Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Toucher le fond est une victoire pour celui qui s’en sort.» Smarty

Burkina : « Nous devons faire en trois mois ce qui devrait être fait en douze mois », instruit le capitaine Ibrahim Traoré

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • dimanche 2 octobre 2022 à 22h20min
Burkina : « Nous devons faire en trois mois ce qui devrait être fait en douze mois », instruit le capitaine Ibrahim Traoré

C’est par des propos d’excuses que le capitaine Ibrahim Traoré et ses camarades ont entamé leurs échanges avec les secrétaires généraux des ministères dans la soirée de ce dimanche 2 octobre 2022.

"Depuis quelques jours, on a troublé vos sommeils, on a troublé le sommeil des Ouagavillois par les tirs. On n’a jamais voulu cela, mais ce sont les choses de vie", a lancé le capitaine Ibrahim Traoré.

Au cours de son tête-à-tête avec les secrétaires généraux des ministères, le capitaine Ibrahim Traoré, entouré de ses éléments, a appelé ses hôtes à aller rapidement.

« Nous devons faire en trois mois, ce qui devrait être fait en douze mois », a invité capitaine Ibrahim Traoré, appelant ses interlocuteurs à aller vite en évitant les lourdeurs administratives.

« Il faut de rythme, il faut aller vite, il faut abandonner les lourdeurs administratives », a insisté le capitaine, pour qui, l’urgence est à tous les niveaux ; de la sécurité à l’action sociale en passant par la santé.

Le président du MPSR a instruit à ces responsables de l’administration de repérer également ceux qui bloquent les dossiers dans les institutions. "Repérez ceux qui, dans les ministères, bloquent les dossiers. Ce n’est pas normal, ça crée des frustrations", a soulevé le président du MPSR, capitaine Ibrahim Traoré. Il a appelé "chacun" à faire ce qu’il doit dans son travail.

Le capitaine Ibrahim Traoré a enfin appelé chaque Burkinabè à la responsabilité. "Au Burkina Faso, on a l’art de rejeter tout sur l’autre", a-t-il effleuré dans cette rencontre qui a duré une vingtaine de minutes.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 2 octobre à 17:36, par Diakité En réponse à : Burkina : « Nous devons faire en trois mois ce qui devrait être fait en douze mois », instruit le capitaine Ibrahim Traoré

    DIX (10) CONSEILS POUR LE NOUVEL HOMME FORT DU BURKINA FASO

    1. Qu’il soit lui-même Président de la transition ;
    2. Qu’il nomme un Premier Ministre de consensus, peu importe que celui-ci ait un carnet d’adresses rempli ou pas ; cela n’a pas d’importance ;
    3. Qu’il fasse attention aux brebis galeuses et aux personnes malintentionnées dans son entourage ;
    4. Qu’il combatte farouchement la corruption au sein de l’administration publique civile et militaire ;
    5. Qu’il n’oublie jamais les raisons qui ont conduit à l’évincement de ses deux prédécesseurs, dont un compagnon d’armes ;
    6. Qu’il renforce la coopération militaire avec la Russie, la Chine, la Turquie et l’Iran, sans pour autant faire complètement dos à la France et ses alliés, quitte à ceux-ci de rester ou plier bagages ;
    7. Qu’il n’accepte pas qu’il y ait un rideau noir entre lui et son peuple ;
    8. Qu’il évite l’hypocrisie et le mensonge d’État sous toutes ses formes ;
    9. Qu’il respecte et fasse respecter la loi pour tous et sur tous ;
    10. Qu’il croit en Dieu et au destin, mais pas aux hommes.

    DMM

    Répondre à ce message

  • Le 2 octobre à 17:53, par caca En réponse à : Burkina : « Nous devons faire en trois mois ce qui devrait être fait en douze mois », instruit le capitaine Ibrahim Traoré

    Si je dis un mot, ils me diront caca le peuple a fait son choix. Sinon ça commence dur et sévère. Mais au garde de vous mon capitaine ! Caca a fait allégeance au capitaine.

    Répondre à ce message

  • Le 2 octobre à 18:11, par kenfo En réponse à : Burkina : « Nous devons faire en trois mois ce qui devrait être fait en douze mois », instruit le capitaine Ibrahim Traoré

    Je ne connais aucun d’entre vous personnellement ; mais cela n’est pas important. nous sommes tous des Burkinabè. Mille fois BRAVO pour votre courage, votre constance et votre rigueur positive. ce que vous dites est vrai concernant les délais, mais malgré tout allez doucement. C’est transition dans transition. Nous vous supportons de tout notre cœur. Écoutez beaucoup, analysez, comprenez, agissez. très concrètement, si ce qui est dit sur solenzo est vrai, allez effectuez un bombardement aveugle dans les prochaines 24 heures, aux frais de kenfo... Allez lentement mais surement, sans vous laissez distraire par QUICONQUE. Nous prions pour vous. Au Faso, il y a encore des hommes et des femmes. Merci à ta Maman de t’avoir si bien allaité, mon Capitaine. Allez..

    KENFO

    Répondre à ce message

  • Le 2 octobre à 18:45, par Maria de Ziniare En réponse à : Burkina : « Nous devons faire en trois mois ce qui devrait être fait en douze mois », instruit le capitaine Ibrahim Traoré

    J’admire l’angélisme et l’enthousiasme de ce jeune capitaine né après la mort de Sankara et qui n’a d’expérience que la troupe et le front militaire. S’il est vrai que "aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années" on attend de voir comment ce dernier pistolero du Farwest Burkinabè qui s’est attribué l’étoile de Cherif, va nager dans le bourbier Burkinabè infesté de groupuscules et lobys mafieux qui ne savent que défendre bec et ongle leurs intérêts égoïstes en déphasage avec celui du peuple qui ne cherche que la paix et la sécurité. A mon humble avis l’appel à candidature pour un président de la transition sera infructueuse dufait de la complexité de la situation bien qu’il y ait toujours dans ce pays des opportunistes à l’affut pour jouir d’un jour de NAM à Kossyam et le jeune Capitaine Ibrahim TRAORE devra assumer ses responsabilités et gérér notre MOSSILAND.

    Répondre à ce message

  • Le 2 octobre à 19:21, par Barou En réponse à : Burkina : « Nous devons faire en trois mois ce qui devrait être fait en douze mois », instruit le capitaine Ibrahim Traoré

    SVP BURKINABES
    SI ON EST CONSCIENT DE CE QU ON VEUT LE BIEN DE CE PAYS ON FERA MIEUX DE DONNER LE TEMPS A CE MONSIEUR DE METTRE DE L ORDRE AVANT DE PARTIR.
    CETTE BETISE DE DELAIT DE TRANSITION EST IDIOTE.
    DANS QUELLE CONSTITUTION AU MONDE YA UN DELAI POUR UNE TRANSITION ????
    UNE TRANSITION EST UNE SITUATION D EXCEPTION POURQUOI FORCEMENT DONNER UN DELAIT GESTION DE CETTE SITUATION ?????
    QUI DANS LA POLITIQUE AUJOURD HUI AU BURKINA QUI EST CREDIBLE ??????
    SVP MONTREZ MOI SEULEMENT 1.
    SI ON EST INCONSCIENT AU MOINS ON DOIT SAVOIR COPIER LE MALI EST A CÔTÈ

    Répondre à ce message

  • Le 2 octobre à 19:21, par Ka En réponse à : Burkina : « Nous devons faire en trois mois ce qui devrait être fait en douze mois », instruit le capitaine Ibrahim Traoré

    20 minutes pour donner des ordres : C’est très bien. Et j’espère que ces 20 minutes de parole donnée comme directive sans tabou pourra au moins limiter cette politisation de l’Administration à outrance, qui rime avec inefficacité et mauvaise gestion de la chose publique, et livrera un combat sans merci contre la corruption et l’injustice des hommes et femmes que Damiba a nommé dans des postes jutés, et qui ruine le développement du pays en favorisant l’enrichissement personnel de quelques acteurs cupides et insatiables." On vous regarde !

    On sait très bien que les jeunes dirigeants et autres "opposants historiques" sont toujours pleins de bonnes résolutions et d’idées généreuses et "intègres" avant d’accéder au pouvoir comme le jeune Traoré, mais ils changent radicalement une fois qu’ils y sont. Outre la pourriture de l’Administration, il y a surtout le défi de la sécurité et la paix, et c’est au pied de ce mur-là qu’on attend le militaire professionnel et aguerri, dont on espère des résultats concrets, rapides et définitifs maintenant qu’il n’a plus aucun obstacle à la décision.

    Oui nous verrons dans trois mois, car, l’autre qui ne mérite pas aucun faveur pour démissionner que d’être dans une cellule a la MACA, avait promis qu’en cinq mois il éradiquera nos frères déguisés en terroristes, ce qui n’était que des mensonges.

    Répondre à ce message

  • Le 2 octobre à 19:24, par Sabaabo En réponse à : Burkina : « Nous devons faire en trois mois ce qui devrait être fait en douze mois », instruit le capitaine Ibrahim Traoré

    Son nom sera : "Capitaine Sap-sap" ou " Capitaine Wassa-wassa".

    Répondre à ce message

  • Le 2 octobre à 20:05, par Kawswéogo En réponse à : Burkina : « Nous devons faire en trois mois ce qui devrait être fait en douze mois », instruit le capitaine Ibrahim Traoré

    Bien dit, mais il faut maintenant que nos hauts fonctionnaires rompus à l’art d’exiger des subalternes internes à leur cabinet que tout suive les « rouages administratifs » jusqu’à leurs bureaux, acceptent de respecter ces nouvelles directives. La bourgeoisie bureaucratique est très installée et ne renoncera pas facilement à ses privilèges. Les agents de l’Etat sont au service du public, chaque Burkinabé doit exiger les services auxquels il ou elle a droit. Pas de passe droit, pas de privilège, c’est cette ligne qui conduit une nation au service de chaque Burkinabè.

    Répondre à ce message

  • Le 2 octobre à 20:37, par Sidzabda En réponse à : Burkina : « Nous devons faire en trois mois ce qui devrait être fait en douze mois », instruit le capitaine Ibrahim Traoré

    Si IB prend les rênes du pays ce qui est arrivé à DAMIBA lui arrivera aussi car les scissions au sein de l’armée sont immenses et les plaies ne sont pas guerries. il a encore de l’avenir et pourra être un ATT pour le Mali. un PF civil, un PM militaire, un gouvernement élargi à toutes les composantes sans distinction voilà l’attelage idéal pour sortir le pays du bourbier

    Répondre à ce message

  • Le 2 octobre à 20:42, par Sou En réponse à : Burkina : « Nous devons faire en trois mois ce qui devrait être fait en douze mois », instruit le capitaine Ibrahim Traoré

    La dynamique que les militaires ont utilisees pour chasser Damiba je souhaiterai qu’ils utilisent cela aussi pour nettoyer les partis les politiiciens. La dynamique et le courage que la jeunesse Burkinabe a su utiliser pour soutenir le nouveau homme fort je souhaiterai qu’elle utilise cette meme dynamique et courage pour qu’on assainisse le milieu politique Burkinabe. Aussi utilise cette dynamique et courage pour aider les FDS et VDP a freiner l’avancée des terroristes. Nous avons cette capacite de mobilisation et le courage mais helas aucun leader charismatique n’est la pour exploiter cet capital humain.

    Répondre à ce message

  • Le 2 octobre à 22:14, par AA En réponse à : Burkina : « Nous devons faire en trois mois ce qui devrait être fait en douze mois », instruit le capitaine Ibrahim Traoré

    Seul va compter les résultats sinon ça sera le même sort que DAMIBA mais en moins de temps. Bonne chance !

    Répondre à ce message

  • Le 3 octobre à 00:18, par Nare ousseni En réponse à : Burkina : « Nous devons faire en trois mois ce qui devrait être fait en douze mois », instruit le capitaine Ibrahim Traoré

    Qu’il soit président et aspire le caractère sankariste ! Éviter les délices du pouvoir, car l’occident s’en inspire pour te dérouter ! Avoir les aspirations du peuple( Russie, Chine,piangyang Turquie... Alliées !)car il est mieux de couler avec son peuple que d’assouvir le machiavélisme des français et alliés ! Voilà ma proposition d’urgences pour en découvre avec les rebelles ! Le reste on y songera car l ’intégralité du pays prime !!!

    Répondre à ce message

  • Le 3 octobre à 03:01, par Rahim En réponse à : Burkina : « Nous devons faire en trois mois ce qui devrait être fait en douze mois », instruit le capitaine Ibrahim Traoré

    Je pense que le Capitaine Ibrahim Traoré fait déjà un faux pas s’il accepte d’accueillir la délégation de la CEDEAO. C’est quelle urgence il y a pour que la CEDEAO vienne voir les nouvelles autorités 72h seulement après la prise du pouvoir. Le Capitaine parle trop et va se faire prendre par ses propres paroles. À mon avis, il ne faut pas qu’il reçoive maintenant la CEDEAO. On n’a rien à foutre du calendrier de la CEDEAO, nous avons nos propres réalités et nos propres priorités. Comment les autorités qui n’ont pas encore consulté les forces vives de la nation, peuvent-elles se permettre cette légèreté en recevant une organisation manipulée par la France.

    Répondre à ce message

  • Le 3 octobre à 03:40, par Pas Ka Yé En réponse à : Burkina : « Nous devons faire en trois mois ce qui devrait être fait en douze mois », instruit le capitaine Ibrahim Traoré

    Capitaine Ibrahim Traoré,
    Les 7 conditions de Damiba contiennent les gerems de votre echec et ne sont pas applicables. Ignorez royalement cette incongruité, Quand Damiba etait aux affaire pourquoi n’a t-il pas reussi avec les conseils et les conditions qu’il veut vous imposer.
    L’histoire de la CEDEAO est une vraie insulte et une connerie. La CEDEAO c’est la merde des occidentaux.

    Répondre à ce message

  • Le 3 octobre à 04:30, par HUG En réponse à : Burkina : « Nous devons faire en trois mois ce qui devrait être fait en douze mois », instruit le capitaine Ibrahim Traoré

    Un conseil : Avant de ceder la place au.nouveau president pose des conditions suivantes a lui : limiter le nombre de ministere car nous sommes en guerre et il faut y penser.On devrait devrait davantage fusionner certains ministere.Par exemple la scision du.ministere du.genre, de la.famille, de la.solidarité nationale et de l action.humanitaire en ministere de la solidarite nationale et de l action humanitaire eren ministere du genre et de la famille n a aucun sens sauf que c est pour satisfaire les gens par des nominations avec une augmentation importante des ressources avec des lourdeurs incroyable.Il suffit simplement de revenir a l ancienne aappelation du ministere car le.CONASUR peut faire le travail pour les personnes deplacés internes. il y a une lourdeur incroyable dans ces deux nouveaux ministeres Il faut aussi lutter contre la corruption, les nominations de complaisance, et opter pour la remise a plat des salaires. Avec le.pouvoir incompetent et moribond des fonctionnaires de categorie inferieur ont un salaire plus elevé que des fonctionnaires de categorie superieure.Vous ne verrez cela nulle part au monde. Aussi, il etre sans pitié pour les fonctionnaires affiliés au partis politiques.Sous le mpp, il y avait des cellules mpp dans les ministeres et beaucoup de ces fonctionnaires politiciens ont eté promus par le mpsr 1.Le.fonctionnaire qui veut faire la politique doit demissionné. Dans le domaine de la santé on trouvebles medecins et autres dans les cliniques privees plus que dans les hopitaux et cela n est pas normal ....Il y a beaucoup de choses negatives dans l administration a corriger. Bonnne chance au mpsr2. Vous pouvez reussir si.vous etes justes.

    Répondre à ce message

  • Le 3 octobre à 06:22, par Kem En réponse à : Burkina : « Nous devons faire en trois mois ce qui devrait être fait en douze mois », instruit le capitaine Ibrahim Traoré

    Certes il faut espérer.
    Quant à être naïf au point de croire qu’un changement de responsable militaire et d’alliances avec les pays étrangers va suffire pour éradiquer le terrorisme, c’est une autre affaire.
    Les idées ne suffisent pas, ce sont les actes qui sont déterminants avec l’engagement effectif du pays.

    Répondre à ce message

  • Le 3 octobre à 07:06, par Homme debout En réponse à : Burkina : « Nous devons faire en trois mois ce qui devrait être fait en douze mois », instruit le capitaine Ibrahim Traoré

    Mon capitaine, c’est facile et rapide de faire une difference d’avec vos prédécesseurs. On vous regarde et vous écoute. Allez vous diviser vos salaires par deux ? Allez vous réinstaurer les fasoyaa / boutique solidaire dans les villages afin que nos vieux et nos enfants ne meurent pas de faim pendant que vous nettoyez notre beau pays integre et fraternel de la chienlit ? Que nos ancêtres nous guident nous libèrent et nous ouvrent la route !

    Répondre à ce message

  • Le 3 octobre à 09:03, par Passakziri En réponse à : Burkina : « Nous devons faire en trois mois ce qui devrait être fait en douze mois », instruit le capitaine Ibrahim Traoré

    Nous nous devons tous de donner une chance de survie à notre pays.
    La mission s annonce délicate pour le capitaine et les populations burkinabé. Faisons juste attention que l euphorie ne nous empêche de rester réalistes et focus sur l objectif primordial : La sécurité.

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 3 octobre à 09:31, par Citoyen LAMBDA En réponse à : Burkina : « Nous devons faire en trois mois ce qui devrait être fait en douze mois », instruit le capitaine Ibrahim Traoré

    Bonjour mes chers frères et sœurs internautes . Cessons les bavardages inutiles et allons aux propositions concrétises pour aider ces jeunes officiers patriotes . Je m’ebvais donc vous proposer quelques en relation avec la rencontre du Capitaine Ibrahim TRAORE avec les SG des ministères
    1- Après avoir reçu la liste de tous les véhicules qui sont en panne mais réparables ,réquisitionnez tous les garagistes du BURKINA FASO notamment ceux des grands centres OUAGA,BOBO ,KOUDOUDOU ,OUAHIGOUYA , Gaoua ,et tous autres provinces disposant d’un bon garage ,les répartir les véhicules en panne suivant le degré de détérioration de chaque véhicule .
    2- Donner un délai de 72 heures à 5 jours maximum à chaque garagiste pour déposer ses devis en précisant que ces devis doivent être élaborés dont un esprit purement patriotique sans surfacturation ,ni corruption et que toute tentative d’exploitation de cette mesure à des fins égoïstes entrainent l’exclusion du garagiste malhonnête à toute activité au Burkina Faso
    3- Créer un bureau de réception et de centralisation des devis auprès des gouvernorats et /ou Hauts commissariats pour les provinces et régions .
    4- ordonner à chaque gouverneur la mission urgente de faire le calcul total de ces devis reçus et les acheminer par lui même au ministère des finances où sera implanté un bureau national de centralisation
    5- Au niveau du ministère des finances faire publiquement le point communiquer le total et lancer un appel urgent à contribution populaire . Moi je donne un mois de mon petit salaire . Mais je suis sur que le montant total de la remise en état de tous ces véhicules ne dépassent pas deux milliards de FCFA et qu’un seul ou tout au plus deux opérateurs économiques de ce pays peuvent financer cette opération qui je dis spéciale de rétablissement des véhicules de l’Etat utiles à la guerre populaire généralisée que nous devons commencer maintenant . Ce sont des propositions nées de mon petit cerveau et à chacun d’améliorer ou de compléter par d’autres .J’ajoute que cette mesure donnera beaucoup de boulot ne serait-ce temporaire à beaucoup et boostera un pan de l’économie nationale .
    Merci mes frères et sœurs

    Répondre à ce message

  • Le 3 octobre à 10:39, par Sonni ALIBER En réponse à : Burkina : « Nous devons faire en trois mois ce qui devrait être fait en douze mois », instruit le capitaine Ibrahim Traoré

    Enfin et OUFFF !quelle tension intenable à laquelle nous est habitué l’armée burkinabé !! C’était compliqué,la diaspora burkinabé était perturbé de voir ces militaires burkinabé s’entre déchirer,comme Blaise Compaoré le criminel qui au lieu de discuter s’est contenté de les eleminer un à un ?MAINTENANT C’EST AU PEUPLE BURKINABÉ DE RESTER VIGILANT TRÈS VIGILANT POUR ÉVITER DE RETOMBER DANS LA MAIN DE LA FRANCE 🇫🇷 ET DE DAMIBA LE TRAÎTRE /il a joué a vendre le peuple et le Burkina Faso 🇧🇫,normalement il doit être jugé pour HAUTE TRAHISON À LA NATION BURKINABÉ,Nous allons oublier son nom voir de l’histoire du pays

    Répondre à ce message

  • Le 3 octobre à 11:09, par YAMBRE F. F. En réponse à : Burkina : « Nous devons faire en trois mois ce qui devrait être fait en douze mois », instruit le capitaine Ibrahim Traoré

    Bonjour !

    Mr le Président du MPSR , de mon avis même si vous rencontrez la CEDEAO, ne prenez pas la parole, n’avancez rien. Écoutez les seulement et dites que vous devez consulter d’abord les forces vives avant de les revenir.
    Pour le nouveau Président de la transition à venir, formez un gouvernement avec quelques anciens ministres du dernier gouvernement du Président KABORE, d’autres du gouvernement du Président DAMIBA et le reste avec quelques nouveaux Ministres. Les Conseillers municipaux ainsi que leur Maire ont été élus à la base ; pour plus d’inclusion, est ce qu’il ne sera pas judicieux de les rétablir ?

    Que l’ETERNEL , le TOUT-MISERICORDIEUX protège encore notre Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 3 octobre à 12:24, par il faut y aller vite En réponse à : Burkina : « Nous devons faire en trois mois ce qui devrait être fait en douze mois », instruit le capitaine Ibrahim Traoré

    Pour que ce scenario ne se répète plus afin de réussir cette transition, il faut préconiser un président civil, un PM militaire, un gouvernement technocrate avec toutes les composantes. laisser les postes administratifs aux civils intègres tels les ministères, les directions générales, les gouvernorats...
    A l’armée de s’occuper des postes stratégiquement militaires tout en regroupant la crème militaire et para-militaire dans une sorte de conseil consultatif. je vous assure que vous allez voir que les lignes bougeront au bonheur de notre peuple.
    UNE MODESTE CONTRIBUTION

    Répondre à ce message

  • Le 3 octobre à 14:37, par Aïma En réponse à : Burkina : « Nous devons faire en trois mois ce qui devrait être fait en douze mois », instruit le capitaine Ibrahim Traoré

    Ce jeune homme Ibrahim Traoré m’a l’air décidé. Bien préparé pour la lourde tâche qui l’attend ? Grande question. On a vu le tâtonnement et le balbutiement de Damiba et Cie. Espérons ne plus voir ce genre de chose au sommet de l’Etat. Maintenant, il va falloir y aller capitaine Traoré et assumer la charge du pouvoir. Prendre tes marques et on verra si tu tiens la route en dépit de ton jeune âge. Il n’y a pas de raison si tu es volontaire et sincère dans ta démarche.
    Là où ça peut pécher, pour ma part, c’est comment tu vas t’entourer et avec qui tu vas œuvrer militairement et civilement pour atteindre positivement les objectifs que toi et tes camarades putschistes vous êtes assignés notamment sur la question sécuritaire. En as-tu déjà une idée ? Le comment on s’entoure dans la gestion de la chose publique est d’une importance fondamentale. Ne pas hésiter non plus à se défaire des brebis galeuses sitôt démasquées. Diriger commande de la fermeté quand il le faut. Cela n’a rien à voir avec méchanceté et violence.
    Je te suggère de sortir des sentiers battus et d’éviter le superflu, camarades, amis, amantes, promo à contenter...
    Une période de transition passe vite et mieux vaut ne pas perdre du temps à brasser de l’air d’où l’intérêt d’être bien accompagné.
    N’oublie pas que tu seras très attendu avec ton équipe sur vos propositions, vos actions, vos résultats. Si tu fais comme Damiba, tu partiras comme lui à coup sûr. A méditer et bon vent.

    Répondre à ce message

  • Le 3 octobre à 16:03, par Yves Levi Sawadogo En réponse à : Burkina : « Nous devons faire en trois mois ce qui devrait être fait en douze mois », instruit le capitaine Ibrahim Traoré

    Très bonnes intentions ; les actes sont attendus parce qu’il faut éviter de trop vite apprécier. C’est le terrain qui commande la manoeuvre. Pour cela :
    - Le capitaine Traoré doit être le Président pour assurer et orienter.
    - Le PM doit être un civil comme Abel Somé, Pr Frédéric Ouattara, Mme Rosine Coulibaly,...
    - Les technocrates du gouvernement de Damiba pourraient être sollicités ;
    - Mettre de côté les politiciens et autres OSC.
    - Supprimer l’assemblée en mettant en place un haut conseil d’orientation
    - Déclarer que le pays est en guerre
    Pour la réduction du train de vie de l’Etat :
    * Veiller au respect des horaires de travail ;
    *Publier les résultats des audits des services et des sociétés ;
    *Supprimer les pauses déjeuner comme l’avait fait l’ex PM ;
    *Tenir les ateliers, séminaires où résident les 2/3 des participants ;
    *Rapatrier les fonds volés par les anciens présidents déchus et hors du pays

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Gouvernance au Burkina : « Les manquements de cette transition, c’est qu’il n’y a pas de contrôle sur les démarches du président et du MPSR 2 » (Kalifara Séré)
Processus électoraux en Afrique : Les organes de gestion des élections de l’Afrique sub-saharienne renforcent leurs compétences
Burkina : Le lieutenant-colonel Ismaël Diaouari nommé chef d’Etat major particulier de la présidence du Faso
Burkina : Le Collectif des leaders panafricains va rendre compte des échanges avec le président Traoré, le 9 décembre 2022
Abdoul Karim Sango, président du PAREN : « Un individu sans formation politique et civique est un sujet extrêmement dangereux pour la paix sociale »
Rumeurs de tentative de coup d’État au Burkina Faso : Le porte-parole du gouvernement apporte des précisions
Velléités de déstabilisation de la transition : « C’est bien de privilégier le dialogue, mais nous ne sommes pas rassurés », lance le CISAG au capitaine Ibrahim Traoré
Burkina Faso : Le président de l’Assemblée législative de transition prend conseils auprès de personnes ressources
Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré aurait effectivement échappé à un coup d’État
Soutien pour le renforcement de la démocratie au Burkina Faso : Le Premier ministre invite le NDI à sortir des sentiers battus
Accusation de déstabilisation de la transition : Le Mouvement burkinabè unis pour une transformation sociale porte plainte
Affaire 2000 soldats étrangers au Burkina Faso : Le gouvernement apporte un démenti
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés