Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La foule croit qu’elle sait et comprend tout ; et plus elle est sotte, plus ses horizons lui semblent vastes.» Anton Tchekhow écrivain russe

Procès Yéli Monique Kam : Le dossier renvoyé au 16 septembre 2022

Accueil > Actualités > Société • Lefaso.net • samedi 27 août 2022 à 22h30min
Procès Yéli Monique Kam : Le dossier renvoyé au 16 septembre 2022

Accusés de participation à une manifestation publique interdite, Yeli Monique Kam et Hermann Zoungrana du mouvement M30 Naaba Wobgo ont comparu le 26 août 2022 devant le Tribunal de grande instance Ouaga I. Le jugement de leur dossier a été renvoyé au 16 septembre prochain, parce que leur avocat, Me Prosper Farama, est indisponible. Interrogée à la sortie de l’audience, Yéli Monique Kam soutient que c’est la France que son mouvement combat ; c’est donc l’Hexagone qui aurait dû être appelée à la barre, et non elle et ses camarades du M30 Naaba Wobgo.

« Ce dossier est simplement une violation de nos droits et libertés, de la liberté de manifester sur la voie publique. On laisse le bourreau qui est la France que nous dénonçons, pour s’attaquer aux victimes », a fustigé Yéli Monique Kam. Juger la France sur sa responsabilité dans l’expansion du terrorisme dans la région sahélienne, c’est ce à quoi la « Yennenga de l’éducation » invite le tribunal.

« Dans tous les domaines où la France intervient, c’est le délabrement et la désolation. La France est incapable - en tant que partenaire historique du Burkina Faso, qui a signé des accords dans tous les domaines et qui a un détachement militaire au Burkina - de freiner le terrorisme et de le vaincre. La France est la seule gagnante dans tous les accords avec le Burkina Faso. La France est un bourreau, elle est le parrain du terrorisme. Nous ne voulons pas la France, elle doit être chassée dans toute l’Afrique », a enfoncé la candidate malheureuse à la présidentielle de 2020.

Même si elle soutient que ce procès est une négation du droit inaliénable de manifester et de participer à la vie publique du Burkina Faso, Yéli Monique Kam affirme être sereine quant au dénouement du procès. « Nous sommes sereins dans le mouvement Naaba Wobgo, parce que nous avons une force vive avec nous. Nous sommes simplement des victimes innocentes dans ce tribunal. Pourquoi nous-sommes ici ? Nous ne le savons pas. Pourquoi laisser le bourreau et on juge les victimes ? Où est le bourreau ? Appelez l’ambassadeur de France, appelez la France ici ; c’est elle qui doit être jugée. Nous allons chasser la France, elle doit partir et elle partira, de gré ou de force », a-t-elle martelé.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 27 août 2022 à 23:01, par Yako En réponse à : Procès Yéli Monique Kam : Le dossier renvoyé au 16 septembre 2022

    Heii mpsr, heii mpsr ! Soyez un peu plus fermes face aux désordres que les activistes sont entrain d’imposer au pays.Regardez les sorties nocives de la semaine de Me Kam et de son petit agent de la propagande Bayala soit c’est le kaki qui l’emporte sur le civil soit vous remettez la chose aux politiciens avant la fin de l’année car nous ne voulons plus assister à un 2ème incendie d’assemblée. Yako

    Répondre à ce message

    • Le 27 août 2022 à 23:58, par verite no1 En réponse à : Procès Yéli Monique Kam : Le dossier renvoyé au 16 septembre 2022

      @Yako, malheuresement, l’histoire risque de se repeter si vous ne cadrez pas votre braqueur d’autoroute qui est dans son one man show !!!!!!!
      D’ailleurs, ya longtemps, on a vu de jolies flammes. La provocation est sa strategie preferee, et pourtant, on doit pas jouer avec les insurges !!!!!!!

      Répondre à ce message

    • Le 28 août 2022 à 01:34, par Papa En réponse à : Procès Yéli Monique Kam : Le dossier renvoyé au 16 septembre 2022

      Yako ## pendant que tous les Burkinabè tout rang social confondu pronent la réconciliation et le vivre ensemble toi, tu montes les uns contre les autres. Nous savons tous que c’est dur de perdre les privileges ,lorsque tu te couchais tard dans la nuit apres une soirée bien arrosée et te reveiller tard dans la matinee avec un plat d’omelette gras accompagné du champagne et que maintenant tu es abandonné a toi meme il ya de quoi être aigri. Depuis la.chute de Blaise Compaoré, tes messages sont incendiaires. La reconciliation a du chemain dans ce pays.

      Répondre à ce message

  • Le 27 août 2022 à 23:44, par verite no1 En réponse à : Procès Yéli Monique Kam : Le dossier renvoyé au 16 septembre 2022

    Salut les amis !
    Mon soutien indefectible a Madame Yeli Monique Kam !!!!!
    Keep it that way !!!!!! Si damiba et sa bande ne sont pas contents, ils peuvent demenager a Bordeaux ou a Nice, point barre ! Amenez votre the lipton et buvez devant le juge si vous voulez, ya rien, absolument rien !!!!!!!

    Répondre à ce message

    • Le 28 août 2022 à 05:23, par caca En réponse à : Procès Yéli Monique Kam : Le dossier renvoyé au 16 septembre 2022

      Vérité no 1 !
      Que dites vous le renouvellement du partenariat Algérie-France qui vient d’avoir lieu. Quand on sait que l’Algérie plus nationaliste que le Burkina.
      Madame Kam que vous soutenez peut faire quoi pour le Burkina ?

      Répondre à ce message

    • Le 28 août 2022 à 08:43, par Kiriki En réponse à : Procès Yéli Monique Kam : Le dossier renvoyé au 16 septembre 2022

      Tout a fait Vérité Numero1. Nous soutenons non seulement Mde KAM, pas parce elle nous a présenté au demeurant des preuves irréfutables de ses revendications, mais parce que la liberté de manifester est un droit et nous n’avons rien a dire à des autorités qui encouragent des jeunes a mener des activités de pré campagne électorale alors qu’elles sont illégitimes, et en retour, qui ont l’audace d’envoyer des milices agresser une citoyenne burkinabé qui a décidé de poser les jalons d’une lutte réclamée depuis des décennie, contre l’impérialisme française. Et c’est encore ces même personnes qui chantent la réconciliation. Réconciliation réconciliation, et pourtant vous cultivez la violence. Vous voulez anéantir tout ce qui s’oppose à vous. Mais quand j’utilise le mot braqueur, y a encore quelqu’un qui ne comprend pas ? Mais ce n’est pas tout ! Nous allons en fait soutenir la justice elle même. Pourquoi ? Parce que l’institution judiciaire elle même a été encore plus braquée que le peuple dans la globalité. Il fait soutenir la justice. Chaque citoyen burkinabé est libre de manifester pacifiquement. Au contraire, Mde KAM doit a travers le M30 poursuivre les loubards que les braqueurs ont envoyé agresser les participants. La police doit faire son travail parce que ce sont les citoyens qu’elle protège. Pas les braqueurs et leurs loubards.

      Répondre à ce message

  • Le 28 août 2022 à 00:28, par Samuel En réponse à : Procès Yéli Monique Kam : Le dossier renvoyé au 16 septembre 2022

    Ce pourquoi les Africains luttent aujourd’hui, c’est l’effondrement des 6 piliers de la domination française :

    1. Mettre fin à l’occupation militaire de nos territoires, notamment aux bases militaires implantées au Sénégal, en Côte d’Ivoire, au Niger, à Djibouti, au Gabon, etc. L’armée française a pour fonction en Afrique d’intimider nos dirigeants, "d’intervenir" (60 interventions en 60 annees d’independance) et d’organiser des coups d’Etat pour renverser les régimes qui ne plaisent pas à la France, de former, armer et financer des terroristes et des “rebelles” pour déstabiliser nos Etats et instaurer l’insécurité partout sur le territoire africain ; d’obliger nos Etats à se former et à s’équiper auprès de la France ; de maintenir nos armées dans une situation de sous-équipement de façon à justifier la présence de l’armée française sur notre sol ; d’empêcher à tout prix la formation de véritables armées modernes africaines en lieu et place des “hommes en armes” que nous avons aujourd’hui ; de quadriller le territoire africain afin de nous tenir en respect comme un gangster tient en joue ceux qu’il dévalise.

    L’armé française a aussi pour fonction de protéger les régimes dictatoriaux africains qu’elle a installés sur notre sol et travaille inlassablement à déstabiliser et renverser tous ceux qui s’opposent à elle sur le continent. Elle apporte sa caution et son soutien actif aux fausses démocraties, aux manipulations de votes par des régimes qui, parce qu’ils se savent protégés par la France, font ce qu’ils veulent et travaillent plus à préserver les intérêts de la France chez nous que les intérêts de nos peuples.

    C’est pourquoi nous devons à tout prix chasser l’armée française de nos terres.

    2. Nous ne voulons pas d’une réforme du franc CFA. Nous voulons la fin du franc CFA, c’est-à-dire la fin de tout accord de coopération monétaire avec la France. Nous voulons créer et gérer nos propres monnaies indépendamment de toute ingérence de la France. Nous ne sommes pas des "Francs" (l’ethnie fondatrice du pays appelé "France"). Nous voulons un nom authentiquenment africain pour notre monnaie commune. Plus aucune monnaie africaine ne doit s’appeler "franc".

    3. Nous dénonçons les accords léonins de « coopération » imposés par la France au moment des « indépendances » et grâce auxquels elle a un statut préférentiel dans l’octroi des contrats, marchés et concessions qui lui permettent de piller nos richesses minières. Nous ne voulons plus être un marché captif pour l’écoulement des produits de l’industrie française. Nous voulons une industrie de transformation de nos matières premières sur notre propre sol. Nous voulons diversifier nos partenaires au plan mondial, commercer avec qui nous voulons. En ce sens, nous dénonçons les accords commerciaux qui accordent un statut préférentiel à la France dans l’approvisionnement de l’Afrique en produits manufacturés..

    4. Sur le plan diplomatique et international, nous ne voulons plus être sous la tutelle de la France qui dicte, notamment à l’ONU, quelle position nous devons prendre sur la scène internationale et nous impose systématiquement de nous aligner sur ses propres positions à elle comme elle a encore tout récemment tenté de le faire concernant l’affaire ukrainienne.

    5. Nous voulons la fin du génocide culturel perpétré par la francophonie au travers de l’enseignement du français dans toutes les anciennes colonies françaises au détriment des langues africaines qui meurent lentement mais sûrement faute d’être enseignées à nos enfants. Nous devons enseigner en priorité nos langues à l’école et non le français. Nous ne garderons l’anglais (de préférence) ou le français que comme deuxième langue pour les besoins des échanges et le commerce international.

    6. Nous voulons la fin du racisme et de la guerre psychologique permanente menée contre nous par la France au travers de ses médias (RFI, France 24, Le Monde, Jeune Afrique, etc.) qui incitent à la haine entre Africains chaque jour que Dieu fait, qui sèment la zizanie et la division sur le sol africain, qui nous infantilisent et nous manipulent au gré des intérêts Français.

    Chaque Africain doit se donner pour mission de lutter sans relâche contre nos oppresseurs multiséculaires que sont les Français et de contribuer à l’effondrement du système néocolonial français qui nous maintient en esclavage.

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2022 à 07:16, par SISAN En réponse à : Procès Yéli Monique Kam : Le dossier renvoyé au 16 septembre 2022

    En fait on ne peut pas gouverner sereinement le Burkina sans y mettre un peu une dose de terreur. Ce sont des gens qui ne marchent au pas que par le fouet. Autrement c’est le desordre total et personne ne peut travailler. Voyez, les regimes qui ont travaillé un peu ce sont ceux qui mataient au moindre écart ; d"ailleurs c’est comme ça généralement en Afrique, faut pas se leurer. Si la transition veut reussir c’est vraiment d’etre dure sinon on va passer le temps à vous emmerder avec des marches par ci par là...etc et vous empecher de travailler et à la fin c’est l’echec et vous allez etre tres severement juger par les memes fauteurs de troubles. Justement avec la venue des militaires au pouvoir on esperait qu’ils allaient discipliner le pays mais on a plutot l’impression qu’ils tombent dans la molesse et ça repart comme sous l’ancien regime ; le laisser-aller, chacun fait ou dit ce qui lui passe par la tete

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2022 à 11:57, par Gongoni En réponse à : Procès Yéli Monique Kam : Le dossier renvoyé au 16 septembre 2022

    L’expérience et l’histoire nous apprennent que le malheur des puissants présidents et gouvernements de divers pays qui se croyaient trop forts est parti de la persécution de petite personnes .
    Le malheur du président Tunisien BEN ALI est parti d’un petit vendeur de fruits MOHAMED BOUAZIZI
    Les malheurs de BLAISE COMPAORE ont commencé avec l’affaire Norbert ZONGO ,puis un autre petit ZONGO de KOUDOUGOU . Il y a plein d’autres exemples, mais je m’arrête à ces deux exemples .
    Alors que les fonctionnaires zélés de la municipalité de OUAGA arrête de persécuter cette jeune dame et ses camarades dont l’action rencontre l’approbation d’une très large proportion du peuple burkinabè .
    Pourquoi n’avoir pas laissé Mme KAM mener son activité le 12 aout dernier ?. Et le premier ministre qui a critiqué l’attitude de la France ,il fallait aussi aller le soulever du plateau de la TNB pour avoir offensé la France .
    Vraiment l’africain sera toujours traité comme un sous homme par la France puisqu’à cause d’elle l’africain est prêt à persécuter ,voir tuer son propre frère ,sa propre sœur . Il n’y avait aucune raison ,ni de ne pas autoriser cette activité, encore moins envoyer des loubards voyous pour perturber la manifestation ,à plus forte raison déposer une plainte contre Dame YELI KAM. C’est tout simplement écœurant

    Répondre à ce message

  • Le 29 août 2022 à 07:41, par Sarko En réponse à : Procès Yéli Monique Kam : Le dossier renvoyé au 16 septembre 2022

    Madame yeli,je t’ informe que l’ ancien président ukrainien Porochenko est actuellement au front pour l’ honneur de son pays. Pourquoi vous les politiciens ,vous n’ allez pas imiter ce monsieur au lieu de passer le temps à casser nos tympans avec des discours inutiles.
    La France est certes coupable d’ actions négatives mais vous les politiciens vous etes également aussi coupables de la situation désastreuse nous vivons. Vous manipulez les populations pour la satisfaction furture de vos propres desirs.

    Répondre à ce message

  • Le 29 août 2022 à 09:03, par Alph@2025 En réponse à : Procès Yéli Monique Kam : Le dossier renvoyé au 16 septembre 2022

    Jeunes Burkinabè, mettez vous au travail. Dans le "France dégagisme" vous n’en êtes peut être pas conscients, mais vous défendez des intérêts qui ne sont pas les vôtres. Ce faisant, vous êtes les "idiots utiles" de gens que vous ne connaissez pas et qui ne cherchent pas à vous connaitre. Croyez vous que Mme Kam abandonne sa société de courtage pour des cacahuètes ? J’ai lu que M. Kemi Seba recevait une rémunération d’une société proche de Wagner. Il en est de même pour Mme Nathalie YAMB. Quand je parle d’idiot utile, ne le prenez pas pour une insulte : ainsi je dirai que M. Zéphirin DIABRE a été l’idiot utile de M. Rock KABORE : pendant des années, travailler à structurer l’opposition politique burkinabè, en définitive au profit de Rock et de son MPP. Vous voyez qu’il y a des idiots utiles honorables. C’est pourquoi je vous invite à vous mettre au travail et à vous chercher. Vous ne serez pas riche tout de suite. Vous ne le serez peut-être jamais. Mais au moins vous gagnerez honorablement votre vie au lieu de passer votre temps en manifestations stériles dont vous ne connaissez ni les tenants, ni les aboutissants.

    Répondre à ce message

  • Le 29 août 2022 à 10:54, par Elda En réponse à : Procès Yéli Monique Kam : Le dossier renvoyé au 16 septembre 2022

    Verite no1 et autres PERSONNES NE REFUSENT UN PARTENARIAT AVEC QUI QUE SE SOIT. NOUS ENCOURAGEONS LE PARTENARIATS GAGNANT GAGANT MAIS PAS CEUX SAUVAGES SIGNES PAR LE BURKINA QU.IL FAUTILISER REVOIR

    Répondre à ce message

  • Le 29 août 2022 à 12:15, par Vérité Indiscutable En réponse à : Procès Yéli Monique Kam : Le dossier renvoyé au 16 septembre 2022

    Les mêmes vampires ont tué Sankara mais il est plus que vivant aujourd’hui et toujours.
    Combattez Kam, vous perdez votre temps, gouvernants aveugles qui marchez à reculons. Vos petits enfants vous citeront en Négatif. Par force.

    Répondre à ce message

  • Le 29 août 2022 à 16:31, par vision En réponse à : Procès Yéli Monique Kam : Le dossier renvoyé au 16 septembre 2022

    C"est un combat noble que Mme KAM à engagé, si la justice burkinabè ne peut rien contre la France, alors qu’elle laisse au moins une femme PATRIOTE MANIFESTEE ! C’est la liberté d’expression qui est baffouée !!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Signature d’un protocole d’accord entre l’Etat et le PAM pour l’approvisionnement héliporté des zones à forts défis sécuritaires
Burkina : Un cyber-escroc mis aux arrêts et la somme de deux millions six cent mille francs FCFA saisie
FIDA : Vers l’institutionnalisation de la foire aux savoirs
Commune de Gomponsom : Des animaux et des équipements agricoles pour des ménages vulnérables
Foncier au Burkina : Un groupe d’étudiants s’offusque contre l’avant-projet de loi portant promotion immobilière
Santé au travail : Zoom sur les troubles musculosquelettiques, première maladie professionnelle au monde
Fonds de soutien patriotique au Burkina : Voici les nouveaux prix sur la consommation de certains produits
Burkina/Religion : Une cohorte de serviteurs pour écouter et accompagner spirituellement les fidèles chrétiens
Education : Les anciens élèves de l’école primaire A de Koudougou honorent leur institutrice des années 70
Accès des adolescents et jeunes aux services de santé de la reproduction : L’ISSP pose la réflexion à travers une conférence publique
TGI de Ouagadougou : Il écope de douze mois d’emprisonnement pour avoir agressé son débiteur à la machette
Dédougou : 50 responsables de producteurs de coton formés à la prévention contre le travail des enfants
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés