Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un problème sans solution est un problème mal posé » Albert Einstein

Ziniaré : Le Comité interministériel de détermination des prix des hydrocarbures outille des journalistes

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • jeudi 21 juillet 2022 à 11h30min
Ziniaré : Le Comité interministériel de détermination des prix des hydrocarbures outille des journalistes

Les 72 heures de formation et de sensibilisation des journalistes sur les produits pétroliers ont pris fin ce jeudi 20 juillet 2022, à Ziniaré, dans la région du Plateau-central sur des notes de satisfaction.

La présente session voulue par le Comité interministériel de détermination des prix des hydrocarbures (CIDPH) s’inscrit dans le cadre de son programme d’activités 2022. Cette dynamique enclenchée depuis la création dudit comité en 2009 se fixait comme objectif de faire de la quinzaine de journalistes des vecteurs d’éveil de conscience au niveau de la masse sur les mécanismes qui régissent le sous-secteur des hydrocarbures. Issus des organes de presse écrite et en ligne, des télévisions et radios de Ouagadougou, ces femmes et hommes de média, pendant trois jours, ont suivi des communications présentées par des personnes ressources membres du CIDPH.

Ces communications ont porté sur les mécanismes d’approvisionnement du Burkina Faso en hydrocarbures, la structure des prix des hydrocarbures, l’inflation des prix des hydrocarbures, les subventions à la consommation des produits pétroliers. Ils ont également été outillés sur la problématique de la fraude dans le secteur des hydrocarbures. Cette communication qui a été assurée par des représentants de la direction générale de la douane et de la Coordination nationale de lutte contre la fraude, tous membres du CIDPH, a mis en exergue la recrudescence de cette pratique dans notre pays fragilisé par les attaques terroristes et la crise ukrainienne.

Les participants ont prêté une oreille attentive aux communications qui ont été dispensées

L’inspecteur de douane Thomas Lohoua évalue à des millions de litres de carburants saisis au cours de ces trois dernières années (2019-2021). « La plupart des saisies opérées sont des pures contrebandes. Des individus qui ont essayé de contourner les offices. Il n’y a pas que ça. Nous constatons également des diversions frauduleuses au niveau des cargaisons normalement déclarées en cours de transport entre la frontière et l’intérieur du pays soit pour Bigo, Bobo-Dioulasso ou Peni pour le gaz précisément. Même des scellés sont rompus », a-t-il indiqué, rappelant que la SONABHY seule a le monopole de l’importation et l’exportation du carburant au Burkina Faso.

Toutefois, une chose motive la vente sauvage des hydrocarbures : l’activité est lucrative. Face à la porosité de nos frontières et dans le souci de lutter contre la fraude, l’administration des douanes a mis en place des systèmes de surveillances, de contrôle et de suivi des cargaisons en transit. C’est le cas notamment du suivi électronique. Pour plus d’efficacité, elle a noué un partenariat avec le COTECNA et ce, depuis quelques années.

Le président du CIDPH, Abdoul Salam Gampilé a insisté sur le fait que l’État fait des efforts pour subventionner le prix des hydrocarbures

En signant le contrat, cette structure s’est engagée à l’aider dans le suivi des camions citernes de la frontière jusqu’à la destination des bureaux de dédouanement des villes comme Ouagadougou et Bobo-Dioulasso. « A l’occasion, nous avons pu acquérir des équipements de suivi que nous appelons des balises qu’on appose sur les citernes. Cela, nous permet de les suivre à travers le centre de contrôle qui est logé au niveau de la direction générale des douanes. Toutes ces mesures ont permis plus ou moins d’amoindrir le phénomène en suivant de bout en bout les véhicules quittant la frontière pour l’intérieur », se réjouit l’inspecteur des douanes.

Mais c’est sans compter sur l’ingéniosité des contrebandiers qui arrivent toujours à tromper la vigilance des services douaniers. Sur ce sujet, M. Lohoua a signalé qu’il y a des individus qui arrivent à sectionner des câbles de ces balises pour procéder à leurs bases besognes au cours des trajets. Comme perspectives pour accentuer davantage la lutte contre la fraude, il propose, entre autres, le renforcement de la surveillance, le durcissement des sanctions contre les contrebandiers, l’amélioration de la couverture du pays en dépôt par la SONABHY (cas des régions de l’Est et du Centre-est).

Dans sa communication, Désiré Ouédraogo de la SONABHY a fait un focus sur le circuit de fixation des prix des hydrocarbures au Burkina Faso. Pour ce dernier, les coûts du brent et du dollar influencent la fixation des prix des hydrocarbures au Burkina Faso. « Ce sont ces deux facteurs qui permettent d’avoir un prix élevé. Par la suite, il y a des petits calculs qui se font pour avoir un prix d’acheminement du produit au Burkina Faso. Il faut transiter par les dépôts côtiers à l’extérieur, faire le transport et le transit par route ou par train pour amener le produit à Ouagadougou. Il y a d’autres éléments qui interviennent comme la fiscalité. Avant que le produit ne soit mis à la disponibilité du consommateur, le distributeur et le détaillant qui est le gérant de station-service ajoutent leur marge. Mais, il faut dire que tout ce circuit est contrôlé par l’État et les marges sont contrôlées et fixées », a-t-il expliqué en substance.

Les coûts du brent (pétrole) et du dollar influencent la fixation des prix des hydrocarbures dans notre pays, rappelle le communicateur Désiré Ouédraogo

Les subventions de l’Etat burkinabè sur les produits pétroliers

Ainsi, l’essence super, par exemple, qui devrait coûter 1 230 francs CFA par litre est acquise à la pompe à 715 francs CFA. Le différentiel est payé sous forme de subvention à la SONABHY au profit de la population burkinabè. Au 31 mai 2022, les moins-values et les subventions de l’État dans le secteur des hydrocarbures étaient estimés à 195 milliards de francs CFA avec une projection annuelle à 466 milliards de francs CFA au 31 décembre de l’année en cours si tous les prix restent à l’état et si la tendance haussière se maintient.

La question de soutenabilité financière de ces engagements pris par l’État sur les finances publiques engendre quelques inquiétudes. Il faut donc se poser les bonnes questions afin de trouver les réponses adéquates. Le secrétaire général (SG) de la primature qui préside le CIDPH a clarifié, à l’issue de la cérémonie de clôture, que la question ce n’est pas de supprimer tout de suite et maintenant les subventions mais de se rassurer qu’elles sont soutenables et trouver le juste milieu pour que le carburant puisse être permanemment disponible pour les consommateurs. Parce que, pour lui, entre deux maux, il faut choisir le moindre mal. En revanche, le SG Abdoul Salam Gampiné se demande s’il faut lever le pied sur la subvention quitte à ce que les consommateurs mettent un peu plus la main dans la poche pour disponibiliser le carburant ou bien fermer les yeux et continuer à subventionner jusqu’à ce que l’État soit dans l’incapacité de le faire.

Le phénomène de la fraude dans le secteur des hydrocarbures a la peau dure au Burkina Faso, a affirmé l’inspecteur de douane, Thomas Lohoua

Une autre équation non des moindres à résoudre : comment mieux orienter les subventions de l’État vers les populations vulnérables ? Le CIDPH n’est pas insensible à cette préoccupation. « C’est une question que nous avons à l’esprit chaque fois », a confirmé M. Ouédraogo. Le défi majeur, à l’en croire, consiste à trouver des solutions à cette épineuse question parce qu’il y a des milliards et des milliards qui sont injectés en terme de subvention au profit d’une moitié de la population. « Ce n’est pas toujours évident que ce sont les plus vulnérables qui soient ciblés. L’interrogation est là. Chaque fois, on mène des réflexions et on transmet les recommandations ou suggestions au gouvernement pour décision », avant de poursuivre.

En ce qui concerne la révision des prix des hydrocarbures à la pompe, qui faut-il le rappeler a connu une hausse de 100 francs CFA le 11 mai dernier, le communicateur a réaffirmé l’engagement du CIDPH à poursuivre les efforts de communications et d’informations à l’intention des consommateurs. L’objectif étant de faire comprendre à ces derniers qu’ils doivent s’attendre à un changement à la hausse ou à la baisse des prix des hydrocarbures chaque trois mois. Revenant sur la tenue de la présente session, le SG de la primature a laissé entendre que le CIDPH qui se réunit de façon périodique pour apprécier la structure des prix des hydrocarbures au Burkina Faso, a jugé nécessaire de mettre à la disposition des consommateurs la bonne information.

« C’est pour cette raison qu’il a réuni les organes de presses et certains acteurs de l’administration sur la problématique des hydrocarbures ». Les participants n’ont pas été avares en questions au cours des échanges. Dans l’ensemble, cette formation a été bénéfique pour eux qui ont suivi avec grand intérêt les communications. Désormais, ils sont outillés pour avoir un regard moins profane dans le domaine des hydrocarbures. Comme le souligne Boukary Bonkoungou, journaliste aux éditions Sidwaya « j’ai appris beaucoup d’éléments au cours de cette formation qui me permettront désormais d’être plus pointue dans mes productions. Mais pour l’instant, je vais relayer ce que j’ai appris au grand public ». Il avoue, en outre, avoir pu identifier des pistes de reportages grâce aux thèmes qui ont été développés par les communicateurs. Après les hommes de médias, c’est au tour des influenceurs sur les réseaux sociaux de bénéficier d’une telle formation. Les travaux se dérouleront du 21 au 23 juillet 2022, toujours dans la commune urbaine de Ziniaré, située dans la région du Plateau-central. La vision du CIDPH à l’issue de ces sessions de formation, c’est de mettre en place un réseau de journalistes spécialisés dans le domaine des hydrocarbures au Burkina Faso.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Situation à Ouagadougou : Des manifestants ne veulent « personne d’autre à part Ibrahim Traoré »
Spéculation sur les bouteilles de gaz Sodigaz : Les clients invités à dénoncer les points de vente complices
Journée mondiale de l’enseignant : « Je vis dans la psychose et je prie pour que les terroristes n’attentent pas à ma vie ou à celle des élèves », un enseignant du Passoré
Burkina/Attaque de convoi de Gaskindé : Recueillements et prières pour les chauffeurs tombés, du jeudi 6 au vendredi 7 octobre 2022
Saisie de poissons avariés à Bobo-Dioulasso : La population appelée à plus de vigilance
Insertion professionnelle : 125 jeunes formés aux métiers agro-sylvo pastoraux
Situation humanitaire au Burkina : 2.5 tonnes d’aliments thérapeutiques livrées a Djibo
Journée mondiale de l’enseignant : « On ne peut pas transformer le système éducatif sans prendre en compte les préoccupations des enseignants » Souleymane Badiel
Année scolaire 2022-2023 : Les Hauts-Bassins enregistrent environ 1000 élèves déplacés internes au post-primaire et secondaire
Burkina : Un besoin de financement de 35 milliards de francs CFA pour une éducation en situation d’urgence
Burkina Faso/Plan Z : Une nouvelle trouvaille des jeunes pour faire la fête
Attaque de Gaskindé : Les chauffeurs routiers du Burkina en recueillement à la mémoire de leurs camarades disparus
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés