Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un problème sans solution est un problème mal posé » Albert Einstein

Transition au Burkina : « Il faut redonner à l’armée toute sa dignité et sa crédibilité », propose Abdoulaye Barry

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • lundi 30 mai 2022 à 22h50min
Transition au Burkina : « Il faut redonner à l’armée toute sa dignité et sa crédibilité », propose Abdoulaye Barry

Les mouvements Le Balai citoyen et Afrikamba, l’Association Wend Songsida, le Cadre deux heures pour Kamita, la Ligue panafricaniste et leurs alliés politiques ont organisé une conférence publique, ce samedi 28 mai 2022, sur la gestion de la transition au Burkina.

« Quelle trajectoire pour la transition ? ». Telle est l’interrogation principale qui a servi de thème pour cette conférence publique.

Selon le secrétaire exécutif du mouvement Le Balai citoyen, Ousmane Lankoandé, il s’agit de rassembler des acteurs pour susciter une réflexion autour de la transition. « On a constaté que la situation sécuritaire a continué à se dégrader et a même empiré, si on peut bien le dire », a-t-il indiqué.

Le secrétaire exécutif du mouvement Le Balai citoyen, Ousmane Lankoandé

En tant qu’organisations de veille citoyenne, les structures à l’initiative de la conférence publique ont estimé qu’il était temps de se mobiliser pour s’interroger sur la trajectoire de la transition actuelle. Il est aussi question, à en croire Ousmane Lankoandé, d’appeler les autorités à se concentrer sur l’agenda de la transition (sécurisation du pays, réinstallation des personnes déplacées et réformes institutionnelles pour organiser les élections).

La démocratie face au terrorisme

Pour ouvrir le bal, c’est le Pr Abdoul Karim Saïdou, politologue et enseignant-chercheur, qui s’est penché sur le sous-thème « Les transitions politiques et la lutte contre le terrorisme ».

« Est-ce que la démocratie est capable de faire face au terrorisme ? Est-ce que les régimes de transition sont capables de lutter contre le terrorisme ? », s’interroge le politologue. Pour lui, il n’y a pas de réponse directe à cette question.

Pr Abdoul Karim Saïdou, politologue et enseignant-chercheur

A l’en croire, les régimes de transition disposent d’avantages dans la lutte contre le terrorisme, car ils sont neutres et peuvent rassembler plusieurs composantes de la société. Pour le contexte burkinabè, il s’est dit sceptique quant à sa neutralité. Aussi, Abdoul Karim Saïdou a confié que ces régimes sont vulnérables car ils sont sous pression, sans oublier le poids des partenaires techniques et financiers qui joue beaucoup sur les caisses de l’Etat. « La transition qui est sous tutelle internationale ne peut pas gagner la guerre », a-t-il dit.

« Cette transition est une trajectoire du chaos »

Boureima Ouédraogo, journaliste et directeur de publication du journal Le Reporter, s’est penché sur le cas du MPSR (Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration) et la question de la restauration.

Dans une démarche directe, il a affirmé que le mythe selon lequel les militaires étaient les mieux qualifiés pour la lutte contre l’insécurité s’est détérioré. Pour lui, aucun militaire n’avait encore posé un acte de bravoure jusqu’au coup d’État du 24 janvier 2022. « Quatre mois après ce coup, il y a une détérioration plus accrue de la situation sécuritaire. On a beau cherché des signaux d’espoir mais hélas, on assiste même à l’augmentation des salaires des ministres. Ils l’on fait en moins de 45 jours. C’est ça la restauration ? », s’est inquiété le journaliste.

Boureima Ouédraogo, journaliste et directeur de publication du journal « Le Reporter »

Il a aussi mentionné la personnalisation du pouvoir à travers le « fameux spot publicitaire de Damiba ». De son avis, les organisations de la société civile, tout comme les partis politiques, ne savent plus à quel saint se vouer. « La sortie du président à Bobo-Dioulasso montre que le mythe est tombé et on peut se dire que cette transition est une trajectoire du chaos », a-t-il ajouté.

Ainsi, il a proposé de recadrer la transition, en remettant le pouvoir à un civil qui sera élu par les forces vives de la nation.

Une vue des participants à la conférence publique

« Mobiliser l’ensemble des Burkinabè »

Le journaliste et analyste politique Abdoulaye Barry, quant à lui, s’est attardé sur la transition et l’engagement patriotique. « Ni le MPP ni, le MPSR n’ont pu fédérer tous les Burkinabè pour faire face à l’insécurité grandissante », a-t-il affirmé.

« Les Burkinabè ont-ils mal à leur patriotisme au point de laisser leur patrie mourir à petit feu ? », se questionne le journaliste. Selon lui, la transition ne réussira que s’il y a une légitimité au niveau national et une crédibilité sur le plan international.

Abdoulaye Barry, journaliste et analyste politique

Abdoulaye Barry a aussi ajouté qu’il est important de rassembler tous les Burkinabè autour d’un idéal. « Il faut mobiliser l’ensemble des Burkinabè sur la base de la vérité et redonner l’armée toute sa dignité et sa crédibilité », a-t-il proposé.

Cette conférence publique a connu la présence de personnalités politiques et de leaders d’opinion.

Cryspin Laoundiki
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 30 mai à 10:34, par Teeltaaba En réponse à : Transition au Burkina : « Il faut et redonner à l’armée toute sa dignité et sa crédibilité », propose Abdoulaye Barry

    BELLE ANALYSE DE TOUS LES PANELISTES
    BON COURAGE À VOUS VAILLANTS INTELLECTUELS QUI NOUS ÉCLAIREZ CHAQUE JOUR
    VOUS AVEZ CHOISI DE DIRE RIEN QUE LA VÉRITÉ

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai à 11:43, par Wibga En réponse à : Transition au Burkina : « Il faut et redonner à l’armée toute sa dignité et sa crédibilité », propose Abdoulaye Barry

    Aucun régime militaire soit-il ne peut en 100jours enrayé un mal qui existait depuis une dizaine d’années. Ça demande une réorganisation et une cohérence des actions de boys et surtout l’adhésion de la population pour accompagner la démarche. Vous aviez vu des points de presse pour dénoncer des interpellations, peux t-on contre le terrorisme par l’émotionnel ou avec le droits (ou le terroriste est plus protégé que ses victimes ? ). L’équation est complexe et le temps très court pour juger une quelconque démarche. Rien de sérieux ne fait dans la précipitation . Rien l’aspect juridique pour protéger nos boys sur le terrain exige un certain délai. De ce qui précède dire que la « la transition est une trajectoire vers le chaos » est amnésique et très malsain pour un intellectuel. La trajectoire du chaos est plutôt ces point de presse avec des illuminés qui distillent la peur au sein de la population et n’ont courage d’aller couvrir en opération de nos boys. Quand au salaire augmenté en 45 jours ne devrait pas être une tâche indélébile quand on sait certains n’avaient pas augmenté mais ils ont construit des bunkers de demi milliard en 45 jours etc. Pour réussir la lutte contre la corruption et être exemplaire il me parait acceptable. La réalité est que si aujourd’hui ceux qui sont là échouent on coule tous. Quel civil aujourd’hui au faso politique ou apolitique peut gérer les bisbilles côté militaire et civile ? La solution est militaire et le seul bémol est que je trouve nos militaires trop démocrates alors que sans restriction de liberté certains ont des desseins inavoués et font des pieds et des mains pour qu’ils réussissent pas et dire voilà eux aussi n’ont pas eu la solution. Vive la jeunesse consciente et non manipulable du Faso

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai à 11:57, par Amadee OUEDRAOGO En réponse à : Transition au Burkina : « Il faut et redonner à l’armée toute sa dignité et sa crédibilité », propose Abdoulaye Barry

    Grace à vous le pays sortira de cette crise. Mais il faut que les autorités de la transition accepte...

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai à 12:27, par Burkinbi En réponse à : Transition au Burkina : « Il faut redonner à l’armée toute sa dignité et sa crédibilité », propose Abdoulaye Barry

    Quand les civils appolitiques prendrons conciences que leur avenir se trouve dans leur mains et qu’ils abandonnent la bierre les maquis et le verbiage creux et se mette conscienment au travail le burkina faso retrouvera sa liberté et sa dignité. c’est le sens du combat de thoma sankara pas plus pas moins. mais malheuresement jusque la le seuil d’exitabilité de cette conscience collective n’est toujour pas atteint.

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai à 12:29, par Burkinbi En réponse à : Transition au Burkina : « Il faut redonner à l’armée toute sa dignité et sa crédibilité », propose Abdoulaye Barry

    Quand les civils appolitiques prendrons conciences que leur avenir se trouve dans leur mains et qu’ils abandonnent la bierre les maquis et le verbiage creux et se mette conscienment au travail le burkina faso retrouvera sa liberté et sa dignité. c’est le sens du combat de thoma sankara pas plus pas moins. mais malheuresement jusque la le seuil d’exitabilité de cette conscience collective n’est toujour pas atteint.

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai à 14:08, par Sacksida En réponse à : Transition au Burkina : « Il faut redonner à l’armée toute sa dignité et sa crédibilité », propose Abdoulaye Barry

    Ecoutez, l’Armee n’est pas une organisation en dehors de la Societe Burkinabe, ceux qui ont seme les graines de la mauvaise gouvernance et de la Corruption endemique au Burkina Faso, ce sont les politiciens vereux depuis le Regime Neocolonial de Blaise compaore et poursuivit par celui de Rock Marc Christian Kabore et son regime MPP. Alors croyez vous que nos officiers militaires ne sont pas au courant de tout ce que vous analysez ? De plus, les Politiciens actuels vereux et conservateurs dans leurs pratiques ont leurs mains sur la Politique politicienne, l’Economie, l’Administration publique et la Justice classique qui a produit ce Coktail Molotov dont le Peuple Burkinabe en est la Victime Inoncent. Par consequent c’est toute la Societe Burkinabe qu’il faut moraliser et combattre tous les pourrisement ou qu’ils se trouve. Rescemment vous avez ete informe peut etre que Rock aurait donne son OK a un DG d’une Banque Publique Agricole pour octroyer 9 milliards de FCFA a un de ses amis politique pour ses affaires ? Alors que cette Institution Nationale Publique doit Financer le Secteur agricole pour le booster au niveau National. Sur que ce cas n’est que la face visible de l’Icebeg et la suite des Audits generaux publics en decouvrira d’autres certainement. Les Militaires performants doivent etre au Front, mais c’est seulement l’incompetence aggravee des politiciens civils qui amenent les Militaires a prendre le Pouvoir. En Guinnee egalement le President Doumbia a decouvert egalement des scandales economiques et financiers au detriment du Peuple. C’est donc une question de Philosophie Politique et d’Engagement Patriotique. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai à 17:32, par warzat En réponse à : Transition au Burkina : « Il faut redonner à l’armée toute sa dignité et sa crédibilité », propose Abdoulaye Barry

    Hummm ! Sous la révolution, il y a eu dans le domaine de la santé : ’’ la vaccination commando’’. C’est une opération réussie qui a fait la une des journaux dans le monde et l’objet de félicitations par l’OMS. Nos frères de la santé ont gardé et amélioré le mode opératoire, si fait qu’aujourd’hui, les programmes de vaccination atteignent toujours leurs cibles. Et le Burkina est appelé à expliquer aux autres dans de grandes tribunes, son mode opératoire.
    Redonner à l’armée sa dignité et sa crédibilité. Ce sont des frères militaires qui sont à l’origine à l’origine du discrédit et de l’indignité de l’armée. Qu’elle trouve elle même des solutions. Autrement se ne sont pas des civils à notre avis qui sont à l’origine de sa transformation en ’’tigre en papier’’, ce n’est donc pas à des civils de l’aider à recouvrer sa crédibilité et sa dignité. Chacun n’a qu’à faire son job et les moutons seront bien gardés.

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai à 20:51, par Pascal O En réponse à : Transition au Burkina : « Il faut redonner à l’armée toute sa dignité et sa crédibilité », propose Abdoulaye Barry

    Le favoritisme, l’exclusion sont les maux qui minent le MPSR et le conduisent tout droit au mur. Une promotion à elle seule ne peut résoudre ce problème de terrorisme.
    L’armée est actuellement divisée et cette situation compromet dangereusement l’avenir de la nation. Mettre au garage une trentaine d’officiers supérieurs est une décision immature. Le Burkina a besoin de tous ses fils et filles pour faire face à ce fléau.

    Répondre à ce message

    • Le 31 mai à 16:58, par le Vigilant du Sahel En réponse à : Transition au Burkina : « Il faut redonner à l’armée toute sa dignité et sa crédibilité », propose Abdoulaye Barry

      Ce que laisse entendre l’internaute Wibga est très grave et inquiétant. Si en dehors du MPSR, le Burkina n’a personne de valable pour diriger notre chère Patrie, alors il vaut mieux quitter ce Pays pendant qu’il est encore temps. Heureusement que notre Pays, contrairement aux affirmations de Wibga, regorge d’hommes et de femmes valables, capables à tout moment de notre histoire de faire la différence. Les 20 millions d’âmes de notre Pays trouveront les ressorts nécessaires pour faire face à l’adversité et reconquérir un Burkina Faso où il fera bon vivre. Si le MPSR continue de balbutier, il sera rangé dans les oubliettes de l’histoire. La priorité des priorités est de rétablir l’intégrité du territoire national et permettre le retour des PDI dans leur localité d’origine. Si le MPP a été renversé, c’est justement parce que ceux qui ont pris le pouvoir ont jugé que les choses piétinaient et qu’il fallait aller vite et bien dans la lutte contre le terrorisme. Si en lieu et place de cela, d’autres sujets d’arrière-plan viennent occuper le devant de la scène, on ne comprend plus rien. Avait-on vraiment besoin de perdre du temps pour entrer dans les sillons de la démocratie ? Pourquoi avoir rétabli la Constitution ? Et la mise en place de l’ ALT ? A la guerre comme à la guerre. Quand on fait un coup d’Etat, on gouverne selon les règles d’un régime d’exception et on avance. Je ne crois pas à un groupuscule encore moins à l’individualisme triomphant. C’est le peuple entier qui construit toujours son histoire. Les hommes passent, les régimes politiques tombent mais le peuple est toujours là.

      Répondre à ce message

      • Le 1er juin à 10:32, par Wibga En réponse à : Transition au Burkina : « Il faut redonner à l’armée toute sa dignité et sa crédibilité », propose Abdoulaye Barry

        Vigilant du Sahel, je précise bien que c’est dans le contexte actuel du pays dis moi qui tu connaît qui est à mesure de sécuriser le pays en dehors de l’armée ? Représenter au pouvoir par le MPSR. Analyse simplement nos politiques actuellement, aucun n’a des propositions ou un leadership confirmé et unis pour relever un tel défi. Tous sont dans des gueguerres d’ego en leur propre sein. Par déduction nous avons intérêt à ce que nos Hommes actuels n’échouent pas sinon aucun plaisantin du landerneau politique ne peut nous sortir de l’ornière

        Répondre à ce message

  • Le 7 juin à 07:26, par Anso En réponse à : Transition au Burkina : « Il faut redonner à l’armée toute sa dignité et sa crédibilité », propose Abdoulaye Barry

    La solution passe par la dissolution pure et simple de l’armée, sa re fondation sur des bases opérationnelles.
    7 ans de guerres et de défaites plus humiliantes les unes que les autres nous ont demontré que nos officiers supérieurs (Officiers généraux, colonels et assimilés) sont A 95% INOPERATIONNELS. Allons nous attendre que tous le pays s’effondre avant de reagir ?
    Une nouvelle armée territoriale avec des soldats recrutés localement pour La Défense de leur territoire, des cadres récupérés parmi les capitaines, les lieutenants, et formés au combat, Voilà notre seule solution…. ;
    Notre force armée actuelle est totalement inefficace et inutile et budgétivore. C’est une institution à reformer.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : Le MPSR 2 appelle à se départir de toute rumeur et désinformation
Burkina : L’intégralité de l’acte fondamental du MPSR
Burkina Faso : Ce que l’on peut retenir de l’acte fondamental du MPSR II
Futur président de la transition au Burkina : « Militaire ou civil, nous voulons quelqu’un qui suivra la voie tracée par le peuple »
Burkina : Le MPP charge le LCL Damiba et encourage le capitaine Traoré à mettre en œuvre les priorités annoncées
« C’est dans la solidarité que nous devons relever les défis de l’insécurité », Salam Sawadogo, président du parti RMB
Suspension des activités des partis politiques : « Ce sont des mesures conservatoires que le capitaine Traoré a dû prendre », selon Me Bénéwendé Sankara
Burkina : Le capitaine Ibrahim Traoré remercie les manifestants pour leur soutien et sonne la fin de la récréation
Burkina Faso : Le SPONG déplore la multiplication des coups d’Etat
Eviction du LCL Paul Henri Damiba : Une dynamique interne du MPSR qui rassure le peuple burkinabè, selon le CREDD
Rien ne va au Burkina : L’insécurité fait deux coups d’Etat en huit mois
Situation nationale : Le président du MPSR appelle à la retenue face aux appels au vandalisme contre des autorités coutumières et religieuses
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés