Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui veut faire quelque chose trouve un moyen ; Qui ne veut rien faire trouve une excuse.» Proverbe Arabe

Journée de l’Afrique : Le Burkina Faso demande la levée de sa suspension des instances de l’Union africaine et de la CEDEAO

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • LEFASO.NET • mercredi 25 mai 2022 à 13h28min
Journée de l’Afrique : Le Burkina Faso demande la levée de sa suspension des instances de l’Union africaine et de la CEDEAO

« Le Burkina Faso plaide pour la levée de sa suspension des instances de l’Union africaine et de la CEDEAO ». C’est l’une des doléances soumises à l’Union africaine et à la CEDEAO par le gouvernement burkinabè à travers son ministre en charge des affaires étrangères, Olivia Rouamba.

C’était à l’occasion de la commémoration conjointe de la journée de l’Afrique et du 47e anniversaire de la CEDEAO, ce mercredi 25 mai 2022 à Ouagadougou.

La cérémonie officielle de célébration de cette journée est placée sous le thème : « Bâtir une résilience en matière de sécurité nutritionnelle sur le continent africain : renforcer les systèmes agroalimentaires et les systèmes de santé et de protection sociale pour accélérer le développement socio-économique et du capital humain ».

Le ministre des affaires étrangères, Olivia Rouamba, a également émis le vœu de voir l’opérationnalisation effective du plan d’action 2020-2024 de lutte contre le terrorisme élaboré par la CEDEAO. Elle a dans le même temps souhaité que soit opérationnel, le Fonds pour la paix de l’Union africaine.

Tout en soulignant la pertinence du thème retenu pour être d’actualité et révélateur de la situation alimentaire et nutritionnelle préoccupante du continent, Olivia Rouamba a rappelé les dernières statistiques enregistrées en Afrique par l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

À entendre la ministre burkinabè des affaires étrangères, de la coopération régionale et des Burkinabè de l’extérieur, cette double commémoration est un appel à la remobilisation des filles et des fils de l’Afrique, « berceau de l’humanité ».

Surtout dans un contexte où « l’Afrique n’est pas en bonne posture pour parvenir à l’élimination de la malnutrition infantile, gage pour faire baisser le retard de croissance à 10% et l’insuffisance pondérale à 5% d’ici 2025 », a-t-elle mentionné.

Selon elle, un tel constat requiert un changement de paradigme dans l’élaboration de politiques alimentaires qui intègrent la question de la disponibilité des micros nutriments.

Mais également l’élaboration de politiques relatives à l’accessibilité économique de toutes les couches sociales à l’alimentation diversifiée en s’attaquant aux causes profondes de la pauvreté et au manque d’éducation.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 25 mai à 14:31, par Swartskoff En réponse à : Journée de l’Afrique : Le Burkina Faso demande la levée de sa suspension des instances de l’Union africaine et de la CEDEAO

    Bof ! L’amateurisme continue. Où est le diplomate ? Je cherche je n’en ai pas trouvé. Point de démarche, point de stratégie. On ne peut pas placarder ainsi cette demande attendu que le Burkina Faso a subi les foudres de la cedeao juste rès le Mali et la Guinée. Il eût fallu, me semble-t-il, bâtir sur le cas général des trois pays et ne pas se singulariser. Bof ! J’oublie qu’on est en restauration.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai à 15:02, par Mafoi En réponse à : Journée de l’Afrique : Le Burkina Faso demande la levée de sa suspension des instances de l’Union africaine et de la CEDEAO

    Comment est-il possible que dans ce siècle de lumière,des pays peuvent avoir dans la gestion de la cité des individus,des sinistres pour ne pas dire des ministres aussi nuls que cette rouamba olivia ?Dans sa nullité d’analyse en terme géopolitique et géostratégique,je lui conseille d’aller prendre des cours d’analyse politique accélérés auprès de certains de ses homologues comme Mme Sylvie Baipou Temom de la Centrafrique ou auprès d’un certain Abdoulaye Diop du Mali.En effet contrairement à cette rouamba olivia qui est un vrai tonneau vide,les 2 que je viens de citer sont de vrais diplomates et surtout de vrais patriotes,ce que damiba olivia ne peut se prévaloir tellement elle est nulle et comme sa nullité est avérée,pour exister,elle applique à la perfection le théorème ou la théorie de la traîtrise d’un certain Laurent Dona Fologo qui sechait chaque fois ses habits là où le soleil brillait d’où est venu d’ailleurs son surnom de faux logo.J’invite donc dame rouamba olivia à se ressaisir sinon les internautes lucides s’occupent proprement d’elle et ça ne sera pas une partie de plaisir

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai à 15:41, par MyMy En réponse à : Journée de l’Afrique : Le Burkina Faso demande la levée de sa suspension des instances de l’Union africaine et de la CEDEAO

    - NE FAITES PAS CA SVP. C’EST INDIGNE. C’EST MEDIOCRE.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai à 21:51, par Alexio En réponse à : Journée de l’Afrique : Le Burkina Faso demande la levée de sa suspension des instances de l’Union africaine et de la CEDEAO

    La CEDEAO et LUA sont tous devenus des machins pour les europeens. Puisque ce sont deux entites qui financent la popote.

    Quel est ce deniement de soi,quand nous africains on est a lheure actuelle le continent le plus riche en matieres premieres et en terre arable.

    Quelle est cette politique hypocrite de la FAO ? Le Burkina Faso et le Mali deux pays freres et voisins sont les plus gros producteurs du coton. IIs sont en competion pour se hisser sur le tableau des performances agricoles de cette culture de rente. Cependant ils n arrivent pas a etre auto-suffisant alimentairement.

    Le comble de nos malheurs est encore que ce coton n est pas transformer sur la place pour booster la plue-value. Donc des richesses.

    Cette defaillance est imposee par les pays occidentaux par le biais de l organisation mondiale du travail dont l Afrique ne beneficie pas les moyens adequats de production pour mecaniser son agriculture.

    Au lieu que la FAO distribue du poisson, il faut qu elle apprennent a le pecher. a responsabiliser.

    Au nom de l autonomie des peuples.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Coopération sino-burkinabè : La République populaire de Chine fait un don de 94 millions de FCFA au Burkina Faso
Dialogue politique Union européenne – Burkina Faso : Le Premier ministre appelle à la solidarité de l’Europe
Coopération Burkina/Union européenne : Le bilan du « Programme population » dévoilé
Afrique-France : Lancement de la consultation publique sur la Maison des mondes africains
Coopération Burkina/Europe : Le projet « Amélioration de la gouvernance de l’assainissement solide dans 19 villes de taille moyenne du Burkina » lancé
12ème Conférence ministérielle de l’OMC : Bilan mitigé pour le ministre en charge du Commerce
Espace UEMOA : Vers la promotion de logements abordables et décents pour toutes les couches sociales
Séjour du Médiateur de la CEDEAO au Burkina : Mahamadou ISSOUFOU salue l’ouverture au dialogue du Président du Faso
Restauration du paysage au Sahel : Dix tonnes de semences améliorées offertes au Burkina Faso
Transition au Burkina : Le CDP appelle les autorités à refuser le choix de Mahamadou Issoufou comme médiateur de la CEDEAO
110ème Conférence internationale du travail (CIT) à Genève : Le ministre Bassolma BAZIÉ à la rencontre des partenaires bilatéraux et multilatéraux
Assemblée générale des Médiateurs des pays membres de l’UEMOA : Les acteurs reconnaissants au Président du Faso
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés