Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve» Antoine De Saint-Exupéry

Lutte contre la corruption au Burkina : L’ASCE-LC sensibilise les acteurs de la Chambre du commerce et de l’industrie du Burkina Faso

Publié le mercredi 14 décembre 2022 à 22h05min

PARTAGER :                          
Lutte contre la corruption au Burkina : L’ASCE-LC sensibilise les acteurs de la Chambre du commerce et de l’industrie du Burkina Faso

« Il est temps de mériter d’être le pays des hommes intègres » disait le capitaine Ibrahim Traoré, lors de la journée internationale de lutte contre la corruption tenue le vendredi 9 décembre 2022. Répondant à cet appel et conformément à sa mission première qui est de veiller à l’intégrité et la probité dans la gestion des secteurs public, privé et de la société civile, l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE-LC) organise ce 14 décembre 2022, une session de sensibilisation au profit des acteurs de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso.

L’objectif est avant tout de leur faire part du dispositif juridique existant sur la question tout en les invitant à contribuer à la lutte contre le phénomène de la corruption, surtout en ces moments où il contribue fortement à réduire les efforts de lutte contre le terrorisme.

« Lutter contre la corruption : quels enjeux pour une restauration de l’intégrité du territoire ? ». Tel est le thème retenu à l’occasion de la journée internationale de lutte contre la corruption, dont la célébration continue de battre son plein au Burkina Faso. Ce mercredi 14 décembre 2022, l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption a organisé une session de sensibilisation à l’endroit des acteurs de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF).

Une vue des participants à cette session de sensibilisation

Cette activité vient à point nommé au sein de cette institution, quand on sait que le milieu des affaires brasse d’importants revenus et qu’il est plus aisé pour le phénomène de s’y introduire. En effet, la corruption constitue un facteur de dégradation du climat des affaires et compromet la prospérité. Elle est par ailleurs à l’origine de la perte de confiance dans les institutions, éprouve fortement les activités économiques, obère la croissance et fausse la concurrence entre les acteurs économiques. « A titre illustratif, le forum économique mondial estime à 10% l’augmentation moyenne du coût de l’activité économique induite par la corruption.
Les entreprises hésitent à investir au coût nettement plus élevé, ce qui provoque des pertes d’emplois et enraille les efforts pour la réduction de la pauvreté. En sus, elle fait obstacle à la création des petites et moyennes entreprises, diminuent les bénéfices et dégrade la qualité des services » a rappelé Aïssata Kanazoé/Sélira, vice-présidente en charge des services à la CCI-BF.

« Le contexte sécuritaire difficile que traverse notre pays, nous rappelle, si besoin était, que la corruption apparaît comme un terreau fertile pour le terrorisme » Aïssata Kanazoé/Sélira

Cette session de sensibilisation sera meublée par deux communications : la première sera faite par le contrôleur général d’Etat, Philippe Neri Kouton Nion. Elle portera sur les mesures de prévention de lutte contre le phénomène. Puis, le dispositif juridique en la matière sera présenté aux acteurs.

« Cette sensibilisation entre dans le cadre de la journée internationale de lutte contre la corruption et il s’agit d’amener l’ensemble des Burkinabè à faire un bilan des progrès accomplis dans la lutte en élaborant des stratégies appropriées pour une lutte plus efficace et inclusive », Philippe Neri Kouton Nion

La seconde communication sera donnée par Tertius Zongo, ex Premier ministre du Burkina. Elle sera principalement axée sur la contribution des acteurs de la CCI-BF à éradiquer, voire estomper les effets corrosifs du phénomène, dont les frontières ne cessent visiblement de ratisser large, tout en déteignant sur le développement du pays et la lutte contre l’hydre terroriste.
Philippe Neri Kouton Nion a souhaité que les acteurs de la CCI-BF marquent véritablement leur engagement de lutter contre ce fléau qui gangrène le pays et retarde sa marche vers un développement radieux.

L’ancien Premier ministre Tertius Zongo livrera la deuxième communication à l’occasion de cette session

Erwan Compaoré
Lefaso.net

1. Une
2. « Le contexte sécuritaire difficile que traverse notre pays, nous rappelle, si besoin était, que la corruption apparaît comme un terreau fertile pour le terrorisme » Aïssata Kanazoé/Sélira

3. « Cette sensibilisation entre dans le cadre de la journée internationale de lutte contre la corruption et il s’agit d’amener l’ensemble des Burkinabè à faire un bilan des progrès accomplis dans la lutte en élaborant des stratégies appropriées pour une lutte plus efficace et inclusive », Philippe Neri Kouton Nion

4.

5.

Portfolio

PARTAGER :                          

Vos commentaires

  • Le 14 décembre 2022 à 16:43, par Ouedraogo En réponse à : Lutte contre la corruption au Burkina : L’ASCE-LC sensibilise les acteurs de la Chambre du commerce et de l’industrie du Burkina Faso

    Tout ca c est bien.j aurai préfère que vous appliquez les lois sur les délits d apparence et l enrichissement illicite. Outre cette mesure il faut exploiter les déclarations de patrimoine des différents dignitaires des régimes déchus surtout les dignitaires du mpp et de ses 300 allies qui n avaient aucun respect pour l argent public afin de détecter les milliardaires et les multimillionnaires car les causes du terrorisme proviennent de la mal gouvernance Donc svp aidez le mpsr a confisquer les biens mal acquis
    .

  • Le 15 décembre 2022 à 08:22, par Alph@2025 En réponse à : Lutte contre la corruption au Burkina : L’ASCE-LC sensibilise les acteurs de la Chambre du commerce et de l’industrie du Burkina Faso

    Pour être franc, la lutte contre la corruption interpelle tout le monde, mais l’attitude des agents de l’état et des décideurs est déterminante, bien plus que celle des opérateurs économiques qui bien souvent sont des victimes et pas seulement des acteurs du phénomène. Je ne nie pas que certains opérateurs économiques proposent "franco" des récompenses à tel ou tel agent de l’état ou à tel ou tel décideur qui leur autorise des facilités. D’où la nécessité de placer à certaines positions, des agents animés par la probité at par un sens de l’éthique élevé. Dans bien des cas, ce sont les décideurs ou les agents de l’état qui vous font comprendre la conduite à avoir pour bénéficier de telle ou telle faveur. Mieux, pour éviter d’apparaitre, ils arrive qu’ils passent par des intermédiaires qui bien entendu, se rémunèrent au passage. Dans le cas du BTP, certains M.O.D. sont des intermédiaires idéaux. Pour conter cela, ce n’est pas simple. C’est une œuvre de longue haleine, mais il faut viser à en limiter au maximum, les effets à défaut de pouvoir l’éliminer complètement. Pour ça, il faut commencer par appliquer sans complaisance et sans exception, tous les instruments à notre disposition : loi sur les délits d’apparence ; respect sans faille des cahiers des charges dans le cadre des marchés publics ; promotion réelle de la méritocratie, etc... Il est évident que sans une réelle volonté politique et sans exemplarité, tout cela est voué à l’échec. Une de nos erreurs récurrentes est de croire que nous devons tout réinventer, et le capitaine président est tombé dans ce panneau dans son discours à la nation la veille du 11 décembre en affirmant que la lutte pour notre indépendance commençait le 30 septembre 2022. Il faut simplement rappeler que si le gouvernement mis en place par le président Lamizana au lendemain du 3 janvier 1966 a réussi à redresser les finances publiques sans aide extérieure, c’est parce que ce gouvernement était exemplaire de rigueur, de sobriété et de limitation des dépenses publiques. Les bons exemples ne viennent pas toujours de Mars ou de Jupiter, mais sont à puiser dans notre histoire commune, à condition que nous acceptions de l’interroger.

  • Le 15 décembre 2022 à 08:27, par kwiliga En réponse à : Lutte contre la corruption au Burkina : L’ASCE-LC sensibilise les acteurs de la Chambre du commerce et de l’industrie du Burkina Faso

    Ha, la corruption occupe vraiment toutes les bouches, elle en sort et elle y rentre.
    Ceux qui en parlent le mieux, sont parfois ceux qui en mangent le plus.

  • Le 15 décembre 2022 à 08:54, par Ollo En réponse à : Lutte contre la corruption au Burkina : L’ASCE-LC sensibilise les acteurs de la Chambre du commerce et de l’industrie du Burkina Faso

    Nous soutenons que la sensibilisation doit s’inscrire dans un plan d’ensemble et correspond toujours à une étape donnée. Dans ce cas précis, quelle est la prochaine étape et celle-ci commence quand ? Au Burkina, la sensibilisation est devenue comme un programme de développement. Si malgré toutes les sensibilisations organisées depuis une trentaine d’années la situation socioéconomique a continué de se dégrader, c’est que ce n’est pas une formule efficace. Agir par rapport à la loi et s’assumer produit de bien meilleurs résultats que la sensibilisation. Les gens que les gouvernants veulent sensibiliser sont parfois plus informés qu’eux sur la question grâce aux média et aux TIC.

  • Le 15 décembre 2022 à 12:11, par Sacksida En réponse à : Lutte contre la corruption au Burkina : L’ASCE-LC sensibilise les acteurs de la Chambre du commerce et de l’industrie du Burkina Faso

    Monsieur le Controleur General d’Etat Nion, certes vous etes de bonne foi, mais aujourd’hui aucune sensibilisation ne pourrait mettre une Arret a la Corruption endemique et des Malversations diverses dans notre Administration publique et egalement Privee. C’est seulement une vraie Volonte politique reellement et la Creation de Cour Speciale de Repression des Crimes Economiques et Financiers ; et qui est une solution Curative et de Prevention contre la Corruption endemique et des Malversations diverses. Donc c’est au niveau de l’Etat Burkinabe et de la Justice avec des Magistrats Integres et decides a lutter efficacement contre ces Fleaux dont eux memes sont des parties prenantes dans le systeme de laxismes continue depuis longtemps et d’environs 35 ans sous Blaise compaore et ses accolytes. Que Dieu Sublime aide notre Peuple Burkinabe. Salut

  • Le 15 décembre 2022 à 12:50, par citoyen En réponse à : Lutte contre la corruption au Burkina : L’ASCE-LC sensibilise les acteurs de la Chambre du commerce et de l’industrie du Burkina Faso

    Je pense que l’ASCE LC doit investiguer partout meme dans les ONGs ; Ces structures prônent la bonne gouvernance. mais en leur sein c’est la pourriture . demandez à une quelqu’un qui a soumissionné à un appel d’offre ou qui a fait un test de recrutement d’une ONG. Ce qu ’il vous dira. Verifiez à Oxfam, DRC, Plan ou ailleurs , c’est la cooptation et le favoritisme. Tout est mis en oeuvre pour recaler les meilleurs candidats . sous la couverture de l’humanitaire et de la promotion du genre, ces structures posent des actes qui sont contraires à l’ethique et à la bonne gouvernance. Par vos actions, vous semez la désunion et de la fracture du tissu social. Comme disait un philosophe, l’homme est le fruit de l’environnement qu’il crée...

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Bruno Zabsonré, magistrat, SG du SAMAB : « L’autorité de la justice ne peut être consacrée sans l’accompagnement du garant de son indépendance »
Burkina : Grande mobilisation à Ouagadougou pour une nouvelle constitution
Burkina/Insécurité : Il faut parer à l’affrontement entre les villages à Oula, dans le Yatenga
Dédougou : Des manifestants soutiennent la transition, mais estiment que la nouvelle constitution peut attendre
Komsilga (Burkina)/ Gestion des menstrues : Entre insalubrité et précarité, à Ouidy les femmes PDI vivent le martyre
Soutien à la transition : Les manifestants réclament une constitution conforme aux réalités des Burkinabè
Burkina/Sécurité sociale : La CNSS veille à la protection des chauffeurs à travers son « Opération Carte d’affiliation »
Burkina/ENAREF : La promotion 1998 célèbre ses 25 ans de carrière professionnelle
Plateau du week-end : Accepteriez-vous que votre copine contribue à payer la dot ?
Ouagadougou : Lancement des travaux d’élargissement et de modernisation de la RN4, sortie Est
Première édition du Rassandaaga : Démarrage des activités de la rue marchande
Burkina/Fonds de soutien patriotique : Plus de 600 millions offerts par trois donateurs
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés