!! De la part d’un camarade de classe au Lycée Philippe Zinda Kaboré( 1er cycle ). Vous faites la fierté de l’Afrique en générale et du Burkina en particulier. Faites profiter ce savoir a notre chère pays le BURKINA FASO !

    Répondre à ce message

  • Le 15 décembre 2022 à 01:47, par Bebeto En réponse à : De Kossouka à Chicoutimi : Itinéraire de Pr Salmata Ouédraogo, une passionnée d’économie

    Bravo à Mme Salamatz Ouedraogo.
    Vous avez été visionnaire en partant en Amérique du Nord et mieux au Canada. Eux, ils n’ont pas l’esprit de colon et sont objectifs vis à vis des intellectuels Africains.
    Si vous étiez partie en France, vous n’allez jamais avoir un telle promotion intellectuelle et un tel prestige.
    L’esprit colon est omniprésent dans le système universitaire Français. Vous allez avoir tous vos diplômes avec les meilleures mentions possibles, mais pour décrocher un poste poste dans une université Française, c’est quasi impossible. C’est ça aussi la France qui se met elle même à dos les grands intellectuels Africains. Et ça ce n’est pas la faute de la Russiensuivn’a même pas d’ambassade au Burkina.

    Répondre à ce message

    • Le 15 décembre 2022 à 16:03, par Renault HÉLIE En réponse à : De Kossouka à Chicoutimi : Itinéraire de Pr Salmata Ouédraogo, une passionnée d’économie

      @Bebeto
      Mon cher Bebeto, vous délirez complètement ! On voit que vous n’avez jamais tenté les démarches pour obtenir une « green card » aux USA ou au Canada. S’imaginer qu’il est plus facile pour un africain de réussir en Amérique du Nord qu’en France est, tout simplement, une calembredaine digne d’un enfant du primaire.
      Pour les Burkinabè en France, je n’en connais guère. Mais mon patelin de France grouille de subsahariens instruits qui ont fort bien réussi dans la vie, y compris dans mon paisible quartier bourgeois.
      Exemples :
      - Universitaires ; je connais un très brillant informaticien d’origine ivoirienne qui enseigne dans une école d’Ingénieur à côté, et il y en a plein d’autres. Une très belle carrière...
      - Médecins qui ont confirmé leurs diplômes par une équivalence française. À commencer par la gynéco de mon épouse, une togolaise, par la petite généraliste camerounaise grassouillette qui a soigné mon otite cet été. Et par l’ophtalmo camerounais qui partage le cabinet du mien ; vous connaissez les revenus d’un médecin spécialiste en France ? Net d’impôts, ça dépasse 8000€/mois, donc plus de 5 millions de francs-CFA-ECO par mois.
      - Profs de lycée en pagaille, sur des postes confortables au salaire d’agrégé ou certifié. J’en connais un, un congolais d’épouse malgache, qui a une villa plus grosse que la mienne dans la banlieue voisine.
      - etc.
      La plupart de ces gens ont aussi un patrimoine immobilier consistant dans leur pays d’origine, donc y touchent des loyers.
      Et puis, en Amérique du Nord, quand vous êtes chômeur indésirable, on vous expulse VRAIMENT menottes au mains, et vous êtes interdit de territoire à jamais ; au contraire, la France expulse rarement, sauf cas très graves.
      De plus, si vous élevez convenablement vos enfants, ils bénéficient d’études infiniment moins coûteuses qu’en terre anglo-saxonne, où les frais d’inscription annuels coûtent plus qu’une voiture neuve. Je peux vous fournir une longue liste de jeunes africains d’origine modeste qui ont fort bien réussi.
      Et pour ce qui est de la violence policière ? Un contrôle routier par la police US peut vite tourner au drame. C’est simple, la police US tue plus de « noirs » chaque année que le total des homicides en France, toutes catégories. Certes, la police canadienne est plus calme que l’étatsunienne. En tout cas, avec les gendarmes français, vous donnez benoîtement vos papiers, vous soufflez dans l’éthylomètre et ça se passe très courtoisement si vous ne faites pas l’andouille, noir ou blanc...
      «  Amérique du Nord et mieux au Canada. Eux, ils n’ont pas l’esprit de colon et sont objectifs vis à vis des intellectuels Africains. Si vous étiez partie en France, vous n’allez jamais avoir un telle promotion intellectuelle et un tel prestige. L’esprit colon est omniprésent dans le système universitaire Français.  » QUELLE DIFFAMATION BASÉE SUR DU VENT !!!!
      Sachez simplement qu’il ne suffit pas d’avoir un doctorat pour décrocher un vrai poste universitaire, ni au Canada, ni aux USA, ni en France, la sélection est féroce pour tous, blancs ou moins blancs, et surtout en Sciences Humaines. Alors qu’en Afrique, on est assez facilement recruté en montrant simplement son doctorat, même d’assez bas niveau, à condition d’avoir des parents bien placés.
      Donc, votre sentence « Si vous étiez partie en France, vous n’allez jamais avoir un telle promotion intellectuelle et un tel prestige » n’est qu’une pure diffamation gratuite basée sur aucune statistique sérieuse.
      Et encore, si j’avais rajouté les nord-africains, je vous aurais assommé par le nombre incroyable de médecins maghrébins installés chez nous ! On les compte par dizaines dans toute ville moyenne, en ne comptant que ceux qui ont validé leurs diplômes par l’épreuve d’équivalence.
      Contrairement à ce que vous semblez croire, la France est un pays très ouvert aux diplômés du tiers-monde. En tout cas, fichtrement plus ouvert que d’autres pays d’Europe de l’ouest, Italie ou Danemark par exemple. Simplement, il faut quand même tenir compte du marché du travail : un scientifique trouvera plus vite un bon poste qu’un diplômé en lettres ou Sciences Humaines, que ce soit en France ou en Amérique. Et puis, il faut être vraiment performant...
      Pour ce qui est du logement, riche ou pas, un « noir » aura du mal à acheter un logement dans certains quartiers des USA, alors qu’en France, tu payes, tu prends la maison et tu n’ennuies pas tes voisins, tout est OK, venez voir dans ma verdoyante banlieue, par exemple.

      Répondre à ce message

  • Le 15 décembre 2022 à 12:04, par Theodore NIKIEMA En réponse à : De Kossouka à Chicoutimi : Itinéraire de Pr Salmata Ouédraogo, une passionnée d’économie

    Waouh !! Vous faites vraiment la fierté du pays félicitations à vous et surtout continuer à oeuvrer pour le rayonnement de notre cher Burkina Faso car nous sommes les premiers garants du développement de notre patrie quelque’en soit où on de situe

    Répondre à ce message

  • Le 15 décembre 2022 à 12:24, par Sacksida En réponse à : De Kossouka à Chicoutimi : Itinéraire de Pr Salmata Ouédraogo, une passionnée d’économie

    Felicitations et beaucoup de Courage dans vos taches dans l’enseignement superieur de l’Economie. C’est clair que le Burkina Faso a des hommes et des femmes integres at competents mais le systeme de gouvernance actuelle laissee par Blaise compaore et ses accolytes continue d’entraver notre processus de Developpement economiques et sociaux culturels. Tant que notre Pays ne reviendrait pas a une gouvernance Vertueuse et revolutionnaire consequente, nous pataugerons dans le sous Developpement structurelle graves et cela pendant des decennies ou des siecles avec une pauperisation continuelle des populations Burkinabe et Africaines
    Salut

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2022 à 20:02, par L’homme de Kossouka En réponse à : De Kossouka à Chicoutimi : Itinéraire de Pr Salmata Ouédraogo, une passionnée d’économie

    Salut cher Professeur
    Le village de Kossouka dont je suis natif aussi est fière de vous

    Répondre à ce message

  • Le 17 décembre 2022 à 06:34, par KingBaabu En réponse à : De Kossouka à Chicoutimi : Itinéraire de Pr Salmata Ouédraogo, une passionnée d’économie

    Merci pour ce reportage lumineux qui nous éloigne du train-train mortifère et funeste auquel nous avons fini par nous habituer. Félicitations à cette valeureuse compatriote. Nos pensées vont en ce moment aux vaillants résistants de Boala ainsi qu’aux victimes tombées pour la patrie. Vive le Burkina Faso et mort aux traîtres civils et militaires !

    Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2022 à 12:46, par LAMBOUADA En réponse à : De Kossouka à Chicoutimi : Itinéraire de Pr Salmata Ouédraogo, une passionnée d’économie

    GRANDE SOEUR FELICITATION
    DEPUIS ESCO IGES EN 2001 2EME PROMOTION TU M’AS TENU EN ECONOMIE ET ON VOYAIT DEJA EN TOI DE GRANDES AMBITIONS D’ALLER VERS D’AUTRES CIEUX POUR CONTINUER TES ETUDES.VRAIMENT TA REUSSITE LOIN D’ETRE ETONNANTE ETAIT PLUTOT EVIDENTE.
    FIERE DE TOI ET MERCI DE M’AVOIR GUIDE EN ECONOMIE OU JE ME DEBROUILLE BIEN EN CE MOMENT DANS MON PROPRE ENTREPRISE.
    UN DE TES ANCIENS ETUDIANTS A ESCO IGES.
    BRAVOOOOOOOOOOOOOOOOOOO GRANDE SOEUR

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 19:10, par Salam Ouedraogo En réponse à : De Kossouka à Chicoutimi : Itinéraire de Pr Salmata Ouédraogo, une passionnée d’économie

    Mon cher Renault Hélie,bebeto a complètement raison,la France est une qui ne pèse rien dans ce monde d’aujourd’hui, depuis le début l’âge industriel, combien des projets de développement que ce pays mourant a fait en Afrique ? zéro,tu peux être confortable en France, mais tu resteras toujours un Africain incapable d’aider ton continent, l’Amérique du Nord est très avantageux dans tout le plan,il ne faut même pas comparer la France mourante et le Canada

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
CHU-Yalgado Ouédraogo : Qui est le nouveau directeur général Ousmane Néré ?
CAMES : Qui est le nouveau secrétaire général ?
De Kossouka à Chicoutimi : Itinéraire de Pr Salmata Ouédraogo, une passionnée d’économie
Ministère de l’Urbanisme du Burkina : Mikaïllou Sidibé, un expert du G5 Sahel aux commandes
Burkina/Consommer local : A la rencontre d’Aminata Kabré, la reine des infusions 100% naturelles
Gouvernement Apollinaire Kyelem 1 : Adjima Thiombiano, ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
Burkina : Halidou Rouamba, l’architecte logiciel
Kung-Fu Wushu : Régis Zombré, champion national à seulement 10 ans
Ibrahim Traoré : Un ancien Casque bleu au chevet du Burkina
Burkina : Kadiogo Régina, la Yennenga de la coiffure et de l’esthétique
Burkina : Yves Kafando, le "gabelou" de l’Assemblée législative de transition
Dr Ousmane Bougouma : Un spécialiste du droit privé au service de l’ALT
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés