Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le soleil qui brille n’ignore pas un village parce qu’il est petit. » Proverbe Africain

Journée internationale des musées 2022 : « Les musées sont des lieux de ce que nous sommes », déclare Valentin Kambiré, directeur général du livre et de la lecture publique

Accueil > Actualités > Culture • Lefaso.net • mercredi 18 mai 2022 à 19h00min
Journée internationale des musées 2022 : « Les musées sont des lieux de ce que nous sommes », déclare Valentin Kambiré, directeur général du livre et de la lecture publique

Le Burkina Faso, à l’instar des autres pays du monde, commémore la 45e journée internationale des musées placée cette année sous le thème : « Le pouvoir des musées ». Cette journée, célébrée le 18 mai de chaque année, est un moment de communion, de partage d’expériences et de propositions pour un mieux-être des populations. C’est Valentin Kambiré, directeur général du livre et de la lecture publique, qui a présidé la cérémonie d’ouverture.

Le thème « pouvoir des musées » signifie, selon les explications de Valentin Kambiré, le représentant de la ministre de la culture, la capacité, la résistance et la résilience des musées pour faire face aux défis et rester dignes dans le temps. Pour lui : « Le musée est un espace où chaque personne découvre son histoire, son identité culturelle ainsi que celle des autres. Les musées nous permettent de puiser intelligemment dans notre passé pour servir avec intégrité l’actualité tout en pensant aux nombreuses possibilités de notre pays dans un avenir commun. Les musées sont les lieux de ce que nous sommes, notre patrimoine culturel ».

Valentin Kambiré, directeur général du livre et de la lecture publique représentant Valérie Kabore, ministre de la culture

Le contexte sécuritaire qui prévaut actuellement semble être un frein à l’épanouissement socio-culturel des musées. C’est ce que soutient d’ailleurs Juliette Kongo, promotrice du musée « Kolgandiéssé » de Ziniaré, dans Plateau central. A l’entendre, avant l’avènement de cette crise, le secteur souffrait déjà de manque de visiteurs dans les espaces culturels. Avec la crise sécuritaire ajoutée à celle sanitaire, la situation s’est empirée car les musées sont devenus un désert en ce sens qu’ils ne sont plus fréquentés.

Une vue des participants à la cérémonie d’ouverture

En plus de ces facteurs, Juliette Kongo affirme que la méconnaissance des musées par les populations est un véritable défi que les acteurs du monde culturel doivent relever le plutôt possible. « Ils sont nombreux à passer devant le musée national sans savoir l’existence de ce lieu », soutient-elle. Or, dit-elle c’est dans les musées que les populations découvrent les valeurs liées à nos communautés. Pour elle, la seule et vraie solution aux maux sociaux aujourd’hui, c’est le retour à la source, aux musées afin de redécouvrir son identité culturelle : « C’est là que les femmes découvrent leur rôle dans la gestion de la communauté et des crises sociales. C’est là que nos enfants apprennent les valeurs fondamentales pour leur propre gouverne ».

Juliette Kongo, promotrice du musée privé « Kolgandiéssé » de Ziniaré

Le secrétaire général du Conseil international des musées du Burkina Faso (ICOM) a invité les autorités politiques à inscrire dans leur agenda la visite périodique des musées et à convier parfois leurs homologues étrangers à les visiter lors de leur passage au Burkina Faso. Il a également rendu hommage aux pionniers de l’institution pour le travail abattu et le service rendu à la nation à travers la promotion et la protection des musées au Burkina Faso en leur décernant des attestations de reconnaissance.

Dofinitta Augustin Khan
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Romaric L. Dala, étudiant et slameur : « On peut poursuivre deux lièvres à la fois, il suffit de savoir s’organiser »
Musée du Poni : Un condensé de l’histoire des civilisations du Sud-ouest
Burkina : Issouf Compaoré célèbre ses 50 ans de carrière musicale
Musique : « Nourat et les Lions » dédicacent « Pectoral », leur premier album
Burkina/Cinéma : "La belle et Noufou", un long métrage de Derek Zampaligré qui veut redonner le sourire aux Burkinabè
Culture : Avec son nouvel album « Merci toujours », Ab Paul Ting invite à cultiver les vertus de la foi, de l’espérance et de la charité
Burkina : L’Institut des sciences des sociétés réfléchit sur la préservation du patrimoine culturel africain
Billet d’humeur : Une fille samo Miss Université !
Culture et coopération : Les rideaux sont tombés sur la Semaine européenne du cinéma
Bobo-Dioulasso : Le théâtre de l’Amitié bientôt réhabilité
Musique : Miss Tanya dédicace son album "Héroïne" à Bobo-Dioulasso
Musique : Issa Ballon signe son premier maxi dénommé « Douaga »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés