Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Toucher le fond est une victoire pour celui qui s’en sort.» Smarty

Graphisme au Burkina : Moussa Ouédraogo et Wilfried Zoungrana deux autodidactes du domaine

Accueil > Actualités > Multimédia • Lefaso.net • dimanche 25 septembre 2022 à 22h15min
Graphisme au Burkina : Moussa Ouédraogo et Wilfried Zoungrana deux autodidactes du domaine

Activité qui nécessite beaucoup de créativité et d’habileté, le graphisme est incontournable dans le monde de la communication. Au Burkina Faso, il y a de plus en plus de jeunes qui s’y intéressent. Pour la plupart, l’apprentissage s’est fait sur le tas ou à travers des formations certifiantes de courtes durées car il n’existe pas beaucoup d’écoles spécialisées dans le domaine. Nous avons rencontré deux d’entre eux qui vivent aujourd’hui de cette activité alors que rien de leur parcours scolaire ne l’avait prédit.

Moussa Ouédraogo et Wilfried Zoungrana ont un parcours académique différents de leur profession actuelle de graphiste. L’un ayant un profil de philosophe et l’autre celui de comptable, ils ont plus tard choisi de se convertir en graphistes. Selon Moussa Ouédraogo, c’est par pur hasard qu’il s’est retrouvé dans ce domaine car il n’avait pas prémédité une carrière en graphisme. « C’est une offre d’emploi qui m’a permis de découvrir le graphisme. J’ai découvert cette activité à travers une annonce où l’on était à la recherche d’un graphiste. Malheureusement je ne m’y connaissais pas. Suite à l’annonce, j’ai décidé d’utiliser une partie de mon aide FONER pour suivre une formation rapide afin d’apprendre », explique-t-il.

Après l’obtention de son baccalauréat, il s’est inscrit au département de philosophie de l’unité de formation et de recherche en sciences humaines de l’université Joseph Ki-Zerbo de Ouagadougou, mais se débine dès la première année en raison des retards académiques. Aujourd’hui graphiste designer spécialiste en création d’identités visuelles, il exerce cette activité depuis 2020. En plus des formations rapides, il a dû se cultiver à travers des bouquins pour mieux s’approprier les différents outils du graphisme.

Wilfried Zoungrana quant à lui a commencé l’infographie beaucoup plus tôt grâce à sa curiosité. Il est comptable de formation mais n’a pas hésité à choisir le graphisme après l’avoir découvert. « J’ai une licence en finance comptabilité mais j’ai commencé le graphisme en 2013 juste après le baccalauréat, dans la structure de communication d’un de mes grands frères à l’époque. Parallèlement, je suivais mes cours de finance comptabilité à l’université en cours du soir jusqu’à l’obtention de ma licence », a-t-il indiqué.

Wilfried Zoungrana

C’est en s’approchant des graphistes de la structure qui l’accueillait pour un stage en comptabilité que Wilfried Zoungrana se passionne pour les outils de montage d’images. Pour lui qui n’a pas fait de formation spécifique en graphisme, il a dû se donner du temps pour comprendre et maîtriser l’essentiel du travail. « Le graphisme est une passion pour moi car je crois que le talent se cultive. Quand je voyais les gens créer, transformer et monter les images, j’étais émerveillé puis je me suis donné les moyens de parvenir à faire mieux ».

Même si le métier est un peu difficile au Burkina Faso parce qu’il n’est pas payé à sa juste valeur, ces jeunes graphistes espèrent des lendemains meilleurs. « Ce sont en général les grandes enseignes qui comprennent l’importance et sollicitent nos services. Cependant ils ne sont pas représentatifs », déplore Wilfried Zoungrana.

Par ailleurs, selon lui, la concurrence dans ce domaine n’est pas significative. « Mes créations peuvent ne pas répondre aux besoins de X pendant qu’elles satisfont pleinement Y. Il ne s’agit donc pas de courir derrière la clientèle mais de pouvoir les satisfaire pour les garder. Pour cela, il faut comprendre la vision et les objectifs du client. En la matière, un infographe peu compétent peut vous retirer un marché parce qu’il est plus convainquant aux yeux du client », a-t-il précisé.

Moussa Ouédraogo

Moussa Ouédraogo pense que le métier n’est pas au niveau où il devrait être du fait qu’il n’est pas respecté : « Les gens trouvent le travail du graphiste assez cher mais quand on veut de la qualité, il faut accepter de payer le prix. Derrière chaque visuel, il y a un grand travail de réflexion et de créativité ». [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Farida Thiombiano
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 25 septembre à 13:35, par Sans rancunes En réponse à : Graphisme au Burkina : Moussa Ouédraogo et Wilfried Zoungrana deux autodidactes du domaine

    Bon vent à vous mais sachez que ici au Burkina les gens ne connaissent pas ce que c’est le graphisme. Moi je suis technicien réseau informatique mais j’ai un pied devant. Je me suis perfectionné à Paris lors d’une formation en informatique. Comme vous l’avez dit au niveau prix on a de sérieux problèmes. Les gars veulent un beau logo, un beau panneau publicitaire, des spots publicitaires , des designs pour voiture, etc mais ne veulent pas bien financer. Continuons ils finiront par comprendre. Sans rancunes

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Médias au Burkina : " Zénith", une nouvelle télévision de la RTB dans l’arène médiatique
Concours du meilleur reportage humanitaire : Émil Segda de Sidwaya et Roméo Koeta de BF1 lauréats de la 3e édition
Transition digitale et développement : Le PNUD aide le Burkina Faso à ménager sa monture vers la réalisation des ODD
TIC : « Les attaques terroristes se préparent souvent dans le cyberespace avant d’être menées physiquement », avise le directeur général de l’ANSSI
Wiki Gap acte 3 : 25 profils de femmes leaders burkinabè référencés sur Wikipédia
Internet au Burkina : L’Association burkinabè des domaines Internet défend les avantages du .bf
"Courrier confidentiel" N° 291 !
Burkina : Abdoulazize Bamogo est nommé président du Conseil supérieur de la communication (CSC)
Liberté de presse au Burkina : Le gouvernement condamne « les violents propos » contre des journalistes
Burkina Faso : Reporters sans Frontières dénonce la suspension de RFI
Publicitaires associés : Une action de salubrité pour marquer le 15e anniversaire de l’association
Suspension de RFI au Burkina : Le groupe France Média monde prend acte et explorera les voies pour son rétablissement
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés