Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La foule croit qu’elle sait et comprend tout ; et plus elle est sotte, plus ses horizons lui semblent vastes.» Anton Tchekhow écrivain russe

Université Nazi Boni : Les étudiants en environnement outillés la neutralité en matière de dégradation des terres séminaire

Accueil > Actualités > Environnement • LEFASO.NET • vendredi 28 octobre 2022 à 11h00min
Université Nazi Boni : Les étudiants en environnement outillés la neutralité en matière de dégradation des terres séminaire

Le projet Terre d’opportunités au Sahel organise du 27 au 29 octobre 2022 à Bobo-Dioulasso, un séminaire académique pour les étudiants du Laboratoire d’études rurales sur l’environnement et le développement économique et social (LERE/DES), Université Nazi Boni, Institut du développement rural (IDR).

Le séminaire est placé sous le thème « Connecter la neutralité en matière de dégradation des terres, les solutions fondées sur la nature, les approches de développement du paysage et de la chaîne de valeur ».

L’objectif est de créer un environnement favorable à la contribution des universitaires et de la recherche à la mise en œuvre de l’engagement des pays en matière de Neutralité de la dégradation des terres (NDT) en motivant la future génération à prendre en compte les questions de la NDT, des SfN et du développement durable de la chaîne de valeur chaque fois que cela est possible pendant la recherche sur le terrain.

Les participants

Le séminaire vise également à renforcer les capacités des étudiants et des universitaires sur les concepts de neutralité de la dégradation des terres et de développement durable de la chaîne de valeur ; familiariser les étudiants et les universitaires de manière plus approfondie avec les solutions fondées sur la nature et les concepts et approches connexes et améliorer les propositions de recherche des étudiants.

La dégradation des terres est une préoccupation mondiale pour le développement durable, la conservation de la biodiversité et l’atténuation et l’adaptation au changement climatique. La neutralité de la dégradation des terres a été adoptée par la Convention des nations unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD) lors de la COP 12 à Ankara en octobre 2015, comme un « véhicule fort pour conduire la mise en œuvre de la convention ».

Pr Patrice Toé, enseignant chercheur à l’université Nazi Boni

Le projet « Créer des terres d’opportunités : transformer les moyens de subsistance par la restauration des paysages au Sahel » en bref, Projet Terres d’opportunité au Sahel (LOGMe), financé par le ministère italien de la Transition écologique par le biais du Mécanisme mondial de la CNULCD et mis en œuvre par l’UICN, fait partie des réponses que le Burkina, le Ghana et le Niger développent pour l’atteinte de la NDT. Le projet cherche aussi à tester des approches innovantes et évolutives liant la restauration des terres à des moyens de subsistance ruraux durables.

Pour atteindre les objectifs fixés, il est essentiel de faire en sorte que la NDT profite à la nature et aux populations, en particulier aux jeunes et aux femmes. Ainsi, le développement de chaînes de valeur durables incitera les petits exploitants agricoles et le secteur privé à s’engager dans la mise en œuvre de la NDT.

Jacques Somda, Chef des programmes de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN)

Comme le rappelle le Dr Mesmin Dandjinou, représentant le président de l’université Nazi Boni, le présent séminaire est un cadre d’échanges de connaissances pour un renforcement mutuel de leurs capacités sur les concepts de neutralité de la dégradation des terres et de développement durable de la chaîne de valeur. Il vise aussi à familiariser les participants avec les solutions fondées sur la nature et les concepts et approches connexes et à améliorer les propositions de recherche des étudiants.
Aussi, il les a invités à une assiduité exemplaire pour que les résultats attendus à l’issue du séminaire à court, moyen et long terme soient atteints.

Selon Jacques Somda, chef des programmes de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), la dégradation des terres n’est pas uniquement liée aux facteurs climatiques. Il y a le rôle des facteurs entropiques. Les activités socio-économiques mises en œuvre à travers certains types de pratiques sont à l’origine de l’affaiblissement de la capacité de la terre à résister aux aléas climatiques. Cependant, il y a la possibilité d’arrêter ce processus et de faire en sorte que les producteurs ne subissent pas les effets néfastes des aléas climatiques. Ces trois jours seront donc l’occasion de démontrer aux participants que la sécheresse au Burkina Faso n’affecte pas la zone du Sahel de la même manière que la zone du Sud-ouest parce que l’écologie du Sahel comparée à l’écologie du Sud-ouest est différente. Ce qui veut dire que si on n’a pas tout coupé, si on n’a pas dégradé, on peut avoir les aléas climatiques mais ne pas subir les mêmes poids.

Dr Mesmin Dandjinou, président de l’université Nazi Boni aux participants par la voix de son représentant

Pour le Pr Patrice Toé, enseignant chercheur à l’université Nazi Boni, il est question de d’échanger avec les collègues car théoriquement on peut élaborer les théories mais la question principale qui se pose c’est comment mettre à l’échelle les théories ? Commencer aujourd’hui les concepts avec les étudiants, les collègues permettrait de voir comment appliquer les concepts aux réalités sur le terrain, d’où l’intérêt de ce séminaire.

Photo de famille

Il cite en exemple les paysans qui sont généralement qualifiés d’analphabètes et qui, pourtant, ont des savoirs énormes. Par ailleurs les choses ayant évolué, un paysan des années 60 n’est pas comme un paysan d’aujourd’hui. Il suffit d’actionner la recherche et de tenir compte de ses savoir-faire pour faire avancer les choses. C’est en cela dit-il « qu’on peut faire avancer la question de la neutralité de la dégradation des terres ».

Haoua Touré
Marie Constance Ki (stagiaire)
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Gouvernance du parc urbain Bangr-wéogo : Une rencontre tripartite pour réfléchir sur des reformes
Gestion durable des aires protégées en Afrique de l’Ouest : Le programme PAPBio passé en revue par les acteurs à Ouagadougou
Ouagadougou/Environnement : Pépiniériste, un métier qui nourrit son homme
Eau et assainissement au Burkina : La problématique au cœur de la session du Parlement national des jeunes Burkinabè pour l’eau
Bénin – Burkina Faso : Le sacrifice des espaces protégés au profit des ressources minières
Burkina Faso/Hydrométéorologie : Le rapport d’évaluation à mi-parcours du projet HYDROMET-BF soumis à validation
Environnement : Le deuxième rapport sur la gouvernance environnementale et du développement durable en cours de validation
Lutte contre la dégradation de l’écosystème au Burkina : Vers la validation d’une stratégie nationale 2023-2030
Burkina/environnement : Le document de la vision 2050 de développement à faible émission de carbone validé
Lutte contre le changement climatique : Le Comité régional de contrôle citoyen des Cascades voit le jour
Plan climat/énergie : Un projet pour consolider le statut de ville verte à Bobo Dioulasso
Gestion des ressources naturelles et de la faune : L’AGEREF-CL pour une prise en compte de la question climatique dans les PDC
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés