Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un problème sans solution est un problème mal posé » Albert Einstein

Burkina-conseil des ministres : Cachez ces révocations avec effet immédiat comme certains décrets

Accueil > Actualités > Politique • Lefaso.net • jeudi 9 juin 2022 à 22h10min
Burkina-conseil des ministres : Cachez ces révocations avec effet immédiat comme certains décrets

Le lendemain d’une conférence de presse du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), le conseil des ministres qui a suivi le mercredi 25 mai 2022 a démis de leurs fonctions les directeurs généraux de la Caisse nationale de sécurité nationale et de la Banque agricole du Faso avec effet immédiat.

Ces deux responsables sont tous des dirigeants des partis de la majorité présidentielle du président déchu Roch Marc Christian Kaboré que les militaires ont renversé le 24 janvier 2022. On avait mis cette réaction sur le compte de l’énervement, et espéré que le conseil des ministres soit le lieu de prise de décisions mûries dont on a pesé le pour et le contre. Mais notre espoir semble déçu puisque la révocation tapageuse des fonctionnaires est devenue un joujou apprécié du conseil des ministres.

C’est même devenu une rubrique à part entière, qui figure en bonne place dans le compte rendu du conseil des ministres. C’est sans aucun doute un moyen d’affirmer son pouvoir sur les hommes, mais on aimerait que le gouvernement nous explique comment ce procédé améliore la gestion du pays, en coupant les têtes et en créant de multiples intérimaires sans pouvoir de décision, comme s’il voulait augmenter le désordre général du pays.

Qu’est-ce qu’un conseil des ministres ? Il est censé être une réunion collégiale des ministres en totalité ou en partie sur des sujets de portée générale pour le pays c’est-à-dire des projets de lois, ordonnances décrets ou des nominations dans les hautes fonctions administratives. L’ordre du jour du conseil des ministres est établi par le chef du gouvernement. Si le conseil des ministres nomme dans les hautes fonctions, c’est donc lui qui renvoie, licencie les hauts fonctionnaires.

Mais est-ce politiquement correct pour un gouvernement de se présenter en père fouettard qui chaque mercredi apporte son lot de malheurs et de mécontents dans le pays ? Est-ce vraiment futé de faire le mal en battant des mains en criant et en sautant de joie, dans un pays confronté à des défis immenses avec chaque jour son lot de victimes du terrorisme (personnes mortes, blessées, déplacées) ?

Dans tous les pays du monde, chaque semaine il y a des conseils des ministres qui nomment des personnalités dans les hautes fonctions. Si l’institution ne vient pas d’être créée, cela veut dire que les personnalités nommées remplacent des dirigeants précédemment choisis. A notre connaissance il n’y a pas de publicité sur les personnes qui perdent leurs fonctions. Notre pays s’illustre négativement par la propagande sur les responsables qu’on chasse.

Ce n’est pas par amabilité que le gouvernement fait cas de ses personnes démis de leurs fonctions. La portée de cette information n’est pas générale (seul le service et l’intéressé sont concernés par cette information), par contre un décret qui augmente les émoluments des membres du gouvernement intéresse davantage de personnes et le compte rendu du conseil des ministres n’en parle pas. La méchanceté, dit quelqu’un, consiste à mal faire.

Si la publicité sur les nominations est bien accueillie, par contre on ne voit pas le motif de crier sur les toits et les antennes de radio et télévisions etc. que le directeur de tel service est démis de ses fonctions avec effet immédiat. Quel est l’objectif recherché et le résultat attendu de la part du gouvernement d’une telle démarche ? Il y a un tort, un préjudice manifeste qui est fait à la personne si elle n’a commis aucune faute, Le gouvernement veut-il donner du plaisir aux pervers qui rient du malheur des autres ?

Quel peut être l’intérêt de la publicité sur la fin de mission des personnalités si celles-ci ne sont pas en faute ? Car si elles sont en faute, on peut considérer que la campagne sur les destitutions avec exposé des motifs peut aider à sensibiliser et à lutter contre ces agissements délictueux ou criminels. Le gouvernement de transition devrait améliorer sa communication sur le compte rendu du conseil des ministres.

Sana Guy
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 9 juin à 18:43, par A woto ! En réponse à : Burkina-conseil des ministres : Cachez ces révocations avec effet immédiat comme certains décrets

    Quand on est un fort un temps, on croit qu’on sera fort tout le temps. Ils apprécieront le jour où ce sera leur tour d’essuyer les humiliations qu’ils servent aux autres aujourd’hui. Car la roue tourne...Dieu pourvoira en temps opportun.

    Répondre à ce message

  • Le 9 juin à 19:06, par Adakalan En réponse à : Burkina-conseil des ministres : Cachez ces révocations avec effet immédiat comme certains décrets

    En tout cas ça c’est pas une bonne communication. Révocation avec effet immédiat. C’est signifie quoi ? Qu’on aime pas la tête de la personne ou la personne a fauté ? Dans ce climat très tendu au pays je pense qu’on peut trouver des créneaux pour d’émettre des gens . On est passé sous silence des augmentations de salaire de ministre et quand c’est les autres on met ça au grand jour.
    Ramener nous la sécurité dans le pays.

    Répondre à ce message

  • Le 9 juin à 20:13, par Tonton Razo En réponse à : Burkina-conseil des ministres : Cachez ces révocations avec effet immédiat comme certains décrets

    Pas besoin de chercher loin car ils sont nombreux les Burkina qui se repaissent du malheur des autres.Les nouvelles autorités l on bien compris et font d une pierre deux coups.Meme des retraités qui ont demandés a etre dechargés depuis lgtps sont exhiber comme des trophees de guerre.Ainsi va le Faso de la reconciliationn.

    Répondre à ce message

  • Le 9 juin à 20:48, par Tounsida En réponse à : Burkina-conseil des ministres : Cachez ces révocations avec effet immédiat comme certains décrets

    Merci pour ce bel article. L’expression "demis de ces fonction avec effet immédiat" n’apporte aucune valeur ajoutée en dehors de contenter les petits esprits qui sont frileux des actes populistes. Je suis quand même étonné qu’aucun des ministres n’aient la clairvoyance de soulever le manque d’intelligence dans cette façon de communiquer.

    Répondre à ce message

  • Le 9 juin à 21:48, par Mogo En réponse à : Burkina-conseil des ministres : Cachez ces révocations avec effet immédiat comme certains décrets

    Le burkinabé est devenu très très méchant, jusqu’aux dirigeants au plus haut sommet. On peut aller à l’essentiel et nous éviter ce cinéma là. Au delà de la frustration créée pour la personne révoquée, il y’a son entourage, sa famille et surtout ses enfants. Les enfants, ces innocents, ne doivent pas subir notre méchanceté. C’est ainsi que l’on crée des révoltés de la société. Et pire, l’enfant peut abandonner l’école suite aux railleries de ses camarades. Merci Lefaso.net pour cette belle analyse. On ne construit pas une société dans la haine

    Répondre à ce message

  • Le 9 juin à 22:31, par Sidbala En réponse à : Burkina-conseil des ministres : Cachez ces révocations avec effet immédiat comme certains décrets

    "Révoqué avec effet immédiat". Le conseil des ministres ne dit jamais pourquoi. Si rien n’est reproché à la personne sur le plan compétence et gestion financière, procédez simplement à son remplacement par une nomination. On a l’impression qu’il s’agit de vengeance entre individus et cela est malsain.

    Répondre à ce message

  • Le 9 juin à 23:01, par Bigbale En réponse à : Burkina-conseil des ministres : Cachez ces révocations avec effet immédiat comme certains décrets

    Mr Lionel Bjlgo pense-t-il vraiment que le premier soleil de l’univers s’est levé le jour de sa naissance ou quoi ? Malgre les observations faites de bonne fois, ces gens du MPRS pensent que le monde entier est à leurs pieds ? Si "Est demis de ses fonctions avec effets immediats" a pour but d’intimider les teavailleurs, c’est peine perdue ! Avec tout ce qui edt révélé sur le pillage organisé de l’argent public via les nominations de complaisance, la tricherie découverte sur un decret octroyant des salaires "bongals" aux ministres sans passer par un vote de l’Assemblée nommée, quelle leçon ce gouvernement peut donner aux citoyens ? Le Burkina a vraiment touché le fond avec ces militaires fantoches et fantomatiques qui refusent d’aller au front ! Quelle communication bancale avec un ministre chargé de la com. aussi bancal que sa communication !

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin à 05:28, par Danton En réponse à : Burkina-conseil des ministres : Cachez ces révocations avec effet immédiat comme certains décrets

    M. Sana Guy, je ne suis pas d’accord avec vous. « Demis de ses fonctions avec effet immediat » est bien une expression faite a dessein pour dire que les interesses ont commis des fautes de gestion qui justifient leur demission immediate en attendant de nommer quelqu’un d’autre a leur place. Je trouve que cette maniere de faire est la bienvenue et d’ailleurs l’expression n’est pas complete parcequ’elle devrait etre completee par la formule ’’avec poursuites judiciaires’’ ; j’espere que cet oubli sera vite corrige, car le Peuple a besoin de voir un debut de nettoyage de la chienlit dans la gestion des affaires publiques. Sous la Revolution, on degageait carrement les indelicats. Pour ma part il faut accelerer la mise en place de mesures de salubrite publique. Le peuple a trop souffert des agissements de ces fonctionnaires voleurs de milliards. Il suffit. MPSR, il faut accelerer.

    Répondre à ce message

    • Le 12 juin à 14:53, par Major En réponse à : Burkina-conseil des ministres : Cachez ces révocations avec effet immédiat comme certains décrets

      DANTON, il faut te relire et si tu n’a pas honte, ce que c’est foutu pour toi !
      Le Journaliste a été très claire ; s’il est reproché quelques indiscrétions a ces hauts cadres, c’est le lieu de le spécifier en y ajoutant "pour fautes lourdes" ; mais au lieu de cela, tes champions font dans la délation ! Arrête de citer la révolution s’il te plais, car ton mentor DAMIBA a bel et bien reconnu qu’il n,est ni révolutionnaire et qu’il n’a nullement l’intention d’appliquer des méthodes révolutionnaire. On perçoit a travers ton écrit, une haine injustifiée a l’endroit du MPP ; va y doucement sinon tu va te rendre malade ! J’attend ta nomination pour te féliciter ; et rassure-toi que je n’applaudirai jamais ta révocation avec effet immédiat. Que Dieu apaise nos cœurs !

      Répondre à ce message

  • Le 10 juin à 06:10, par À qui la faute ? En réponse à : Burkina-conseil des ministres : Cachez ces révocations avec effet immédiat comme certains décrets

    Depuis la gestion des révolutionnaires dans les années 80 le pouvoir au Burkina consiste avant tout à se vanger de ses "ennemis ". Damiba le fait de façon soft sans tuer, mais nous n"avons pas encore compris que la contradiction est une chance. Bien entendu si un responsable est fautif il doit être révoqué et surtout sanctionné.
    Et ça fait longtemps que que la plaie non seulement ne se referme pas mais continue de se creuser.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin à 07:01, par Ouedraogo boureima En réponse à : Burkina-conseil des ministres : Cachez ces révocations avec effet immédiat comme certains décrets

    A mon avis l arrivée du mpp au pouvoir a été le pire choux d une partie du peuple. Feu Salif Diallo que le mpp a dîner avec le diable. Alors question est ce au on peut dîner avec le diable sans être diable. Le mpp est caractérise par la malgournance. Trop de crimes econimiques et une aggravation de l’injustice. Je demande a l ASCLC de publier toutes les déclarations de patrimoines de tous les dignitaires du mpp. S’il y a des milliardaires ou des multimillionnaires su on les mette en examen en leur demandant de justifier. Les fonctionnaires qui ne sont pas intégrés et patriotes doivent céder leur place a d’autres. La demoncratie au burkina =corruption,mal gouvernance, crimes économiques. Cest le mpp qui est a la base de l’insécurité du Burkina.vraiment le mpp est tres mal place pour donner des leçons au pouvoir actuel D’ailleurs ou sont vis 200 ou 300 allies ? Au lieu de demander la libération de votre champion il fallait tout simplement empêcher sa chute.Ou étiez vous quand on entendait le crépitement des armes ?, si jetais a la place de Roc je n’allais plus chercher a vous voir. C’est dommage que le ridicule et la honte ne tuent pas sinon Ngaw ? Quelle honte

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin à 07:34, par Absent En réponse à : Burkina-conseil des ministres : Cachez ces révocations avec effet immédiat comme certains décrets

    Vraiment on peut nommer de nouvelles personnes et leur faire prendre fonction rapidement car n oublions pas les sacrifices faits par les responsables pour se donner

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin à 07:41, par Divine En réponse à : Burkina-conseil des ministres : Cachez ces révocations avec effet immédiat comme certains décrets

    Oh pourquoi pleurnichez vous tant.
    Faites votre coup d’État et révoqué qui vous voulez quand vous voulez comme vous voulez Et démettez avec ou sans effets immédiatement ou à long terme !
    À chacun son mode de gouvernance.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin à 07:43, par Togs-Sida En réponse à : Burkina-conseil des ministres : Cachez ces révocations avec effet immédiat comme certains décrets

    Arrêté de vous plaindre monsieur Sana. Je ne connais pas votre âge mais c’est pas nouveau ce que font les autorités actuelles car au temps de la révolution il y avait presque chaque mercredi une partie "DÉGAGEMENT".
    Ah je comprends, on veut être nommé en conseil des ministres pour que tout le village sache et on ne veut pas être révoqué au vu et au su du peuple. Mon frère, la roue tourne et elle tournera toujours. Dieu seul connait le tour du MPP ! Nomination publique, révocation publique. Ka ya Wato ! Vous souhaitez une révocation en douceur ? Qu’est-ce que vous craignez ? Qu’est-ce qui vous gratte ?

    Répondre à ce message

    • Le 10 juin à 09:57, par TOERE En réponse à : Burkina-conseil des ministres : Cachez ces révocations avec effet immédiat comme certains décrets

      Internaute TOGs-SIDA et semblables, arrêtez d’encourager les nouvelles autorités dans les erreurs qui ne font qu’ajouter la haine à la haine entre burkinabè . Ensuite, vous ne dites pas la vérité . Sous la Révolution ,s’il est vrai qu’il y avait des dégagements ,le motif du dégagement était toujours publiquement dit, même si il pourrait ne pas convaincre tout le monde . On annonçait par exemple que X ou Y est dégagé pour " attitude et /ou propos contre révolutionnaire" ou sabotage de la révolution etc etc . Le motif était toujours invoqué publiquement, même si les CDR à l’époque ont commis quelques abus et certains règlements de compte .
      Et justement ,ce sont les dégagements parfois injustes et autres abus sous la révolution qui ont terni son image et créé la zizanie au sein du CNR et qui ont abouti au déroulement sanglant très regrettable du 15 octobre 1987.
      Par ailleurs ,on ne peut pas comparer des pratiques autorisées sous Etat d’exception à celles sous Etat de droit . Mieux ,s’il est de la prérogative du gouvernement de faire des changements à la tête des services de l’Etat quelque soit le niveau de responsabilité cela se fait selon des règles et grands principes universelles de la gouvernance étatique . Cela relève tout simplement de la mobilité des serviteurs de l’Etat . D’autant que , tant qu’un fonctionnaire demeure au service de l’Etat ,il faut éviter de la détruire ,par des manières de remplacement qui peuvent l’amener à être moins productif dans les autres postes où il sera affecté puisqu’il demeure toujours fonctionnaire . Si on l’enlève à son ancien pour une faute quelconque ,on le dit clairement dans le CR du Conseil des ministres.
      Aujourd’hui, le MPSR a rétabli la Constitution . Le président DAMIBA s’est fait investir selon les règles de l’Etat de droit démocratique comme un président démocratiquement élu . Donc le fonctionnement et la gouvernance de l’Etat doivent se faire selon les modes de l’Etat de droit .
      Aujourd’hui ,au BURKINA FASO la méchanceté gratuite fait que certains compatriotes par intérêts personnels ou par opportunisme défendent des pratiques indéfendables pour plaire aux puissants du moments
      Alors, aidons plutôt le PF DAMIBA et son équipe à bien gouverner le pays ,plutôt qu’ à commettre des erreurs qui le rattraperont un jour soit lui même, soit ses enfants . On n’ a pas besoin d’ajouter cette débilité de "avec effet immédiat". Le gouvernement peut simplement instruire ,qu’en cas de remplacement d’un DG ,la passation de service entre l’ancien et le nouveau puisse se faire dans un délai par exemple de deux semaines maximum . Blaise COMPAORE et RMCK ont été victimes de ministres zélés et arrogants qui se croyaient super puissants . Que le président DAMIBA médite sur leur sort aujourd’hui . Comme le dit quelqu’un " On n’est jamais aussi faible que quand on se croit fort "
      Puisse Dieu effacer la haine dans le cœur des burkinabè . L’humiliation de son prochain n’est pas la marque des grands hommes . L’Almamy SAMORY disait "Un grand homme n’humilie pas un grand homme ,même avant de le tuer " .

      Répondre à ce message

    • Le 10 juin à 13:29, par sid pa yii En réponse à : Burkina-conseil des ministres : Cachez ces révocations avec effet immédiat comme certains décrets

      Merci bien pour ce rappel ! Au temps de la révolution, on dégageait, on suspendait(travailler sans avoir son salaire pendant un, deux ou trois mois mois), on licenciait... En fait cela est indispensable pour que la chienlit qui existe dans l’administration publique cesse...Certains responsables devraient par honnêteté intellectuelle rendre le tablier mais non ils s’accrochent comme des chauve souris(CARFO, ...) attendant quoi....!

      Répondre à ce message

  • Le 10 juin à 09:04, par Yababimba En réponse à : Burkina-conseil des ministres : Cachez ces révocations avec effet immédiat comme certains décrets

    A lire les réactions des uns et des autres sur le post de SANA on se rend compte que le fossé est grand,la rancune tenasse et la réconciliation un mythe.
    Il faut depassionner le débat.
    Souvent je me demande où on va avec cette haine entre Burkinabè.
    On a intérêt à se ressaisir,TOUS.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin à 10:09, par Zoétgougou En réponse à : Burkina-conseil des ministres : Cachez ces révocations avec effet immédiat comme certains décrets

    Mr Sana Guy, êtes vous sûr que ceux que vous défendez se sentiraient mieux si on disait le pourquoi de l’effet immédiat de leur révocation ? Alors qu’ils interpellent le conseil d’état pour préjudice à leur leur personne.
    En plus, si on doit recruter leurs successeurs et non nommer comme il se souhaite, alors faut - il donner plus de temps de pillage au pilleur si c’est la raison de la révocation ?
    Pensons aussi que les autres aussi pensent.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin à 10:49, par Zjef En réponse à : Burkina-conseil des ministres : Cachez ces révocations avec effet immédiat comme certains décrets

    le pays est dirigé par un militaire donc tout est fait de façon militaire comme si on était dans l’armée c’est ça la vérité. Pas de pitié pas de sentiment on fou ta vie en l’air sans remord. c’est pas leur problème s’il a pu dire que chacun peut faire son coup d’État et venir gérer le pays comme il veut, c’est pas chasser des directeurs avec effet immédiat qui sera son problème. Il s"en fou éperdument. Mais ce qui est sûr c’est un mortel : Des dirigeants plus dures que lui ont tout vu sur cette terre avant de mourir ? C’est mieux pour lui d’aller mollo et compter sur Dieu la sagesse ne tue pas.

    Répondre à ce message

    • Le 15 juin à 14:39, par Blaise Bousille Sankara et le Burkina Avec En réponse à : Burkina-conseil des ministres : Cachez ces révocations avec effet immédiat comme certains décrets

      On peut parler idotement comme ca a ce niveau de responsabilite ? Francois, Blaise, Djibrill, vpous ne pouviez pas trouver un meilleur envoye que ca ? Il ne brille meme pas. Pourtant, je suis alle loin pour bien l’ observer depuis Ziniare comme la statue de ton plus que frere que tu as bousiller comme un peureux qui tue un serpent.
      Apres avoir bousille Sankara, Blaise a tout mis en oeuvre pour detruire le Burkina et quand on l’ a chasse, il utilise ses djihaduistes pour nous npunir. Il avait bien dit qu’ il a pitie de celui qui va le remplacer, non ? Ecoutez, la famille Compaore, cette famille maudite n’ a pas de coeur. Si Dieu existe vraiment, c’ est quoi ils vont aller lui dire avec toutes les douleurs, les pleurs les sangs qu’ ils causent, la ?
      Pourtant, ils s’ appretent a revenir. A travers le P... Roch, c’ est ta faute. On ne chasse pas un petit lievre en riant. Tu as pris le pouvoir et tu n’as pas instaure la gouvernance vertueuse. Tu t’ es fait entoure par des mlahonnetes qui ont deja vendu des milliers de parcelles, des malhonnetes qui vendent les visites presidentielles. Des malhonnetes qui muiltiplient les prix des choses par 1000 et pendant tout ce temps, toi tu danses. Tu n’as jamais ete a l’ enterrement des gendarmes qui tombent. Oui, les gendarmes : Ce corps la soufffre trop. Pourquoi c’ est eux seuls qui souffrent tant ? On doit melanger tous les corps. Peut- etre que vous verrez que ca va diminuer. Et si la concurrence des corps faisait qu’ on vend ce corps a vil prix ?

      Répondre à ce message

  • Le 10 juin à 11:51, par Pouvoir braqué En réponse à : Burkina-conseil des ministres : Cachez ces révocations avec effet immédiat comme certains décrets

    C ’est un manque de respect mais comme chacun peut faire son coup d’Etat, à chacun son coup d’Etat.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin à 12:35, par Gnama En réponse à : Burkina-conseil des ministres : Cachez ces révocations avec effet immédiat comme certains décrets

    Lorsqu’on croit à l’existence d’un être suprême qu’on appelle tous DIEU, on ne cherchera jamais à HUMILIER son prochain et ce, quelles que soient les raisons. Or, ces "démis de ses fonctions avec effet immédiat" ne sont rien d’autre qu’une manière des Hommes dits forts du moment d’humilier les autres. Dieu nous vienne en aide.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin à 12:43, par Sacksida En réponse à : Burkina-conseil des ministres : Cachez ces révocations avec effet immédiat comme certains décrets

    Ecoutez, il est tres important de clarifier les situations aux niveaux des structures publiques ou semi publique dont la gestion quotidiennes laissent a desirer car il y’a eu trop de mauvaise gestion publique accentuee sous le regime de Rock Marc Christian Kabore. Si des gens ont commis des malversations diverses ou des gaffes non seulement il faut les relever de leurs fonctions mais la suite logique est la mise en oeuvre operationnels Judiciaires. L’on ne peut pas demander de la gestion publique Vertueuse et dans le meme temps admettre que des gens se complaisent dans la gestion scandaleuse et des crimes economiques et financiers. Prenez le cas de cette Banque Agricole Publique ou l’ex President Rock Marc Christian Kabore aurait donne son accord pour l’octroi de 9 milliards de CFCA a son ami politicien au detriment des milliers d’agricuteurs Burkinabe qui aurait pu beneficer chacun 5 millions pour produire plus de cereales au Burkina Faso. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin à 14:57, par le Vigilant du Sahel En réponse à : Burkina-conseil des ministres : Cachez ces révocations avec effet immédiat comme certains décrets

    Je demande à l’ internaute Sacksida s’il croit vraiment à cette histoire d’octroi de 9 milliards FCFA par la BADF ? Je ne suis pas banquier mais je ne crois pas à cette version des faits. Par rapport aux révocations des DG, je pense que si ces derniers ont fauté, il faut simplement les traduire en justice. Autrement dit, avec "effet immédiat" signifie qu’on n’organise pas de passation de service.C’est très grave ! N’insultons pas l’intelligence des DG. Avec cette façon de faire chaque Responsable prendra les mesures nécessaires pour ne pas être surpris. Rien d’important ne sera laissé au bureau désormais. Le jour où le communiqué laconique humiliant tombe, le remplaçant héritera d’un bureau vide, sans documents et moyens lui permettant de poursuivre sereinement les activités. Faisons attention aux actes que nous posons dans l’intérêt bien compris de tous.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin à 18:50, par Ange En réponse à : Burkina-conseil des ministres : Cachez ces révocations avec effet immédiat comme certains décrets

    Sur ce plan, vous avez tort Mr le rédacteur de cet article. On est dans quel pays où on veut une chose et son contraire. On veut restaurer la morale dans la gestion des affaires publiques et on refuse qu’on emploie des termes ou on pose des actes qui font croire que des personnes ont commis des fautes de gestion. Quand on veut sanctionner administrativement quelqu’un pour avoir commis une faute, quel terme doit-on utiliser si on veut marquer les esprits et dissuader d’autres. Comment voulez-vous combattre le vol si on exibe les voleurs sur la place publique.
    J’encourage cette façon de faire à l’égard de ceux qui ont commis des fautes de gestion ou de détournement. Chercher à vernir les fautes ou les crimes par des termes soit disant respectant la dignité du coupable plutôt que de dire les faits tels qu’ils se présentent conduit à la démoralisation de la société. Quand on a honte d’un acte, on ne le commet pas. Quand on choisit de le commettre, il faut accepter d’être exposé publiquement.

    Répondre à ce message

  • Le 11 juin à 06:40, par Sacksida En réponse à : Burkina-conseil des ministres : Cachez ces révocations avec effet immédiat comme certains décrets

    Internaute Vigilant durant Sahel, aucun dementi de la part de l’ex DG sur cette accusation n’a ete fait, donc l’on ne peut qu’attendre dans l’expectative en souhatant que ce ne soit pas vrai. Mais tout est possible car l’on a eu l’affaire du Charbon Fin, l’Affaire des Helicopters defecteux et Inadaptes et rescemment le scandales de la reflection du Stade du 4 Aout. De plus si vous suivez l’actualite, l’ex Controleur General d’Etat Marius Ibriga avait diagnostique et dans une Conference de Presse Informe l’opinion publique que durant le 1er Mandat de Rock Marc Christian Kabore des Dizaines de milliards avaient ete l’objet de Malversations ou de Detournements ; donc ces accusations ne sont pas denues de tout Fondement. En tout etat de cause, c’est parce que la Justice classique est lente et n’a pas eu les moyens materiels et financiers pour elucider plus de 600 dossiers de crimes divers pendants devant les Tribunaux. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 11 juin à 16:08, par DÉMIS DE SES FONCTIONS AVEC ÉFFET IMMÉDIAT En réponse à : Burkina-conseil des ministres : Cachez ces révocations avec effet immédiat comme certains décrets

    Je crois le terme démis de ses fonctions avec éffet immédiat est faible.
    Si on est un voleur du pays c’est la prison qui sied puis le remboursement point à la ligne.
    Et ceci est valable pour tous.

    Répondre à ce message

  • Le 11 juin à 19:39, par HLORD En réponse à : Burkina-conseil des ministres : Cachez ces révocations avec effet immédiat comme certains décrets

    Dans un passé récent, le président d’une vieille démocratie bien connue de tous révoquait ses collaborateurs et collaboratrices par des « Tweets ». Les intéressé(e)s découvraient leur révocation à la télé comme tout le monde. Personne ne trouvait à redire.

    Ici au Faso, les gens aiment les honneurs. Ils sont fiers et bombent la poitrine quand on les nomme en Conseil de ministres. Mais, tout de suite ils crient à l’injustice ou au scandale quand on les démet de leur fonctions par le même canal.

    Ce qu’ils semblent oublier, c’est qu’ils ne sont pas des élus. Ils ont accédé à leurs fonctions par nomination. L’État étant une continuité, 1 pouvoir vous nomme, 1 autre vient vous révoquer.

    « Quand une jarre d’eau se brise sur votre tête, acceptez de vous laver avec son contenu »...

    Les postes desquels ils on été révoqués étaient occupés par des gens avant eux. Abstraction faite de l’éventualité qu’ils aient commis des malversations, que leur gestion ne plaisait pas au pouvoir ou encore que leur tête ne revenait pas aux tenants du pouvoir actuel, ils étaient bel et bien conscients que lorsqu’on accepte une nomination à un poste, on est sur 1 siège éjectable.

    Ils devraient tourner la page et passer à d’autres défis.

    Répondre à ce message

  • Le 15 juin à 14:44, par @Hlord En réponse à : Burkina-conseil des ministres : Cachez ces révocations avec effet immédiat comme certains décrets

    Hlord, quand on veut faire les comparaisons, on fait les bonnes comparaisons. Ce president idiot tweeter, la, ce qu’ il faisait, la, c’ est ca l’ exemple ?
    Tu veux dire que Damiba n’ est pas un peu plus intelligent que ce president dealer et tweeter ? Bon, ils sont tous arrives au pouvoir pour leurs propres poches, pour s’ enrichir vite et rapidement meme s’ ils n’ ont aucune competnce dans la gestion vertueuse des biens publics. D’ accord, sur beaucoup de choses, ils se ressemblent mais je fais barka. Damiba est moins bas, quand meme non ? Je sais qu’ ils sont tous des trumpeurs mais un n’ est pas mieux que l’ eautre ?

    La on est foutus gates.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : Le MPSR 2 appelle à se départir de toute rumeur et désinformation
Burkina : L’intégralité de l’acte fondamental du MPSR
Burkina Faso : Ce que l’on peut retenir de l’acte fondamental du MPSR II
Futur président de la transition au Burkina : « Militaire ou civil, nous voulons quelqu’un qui suivra la voie tracée par le peuple »
Burkina : Le MPP charge le LCL Damiba et encourage le capitaine Traoré à mettre en œuvre les priorités annoncées
« C’est dans la solidarité que nous devons relever les défis de l’insécurité », Salam Sawadogo, président du parti RMB
Suspension des activités des partis politiques : « Ce sont des mesures conservatoires que le capitaine Traoré a dû prendre », selon Me Bénéwendé Sankara
Burkina : Le capitaine Ibrahim Traoré remercie les manifestants pour leur soutien et sonne la fin de la récréation
Burkina Faso : Le SPONG déplore la multiplication des coups d’Etat
Eviction du LCL Paul Henri Damiba : Une dynamique interne du MPSR qui rassure le peuple burkinabè, selon le CREDD
Rien ne va au Burkina : L’insécurité fait deux coups d’Etat en huit mois
Situation nationale : Le président du MPSR appelle à la retenue face aux appels au vandalisme contre des autorités coutumières et religieuses
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés