Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La foule croit qu’elle sait et comprend tout ; et plus elle est sotte, plus ses horizons lui semblent vastes.» Anton Tchekhow écrivain russe

Lutte contre le terrorisme au Burkina : La France n’écarte pas l’éventualité d’un départ de ses forces spéciales

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • Lefaso.net • mardi 22 novembre 2022 à 12h30min
Lutte contre le terrorisme au Burkina : La France n’écarte pas l’éventualité d’un départ de ses forces spéciales

Selon le journal Le Point, le ministre français des Armées, Sébastien Lecornu, n’a pas écarté l’éventualité d’un départ des forces spéciales françaises basées au Burkina Faso. Dans sa publication du dimanche 20 novembre 2022, le média fait le lien avec les manifestations contre la présence française qui ont eu lieu vendredi 18 novembre 2022 à Ouagadougou.

Au cours de ce mouvement d’humeur, les manifestants ont exigé le départ de l’ambassadeur de France au Burkina Faso ainsi que des militaires français, qui interviennent dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

Le ministre Sébastien Lecornu a rappelé que "Sabre (le contingent des forces spéciales françaises basé dans la région de Ouagadougou, ndlr) a eu un rôle clé ces dernières années dans la lutte contre le terrorisme au Sahel.

Toutefois, "il est évident que la révision de notre stratégie générale en Afrique interroge toutes les composantes de notre présence, y compris les forces spéciales", a déclaré M. Lecornu.

Et d’ajouter : "Nous travaillons à une organisation du format de nos bases militaires existantes. Elles devront garder certaines capacités, pour protéger nos ressortissants par exemple, mais aussi se tourner davantage vers la formation des armées locales".

Il faut signaler que cette nouvelle intervient dans un contexte où la France a mis fin à son opération antijihadiste Barkhane au Sahel. Le président Emmanuel Macron s’est donné, en novembre, six mois pour finaliser la nouvelle stratégie de la France en Afrique.

Lefaso.net
Source : Le Point
Crédit photo : Droit réservé

Vos commentaires

  • Le 22 novembre 2022 à 10:16, par s En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Burkina : La France n’écarte pas l’éventualité d’un départ de ses forces spéciales

    Les pays démocratiques doivent suspendre leurs coopérations avec les pays non démocratiques.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2022 à 10:50, par Sidnooma En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Burkina : La France n’écarte pas l’éventualité d’un départ de ses forces spéciales

    D’accord qu’ils partent. Il ne s’agit de les déplacer du Burkina vers un autre pays. Ramenez vos boys tout simplement en France. Est ce si compliqué ??? Vous etes dans un pays et la sécurité de ce pays ne vous préoccupe pas et vous prétendez etre un AMI. C’est etre mauvais.

    Répondre à ce message

    • Le 23 novembre 2022 à 09:56, par kwiliga En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Burkina : La France n’écarte pas l’éventualité d’un départ de ses forces spéciales

      Bonjour Sidnooma,
      Vous affirmez : "Il ne s’agit de les déplacer du Burkina vers un autre pays"
      S’exprimer au nom du Peuple burkinabè, pourquoi pas, beaucoup se le permettent ici.
      Par contre, se permettre de s’exprimer au nom des "autres pays", je trouve ça particulièrement mégalomane.
      Il existe de par le monde quantité de pays qui se feraient une joie d’accueillir les forces spéciales française et, sans citer ceux de notre sous-région, je peux vous affirmer que l’Ukraine, Taiwan, la Lituanie et autres pays balte, seraient heureux de recevoir gratuitement le soutien de ces bons militaires, comme l’a fait la Roumanie avant eux.
      Un peu de modestie, exprimez-vous en votre propre nom.

      Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2022 à 11:03, par Baron En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Burkina : La France n’écarte pas l’éventualité d’un départ de ses forces spéciales

    Excellente nouvelle pour des forces de plus en plus déconnectées des réalités du terrain et qui trouveront facilement ailleurs un éventuel redéploiement. Les retombées économiques et sécuritaires sont de toute façon extrêmement limitées pour le pays qui n’a pas grand chose à perdre et fera l’économie de manifestations sans fin contre la présence de ces forces.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2022 à 11:11, par Le patriote "Le vrai" En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Burkina : La France n’écarte pas l’éventualité d’un départ de ses forces spéciales

    Nous ne sommes pas concernés par cette nouvelle stratégie. Pour nous l’armée française quitte tout simplement notre territoire sans demander son reste. Un point un trait. Pas de demie-mesure.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2022 à 11:22, par Simpliste En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Burkina : La France n’écarte pas l’éventualité d’un départ de ses forces spéciales

    Burkina aussi va un jour installer une base militaire en France pour protéger ses ressortissants. Soyez pas pressés. ça va venir. Sans l’Afrique vous comprendrez votre douleur.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2022 à 11:26, par Burkindi En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Burkina : La France n’écarte pas l’éventualité d’un départ de ses forces spéciales

    Pourquoi le Burkina et les autres pays africains n’envoient t-ils pas des troupes pour protéger ses ressortissants en France ?

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2022 à 11:36, par Que font-elles au Faso ? En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Burkina : La France n’écarte pas l’éventualité d’un départ de ses forces spéciales

    Le première question qui vient dans la tête du Burkinabé : que font les Forces Spéciales Françaises ici au Faso ? Les autres questions : Est-ce qu’il y a des Forces Spéciales Burkinabé, en France ? Et si ces FSF doivent être au Faso, est-ce que c’est à Ouaga elles doivent être ? Leur force et leur spécialité, c’est à Ouaga que la France doit les expérimenter ?
    Ecoutez, chers amis français, si vous voulez réellement aider vos amis burkinabé dans leurs difficultés contre le terrorisme, ce n’est pas à Ouaga la place de ces Forces Spéciales. Elles doivent être à Kaya, Djibo, Fada, etc. mais non à Ouaga. Si elles ne peuvent pas se redeployer là-bas, c’est mieux qu’elles retournent en France ou aller ailleurs dans un autre pays.
    Signé : L’Etalon Enragé mais confiant avec nos Forces "Faibles" deployées sur le théatre des opérations.

    Répondre à ce message

    • Le 23 novembre 2022 à 10:25, par kwiliga En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Burkina : La France n’écarte pas l’éventualité d’un départ de ses forces spéciales

      Bonjour Que font-elles au Faso ? ou bien c’est seulement le titre, car je vois que vous signez L’Etalon Enragé ?
      Vous écrivez : "ce n’est pas à Ouaga la place de ces Forces Spéciales. Elles doivent être à Kaya, Djibo, Fada, etc" et vous avez parfaitement raison.
      Il faut néanmoins considérer que les forces françaises sur notre territoire n’ont aucune légitimité à agir de manière indépendante (se serait de l’ingérence) et ne peuvent donc le faire que sur demande, avec l’aval de nos autorités et en partenariat avec elles.
      Les accords qui nous lient à "Sabre", n’ont strictement rien à voir avec ceux qui liaient le Mali et "Barkhane".
      Pour rappel :
      - "10 mai 2019 (sous Roch) Les forces spéciales françaises ont libéré quatre otages, dont les deux touristes français disparus depuis le 1er mai alors qu’ils étaient en vacances au Bénin. Cette opération "complexe" des forces spéciales s’est déroulée dans le nord du Burkina Faso. Grâce à des renseignements glanés plusieurs jours auparavant, notamment via les forces américaines".
      Donc, des français avec des renseignements américains.
      Pourtant officiellement : "la ministre française des Armées Florence Parly, félicite "l’ensemble des forces ayant mené cette opération complexe" en saluant "le précieux soutien de nos alliés américains" et la "coopération" des "autorités béninoises et burkinabè", car sans cette coopération, ils n’avaient pas légitimité à agir.
      - 21.05.2022 (sous Damiba) Attaque de Bourzanga, à la demande de Damiba, des mirages de l’armée française interviennent.
      "Côté français l’on note que l’engagement en urgence d’une patrouille de Mirage 2000 a aussi permis de faire échouer cette attaque majeure. « Ça illustre le fait que quand les forces partenaires se coordonnent bien avec Barkhane ou d’autres pays alliés engagés dans la région, les résultats opérationnels obtenus sont très bons, estime le colonel Pascal Ianni porte-parole de l’état-major des armées. Là, à Bourzanga, l’alerte a été très vite passée vers Barkhane, la demande d’appui est arrivée assez vite. Barkhane a dépêché une patrouille de Mirage 2000 depuis Niamey et le résultat a été assez immédiat, l’attaque a échoué et la garnison burkinabè a obtenu un très bon bilan. On parle de plus de 45 terroristes neutralisés et de nombreux matériels saisis."
      Voilà, un peu de factuel de temps en temps, ça ne peut pas faire de mal, même si je sais bien que l’on ne combat pas les convictions avec des faits, ni les superstitions avec des preuves, j’en fait quotidiennement l’amère expérience.

      Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2022 à 12:30, par Burkina En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Burkina : La France n’écarte pas l’éventualité d’un départ de ses forces spéciales

    C’est plus sage et plus prudent.
    Les pays occidentaux doivent comprendre qu’ils ont tellement exagéré que les africains n’en peuvent plus.
    S’ils ne changent pas vite, ils seront chassés même là où ils se croient encore en sécurité.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2022 à 12:57, par Bob En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Burkina : La France n’écarte pas l’éventualité d’un départ de ses forces spéciales

    Quel est le rôle de ces forces spéciales au Burkina ? Si c’est pour défendre Ouaga seule pas la peine. Sans voies de ravitaillement et arrière pays, impossible de survivre. Ces forces se sont installés sans tambour ni trompette, alors si la France 🇫🇷 veut les retirer qu’elle le fasse sans bruit ni menace. Le véritable FOSSOYEUR de l’influence de la France en Afrique, ce sont les autorités françaises. Après l’assassinat de KHADAFI et plus récemment l’attitude inqualifiable lors des coups d’état au Tchad, au Mali, en Guinée et au Burkina, les autorités françaises ont montré qu’elles avaient une lecture à géométrie variable des événements. Petit à petit, elles sont en train de pousser le Burkina de l’autre côté. La Russie n’a aucun effort à faire, elle n’a qu’à attendre que les autorités françaises les mettent en pôle position comme en Centrafrique

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2022 à 13:15, par Philipe En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Burkina : La France n’écarte pas l’éventualité d’un départ de ses forces spéciales

    Héé ! Les complices on vous dit de partir pas autre chose !

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2022 à 13:16, par Alexio En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Burkina : La France n’écarte pas l’éventualité d’un départ de ses forces spéciales

    La France n a plus les moyens de sa politique d occupation militaire au Sahel. Rien que du LIB-LIB. Et autres les causeries unitiles sans aucune credibilite.

    LOperation Sabre est la pour les entreprises europeennes.

    Elle doit deguerpir des lieux. Nous voulions tout le continent sans implamtions etrangeres militaires qui ont un impact negatif sur l Eco-systeme sosial de nos pays.

    Il est grand temps que nous revisions les accords leonins neocooniaux avec la France sans gueule de bois.

    La recreation est terminee.
    C est une question existentielle de toute l Afrique d expression francaise.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2022 à 15:19, par Kem En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Burkina : La France n’écarte pas l’éventualité d’un départ de ses forces spéciales

    Toutes ces critiques exacerbées sont-elles de nature à aider les responsables de la transition ? On peut se poser la question en soulignant que c’est le monde entier qui va très mal et pas que le Burkina.
    Est- ce si difficile de trouver des terrains d’entente ?
    On compte sur les femmes pour changer ces tendances qui mènent le monde vers le pire.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2022 à 15:24, par pan En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Burkina : La France n’écarte pas l’éventualité d’un départ de ses forces spéciales

    Poser vous d’abord la question : "QUI A FAIT VENIR CETTE FORCE SPECIALE ICI AU BURKINA ?" c’est toujours le même blaise compaoré. ce blaise n’est pas un patriote et certains sont entrain toujours de se chamailler à cause de lui. c’est honteux. Tous ces gens sont des des traites.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2022 à 16:05, par Alpha2025 En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Burkina : La France n’écarte pas l’éventualité d’un départ de ses forces spéciales

    Elles partiront puisque tel est le vœux de nos autorités. Au lieu de le leur notifier clairement, elles organisent des manifestations tout azimuth ! Est ce pour dire que c’est la volonté du peuple ? Personne n’est dupe. S’ils veulent les russes, qu’ils le disent clairement. Mais ils veulent se cacher derrière "le peuple" pour agir !

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2022 à 17:34, par caca En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Burkina : La France n’écarte pas l’éventualité d’un départ de ses forces spéciales

    Celui que le président Macron a établi à Ouaga comme son représentant de facilitation à l’incarcération de Mr François Compaoré est en difficulté par les hordes de 2014.Même le renfort venu de Paris est impuissant. Tout cela est un pain béni pour la défense car ce pays ne plus gouverner. Les terroristes sont tapis à Ouagadougou et dictent leur loi de la jungle.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2022 à 18:39, par Un Passant En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Burkina : La France n’écarte pas l’éventualité d’un départ de ses forces spéciales

    N’est-ce pas que nos forces spéciales (et même celles du Mali) ont été formées par les Américains et les Français ? Nous sommes libres de demander le départ de ces forces si on veut, mais nous savons bien ce qu’elles font puisqu’elles ont contribué à former nos militaires qui sont au pouvoir aujourd’hui.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2022 à 18:47, par HUG En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Burkina : La France n’écarte pas l’éventualité d’un départ de ses forces spéciales

    Bonne nouvelle.Que fait cette armée francaise ? Sauf exfiltrer des.dictateurs vers leur belle.famille.Suivez mon regard on est en 2014.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2022 à 20:41, par Renault HÉLIE En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Burkina : La France n’écarte pas l’éventualité d’un départ de ses forces spéciales

    Le gouvernement en place au BF ne sait pas trop ce qu’il veut, il se laisse manipuler par la populace, c’est « l’ochlocratie ». Foule ultra-minoritaire elle-même manipulée par des distributions de billets de 5000 F-CFA-ECO par on ne sait trop qui. Eh oui, ça coûte de ne pas être un gouvernement validé par des élections démocratiques !
    Donc les troupes vont partir sans bruit par paquet de 50 ou 100, et moi, je payerai un peu moins d’impôts...

    Là on risque de bien s’amuser, c’est si les djihadistes vous refont le coup du Mali en 2013, prennent Ouaga ou Bobo dans un raid brutal provoquant l’effondrement l’armée du BF. Armée un peu trop occupée depuis 56 ans à préparer les 5 putsches des 10 prochaines années.
    Alors là, il sera difficile d’appeler des Nassaras-Toubabs à l’aide.

    Je peux vous fournir d’anciens plans de Treichville, Bouaké, Yakro, etc. Mais ils seront trop vieux quand vous planterez vos paillotes de réfugiés en Côte-d’Ivoire.
    On vous rassure tout de suite : il y a de la bière glacée en Côte-d’Iwoâââre là-même présentement, yèèèèè.

    Répondre à ce message

    • Le 22 novembre 2022 à 22:05, par Kankan En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Burkina : La France n’écarte pas l’éventualité d’un départ de ses forces spéciales

      @ Renault HÉLIE,

      Si tu sortais ta tete d’entre tes f*sses tu verrais que la populace c’est nous le peuple.
      Toi qui tients absolument a maintenir les Africains sous lae controle des armée Française pour mieux les exploiutrer , pourquoi ne distribue tu pas 5000 f cfa pour atteindre l’objectif de ton pays si tel est le cas. xVous dites que vous etes riches et developper donc l’argent n’pas un probleme pour vous. Si vous n’aariver pas a obtenir le maintient des troupes Française au Burkina malgré votre argent donc force est de constater que cette "populace" c’est le peuple eveillé Africain. Chirac vous avait prevenu de ce qui arriverait a la France si elle ne rend pas ce qu’elle a volée aux Africains depuis des siecles. Et c’est n’est que le debut. La France bientot sera un mandiant au yeux larmoyant aupres des Africains.

      Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2022 à 21:32, par Dedegueba Sanon En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Burkina : La France n’écarte pas l’éventualité d’un départ de ses forces spéciales

    Les multiples manifestations des populations contre la politique française en Afrique, et qu’un narratif malhonnête diffusé par Macron et sa bande d’incapables, me rappelle l’histoire du serpent à sonnettes qui se mord la queue.
    La France est ce pays colonisateur qui est responsable des frontières, pour les avoir créer en vue de diviser pour mieux dominer. Cette France à laquelle le Mali, le Burkina, le Sénégal, la Côte d’Ivoire le Niger etc.., doivent en quelques sortes, tous leurs existences en tant qu’entités géographiques, dites pays, donc en définitive, si l’on veut bien voir, on est, malien, sénégalais, ivoirien, voltaïque (burkinabè), un peu grâce à la France. Mais c’est cette même France dont on ne veut plus aujourd’hui. L’histoire retiendra que c’est avec Macron que le désamour pour la France atteint des proportions jamais égalées. Triste performance pour quelqu’un qui se prend pour un génie.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2022 à 22:20, par Lom-Lom En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Burkina : La France n’écarte pas l’éventualité d’un départ de ses forces spéciales

    Il ne faut pas que les Français prennent les africains pour des idiots. Pourquoi Blaise Compaore a demandé en 2008 à la France de venir installer des Forces Speciales à Ouaga ? Quelle menace existait en ce moment pour justifier le retour de troupes françaises chassées par Maurice Yameogo à l’indépendance, reviennent en Haute-Volta ( Burkina Faso) ? Cette installation a-t-elle eu la caution de l’Assemblée Nationale de l’époque ? Non, en France aucun President de la République n’autorisera pas une force étrangère à s’installer en France sans l’accord de l’Assemblée ! En 2008, les ossements de Mr Maurice Yameogo ont dû fremir dans sa tombe ! Blaise Compaore prenait des dispositions car il savait déjà que sa canditature à la Presidentielle de 2010 était illégale, illégitime et contestable. Et puis voilà, ça fait déjà bientôt 15 ans que ces Français sont là et ne partiront tant qu’on aura pas quelqu’un de la trempe de Maurice Yameogo pour les faire partir (avec l’appui du peuple bien sûr) ! Quand Mr Lecornu parle de format pour protéger ses concitoyens ou former les armées locales, nous lui disons de ne pas insulter l’intelligence des africains. Pour le cas du Burkina, il.est mieux que cette fameuse Forces Speciales quittent le plus vite le Burkina pour ne pas envenimer la situation en emportant leur Ambassadeur Mr Luc Hallade, afin qu’il n’ait plus à faire à des "idiots utiles" comme il nous qualifiait le 14 juillet 2022 ! Français, ayez l’intelligence de partir pendant qu’il est temps !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Insécurité au Burkina : « Le gouvernement a intérêt à prendre à bras le corps la situation de la région de l’Est », estime Marcel Ouoba, journaliste
Est du Burkina : L’armée et les volontaires pour la défense de la patrie repoussent une attaque terroriste
Insécurité dans le Sahel : L’armée burkinabè déjoue une attaque et tue une quinzaine de terroristes (Communiqué)
Région des Cascades : Les corps sans vie de quinze passagers découverts suite à un enlèvement par des hommes armés
Crise sécuritaire et humanitaire au Burkina : La situation dans le Sourou offre « un spectacle désolant et très préoccupant », indiquent des ressortissants
Attaques terroristes au Burkina : Et pourtant Mahamadou Savadogo avait raison !
Burkina : Une centaine de terroristes neutralisés par l’armée aux environs de Gourcy
Reconquête du territoire national : La situation s’est améliorée, selon le service communication des Armées
Libération des 66 femmes enlevées à Arbinda : "Les recherches se poursuivent pour identifier les auteurs", promet le gouvernement
Insécurité au nord du Burkina : « Ceux qui tentaient de se cacher étaient froidement abattus », témoigne un rescapé de Bouloulou
Lutte contre le terrorisme au Burkina : Enlèvement des femmes à Arbinda, un acte de guerre à valeur castratrice
Lutte contre l’insécurité au Burkina : Les douaniers veulent contribuer à l’effort de guerre
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés