Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Toucher le fond est une victoire pour celui qui s’en sort.» Smarty

Saisie de poissons avariés à Bobo-Dioulasso : La population appelée à plus de vigilance

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • jeudi 6 octobre 2022 à 22h27min
Saisie de poissons avariés à Bobo-Dioulasso : La population appelée à plus de vigilance

Une fois de plus, du poisson impropre à la consommation vient d’être retrouvé sur le marché à Bobo-Dioulasso. Environ une tonne, c’est la quantité de poissons avariés saisie et détruite ce jeudi 6 octobre 2022 au Centre d’enfouissement technique de Bobo-Dioulasso. Face à cette énième opération, le responsable du service hygiène alimentaire à la direction de la promotion de la santé et de l’hygiène publique, Mady Kaboré, invite la population à plus de vigilance.

Cette cargaison, découverte au cours d’une mission de contrôle de la police municipale, se retrouvait sur le marché et était vendue librement. C’est environ une cinquantaine de cartons de 20kg de poissons qui ont été saisis dans cette poissonnerie située au secteur 25 de la ville de Bobo-Dioulasso. Le coût de cette saisie est estimé à plus d’un million de FCFA. La cargaison était composée, entre autres, de poissons thons salés, de maquereaux et de chinchards. Pour Mady Kaboré, nul besoin de rappeler que ces poissons avariés sont dangereux pour la santé humaine.

Environ une tonne de poissons avariés saisie à Bobo-Dioulasso

En effet, une fois consommés, ces poissons avariés peuvent provoquer une intoxication alimentaire car ils contiennent pas mal de microbes. C’est pourquoi, il invite, une fois de plus, la population à plus de vigilance face à la consommation du poisson. « Lorsque vous partez acheter du poisson, il faut faire le bon choix et surtout être vigilant. Si vous sentez que le poisson dégage des odeurs nauséabondes ou que l’aspect n’est pas normal, il faut s’abstenir de payer et si possible aviser les autorités sanitaires compétentes pour vérification. Ce qui peut amener à la saisie de ces poissons », a lancé Mady Kaboré.

Le responsable du service hygiène alimentaire à la direction de la promotion de la santé et de l’hygiène publique, Mady Kaboré

Conscient que c’est ensemble que l’on pourra faire que la population ne puisse plus consommer ces poissons avariés, il invite les bobolais à plus de collaboration avec les services sanitaires. Aussi, il lance un appel à l’endroit des promoteurs des poissonneries à plus de rigueur, en observant les règles élémentaires de l’hygiène et de conservation de leurs produits. « Nous invitons les promoteurs de ces poissonneries à tout mettre en œuvre pour bien entretenir la chaîne de froid parce que très souvent le problème vient de là. Les poissons doivent être conservés à une température basse, autour de moins de 18 degrés. Malheureusement, lors des contrôles on constate que cette température n’est pas respectée. C’est ce qui provoque ces avaries », a expliqué Mady Kaboré, le responsable du service hygiène alimentaire.

Cette saisie a été rendue possible grâce à la vigilance des agents de la police municipale de Bobo-Dioulasso. « C’est lors de nos contrôles de routine que nous avons pu constater dans cette poissonnerie que les poissons ne répondaient pas aux normes. Et nous avons fait appel à l’action sanitaire pour que les agents viennent constater. Après nous avons contacté le service de l’élevage qui est venu à son tour confirmer. Unanimement, les poissons étaient impropres à la consommation et nous avons procédé à la saisie des cartons », a fait savoir le contrôleur de police municipale Séraphin Sanou, chef de service de l’hygiène et des nuisances à la direction de la police municipale.

Le contrôleur de police municipale Séraphin Sanou, chef de service de l’hygiène et des nuisances à la direction de la police municipale

C’est une fois sur place que les contrôleurs ont pu constater que les poissons qui présentaient déjà un défaut d’emballage étaient en mauvais conditionnement et en état de putréfaction. Suspectant la mauvaise qualité de la marchandise, l’équipe de contrôle a procédé à une saisie et le butin, composé de diverses espèces de poissons, a été ainsi détruit. A en croire Séraphin Sanou, le promoteur de cette poissonnerie n’est pas à sa première forfaiture. En effet, trois moins plus tôt, la police municipale procédait à une saisie de poissons avariés dans une autre de ses poissonneries de la ville. Toutefois, il affirme que le contrevenant sera sanctionné conformément à la réglementation en vigueur au Burkina.

Adama Nabalbéda, agent au service de santé animale de la direction régionale de l’agriculture, des ressources animales et halieutiques des Hauts-Bassins

Adama Nabalbéda est agent au service de santé animale de la direction régionale de l’agriculture, des ressources animales et halieutiques des Hauts-Bassins. Pour avoir participé à la saisie de ces poissons, il insiste sur le fait que les poissons présentaient déjà un aspect de putréfaction avant leur saisie. « Une fois sur place, nous avons constaté que tous les cartons étaient mouillés. Quand c’est comme ça, c’est que le poisson était déjà décongelé. Mais ces poissons n’étaient pas seulement décongelés, ils étaient en putréfaction. Ce qui peut provoquer une intoxication alimentaire et c’est pourquoi nous avons saisi ces poissons et entamé la procédure de destruction », a-t-il indiqué. Afin d’éviter que les populations riveraines ne viennent se servir de ces poissons déjà impropres à la consommation, les services techniques ont d’abord procéder à l’épatement du butin avant de l’enfouir.

Romuald Dofini
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Ouagadougou : Quand certains étudient, d’autres boycottent
16 jours d’activisme contre les VBG : l’ONG Oxfam sensibilise à travers un panel public
Lutte contre les maladies non transmissibles : Une semaine de dépistage gratuit au sein du Centre national de lutte contre la cécité
Planification familiale au Burkina : Le plan national 2021-2025 en phase de dissémination
Lutte contre l’insécurité au Burkina : Des chercheurs militent pour une constitutionnalisation de la chefferie coutumière
Droit d’accès à la terre en milieu rural : 30 femmes formées sur le genre et le développement
Bourse agricole 2022 : Afrique verte propose une analyse des enjeux et des défis de la sécurité alimentaire
Égalité de genre au Burkina : L’UNFPA forme des jeunes ambassadeurs de la masculinité positive
Tougan : Cérémonie de remise de matériels aux coopératives bénéficiaires du projet PADCN
Commémoration de la journée internationale des personnes handicapées à Ouahigouya : L’ONG Solidaire et ses partenaires tendent la main
CLIMAT : Wascal lance son deuxième symposium contre les changements climatiques
Burkina Faso : « Ce n’est pas en faisant taire les médias, les journalistes et les leaders d’opinions que l’on parviendra à lutter contre le terrorisme », selon le front patriotique
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés