Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Toucher le fond est une victoire pour celui qui s’en sort.» Smarty

Lancement de la 5e édition du Burkin daaga : « Personne ne viendra développer notre pays si ce n’est nous-mêmes », selon Ibrahim Ouédraogo

Accueil > Actualités > Société • Lefaso.net • jeudi 24 novembre 2022 à 21h00min
Lancement de la 5e édition du Burkin daaga : « Personne ne viendra développer notre pays si ce n’est nous-mêmes », selon Ibrahim Ouédraogo

Le lancement de la 5e édition du festival Burkin daaga organisé par l’association Burkina wa medo s’est tenu le mercredi 23 novembre 2022 dans l’enceinte du FESPACO. L’objectif, selon Ibrahim Ouédraogo, président de l’association, est de valoriser les produits ainsi que l’expertise locale car dit-il, « personne ne viendra développer notre pays si ce n’est nous-mêmes ».

« Crise économique et alimentaire : défis et opportunités pour une adhésion populaire au consommons local », tel est le thème retenu par l’association Burkina wa medo pour la 5e édition du festival Burkin daaga. Il s’agit d’une foire dont le but est la valorisation des produits made in Burkina, toute chose qui permettra de générer des richesses pour le pays.

Rappelons que cet évènement était prévu se tenir durant le mois d’octobre, lequel mois a été désigné par l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA), comme mois du consommer local. Toutefois, en raison de la pluralité d’évènements d’envergure nationale (SIAO, Africalia, etc.) prévus pour se tenir à cette période, ce grand rendez-vous avec son lot d’activités a été reporté pour les mois de novembre et décembre. Ainsi, trois activités sont organisées à cette occasion. D’abord il y a eu le 15 octobre 2022, un atelier qui a été baptisé « la journée de réseautage et de partage d’expériences ».

Me Frédéric Titinga Pacéré, Dr Karim Tou, Aboubakar Zida dit Sidnaaba ont déjà été faits ambassadeurs du consommer local

La deuxième activité est l’exposition-vente qui permettra aux producteurs locaux de montrer le fruit de leur savoir-faire. Elle a débuté le 21 novembre et prendra fin le 27 novembre. La dernière activité est une soirée gala appelée « le Nidg pang ramb youngo » qui signifie la nuit du mérite. Au cours de cette soirée, d’éminentes personnalités seront distinguées et faites ambassadeur du consommer local.

« Nous avons apprécié l’annonce du Premier ministre qui a promis que les tenues scolaires seront pour bientôt en Faso danfani », Ibrahim Ouédraogo

Pour Aboubacar Nacro, conseiller technique du ministre du commerce, au-delà d’accompagner le ministère dans la valorisation du consommer local, les membres de l’association Burkina wa médo assume leur responsabilité en tant que citoyen. « Le consommer local n’est pas une question de gouvernement. Ce n’est pas une question de régime. C’est une question d’engagement citoyen. Nous remarquons que la qualité des produits a beaucoup évolué et on peut consommer ce que nous produisons et produire ce que nous consommons. Cette initiative est à saluer car on peut consommer avec fierté et sérénité nos produits locaux », a dit M. Nacro.

Plusieurs produits locaux tels que le soumbala, l’encens, l’attiéké, les pagnes en Faso danfani, les jus de fruits naturels, le riz, le poisson fumé etc. made in Burkina sont en exposition au festival Burkin daaga qui se tient dans l’enceinte du FESPACO

La présidente de l’organisation de cette 5e édition, Samiratou Ouédraogo, a souhaité que des actions concrètes soient prises afin de contribuer à faire de la consommation locale une réalité. « Notre association ainsi que toutes les autres d’ailleurs ne peuvent que prendre des initiatives comme Burkin daaga. Mais la décision finale revient aux autorités parce que ce ne sont qu’elles qui disposent de prérogatives pour prendre des mesures afin de faire de la consommation locale, une réalité au Burkina Faso. Alors, capitaine IB, nous on vous regarde. On a fait ce qu’on pouvait en organisant ce festival chaque année et on attend maintenant des mesures concrètes », a-t-elle souhaité.

L’une des difficultés majeures dans l’organisation de cette 5e édition a été la mobilisation des fonds

Erwan Compaoré
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 25 novembre à 11:50, par kwiliga En réponse à : Lancement de la 5e édition du Burkin daaga : « Personne ne viendra développer notre pays si ce n’est nous-mêmes », selon Ibrahim Ouédraogo

    "Pour Aboubacar Nacro, conseiller technique du ministre du commerce... Le consommer local n’est pas une question de gouvernement... C’est une question d’engagement citoyen...on peut consommer ce que nous produisons et produire ce que nous consommons"
    Arrêtons un peu de nous flatter.
    Quelque soit l’engagement citoyen, il y a, avant toute chose une question de capacité à la production de produits finis, une question d’industries modernes, de technologies de pointe...
    Consommer ce que nous produisons, ce serait déjà bien, sauf qu’il faut bien reconnaitre que beaucoup de nos productions semblent rapporter beaucoup plus (à certains) à l’exportation et que, de toute façon, la médiocrité de nos structures industrielles, ne nous permet guère d’envisager la productions de produits finis en quantité satisfaisante, les exemples du coton, de la pâte de tomate, de l’or,... me semblant symptomatiques.
    Pour ce qui est de : "produire ce que nous consommons", le propos me semble parfaitement ridicule, totalement éloigné des réalités de notre pays et inconscient du monde dans lequel nous vivons. Une belle utopie autarcique, réalisable dans trois cent ans.
    Quant à Samiratou Ouédraogo, qui invective ainsi notre putschiste président de transition : "Alors, capitaine IB, nous on vous regarde. On a fait ce qu’on pouvait en organisant ce festival chaque année et on attend maintenant des mesures concrètes ", l’on est en droit de se demander :
    Mais pour qui se prend-t-elle avec son festival ?
    Mais pour qui prend-t-elle Traoré ? Pour Jésus ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre à 12:09, par Eli wasap En réponse à : Lancement de la 5e édition du Burkin daaga : « Personne ne viendra développer notre pays si ce n’est nous-mêmes », selon Ibrahim Ouédraogo

    Poutine va venir developper pays ! Et piller nos mines ! Le seul truc qui nous reste ahah faut demander la.russie vous allez voir

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Journée internationale des personnes handicapées 2022 : Le Pr Charlemagne pour un meilleur accès aux services de santé des femmes
Gendarmérie nationale du Burkina : Les epreuves physiques et sportives se tiennent du 3 au 11 décembre 2022
Crise sécuritaire au Burkina Faso : Les forces militaires étrangères sont inefficaces, selon une étude de la fondation Rosa Luxembourg
Procès Kalifa Yemboado Rodrigue Namoano : Le procureur a requis 36 mois dont 12 ferme contre l’accusé
Agriculture au Burkina : Des formateurs outillés sur l’approche SHEP
Formation régionale en genre à l’ISSP : « Le genre prône l’égalité, mais ce n’est pas une égalité mathématique », Dr Bilampoa Gnoumou/Thiombiano
Koudougou : L’ENS organise ses 1ères journées scientifiques pour apporter sa contribution au traitement des préoccupations du Burkina
Séminaire international sur "Enseignement bilingue francoo-arabe au Burkina Faso : état des lieux et perspectives "
Burkina Faso : Les procédures collectives, l’autre moyen pour sauver les entreprises en difficulté
Réconciliation nationale au Burkina : Vers un consensus sur la démarche appropriée
Journées nationales du refus de la corruption : Le REN-LAC réfléchit sur la corruption dans les secteurs de la défense et de la sécurité
Passation à la direction générale de la LONAB : « Je n’ai pas été nommé pour commander mais pour coordonner », annonce Ibrahim Ben Harouna Zarani
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés