Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Toucher le fond est une victoire pour celui qui s’en sort.» Smarty

Crise sécuritaire et humanitaire au Burkina : « Nous allons chercher à déployer tous les efforts », projette Dr Djimé Adoum

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mercredi 23 novembre 2022 à 22h25min
Crise sécuritaire et humanitaire au Burkina : « Nous allons chercher à déployer tous les efforts », projette Dr Djimé Adoum

L’organisation « Prospectiv’ Agir sur le futur » a initié un master class avec un groupe de jeunes leaders de plusieurs structures associatives autour de la question sécuritaire et la crise humanitaire au Burkina Faso, le lundi 21 novembre 2022 à Ouagadougou.

« Crise sécuritaire et humanitaire dans le Sahel : Diagnostic et perspectives / Contribution de la Jeunesse ». C’est sous ce thème que « Prospectiv’ Agir sur le futur » a convié plusieurs leaders d’associations à se pencher sur la crise sécuritaire et humanitaire qui prévaut au Burkina Faso.

Selon le directeur exécutif de « Prospectiv’ Agir sur le futur », Aziz Dabo, ce thème est choisi afin qu’avec l’ensemble des participants, « nous puissions dire ce que nous pensons des causes, des difficultés, des mobiles qui ont engendré ou qui continuent de maintenir cette crise qui handicape considérablement le développement de notre pays.

Dans son intervention, Aziz Dabo a mentionné l’exemple du président nigérien Mohamed Bazoum, qui a identifié neuf chefs terroristes et il est rentré en contact avec leurs familles et connaissances afin qu’ils déposent les armes. Pour le directeur exécutif de « Prospectiv’ Agir sur le futur », le chef de l’Etat aura quand même posé un acte pour mettre fin à l’insécurité.

« La situation est vraiment assez grave »

Le Haut représentant de la Coalition pour le Sahel, Dr Djimé Adoum est l’invité principal du master class. Il s’est prononcé sur trois sujets, à savoir la lutte contre le terrorisme au Sahel, la politique étrangère des pays du Sahel et l’après-guerre.

Parlant de la lutte contre le terrorisme au Sahel, Dr Djimé Adoum a proposé la fédération des forces et des intelligences tant individuelles que collectives de sorte à bouter le terrorisme hors du Sahel. « Qu’on se mette tous autour d’une table pour dire, la situation est vraiment assez grave. Nous allons chercher à déployer tous les efforts, mais des efforts canalisés qui doivent faire qu’on réussisse en amont », a-t-il indiqué.

En ce qui concerne la politique étrangère des pays du Sahel en proie au terrorisme, le paneliste a jugé qu’ils doivent d’abord compter sur leur souveraineté et la mise en commun de leurs forces au niveau sous-régional, avant de recourir à tout partenariat avec les grandes puissances.

Quant à l’après-guerre, le Dr Djimé Adoum a déclaré qu’il faudra réfléchir à des moyens de reconversion des Volontaires pour la défense de la patrie (VDP) et à mettre en place un système pour que le Sahel ne retombe pas dans le terrorisme.
Au cours de ces échanges qui ont vu la participation de plusieurs diplomates, des jeunes leaders d’organisations ont pointé du doigt le problème de gouvernance qui a conduit le Burkina Faso dans la situation actuelle. « Les terroristes se sont basés sur la rupture de la confiance entre l’Etat et les populations des zones abandonnées », a argumenté un participant.

Cryspin Laoundiki
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : RFI suspendue jusqu’à nouvel ordre
Journée internationale des personnes handicapées 2022 : Le Pr Charlemagne pour un meilleur accès aux services de santé des femmes
Gendarmérie nationale du Burkina : Les epreuves physiques et sportives se tiennent du 3 au 11 décembre 2022
Crise sécuritaire au Burkina Faso : Les forces militaires étrangères sont inefficaces, selon une étude de la fondation Rosa Luxembourg
Procès Kalifa Yemboado Rodrigue Namoano : Le procureur a requis 36 mois dont 12 ferme contre l’accusé
Agriculture au Burkina : Des formateurs outillés sur l’approche SHEP
Formation régionale en genre à l’ISSP : « Le genre prône l’égalité, mais ce n’est pas une égalité mathématique », Dr Bilampoa Gnoumou/Thiombiano
Koudougou : L’ENS organise ses 1ères journées scientifiques pour apporter sa contribution au traitement des préoccupations du Burkina
Séminaire international sur "Enseignement bilingue francoo-arabe au Burkina Faso : état des lieux et perspectives "
Burkina Faso : Les procédures collectives, l’autre moyen pour sauver les entreprises en difficulté
Réconciliation nationale au Burkina : Vers un consensus sur la démarche appropriée
Journées nationales du refus de la corruption : Le REN-LAC réfléchit sur la corruption dans les secteurs de la défense et de la sécurité
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés