Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un problème sans solution est un problème mal posé » Albert Einstein

Vie chère : L’amertume des commerçants du marché de fruits et légumes de Bobo-Dioulasso

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET • mardi 30 août 2022 à 21h59min
Vie chère : L’amertume des commerçants du marché de fruits et légumes de Bobo-Dioulasso

Hausse du prix du carburant, insécurité, manque de contrôle des prix… Les commerçants du marché de fruits et légumes de la ville de Sya ne manquent pas d’arguments pour justifier l’augmentation des prix des produits de grande consommation. Lefaso.net leur a tendu le micro pour recueillir leurs avis.

A quelques mètres à l’entrée du marché, la première personne abordée est Rosalie Ouattara. Elle vend diverses céréales. Selon elle, la flambée des prix des céréales a fait baisser la fréquentation du marché. A titre d’exemple, elle cite le cas de la boîte de haricot qui est passée de 700 à 1000 F CFA aujourd’hui. Pour le maïs, la boîte, qui variait entre 300 et 350F, se vend à présent à 700F.

Emile Nana

Sa voisine Worokiatou Ouédraogo, quant à elle, vend divers condiments. A l’en croire, quand les clients viennent au marché, ils se plaignent du changement permanent des prix des marchandises.

Salif Bamogo

Un peu plus loin, Salif Bamogo, grossiste d’oignons, nous confie que l’augmentation des prix des produits est liée à la hausse du prix du carburant. « La hausse du prix du carburant influe négativement sur le prix de l’oignon bord-champ. A titre d’exemple, avant on vendait le sac à 15 000F, mais maintenant nous sommes obligés de le vendre à 20 000F pour avoir un peu de bénéfices », explique le commerçant, qui ajoute que l’insécurité a aussi favorisé la hausse des prix des produits de grande consommation.

Vue de céréales

Emile Nana, un autre commerçant d’oignons, affectueusement appelé « Doyen » par ses collaborateurs, s’est également prononcé sur la flambée des prix des denrées. Il propose à l’Etat de subventionner les produits de grande consommation. Il pointe également du doigt la non-effectivité du contrôle des prix qui engendre l’anarchie.

Worokiatou Ouédraogo

Yaya Traoré, commerçant de mangues au marché de fruits et légumes de Bobo-Dioulasso, pense que la cherté des produits est liée à l’augmentation du coût du transport. « Avec l’augmentation du coût des transports, nous convoyons les sacs à Ouaga à 1 750F au lieu de 1 000F. Sur Dori, c’était à 2 250F mais présentement c’est à 2 750F. Avant, on vendait le sac de mangues à 5 000F, mais présentement on le vend à 7000F. Donc tout a augmenté », présente le commerçant.

Yaya Traoré

Haoua Touré
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Finances : Orabank-Burkina se rapproche de ses clients avec des innovations
Economie burkinabè : L’AIGLE lance le Certificat d’administration de société et dirigeant d’entreprise (CAS)
Inclusion financière au Burkina Faso : Les acteurs de la finance digitale réfléchissent sur l’opérationnalisation de l’accès aux données de services supplémentaires non structurés
Soutenance de mémoires de fin d’études de l’ENAREF : Nadège Patricia Paré établit le lien entre fiscalité, environnement et développement durable
Burkina Faso : La BAD et le gouvernement accordent leurs violons pour plus de résultats au profit des populations
Hydrocarbures au Burkina : Au moins 40% du marché d’approvisionnement doivent revenir aux entreprises locales, selon le chef du gouvernement
Cadre régional de l’inclusion financière des Cascades : Les acteurs accordent leurs violons pour le cadre national
Burkina/Économie : La Chambre de commerce entend relever les défis du secteur privé grâce à son plan stratégique 2021-2026
Burkina/Économie : La Chambre de commerce entend relever les défis du secteur privé grâce à son plan stratégique 2021-2026
Économie numérique inclusive au Burkina Faso : L’UNCDF renforce les capacités des membres du groupe de référence
Inclusion financière au Burkina : Les acteurs du Centre-ouest réunis en session à Koudougou
Inclusion financière au Burkina : Des acteurs réfléchissent sur la problématique à Bobo-Dioulasso
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés