Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un problème sans solution est un problème mal posé » Albert Einstein

Burkina : Seize formatrices à l’école de la transformation du beurre de karité

Accueil > ONG, Coopération décentralisée • Lefaso.net • samedi 23 avril 2022 à 20h47min
Burkina : Seize formatrices à l’école de la transformation du beurre de karité

L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et le Conseil africain pour le développement durable (ASUDEC) ont organisé une formation au profit des femmes des régions du Centre-Sud et du Centre-Est du Burkina. Seize formatrices issues de huit ONG et coopératives ont bénéficié d’une formation en transformation de beurre de karité en savon et en produits dérivés, du 19 au 23 avril 2022 à Pô, dans la région du Centre-Sud.

Les apprenantes ont été formées en transformation du beurre de karité en savon de toilette fait avec du miel, en conservation du savon à base de beurre de karité, en fabrication de pommade de beurre de karité et de savon liquide, etc. Elles ont été également outillées sur le marketing et la recherche de marchés. Cette formation va permettre de renforcer les capacités des transformatrices du karité et de créer des emplois. Ces seize femmes, venant de sept communes des régions du Centre-Sud et du Centre-Est, vont, à leur tour, initier d’autres membres de leurs associations et coopératives estimées à 448 femmes.

Les seize femmes ont appris à transformer le beurre de karité en savon et en produits dérivés.

En plus de la formation, elles ont reçu gratuitement des équipements adéquats pour leurs activités, ce 22 avril 2022. Chaque association a bénéficié de kits composés de seaux, de bassines, de tables de coupe, de marmites, de balances, de gobelets gradués, de blouses, de gants, de lunettes, de bottes, de thermomètres industriels, de moules de savons de toilette...

La remise symbolique du matériel.

Durant ces cinq jours, les apprenantes ont été formées par Alimata Ada Alira, transformatrice de beurre de karité à Pô. Elle s’est dit ravie d’apprendre les rudiments de son métier à d’autres femmes. Elle a affirmé que les apprenantes ont été très réceptives durant la formation. La formatrice a profité de cette occasion pour inviter les femmes à travailler pour leur autonomie financière. Alimata Ada Alira a expliqué que c’est grâce à son travail qu’elle a pu participer à la scolarisation de sa progéniture. Aujourd’hui, l’un de ses enfants est professeur et l’autre est à l’université.

Alimata Ada Alira a demandé aux femmes de s’essayer à la transformation des produits forestiers non-ligneux pour être indépendantes.

Joséphine Nana/Nombré vient de l’Association des parents des enfants en situation de handicap. Elle a déclaré que cette formation a été de bonne qualité. Elle s’est justifiée en soulignant que cela va lui permettre de mieux conserver le savon qu’elle produit. Auparavant, par manque de connaissances, elle jetait des boules de savon qui étaient à son sens inutilisables.

Joséphine Nana/Nombré a salué cette initiative.

Cela constituait un manque à gagner, a-t-elle confié. C’est la même satisfaction chez Mamouna Dabré, qui a indiqué que la formation lui permettra d’accroître sa production et de s’essayer à d’autres transformations que celles qu’elle a l’habitude de faire. Elle a adressé des doléances aux initiateurs du projet. Elle souhaite qu’il y ait plus de formations de ce type et que les femmes puissent bénéficier de fonds de roulement pour agrandir leurs activités.

Mélanie Dabiré a estimé que cette formation va permettre à de nombreuses femmes d’être à l’abri du besoin.

Une activité proposée par les femmes elles-mêmes

Cette activité s’inscrit dans le cadre du projet « Créer des terres d’opportunités : transformer les moyens de subsistance grâce à la restauration du paysage au Sahel » désigné par « Projet terres d’opportunités au Sahel ». Selon la chargée du projet au sein de l’ONG Asudec, Mélanie Dabiré, cette formation répond aux doléances des femmes. « Le choix est parti des doléances qui ont été émises ; il y a des difficultés de commercialisation des noix de karité qu’elles transforment. L’idée ici, c’est de diversifier la chaîne de commercialisation.

Cela leur permettra de présenter plusieurs produits aux consommateurs et elles auront plus de revenus », s’est-elle exprimé.
Le Projet terres d’opportunités au Sahel a été financé par le ministère italien de la Transition écologique à travers le mécanisme mondial de la Convention des Nations unies pour la lutte contre la désertification (CNULD). Son objectif est de soutenir les activités qui viennent en lutte contre la désertification, la dégradation des terres et la sécheresse.

Bassourou Boyla a affirmé que cette activité correspond aux objectifs de l’UICN.

Cela, en restaurant les terres et en transformant les moyens de subsistance. « Nous voulons promouvoir ces approches, c’est-à-dire une approche paysagère et une autre, celle du développement de la chaîne de valeur. Les chaînes de valeur vont contribuer à renforcer les services éco-systémiques pour les communautés. Cela va leur permettre de pouvoir entretenir les paysages dans lesquels elles récoltent les différents produits », a argumenté le chargé de Projet terres d’opportunités au Sahel pour le compte de l’UICN, Bassourou Boyla. Le projet couvre des zones rurales du Burkina Faso, du Ghana et du Niger.

S.B
Lefaso.net

Portfolio

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Lutte contre les carences en micronutriments : Les activités du projet de fortification alimentaire à grande échelle en Afrique de l’Ouest sont lancées
Burkina Faso : Sept ONG font front commun pour le financement de l’éducation
Lutte contre le terrorisme au Burkina/région du Nord : EducommunicAfrik s’implique à Ouahigouya
Lutte contre le terrorisme au Burkina : EducommunicAfrik associe les leaders religieux et coutumiers de Ouahigouya
Burkina Faso : Children Believe fait le bilan de la mise en œuvre du projet "Apprendre en jouant (LTP+) à Meguet
Droits des femmes : Le Collectif des féministes du Burkina Faso est né
Projet « Femmes et énergies durables » : Christian Aid dresse le bilan
Politique au Burkina : L’Union européenne et ses partenaires évaluent sept projets mis en œuvre au profit de la jeunesse
Lutte contre le cancer du col de l’utérus : L’ONG Jhpiego mène la bataille à Tenkodogo
Participation des jeunes à la gouvernance au Burkina : L’ONG Children Believe fait le bilan de sa contribution avec son projet "Kombib Suur Koecé"
Action contre la faim (ACF) : Un atelier pour promouvoir la consommation du riz burkinabè
Burkina Faso : Les membres de la cellule genre et les acteurs de la planification et du suivi-évaluation des programmes formés sur la budgétisation sensible au genre et aux droits de l’enfant
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés