Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «"Lorsque tu as entrepris quelque chose, prends patience." Proverbe arabe» 

Lutte contre le terrorisme au Burkina : « Nous ne disons pas à la Russie de venir combattre pour libérer notre pays », clarifie Moctar Sawadogo

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • LEFASO.NET • mardi 18 octobre 2022 à 21h57min
Lutte contre le terrorisme au Burkina : « Nous ne disons pas à la Russie de venir combattre pour libérer notre pays », clarifie Moctar Sawadogo

A côté de ces Burkinabè qui réclament l’intervention de la Russie dans la lutte contre le terrorisme, à travers l’envoi du groupe Wagner, il y a ceux-là qui pensent qu’il serait judicieux pour notre pays d’acquérir des armes sophistiquées et des drones russes. Moctar Sawadogo est de ceux-là. Venu manifester son soutien au capitaine Traoré à l’ouverture des assises nationales, le 14 octobre dernier, il a rappelé que cette lutte contre le terrorisme est d’abord l’affaire des Burkinabè. Trouvez l’intégralité de sa réaction en cliquant sur le lien…

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 18 octobre 2022 à 13:03, par Wendinmi En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Burkina : « Nous ne disons pas à la Russie de venir combattre pour libérer notre pays », clarifie Moctar Sawadogo

    De toute façon c’est être naïf que de penser que la Russie dont on croit qu’elle a une baguette magique pour la guerre combattra à notre lace, et surtout sans contre partie sonnante et trébuchante. Elle est déjà en Syrie, en Centre Afrique et plus prêt de nous au Mali. Mais pour quels résultats si ce n’est la transposition des querelles idéologiques Est-Ouest ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2022 à 13:53, par Raso En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Burkina : « Nous ne disons pas à la Russie de venir combattre pour libérer notre pays », clarifie Moctar Sawadogo

    Je me demande si ces gens réalisent que la Russie est en ce moment entrain d’acquérir ses drones de l’Iran. Le lavage de cerveau a bien fonctionné.

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre 2022 à 14:47, par Fretback En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Burkina : « Nous ne disons pas à la Russie de venir combattre pour libérer notre pays », clarifie Moctar Sawadogo

    Autrement il y a la Biélorussie, hein ! Non ? Le grand bienfaiteur du Kremlin s’est déjà servi en chars (soviétiques) sur l’armée de son obligé le grand démocrate Loukachenko, pourtant à la tête d’une des plus faibles armées de cette Europe-là... Peut-être qu’il va les envoyer cadeau au nouveau leader charismatique du Faso, allez savoir ! En attendant que les conscrits forcés ramassés dans les fins fonds de la Sibérie débarquent avec leurs pétoires et leurs chaussettes en guise de godasses pour répondre à l’appel enthousiaste des Burkinabè... Dieux, quelle misère d’époque toute d’ignorances et de confusions vénales !

    Répondre à ce message

  • Le 19 octobre 2022 à 09:12, par Alpha2025 En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Burkina : « Nous ne disons pas à la Russie de venir combattre pour libérer notre pays », clarifie Moctar Sawadogo

    Je ne comprends pas ces gens qui tiennent à ce que nous allions spécifiquement vers la Russie avec qui nous sommes déjà partenaires depuis très longtemps. Que veulent-ils ? Que nous nous livrons corps et âme ? Cette revendication est bien étrange ! Une bonne partie des armes que nous utilisons vient déjà de Russie. Que veulent ils encore ? Nous voir acheter des chasseurs d’occasion en fin de vie comme le Mali ? (que nous ne saurons, ni piloter, ni entretenir) ou bien c’est le radar auto porté dernier cri qui leur fait envie ? Pour quelle menace ? Cette revendication est d’une irrationnalité qui me laisse pantois. Les états comme la Russie, la France, les États-Unis ne sont pas là réponse à notre problème sécuritaire. La meilleure réponse est d’abord nous même. Asseyons nous et réfléchissons. De quoi avons besoin ? Qui peut nous les fournir aux meilleures conditions ? De quelles capacités techniques devint nous acquérir ? Qui peut nous former ? Personne à par nous même n’avons la réponse à ces questions. Posons les sans idées préconçues du genre allons vers la Russie. Je suis du reste étonné que personne ne cite Israël ! Ne vous frottez pas les yeux, j’ai bien dit Israël ! Ce pays a beaucoup plus à nous apprendre que nous l’imaginons !

    Répondre à ce message

  • Le 19 octobre 2022 à 09:13, par One punch burkinbilaman En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Burkina : « Nous ne disons pas à la Russie de venir combattre pour libérer notre pays », clarifie Moctar Sawadogo

    Le matériel russe est souvent du matériel de la guerre froide, qui a près de 30 ou 40 ans, difficilement entretenu qu’on nous revend à vil prix ou qu’on nous donne pour libérer des magasins de stockage et pour que le matériel échappe à la rouille. Les mercenaires sont payés à coups de milliards et ils s’accaparent des richesses des pays dans lesquels ils interviennent. Le problème de wagner et de la russie c’est que si tu signes avec le diable, le jour où ça tourne mal, tu n’auras personne chez qui aller te plaindre. Au moins avec la france on peut aller vandaliser leur ambassade quand ça nous chante. Mais si on adopte le système russe, à terme vous n’aurez même plus l’occasion de vous plaindre d’un éventuel partenariat. La presse sera muselée au profit d’un nationalisme bidon et l’Etat sera pris en otage. Choisissez avec l’intelligence le démon avec lequel vous voulez danser. mais si l’intelligence et le bon sens étaient le propre de nos pays, on n’en serait sans doute pas là...

    Répondre à ce message

  • Le 19 octobre 2022 à 09:42, par Mechtilde Guirma En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Burkina : « Nous ne disons pas à la Russie de venir combattre pour libérer notre pays », clarifie Moctar Sawadogo

    Dans tout ce tintamarre, on entends souvent des manifestants déclarer : « Nous ne sommes pas contre les Français, nous ne somme pas contre la France. C’est son Gouvernement que nous n’aimons pas ! Mais attention mes chers amis, laissez-moi vous dire qu’en attaquant l’Ambassade et les Institutions et emblèmes y afférentes, c’est bel et bien le territoire (sacré) français, la Patrie des Français que vous avez profanée et je pèse bien mes mots. Si c’était son Président et ses collaborateurs, la décence ou l’élégance si vous voulez, auraient commandé que vous vous contentiez d’une e manifestation (si monstre qu’elle soit, mais pacifique) devant l’Ambassade avec tous les slogans que vous voulez pour présenter vos doléances. À ce moment, personne ne vous en aurait tenu rigueur étant entendu qu’on sait que vous n’étiez pas tenu non plus de connaître les règles diplomatiques enseignées. L’Ambassadeur aurait alors fait son rapport sur les événements à ses supérieurs c’est à dire au Président et à son gouvernement afin qu’ils prennent acte. Tandis que là, vous avez agi comme de vulgaires bandits de grands chemins, sans foi ni loi, alors que c’est précisément les sociétés africaines qui enseignaient les notions (même élémentaires qu’elles soient) des règles diplomatiques. Le proverbe moagha le dit bien : « Gomé n’lub néda saôn wonka n’lubi ». Mot à mot cela veut dire : « Convaincre quelqu’un par la puissance des arguments, porte plus et mieux que par la force des biceps ». Alors qu’ici vous avez tout simplement agit comme des bandits de grands chemins à l’image même et c’est le cas de le dire, des Djadhistes qui vous tourmentent. Je ne dis pas cela pour vous vexer, mais simplement pour que vous tiriez leçon si vous voulez qu’on vous prenne au sérieux surtout aux yeux du monde entier qui vous regarde.

    Sans rancune !

    Répondre à ce message

  • Le 19 octobre 2022 à 21:02, par Baron En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Burkina : « Nous ne disons pas à la Russie de venir combattre pour libérer notre pays », clarifie Moctar Sawadogo

    Les casseurs d’ambassade donnent des arguments à la France pour diminuer au maximum l’aide internationale qu’elle donne encore aux pays d’Afrique dont elle s’est toujours sentie l’obligée. Dommage pour les ėtudiants et les artistes qui profitaient des centres culturels et pour tous ceux qui avaient à voir avec ce pays comme les binationaux qui se sentiront forcément en moins grande sécurité et dont les relations familiales seront forcément perturbées. Dommage aussi pour ceux qui attendaient un visa et dont l’attente risque de se prolonger bien longtemps. Espérons que les relations franco-burkinabé retrouveront un jour cordialité bonne entente avec la paix enfin retrouvée.

    Répondre à ce message

    • Le 20 octobre 2022 à 09:42, par Passakziri En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Burkina : « Nous ne disons pas à la Russie de venir combattre pour libérer notre pays », clarifie Moctar Sawadogo

      Bonjour Baron,
      ce qui est bien plus dommageable ce ne sont pas ces difficultés individuelles ou les aides, parce qu’il faut le dire, les aides que nous voyons, bien que soulageant quelques problémes aigus ne sous ont pas permis d’avancer parce que ceux qui donnent ces aides savent bien comment ca fonctionne parce qu’une bonne partie se retrouve soit détournée, soit investie en investie en dehors de lobjectif final. öles seminaires de formations, en dehors de procurer quelques perdiems aux participants sont très souvent une perte de temps inutile dont certains participants oublient immédiatement le contenu. Certaines aides même sont ridicules , par exemple quand on fait don de quelques V8 à un ministére ou quand toute une organisation onusienne fait don de moins de 300 000 dollars au minstère de l’agriculture. N#en parlons pas des carcasses de moutons et dattes.
      Il est clair qu’il y’a plein de choses à améliorer dans nos relations internationales , mais les methodes barbares , décousues et tintamaresques font que les vis-à vis ne peuvent pas nous prendre au sérieux, encore moins que nous puissions atteindre un quelconque résultats. je vous cite quelques exemples :

      La responsabilité de la France dans la crise sécuritaire dans le sahel
      Est-il vrai que la France à une responsabilité ? Je pense que nous sommes unanimes pour dire oui, en ce sens que la France , representée par Nicolas sarkozy a parachevé la destabilisation de la Lybie en conduisant L’élimination de Khadafi. Cela ne veut pas dire que les pays africains n’ont aucune responsabilité, puisque quand l’intervention injustifiable de l’OTAN se preparait, il n’ya eu en dehors de quelques courageuses voix comme celle de Deby pour la dénoncer, pas de contradiction des institutions africaines, les sociétés civiles sont resté muettes alors que les conséquences étaient claires pour les plus profanes de nous.
      De la revendication à ce sujet : Bien sûr que nous pouvons et devons rapeller à la France et à tous les pays ayant participé à cette intervention leur part de responsabilité et exiger de corriger ce qu’ils ont detruit, pas en procedant à des Push backs de migrant de nos pays vers la Lybie, mais en soutenant nos pays à contrer le terrorisme boosté par les armes lybiennes. Seulement au lieu de casser bêtement et de crier de manière puérile la France la France , russie, Russie, je considère les voix légales comme celles les plus éfficaces et civilisées. Oui, figurez vous, bien que nous crions, je ne pense pas qu’une plaintesoit déposée contre Sarkozy ou l’OTAN quelque part dans le monde pour leur rôle joué en Lybie.Même si nous n’avions pas gain de cause, cela permettrait au citoyen francais, anglais ou américain de comprendre la part de responsabilité morale de chacun.
      De l’imprérialisme coloniale et ses injustices  : Là aussi je pense que les casseurs d’ambassade dénaturent un problème de fond en notre défaveur. Oui il y’a eu ces exploitations, ces crimes, ces humiliations et bien d’autres tords . oui ce passé colonial mérite d’être travaillé afin que les séquelles soient reparées. je pense que la démarche du président Macron était une bonne base si les représentants de nos pays avaient été à la hauteur, mais voyez- vous même la honte de Ouagadougou ou les paroles insensées que nous avons celébrées après ce forum tenu en France. est-ce que c#était à la hauteur ? je prefererais qu’on parle d’égal à égal de notre passé avec la France, des préjudices subis qui devraient être quantifiés et reparés afin que tout soit acté et qu’on passe à autre chose, À la construction d’une nation solide. Malheureusemnt à force de crier et vandaliser, nous ne trouverons pas de chemin pour y arriver.

      Bonne journée à vous.

      Passakziri

      Répondre à ce message

      • Le 22 octobre 2022 à 20:47, par Mechtilde Guirma En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Burkina : « Nous ne disons pas à la Russie de venir combattre pour libérer notre pays », clarifie Moctar Sawadogo

        Merci passakziri, Sensibilisez autour de vous. Exhortez les partis politiques au calme et à la droiture. Ouvrez les yeux de vos amis. Bien entendu, il y aura toujours des malveillants qui répondront de façon « boada  », mais persévérez. Dieu vous entend. La bonne nouvelle c’est que le Président français a en effet fait déjà cas d’une rencontre entre la France et les pays africains. Ce sera un début en attendant un genre de Yalta qui élargirait son horizon, tant de sens que de connaissance, vers une actualisation de la Société des Nations (SDN) ou mieux encore d’un genre comme celui de l’Organisation des Nations-Unies (ONU). Et aussi, sensibilisez pour que les Africains défendent courageusement et sans complaisance aucune, leurs valeurs, leur us et coutumes. Et croyez-moi, il n’y a : ni de néfastes ni de rétrogrades. Et si rétrogrades il y avait, c’est qu’elles ont besoin tout simplement d’être actualisées et leur faire profiter des avancées scientifiques modernes, pour confirmer en effet nos croyances religieuses.

        Dieu vous protège et priez aussi pour moi qui que vous soyez.

        Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2022 à 18:59, par Bonus En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Burkina : « Nous ne disons pas à la Russie de venir combattre pour libérer notre pays », clarifie Moctar Sawadogo

    @Baron
    Pourquoi se soucier de ces aides de la France qui ne nous ont jamais fait avancer si ce n’est que nous maintenir dans la servitude.Si nous nous organisons, nous pouvons facilement nous en passer de cette aide.

    Répondre à ce message

    • Le 1er novembre 2022 à 19:08, par Renault HÉLIE En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Burkina : « Nous ne disons pas à la Russie de venir combattre pour libérer notre pays », clarifie Moctar Sawadogo

      « Servitude » ? Savez-vous au moins ce que signifie ce mot ?
      Quand on est en servitude, on travaille sans salaire, et sous la chicote !
      Quelqu’un vous a-t-il forcé à produire gratuitement du cassoulet ? Ou des bérets basques gratuits ? Y-a-t-il au Burkina des ingénieurs-esclaves qui produisent des pièces de turboréacteur sans recevoir un salaire adéquat ? Y-aurai-t-il une usine secrète au Burkina où des techniciennes fabriqueraient des missiles anti-navires sous le fouet de contremaîtres sadiques portant le casque colonial ?
      « Come on ! Stop kidding around ! » (en français « arrête ton char ! »). L’usage impropre de ce terme de « servitude » est tout simplement du délire creux juste pour offenser sans raison...

      Que je sache, il n’y a très peu d’usines occidentales au Burkina Faso. Encore moins d’usine employant des esclaves... Certains se plaignent même bruyamment du faible nombre d’entreprises étrangères qui créent des emplois au Burkina Faso.

      Mettre un signe « = » entre les termes « salarié parfaitement déclaré » et « esclave » relève, tout simplement, de la diffamation agressive, et c’est condamné par vos lois. D’autre part, c’est une raison supplémentaire de faire fuir les investisseurs, ce qui est crime contre votre propre nation.

      S’il y a un problème de salaires ou d’impôts sur ces salaires, l’affaire est réglée par l’administration burkinabè.

      Veuillez, s’il vous plaît, éviter d’utiliser des mots impropres juste pour cracher des reproches surréalistes à des étrangers. Vous mettez ainsi en danger l’économie de votre pays.

      Veuillez noter que, pendant que certains burkinabè s’acharnent à faire fuir les investisseurs modernes, il existe en Afrique quelques pays qui, au contraire, font ce qu’il faut pour attirer des usines de fabrication pour des entreprises comme DACIA, Mercedes, Bosch, Faurecia, Peugeot, SAFRAN (aviation), Zodiac, etc. Une rapide recherche sur l’Internet vous donnera une liste de ces usines.

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Lutte contre le terrorisme : Le Chef de l’Etat reçoit un messager de son homologue tchadien
Transport aérien : Le Chef de l’Etat échange avec l’ASECNA sur la question de l’aéroport de Bobo-Dioulasso
Coopération : La République tchèque réaffirme son soutien au Burkina Faso dans la lutte contre le terrorisme
Burkina-France : Paris rappelle son ambassadeur à Ouagadougou "pour consultations"
Transition au Burkina : La France retirera ses troupes d’ici « un mois » (ministère français des affaires étrangères)
Coopération Togo-Burkina Faso : Le Togo réaffirme son soutien à la Transition
Coopération au développement : L’Union européenne réaffirme son attachement au Burkina Faso.
Diplomatie : L’esprit de l’accord dénoncé par le gouvernement burkinabè vis-à-vis du gouvernement français
Départ de l’armée française du Burkina : Une volonté des autorités d’être les acteurs premiers de la reconquête du territoire
Coopération bilatérale : La République Tchèque solidaire du Burkina Faso
Burkina Faso : Le gouvernement donne un mois à l’armée française pour quitter son territoire (AIB)
Burkina Faso - Banque africaine de développement : L’administrateur Désiré Guédon satisfait des ouvrages d’assainissement réalisés à Ouagadougou
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés