Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui veut faire quelque chose trouve un moyen ; Qui ne veut rien faire trouve une excuse.» Proverbe Arabe

Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Si Bossobè Traoré se défend maladroitement c’est parce qu’il est innocent », Me Maria Kanyili

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Procès Thomas Sankara • LEFASO.NET • mercredi 23 mars 2022 à 15h16min
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Si Bossobè Traoré se défend maladroitement c’est parce qu’il est innocent », Me Maria Kanyili

Soldat de première classe au moment des évènements du 15 octobre 1987, Bossobè Traoré faisait partie de la garde rapprochée du président Thomas Sankara. Il est accusé de complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat et de complicité d’assassinat. Il aurait participé à des réunions préparatoires du coup du 15 octobre et aurait été celui qui a donné l’alerte au commando lorsque le cortège du président Sankara a quitté la présidence pour le conseil.

Mais pour son avocate Me Maria Kanyili, son client que l’on présente comme le "traître bandit", n’est qu’une victime dans ce dossier. De plus, il n’avait aucune raison de participer à l’assassinat du père de la révolution car il l’appréciait beaucoup. "Le président Sankara et Bossobè entretenaient de très bonnes relations. Il avait beaucoup d’estime pour Sankara et Sankara aussi l’appréciait et l’appelait affectueusement le noireau. Ils se faisaient même des confidences", confie Me Kanyili. A l’en croire, son client était tellement attaché à Sankara, qu’en sa mémoire, il a conservé la tenue de sport qu’il portait le jour du 15 octobre 1987, tenue qu’elle a tenu à présenter au tribunal.

Répondant au parquet qui dit que Bossobè Traoré se défend maladroitement, Me Kanyili soutient que cela ne saurait être un signe de culpabilité. Bien au contraire, les innocents se défendent très mal car ils ont peur d’être jetés en prison, argue-t-elle. "Si Bossobè Traoré se défend maladroitement c’est parce qu’il est innocent" ajoute-t-elle.

S’étalant sur l’infraction de complicité d’attentat à la sûreté de l’état reprochée à son client, l’avocate soutient qu’aucune preuve matérielle n’a été apportée sur la participation de Bossobè Traoré à des réunions préparatoires du coup d’état. Parquet et parties civiles n’ont fait que citer des déclarations de témoins Zongo Étienne et Somda K. Eugène, qui eux aussi n’ont entendu que des rumeurs et des suspicions sur Bossobè Traoré. "Le droit ce n’est pas de la littérature. C’est une science qui se prouve. Le parquet doit prouver que Bossobè Traoré a pris part tel jour, à tel endroit, a une réunion et à telle heure", fait savoir Me Kanyili.

Quant aux faits de complicité d’assassinat qui lui sont reprochés, le conseil de l’accusé relève le manque d’acte matériel de complicité. Sur le fait qu’il soit celui qui a donné l’alerte au commando, Me Kanyili note qu’il y a beaucoup de contradictions à ce niveau. Elle affirme que le parquet a laissé entendre, que le commando qui a attaqué Thomas Sankara et ses compagnons était déjà au conseil et l’attendait. "Si le commando était déjà sur place, pourquoi avoir besoin de donner l’alerte ?", s’interroge l’avocate. Elle poursuit en disant que contrairement à ce qu’à voulu faire croire Ilboudo Laurent, Bossobè Traoré faisait bien partie de son groupe chargé de la sécurité du président Sankara et était de service ce jour là, donc ne pouvait pas donner l’alerte. De plus, aucun témoin n’a cité nommément son client comme étant celui qui a donné l’alerte.

Me Kanyili a terminé sa plaidoirie en invitant le tribunal à acquitter son client face au manque de preuves matérielles, au bénéfice du doute ou pour infractions non constituées. Au cas où le tribunal le reconnaîtrait coupable de quelques chefs d’accusation, l’avocate a plaidé pour que sa condamnation soit assortie de sursis car il a déjà fait 02 ans de détention et a tiré leçon de cela.

Armelle Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Dossier Thomas Sankara et autres : Le volet international en cours, l’inhumation des restes en perspective
Procès Thomas Sankara : Les accusés condamnés à payer 1 franc symbolique aux ayants droit du père de la révolution
Procès Sankara et compagnons : Quand les réclamations « fantaisistes » fâchent les avocats de la défense !
Intérêts civils dans le procès Thomas Sankara : L’État réclame plus d’un milliard 145 millions de francs CFA pour les préjudices subis
Intérêts civils dans le procès Thomas Sankara : La famille de feu Thomas Sankara réclame une "somme symbolique"
Procès Thomas Sankara : Sept personnes condamnées font appel
Procès Sankara et douze de ses compagnons : L’audience sur les intérêts civils est renvoyée au 25 avril 2022
Procès Thomas Sankara : « Au Burkina, quand on parle de réconciliation, on revient presque toujours à la question de la grâce ou de l’amnistie » (Me Boukary Willy)
Verdict du procès « Thomas Sankara » : Pour le CDP, le verdict éloigne le peuple de la réconciliation nationale
Procès Thomas Sankara et douze autres : Justice enfin pour les familles !
Procès Thomas Sankara et douze autres : Ablassé Ouédraogo trouve le verdict humiliant pour certains condamnés
Procès Thomas Sankara et douze autres : Une victoire dans la lutte contre l’impunité, selon les avocats de la famille de l’ancien président
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés