Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui veut faire quelque chose trouve un moyen ; Qui ne veut rien faire trouve une excuse.» Proverbe Arabe

Centenaire de la naissance de Joseph Ki-Zerbo : La lecture de sa réflexion de 1974 sur « L’armée et notre avenir » recommandée

Accueil > Actualités > Société • • mercredi 22 juin 2022 à 12h57min
Centenaire de la naissance de Joseph Ki-Zerbo : La lecture de sa réflexion de 1974 sur « L’armée et notre avenir » recommandée

Si Joseph Ki-Zerbo était vivant, il aurait eu cent ans le 21 juin 2022. À l’occasion de la célébration du centenaire de sa naissance, le Centre international Joseph Ki-Zerbo pour l’Afrique et sa Diaspora-N’an laara an sara (CIJKAD-NLAS) lui rend hommage. Face au terrorisme qui endeuille sans cesse le Burkina Faso, le CIJKAD-NLAS recommande dans un communiqué parvenu à Lefaso.net ce mercredi 22 juin 2022, la réflexion de Joseph Ki-Zerbo sur « L’armée et notre avenir ». L’intégralité du communiqué ci-dessous.

Communiqué de presse du CIJKAD –NLAS* à l’occasion du Centenaire de la naissance de Joseph Ki-Zerbo

Joseph Ki-Zerbo aurait eu 100 ans ce 21 juin 2022.Nous remercions l’Université fédérale de Rio de Janeiro et l’Université Abomey Calavi de lui avoir consacré un colloque.

A l’occasion du Centenaire de Joseph Ki-Zerbo, nous tenons à saluer les Historiens qui ont contribué à l’Histoire général de l’Afrique et les intellectuels panafricanistes décédés au cours de ces dernières années.

Nous saluons particulièrement la mémoire de Djibril Tamsir Niane, Olabiyi Yaï, André Salifou décédés récemment.

Nous saluons également le retour des reliques de Lumumba en République démocratique du Congo, un pas vers la vérité historique, qui augure de la possibilité de relations apaisées entre peuples africains et européens, par-delà le traumatisme colonial.

Nous saluons l’action des Diasporas africaines vers leur active participation citoyenne et notamment l’alternance démocratique en Colombie, marquée par l’élection de Francia Marquez, militante écologiste et féministe afro-colombienne comme Vice-Présidente.

Nous saluons tous les militants de la justice, des droits humains.

Celui qui a laissé comme héritage l’une de ses formules consacrées, « N’an laara an sara », Si nous nous couchons nous somme morts », repose en Paix aujourd’hui en dans son village Toma. Mais comme durant sa vie, par la pérennité de sa Pensée, l’œuvre de Ki-Zerbo ne se reposera jamais, elle sera renouvelée, quand il s’agit de combattre l’oppression et l’injustice. Elle sera pour longtemps une source d’inspiration.

Son pays le Burkina Faso, le Sahel et d’autres régions de l’Afrique et du Monde, vivent des heures de désarroi. La mort est quotidiennement au rendez-vous, de manière brutale et à grande échelle. Les massacres se répètent. Dans le Sahel ( Mali, Burkina Faso, Niger), au Nigeria, autour du Lac Tchad (Cameroun, Tchad), à l’est de la République Démocratique du Congo, au Mozambique, au Sud-Soudan, dans le Corne de l’Afrique. Et cela sans compter les violences que les dictatures et les régimes des « Présidents à vie » infligent aux peuples africains.

* Centre international Joseph Ki-Zerbo pour l’Afrique et sa Diaspora-N’an laara an sara

En décidant de détruire sauvagement la Lybie et son dirigeant, Mouammar Khadhafi en 2011, les dirigeants occidentaux, à travers l’OTAN, ont violé impunément la souveraineté de cet Etat, humilié l’Union africaine et les peuples africains et ont surtout déstabilisé durablement la région.

Le Mali d’abord, puis tous les Etats sahéliens ont subi les conséquences de cette stratégie de la terreur et de l’erreur, consciente cependant. On le sait : il s’agissait aussi par le meurtre, de freiner les velléités panafricanistes et anti-impérialistes du leader libyen, tout en prenant position dans des espaces richement dotés en ressources naturelles.

Aujourd’hui le prix est payé et il est connu : c’est l’effondrement des Etats fragilisés par l’étau néolibéral, avec pour corollaire des centaines de milliers de morts et de déplacés dans le Sahel.

Toute cette triste actualité des violences en Afrique aurait interpellé directement le Professeur et acteur politique, le panafricaniste et patriote Joseph Ki-Zerbo. Il n’aurait pas pris un fusil mais aurait pris la parole pour inciter le peuple à l’union sacrée pour la patrie.

A la jeunesse vaillante, il aurait dit, comme au temps du Collectif des organisations de masse et partis politiques : « héros ou zéro ».

Il aurait condamné les discours haineux et ethnicistes qui ne feront que précipiter davantage nos pays dans les affres de la guerre civile, comme au Liberia ou au Rwanda des années 1990.

À cet égard, en ce 21ème siècle on devrait relire sa réflexion de1974 sur « L’armée et notre avenir »et observer la pertinence de ses réponses sur la question du rôle de l’armée. Précisément sur la nature des relations entre la force armée et le peuple dans le cadre d’un processus de libération nationale, seul socle de la souveraineté.

Ce texte-manifeste étonne par sa proximité, en certains points, avec les orientations révolutionnaires de Thomas Sankara, malgré l’opposition entre la voie de la non-violence de l’intellectuel et le choix de la violence révolutionnaire du militaire politisé, qui constitua un obstacle au dialogue fécond entre ces deux progressistes.

Oui Tomas Sankara e Joseph Ki-Zerbo partageaient le même point de vue selon laquelle l’armée détermine aussi notre avenir : une armée du Peuple armé, une armée pour la libération nationale, pour et avec le Peuple, tout le Peuple.

Sans sécurité, tout le reste est hypothéqué. L’aube nouvelle tant attendue reculerait comme l’horizon. Il faut faire face. Résolument.

Les armes ? Ce ne sont que pas que les fusils mais elles sont aussi des armes de la conscience, de la décolonisation mentale et de l’éducation patriotiques, l’une nourrissant les autres, pour que nous éclairent les rayons du soleil de la nouvelle indépendance.

Il faut s’armer de l’arme de la mémoire des luttes, de la théorie (Cabral), pour que les fusils servent la cause de la libération et non de l’asservissement. Souvenons de la photo du Professeur JKi-Zerbo aux côtés du combattant Samora Machel, leader de la lutte de libération du peuple mozambiquain.

L’éducation, la justice sociale, le fédéralisme, la protection de la Nature, la lutte contre le réchauffement font partie de de cette théorie kizerbienne de la libération nationale.

C’est ce droit que revendique la Jeunesse d’Afrique et de la diaspora ainsi que la jeunesse progressiste du monde qui lance ce 21 juin 2022 un « Plaidoyer du Centenaire »..

Nous soutenons ce plaidoyer, annoncé dans le cadre du Colloque organisé du 21 au 23 juin à l’Université fédérale de Rio de Janeiro, au Brésil sur le Centenaire de la naissance du Professeur Ki-Zerbo.

Une thèse de doctorat est soutenue ce jour dans cette même université par Mariana Gino, la Secrétaire Générale de notre Centre, sur le thème « Joseph Ki-Zerbo : entre foi catholique et militantisme anticolonialiste »,

«  Un grand homme », a souligné le Professeur Pierre Kipré, historien et ancien ministre, dans un hommage rendu à l’historien Ki-Zerbo le 17 juin 2022 à l’Université Jean-Jaurès de Toulouse, sur l’initiative du président de la Fraternité Boganda, Jean-Boniface Tomaye. Nous le remercions pour sa présence à nos côtés, ainsi que la professeure Catherine Coquery-Vidrovitch et tous les signataires de la lettre adressée au président de l’Union africaine.

Le Centenaire de la naissance de Joseph Ki-Zerbo est célébré, à travers plusieurs activités qui vont s’étaler de juin 2021 à juin 2023. Pour célébrer sa vie, et donc la lutte pour la Vie. Car, l’œuvre de Joseph Ki-Zerbo est tendue vers le droit à la vie, et à la bonne vie.

Comme le soulignent la Charte de Kurukan Fuga et la maxime du pays de Barthélémy Boganda, la Centrafrique,

«  Toute vie vaut une vie, un humain est un humain ». Zo kwe Zo en langue sango.

N’an laara an sara !

A Paris et Saint Laurent du Maroni le 21 juin 2022

Pour le CIJKAD-NLAS

Noël Magloire NDOBA, Président

Lazare KI-ZERBO, Vice-Président

Vos commentaires

  • Le 22 juin à 12:53, par HUG En réponse à : Centenaire de la naissance de Joseph Ki-Zerbo : La lecture de sa réflexion de1974 sur « L’armée et notre avenir » recommandée

    L auteur de la phrase : On ne développe pas on se développe.Oui le développement autrocentré ne ment pas mais hélas.. Ce monsieur avait été président dans ce pays et on aura fait un bon en avant mais hélas. On préfère prendre les 2000, les tricotts et autres et on part vote des gens qui ont seul soucis leur développement et bien être. Suivez mon regard.

    Répondre à ce message

    • Le 22 juin à 18:06, par Le Vigilent En réponse à : Centenaire de la naissance de Joseph Ki-Zerbo : La lecture de sa réflexion de1974 sur « L’armée et notre avenir » recommandée

      "........... Ce monsieur avait été président dans ce pays et on aura fait un bon en avant mais hélas. On préfère prendre les 2000, les tricots et autres et on part voter des gens qui ont pour (seul) soucis leur (propre) développement et bien être. Suivez mon regard." @HUG, je crains fort que votre regard ne soit pas fixé sur les vrais fautifs mais sur les victimes expiatoires de la situation que vous avez décrite. En effet, ceux a qui on donne des tee—shorts et/ou 2000 frs pour obtenir leurs voix sont-ils instruits sur les notions de visions et de programmes des partis en concurrence ? Non ! Lors des campagnes, les discours politiques sont centrés sur les promesses de réalisations en faveur des populations et c’est normal que, dans l’isoloir, le choix de ces populations que vous accusez, a tort d’ailleurs, de se laisser corrompre, porte sur ceux qui leur font des cadeaux en guise de preuve de leur bonne foi. Si tu promets de grandes réalisations futures tout en t’abstenant de petits cadeaux immédiats, qui te prendra au sérieux ?
      La faute n’incombe pas a ceux qui prennent des tee-shirts et des petites sommes et qui votent ceux de qui ils reçoivent ces cadeaux. La faute incombent a la classe politique dans son ensemble qui préfère cultiver l’obscurantisme des masses plutôt que l’éducation politique et la conscientisation des électeurs. Tout le monde reconnait que les partis politiques sont créés
      pour la conquête du pouvoir. Seulement, l’étape importante de conscientisation des masses sur les visions, les idéaux et les programmes de société est escamotée ou complétement ignorée. Dans l’histoire politique du Burkina, je n’ai vu que le Pr Kilachiou Laurent Bado, le politicien atypique burkinabe, inscrire dans les priorités et la démarche de son parti politique, l’éducation et la conscientisation du peuple sur les idéaux et le programme de son parti politique tout en étant conscient que c’est un travail de longue haleine et qu’il ne rêve même pas en voir les fruits de son vivant. Vous avez suivi comment, même des responsables au plus haut niveau de la direction de son parti ont déviée de la ligne convenue, pour aller a la conquête du pouvoir ici et maintenant. La suite on la connait.

      Nous avons tous opté pour « le pouvoir a tout prix, ici et maintenant », acceptons en les règles du jeu gardons nous de denigrer ceux qui en sont les principales victimes !!!

      Répondre à ce message

  • Le 22 juin à 13:45, par Toutankhamon En réponse à : Centenaire de la naissance de Joseph Ki-Zerbo : La lecture de sa réflexion de 1974 sur « L’armée et notre avenir » recommandée

    Où trouver la réflexion en question ?
    Y’a-t-il un lien pour la télécharger ?

    Répondre à ce message

  • Le 22 juin à 15:09, par Soyons Logiq En réponse à : Centenaire de la naissance de Joseph Ki-Zerbo : La lecture de sa réflexion de 1974 sur « L’armée et notre avenir » recommandée

    Si le M.A.O avec lequel il s’est acoquiné avait réussi je ne sais pas si on allait faire tout ce tapage au Burkina

    Répondre à ce message

  • Le 22 juin à 16:26, par chasseur d’insurrescrocs En réponse à : Centenaire de la naissance de Joseph Ki-Zerbo : La lecture de sa réflexion de 1974 sur « L’armée et notre avenir » recommandée

    Et dire que les pseudo-révolutionnaires (illuminés qui ont lu quelques passages du capital de Karl Max) du CNR ont contribué à la destruction méthodique de cet intellectuel au sens noble du terme.
    Quel gâchis !
    Pas étonnant que la RDP ait eu la fin qu’elle a eu, c’était inscrit dans ses gènes.
    Honte aux insurrescrocs qui nous ressassent sans cesse les mêmes choses pour mieux nous entuber !!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Efficacité du contrôle de la commande publique : Dr Mathias Dolly propose une juridictionnalisation de l’Organe de règlement des différends (ORD)
Burkina : L’opération coup de compassion pour Seytenga lancée
Burkina : Danielle Bougaïré perd le procès contre Abdoulazize Bamogo
10e anniversaire de l’Ordre des ingénieurs en génie civil : Cim Métal SA aux côtés des professionnels du BTP pour des ouvrages de qualité
Baccalauréat 2022 au Burkina : Des encadreurs pédagogiques demandent la reprise de l’épreuve de sciences physiques série D
Santé sexuelle et reproductive des jeunes : L’association African solidarité et CORDAID organisent un atelier de partage d’expériences
Entrepreneuriat des jeunes : « J’ai toujours été passionnée de mode dès l’enfance », Dovi Rouamba
Bobo-Dioulasso : Plus de 1 600 cartons de poissons impropres à la consommation saisis et détruits
Insécurité au Burkina : Un nouveau braquage sur l’axe Ouagadougou-Bobo-Dioulasso
Modernisation de l’état civil au Burkina : 118 000 enfants dotés d’actes de naissance grâce au projet PAMEC
Promotion de l’agroécologie : Des producteurs modèles de Salgo récompensés
Assainissement des structures sanitaires au Burkina : La gestion des déchets biomédicaux décortiquée par les étudiants de l’école burkinabè des affaires
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés