Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Toucher le fond est une victoire pour celui qui s’en sort.» Smarty

Insertion professionnelle : 125 jeunes formés aux métiers agro-sylvo pastoraux

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • jeudi 6 octobre 2022 à 22h27min
Insertion professionnelle : 125 jeunes formés aux métiers agro-sylvo pastoraux

Ils sont au total 125 jeunes issus des régions du Sahel et du Centre-nord, à avoir été initiés aux métiers agro-sylvo pastoraux. Deux mois durant, ils ont appris l’aviculture traditionnelle améliorée, l’élevage de la vache laitière, l’embouche bovine, ovine et porcine, la fabrication des aliments pour le bétail et la transformation du lait au sein du centre de formation agrobiologique Tond Tenga de AMPO Burkina. Ce 6 octobre 2022, ils ont reçu leurs attestations de fin de formation au cours d’une cérémonie organisée à l’occasion.

Venus des communes de Boulsa, Yalgo, Bouroum, Dori et Nagbingou, ces 125 apprenants parmi lesquels on compte 75 femmes et 50 hommes, ont au cours de leur séjour au sein du centre de formation agrobiologique Tond Tenga, bénéficié de cours théoriques et pratiques dispensés par 14 formateurs. Selon Olivier Bado, directeur du centre, les jeunes ont été formés sur les meilleures techniques de production agro-sylvo pastorale biologique, les métiers fermier-éleveur, transformation de lait, fabrication d’aliments de bétail. Ils ont ensuite été évalués sur les connaissances acquises, et c’est suite à cette évaluation qu’ils reçoivent ce jour leurs attestations de fin de formation.

Olivier Bado, directeur du centre de formation agrobiologique Tond Tenga

Gauthier Akamandou, un des apprenants qui a été formé dans la fabrication des aliments pour le bétail, dit être très satisfait d’avoir pu renforcer ses capacités. "J’ai appris à faire la pierre à lécher, le compost et bien d’autres choses", nous confie-t-il. Cette formation a été rendue possible grâce au projet "valorisation et promotion des activités génératrices de revenus et des métiers verts auprès des membres d’organisations paysannes vivant dans des espaces à vocation pastorale". Ce projet est mis en œuvre par l’ONG Vétérinaires sans frontières/Belgique, avec l’appui de l’Agence luxembourgeoise pour la coopération et le développement. Il couvre la période du 1er avril au 31 décembre 2022.

Les jeunes ont appris entre autres l’embouche bovine

Les jeunes bénéficiaires de la formation, ont été sélectionnés au sein de huit coopératives et une faîtière, au cours d’un processus inclusif et participatif. A en croire Amado Ouédraogo, directeur pays de l’ONG Vétérinaires sans frontières/Belgique, c’est une expérience que son organisation a bien voulu tenter, en vue de permettre aux coopératives qui exercent dans l’élevage de se professionnaliser. Et cela passe par le renforcement des membres de ces coopératives. Amado Ouédraogo espère donc à l’issue de la formation, que ces jeunes soient plus utiles dans leurs coopératives en partageant avec les autres membres les connaissances acquises.

Ousseni Kindo, chef du projet "valorisation et promotion des activités génératrices de revenus et des métiers verts auprès des membres d’organisations paysannes vivant dans des espaces à vocation pastorale"

Ousseni Kindo, chef du projet "Valorisation et promotion des activités génératrices de revenus et des métiers verts auprès des membres d’organisations paysannes vivant dans des espaces à vocation pastorale" a invité les coopératives à faciliter l’application des connaissances acquises par les jeunes, à travers des stages pratiques. « Nous allons demander à l’ensemble des coopératives d’accompagner les jeunes, car trouver un stage loin du terroir de l’apprenant ne sert absolument à rien. Il faut permettre au stagiaire de vivre les réalités de sa localité et de s’adapter afin de développer des initiatives pour pouvoir s’installer », a-t-il ajouté. Ousseni Kindo a aussi laissé entendre, que le projet prévoit pour les apprenants qui exerçaient déjà les différents métiers avant la formation, un appui à l’installation constitué de matériel et de fond de roulement.

Une apprenante recevant son attestation de formation

Le centre de formation agrobiologique Tond Tenga qui a assuré la formation des jeunes, a été choisi parmi quatre centres de formation. Crée en 2005, il a pour objectif de contribuer à la formation professionnelle agricole, à la promotion des techniques de production agrobiologiques et de former des agriculteurs modèles qui maîtrisent les techniques de production agro écologique.

Armelle Ouédraogo/Yaméogo
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Ouagadougou : Quand certains étudient, d’autres boycottent
16 jours d’activisme contre les VBG : l’ONG Oxfam sensibilise à travers un panel public
Lutte contre les maladies non transmissibles : Une semaine de dépistage gratuit au sein du Centre national de lutte contre la cécité
Planification familiale au Burkina : Le plan national 2021-2025 en phase de dissémination
Lutte contre l’insécurité au Burkina : Des chercheurs militent pour une constitutionnalisation de la chefferie coutumière
Droit d’accès à la terre en milieu rural : 30 femmes formées sur le genre et le développement
Égalité de genre au Burkina : L’UNFPA forme des jeunes ambassadeurs de la masculinité positive
Tougan : Cérémonie de remise de matériels aux coopératives bénéficiaires du projet PADCN
Commémoration de la journée internationale des personnes handicapées à Ouahigouya : L’ONG Solidaire et ses partenaires tendent la main
CLIMAT : Wascal lance son deuxième symposium contre les changements climatiques
Burkina Faso : « Ce n’est pas en faisant taire les médias, les journalistes et les leaders d’opinions que l’on parviendra à lutter contre le terrorisme », selon le front patriotique
Burkina : Qui est le lieutenant colonel Ismaël Diaouari, nouveau chef d’État major particulier de la présidence du Faso ?
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés