Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Peu importe le succès, il s’agit d’être grand, non de le paraître.» Romain Rolland, Ecrivain

24e anniversaire du décès de Norbert Zongo : Le collectif donne rendez-vous le 13 décembre 2022 et insiste sur la mobilisation dans la lutte

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mercredi 30 novembre 2022 à 21h40min
24e anniversaire du décès de Norbert Zongo : Le collectif donne rendez-vous le 13 décembre 2022 et insiste sur la mobilisation dans la lutte

En prélude à la commémoration du 24e anniversaire de l’assassinat du journaliste Norbert Zongo, le Collectif des organisations démocratiques de masse et de partis politiques (CODMPP) et la Coalition nationale contre la vie chère (CCVC) ont animé conjointement une conférence de presse ce mardi 29 novembre 2022 à Ouagadougou. L’objectif est de dérouler le chronogramme de cette 24e commémoration et demander au peuple burkinabè de rester mobilisé autour de la lutte contre l’impunité. Chrysogone Zougmoré, président du MBDHP, et Me Prosper Farama, avocat du dossier Norbert Zongo étaient face à la presse pour les questions de précisions.

Vingt-quatre ans après l’assassinat du journaliste Norbert Zongo et ses trois compagnons sur la route de Sapouy, le CODMPP et la CCVC restent fidèles à leur engagement de lutte pour les libertés et contre l’impunité. Pour la 24e commémoration le 13 décembre prochain, il est prévu un rassemblement au cimetière de Gounghin à 7h et un panel à 9h au Conseil burkinabè des chargeurs sur le thème : « La lutte du peuple burkinabè contre l’impunité et pour l’élargissement des libertés démocratiques, dans le contexte actuel de guerre civile réactionnaire ».

Selon le président du MBDHP, Chrysogone Zougmoré, cette 24e commémoration intervient dans un contexte marqué par l’approfondissement de la crise structurelle et multidimensionnelle que traverse le Burkina Faso. Et pour lui, malgré le contexte difficile et incertain, le CODMPP et la CCVC, fidèles à leur tradition de lutte, appellent leurs militants, les démocrates, les patriotes et les révolutionnaires burkinabè à poursuivre la mobilisation citoyenne dans la lutte contre l’impunité et pour les libertés démocratiques au Burkina Faso.

le président du MBDHP, Chrysogone Zougmoré

« En termes d’acquis de ces années de lutte, on peut citer l’éveil de la conscience citoyenne avec les mouvements de protestation. Pendant longtemps le peuple burkinabè est resté couché mais l’assassinat a marqué le déclic de l’éveil de la conscience. Les récents procès dans les dossiers du putsch manqué de 2015, Thomas Sankara et Dabo Boukary, nous indiquent la voie à suivre et nous appellent à la persévérance et à la constance dans notre engagement individuel et collectif contre l’impunité et les crimes. Il faut continuer de lutter pour la vérité et la justice. Nous demandons à la jeunesse de continuer la mobilisation », a soutenu le président du MBDHP, Chrysogone Zougmoré.

Sur l’évolution du dossier Norbert Zongo, les conférenciers soutiennent que les péripéties judiciaires constatées dans l’évolution dudit dossier édifient et interpellent tous. Pour eux, en dépit du non-lieu prononcé par la justice burkinabè en 2006, la constante mobilisation a contraint les autorités politiques et judiciaires à rouvrir le dossier Norbert Zongo, à procéder à l’inculpation de trois éléments de l’ex Régiment de sécurité présidentielle que sont le soldat Christophe Kombaceré, le caporal Wampasba Nacoulma et le sergent Banagoulo Yaro et à émettre une demande d’extradition contre François Compaoré, frère cadet du chef de l’Etat de l’époque, Blaise Compaoré.

Me Prosper Farama

A entendre Me Prosper Farama, il n’y a pas grand-chose à dire sur l’avancée du dossier Norbert Zongo.

Il ajoute qu’il faut que le peuple retienne que la lutte est aussi importante que le résultat. « C’est le principe de montrer que les libertés individuelles et collectives sont fondamentalement pour le peuple burkinabè. Les libertés sont des acquis qui ne sont jamais définitifs. En matière de libertés, il n’y a pas d’abus. L’affaire Norbert Zongo, c’est le point de départ de la lutte pour les libertés individuelles et collectives et il faut consolider les acquis des libertés malgré les divergences », a laissé entendre Me Prosper Farama, avocat du dossier Norbert Zongo.

Du reste, il convient de noter que le CODMPP et la CCVC invitent la jeunesse à rester mobilisée contre l’impunité et à consolider les acquis des libertés démocratiques au Burkina Faso. Rendez-vous est pris pour le 13 décembre prochain pour la 24e commémoration de l’assassinat du journaliste Norbert Zongo.

Ismaël KIEKIETA

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Handicap au Burkina : « Fermer la porte d’une école à un enfant parce qu’il est handicapé, c’est fermer la porte de toutes les opportunités à cet enfant », selon Abdoulaye Traoré président de la CORAH/HBS
Pèlerinage national au sanctuaire marial de Yagma : « Cette année, un hymne chanté, sera dédié à Marie », précise Abbé Jules Pascal Zagré
Ouagadougou : L’aménagement annoncé de la voie de Marcoussis, un ouf de soulagement pour les riverains
Santé et hygiène des menstrues : Des journalistes et des OSC sensibilisés sur la problématique
Secteur privé : Les patrons d’Afrique se rencontrent à Ouagadougou les 13 et 14 juillet 2023
Programme de certification au métier de consultant et de conseiller d’entreprise : 38 auditeurs mis sur le marché
Humeur : M. le directeur général du Trésor public, il y a beaucoup d’argent à prendre dans la circulation !
Journée mondiale des maladies tropicales négligées : « Le Burkina a enregistré 238 nouveaux cas de lèpre en 2022 dont huit enfants », Dr Ilboudo, dermatologue-vénérologue
Incendie à « Sankar-Yaaré » de Ouagadougou : Environ 70% des boutiques sont parties en fumée, selon le ministre du commerce Serge Poda
Arrondissement 6 de Ouagadougou : Des riverains révoltés suite à l’attribution d’une réserve administrative à un particulier
Incendie à Sankar-Yaaré de Ouagadougou : Le syndicat national des commerçants soutient les sinistrés et les encourage à se ressaisir
Femmes et pratique des arts martiaux : Philippe Sawadogo explique des raisons des réticences
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés