Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un problème sans solution est un problème mal posé » Albert Einstein

Réconciliation au Burkina : « Des terroristes satisfaits du message du président du Faso », affirme le ministre Yéro Boly

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • LEFASO.NET • vendredi 12 août 2022 à 23h32min
Réconciliation au Burkina : « Des terroristes satisfaits du message du président du Faso », affirme le ministre Yéro Boly

Le ministre de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale, Yéro Boly, a animé une conférence de presse, ce vendredi 12 août 2022, pour faire le point de sa mission et annoncer des perspectives.

Selon le ministre en charge de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale, Yéro Boly, le message du chef de l’Etat, en tendant la main aux Burkinabè qui ont pris les armes contre leur patrie, a créé un certain déclic au sein des terroristes. Lorsque les notabilités de Djibo avaient rencontré les groupes armés, dans le cadre de l’initiative qu’elles avaient prises depuis 2020-2021, « les groupes armés n’avaient pas manqué de relever qu’ils étaient satisfaits du message du président du Faso », a affirmé le ministre.

Pour Yéro Boly, « c’était déjà un signal très important, positif à leur niveau et qui les prédisposaient à accepter le dialogue ». C’est ce qui a occasionné le dépôt des armes de certains terroristes.

Cette ‘’victoire’’ est non seulement du fait de la volonté politique affichée par le gouvernement, mais il s’agit aussi du dynamisme des leaders locaux, a reconnu le ministre. « Du reste, je crois que beaucoup d’entre eux cherchaient le moyen de se déconnecter de la situation dans laquelle ils se trouvaient et l’ensemble de ces dispositions a été une bonne opportunité pour ces jeunes-là de revenir », a-t-il signifié.

Offrir la paix aux terroristes

La question du dialogue avec des groupes armés fait objet de spéculation au sein de l’opinion publique. D’aucuns pensent que le gouvernement donne un prix en contrepartie.

Au cours de cette conférence de presse, le ministre Yéro Boly a tenu à clarifier ce sujet. « L’Etat ne met pas quelque chose sur la table. Comme on vous l’a annoncé au départ, nous ne sommes pas en train de négocier pour dire voilà ce que nous donnons, voilà ce que nous recevons, voilà ce que nous cédons. Nous demandons à des jeunes qui se sont engagés dans un circuit de violence et qui sont assez souvent dans l’impasse aujourd’hui de revenir, de retrouver la paix et travailler à retrouver un avenir plus serein pour eux-mêmes », a-t-il expliqué.

De la rencontre des anciens chefs d’Etat

De l’avis du ministre Yéro Boly, la dernière rencontre des anciens chefs de l’Etat ne compromet pas le processus de la réconciliation nationale. L’agenda continue de se dérouler.

Alors qu’une certaine opinion la qualifie de « rendez-vous manqué », le porte-parole du gouvernement, Lionel Bilgo, pense le contraire. « J’appellerai ça un rendez-vous avec une personne qui a manqué au rendez-vous et qui était important à ce rendez-vous. Et je pense qu’il n’y a pas eu de rupture. Le dialogue se poursuit », a-t-il affirmé.

Pour Lionel Bilgo, ce qu’il a été donné de constater à l’occasion de cette rencontre, montre que le Burkina Faso souffre d’un manque de cohésion sociale, surtout dans les grandes villes.

Stratégie de la réconciliation déjà finalisée…

Face à la presse, le ministre de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale, Yéro Boly, a laissé entendre que « le processus s’est voulu largement participatif et inclusif pour doter le Burkina Faso d’un document cadre qui traite de façon scientifique toutes les questions de besoin de réconciliation auxquelles le pays est confronté ». A cet effet, un diagnostic a été réalisé dans les 368 communes et arrondissements du Burkina Faso et toutes les couches sociales ont été prises en compte.

Ce diagnostic, selon le ministre Yéro Boly, a permis d’élaborer une stratégie et un plan d’actions. « Aujourd’hui, la stratégie est finalisée mais la mise en œuvre de certaines actions requiert un consensus national. Ce consensus prévoit une concertation sincère entre tous les acteurs pour décider ensemble des voies et moyens de mise en œuvre de ces actions », a-t-il expliqué.

Le forum dédié à cette quête de consensus est en cours d’organisation. Quelle que soit son appellation ou son format, cette assemblée aura lieu (dans les mois à venir, Ndlr) pour examiner et valider les différentes pistes pour un Burkina Faso beaucoup plus réconcilié qu’il ne l’est actuellement.

Cryspin Laoundiki
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Attaque à Gaskindé : Le Président DAMIBA remonte le moral de la troupe à Djibo
Burkina/Sécurité : Le Front Patriotique exige l’ouverture d’une information judiciaire sur la tragédie de Gaskindé et la publication du rapport d’Inata
Burkina/Sécurité : La délégation de l’Union européenne condamne l’attaque à Gaskindé
Attaque de Gaskindé : « Cette attaque nous montre qu’il y a eu des complicités malheureuses », révèle le général Silas Kéita
Burkina/Sécurité : Le Mouvement des intelligences du Faso condamne l’attaque à Gaskindé et invite les populations à faire preuve de résilience
Attaque du convoi de ravitaillement de la ville de Djibo : 11 militaires tués, des blessés et des civils portés disparus
Burkina/Sahel : L’armée mène une contre-offensive à Gaskindé
Burkina/Hauts-Bassins : La mairie de la commune rurale de Boni incendiée par des hommes armés
Nayala : Plusieurs édifices publics attaqués, du matériel et des vivres emportés par des HANI
Burkina/Sahel : Attaque d’un convoi de ravitaillement des populations, bilan non encore disponible
Nayala : Un hélicoptère tire sur une citerne de carburant détournée (AIB )
Burkina/insécurité : Des hommes armés interdisent le transport des bagages des fonctionnaires fuyant les Banwa
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés