Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les graines de gombo ne se cachent jamais dans la sauce.» Proverbe Africain

Traite d’êtres humains au Burkina : Plus d’un millier de présumées victimes enregistrées, selon le ministère du Genre

Accueil > Actualités > Société • Lefaso.net • vendredi 5 août 2022 à 16h30min
Traite d’êtres humains au Burkina : Plus d’un millier de présumées victimes enregistrées, selon le ministère du Genre

« C’est plus d’un millier de personnes présumées victimes de traite qui sont interceptées chaque année par les forces de défense et de sécurité ». C’est l’état des lieux dressé par le directeur de cabinet de la ministre du Genre et de la Famille, Ousmane Djiguimdé, à l’occasion de la commémoration de la Journée mondiale de lutte contre la traite d’êtres humains. C’était le jeudi 4 août 2022 à Ouagadougou.

Malgré l’adoption de référentiels juridiques internationaux et nationaux pour lutter contre la traite des êtres humains, force est de constater que des personnes, en particulier des femmes et des enfants, en sont de plus en plus victimes dans le monde. C’est au regard de cet état de fait que l’Assemblée générale des Nations unies a proclamé, le 30 juillet, « Journée mondiale de lutte contre la traite d’êtres humains », en invitant les États à la célébrer chaque année.

Pour cette année, la réflexion est menée autour du thème « Utilisation et abus de la technologie ». Un sujet d’actualité, quand on sait que les trafiquants font très souvent usage de ce canal pour piéger leurs cibles.

Les participants à la commémoration en différé de la Journée mondiale de lutte contre la traite des personnes au Burkina Faso.

Ainsi, les échanges qui ont animé les travaux de cette journée ont permis de dégager les instruments technologiques à même de protéger les victimes de ces personnes sans foi ni loi. Cela, après avoir décelé les outils digitaux exploités par ces dernières, en vue de les contrecarrer.

Comme un couteau à double tranchant, les plateformes numériques peuvent servir à la fois de tremplin et de canal de lutte contre ce fléau. « Cette technologie donne une grande opportunité aux acteurs de protection des citoyens, et particulièrement au système judiciaire, d’en tirer parti dans la riposte », croit Ousmane Djiguimdé, qui a présidé la cérémonie au nom de la ministre du Genre et de la Famille.

Des chiffres préoccupants

Dans son allocution, M. Djiguimdé a porté à la connaissance de l’auditoire que plus d’un millier de personnes présumées victimes de traite sont interceptées chaque année par les forces de défense et de sécurité au Burkina Faso. Une situation assez préoccupante qui a tendance à s’aggraver avec la crise sécuritaire qui prévaut dans le pays.

Comme riposte à ce fléau, le représentant de la ministre du Genre estime que les technologies digitales peuvent faciliter les poursuites judiciaires et fournir des services de soutien aux survivants. À cela s’ajoute le dispositif juridique et institutionnel dont s’est doté l’État burkinabè qui mène différentes actions de lutte contre le phénomène, avec l’appui des partenaires techniques et financiers.

Ousmane Djiguimdé, directeur de cabinet de la ministre du Genre et de la Famille.

Les chiffres des Nations unies

Selon les Nations unies, en Afrique de l’Ouest et du Centre, les victimes sont majoritairement des enfants et des femmes estimés respectivement à 59 et 27%. Les victimes faisant l’objet d’exploitation par le travail sont environ 77%, tandis que celles exploitées de façon sexuelle sont autour de 20%. Au Burkina Faso, selon le rapport national sur la traite des personnes de 2020, 1 529 victimes ont été enregistrées dont 1 487 enfants (710 filles et 777 garçons). Ces chiffres concernent uniquement les victimes identifiées.

Afin de maintenir leurs victimes en situation d’exploitation, les trafiquants exercent plusieurs formes de contrôle, signale Sandra Lattouf, la représentante du système des Nations unies. Ce sont notamment les violences, les menaces physiques et psychologiques sur les victimes, mais aussi sur leurs familles.

« Le recours à Internet et aux technologies de l’information et de la communication peut permettre d’avoir des actions positives contre les activités criminelles », Sandra Lattouf des Nations unies.

Au regard de ce qui précède, madame Lattouf indique qu’il est capital de fédérer tous les efforts (autorités, société civile, partenaires techniques et financiers, et communautés) aux fins d’élaborer des réponses adaptées et flexibles, de sorte à prévenir et combattre ces crimes. Pour elle, tous les auteurs doivent être punis sans distinction, tout en ajustant et en appliquant les textes en vigueur.

Les actions des Nations unies

Au Burkina Faso, le système des Nations unies accompagne les efforts du gouvernement à travers différents cadres formels, notamment les fonds pour la consolidation de la paix, le réseau des Nations unies sur la migration et la production de rapports annuels sur la situation de la traite des personnes.

En tant que gardien de la convention des Nations unies contre la criminalité transfrontalière organisée et de ses protocoles additionnels dont le protocole contre la traite des personnes, l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) promeut l’adhésion des États à ces instruments et les assiste dans l’application de leurs dispositions.

En guise de prévention de ce phénomène, les Nations unies recommandent des campagnes de sensibilisation sur Internet pour alerter les jeunes. En outre, dans l’optique de meilleures identification, assistance et prise en charge des victimes, l’organisation internationale préconise la conception et l’animation de supports technologiques.

Lire aussi Mois de la famille et de l’enfant au Burkina : « Aucun pays ne s’est construit avec l’indiscipline et l’incivisme », rappelle la ministre Salimata Nébié

Hamed NANEMA
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 7 août à 11:26, par Alexio En réponse à : Traite d’êtres humains au Burkina : Plus d’un millier de présumées victimes enregistrées, selon le ministère du Genre

    La traite d etre humain au Burkina Faso.

    Moi mon constant remonte jus qu a l esclavage des noirs. Le marche triangulaire qui n a cesser de s adapter avec les defis et les profits du moment.

    Ce marche est vieux comme la vieuille profession de ce monde. En L occurrence la PROSTITUTION. La deshumanisation de la femme en la chosifiant en monnaiyant en retour ses besoins sexuels incontrolles du a une manque d education sexuelle tabousisee dans nos societes africaines.

    Plus particulierement au Faso.

    La femme deviendra par ses habitudes mesquines comme un objet de consommation. C est cela la realite. La Femme voltaique n etait pas involvee dans la prostitution.

    Mais aujourdhui l evolution des temps dits modernes ou le sexe a pris une grande place exponentielle du quotidien par la television.

    En fait les medias sont devenus des promoteurs de sexe. Les rencontres numeriques ne sont qu une finalite a cette cynique entreprise sous-sol, ou les victimes sont manipules par des promesses de paradis sur la terre.

    Toute l Europe est envahit par le ce qu on appelle."The Human traffic" ou le traffic des etres humains venat des pays dits pauvres. Alors qu ils nous ont impose cette pauvrete par les politiques d ajustements sctructurels du FMI, la banque mondiale et le CFA-Franc.

    Un marche dont le profit concurence avec le traffic de drogue. Un Exemple : La production du Cacao ivoirien avec la participation ehontee des enfants burkinabe dans foret profonde ivoirienne. Depuis les annees d independances a nos jours, ce traffic d humains n a jamais ete eradique.

    Malgre des critiques ciblees a cette horreur humaine. Les pays arabes sont rentres dans la danse.

    Dubai est devenue le centre de ce traffic d africaines de toutes qualites. Les hommes de relais sont en Afrique.

    Les Libanais sont reputes en Cote dIvoire pour ses sale besognes. J en attisent pas le feu contre cette population dont la plupart sont qui travaillent en Afrique sont bien integres.

    Mais on ne peut pas fermer les yeux sur cette inculture qui aliene nos s|oeurs et enfants pour leur bien etre sosial.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Dédougou : Des personnes déplacées internes crient famine
Bobo-Dioulasso : Le projet Archipelago forme 105 apprenants sur les métiers de la mangue
Burkina/Don de sang dans la région du Centre-est : Une assise nationale pour promouvoir l’adhésion de la population
Promotion de l’emploi des jeunes au Burkina : Le plan stratégique de développement 2023-2027 de l’ANPE en cours de validation
Sud-ouest : Le 3e plan d’action national pour un gouvernement ouvert expliqué aux parties prenantes
Identification unique de base au Burkina : Vers l’adoption d’un avant-projet de loi
Vie de la rédaction : Zéliya Tamboura, responsable du Centre d’information des Nations Unies, au siège de Lefaso.net
Ligne électrique Ouaga-Sapouy : Des chauves-souris à l’origine de coupures de courant, selon la Sonabel
Entrepreneuriat au Burkina : 60 jeunes formés par la société minière de Sanbrado
Sécurité routière au Burkina : Les autorités sensibilisent les populations au port du casque
Commune de Ouagadougou : Le Mogho Naaba Baongo invite la délégation spéciale à privilégier l’intérêt collectif
Entrepreneuriat agricole à Gaoua : L’étudiant Adama Palé expérimente une superficie de 4 hectares
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés