Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Toucher le fond est une victoire pour celui qui s’en sort.» Smarty

Procès « Thomas Sankara et 12 autres » : « Le doute profite à l’accusé », rappelle un avocat au président de la Chambre

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Procès Thomas Sankara • • mercredi 23 mars 2022 à 09h15min
Procès « Thomas Sankara et 12 autres » : « Le doute profite à l’accusé », rappelle un avocat au président de la Chambre

Maître Olivier Somé a plaidé pour l’acquittement de son client, l’adjudant-chef major à la retraite Diakalia Démé, accusé de complicité d’attentat à la sûreté de l’État. L’homme était membre de l’Escadron motocycliste commando (EMC), une unité de Centre national d’entraînement commando.

L’accusé Diakalia Démé était présent à Ouagadougou pour une compétition de volley-ball militaire, lorsque les tirs ont retenti le jeudi 15 octobre 1987 au conseil de l’Entente. Il exécutera plus tard avec d’autres soldats, un ordre du patron du Haut commandement des forces armées populaires, le commandant Boukari Lingani. Ensemble, ils devaient neutraliser la Force d’intervention du ministère de l’administration territoriale et de la sécurité (FIMATS). La mission aura lieu, mais l’ordre ne sera pas exécuté. Mieux, les éléments de l’EMC et de la FIMATS ont effectué ensemble des patrouilles dans la capitale.

Maître Olivier Somé a rappelé à la Chambre que son client était initialement accusé d’assassinat et d’attentat à la sûreté de l’État. Mais après sa première comparution, le 29 février 2018, devant le juge d’instruction, l’infraction d’assassinat a été abandonnée dans l’arrêt de renvoi.

Aussi, l’infraction d’attentat à la sûreté de l’État a été requalifiée en complicité d’attentat à la sûreté de l’État. « En quoi ont consisté les actes de complicité qu’on lui reproche ? », s’interroge l’avocat. Pour lui, Diakalia Démé ignorait ce qui se tramait avant et pendant le coup d’État. Et le simple fait d’être spectateur ne fait pas de lui un complice. Et c’est la raison pour laquelle, le parquet avait requis son acquittement, car n’ayant pas d’éléments pour le maintenir dans les liens de la complicité d’attentat à la sûreté de l’État.

« La loi est générale et impersonnelle. S’il y a dans le dossier des éléments qui vous convainquent que mon client est complice, nous nous en remettons à votre intime conviction. Dans le doute, abstenez-vous, car en droit le doute profite à l’accusé », a plaidé Me Olivier Somé avant de passer la parole à l’avocat, Me Victoria Nébié, conseil du colonel à la retraite Tibo Ouédraogo.

Patron de l’Escadron motocycliste commando au moment des faits, le parquet avait également requis l’acquittement en sa faveur. À la tête du groupe d’hommes partis « neutraliser » la FIMATS. Pour Me Nébié, l’infraction de complicité d’attentat à la sûreté de l’État retenue contre son client ne tient pas la route. Selon elle, le Burkina Faso vivait dans un climat de peur et de terreur après le coup d’État du 15 octobre 1987 comme l’ont expliqué plusieurs témoins pendant l’instruction et à la barre.

« Dans ce contexte, chacun a survécu à sa manière. Après le décès de Thomas Sankara, les trois autres leaders historiques de la révolution (Blaise Compaoré, Henri Zongo et Boukari Lingani) étaient solidaires. À qui fallait-il obéir ? Il n’y avait pas d’acte fondamental, pas de transition, encore moins une constitution. Les militaires dans le box des accusés n’ont fait qu’obéir aux ordres pour survivre », a justifié l’avocate pour qui Tibo Ouédraogo n’a posé aucun acte répréhensible avant la mort du président Sankara. « Il mérite de sortir libre et blanchi », a-t-elle conclu.

HFB
LeFaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Dossier Thomas Sankara et autres : Le volet international en cours, l’inhumation des restes en perspective
Procès Thomas Sankara : Les accusés condamnés à payer 1 franc symbolique aux ayants droit du père de la révolution
Procès Sankara et compagnons : Quand les réclamations « fantaisistes » fâchent les avocats de la défense !
Intérêts civils dans le procès Thomas Sankara : L’État réclame plus d’un milliard 145 millions de francs CFA pour les préjudices subis
Intérêts civils dans le procès Thomas Sankara : La famille de feu Thomas Sankara réclame une "somme symbolique"
Procès Thomas Sankara : Sept personnes condamnées font appel
Procès Sankara et douze de ses compagnons : L’audience sur les intérêts civils est renvoyée au 25 avril 2022
Procès Thomas Sankara : « Au Burkina, quand on parle de réconciliation, on revient presque toujours à la question de la grâce ou de l’amnistie » (Me Boukary Willy)
Verdict du procès « Thomas Sankara » : Pour le CDP, le verdict éloigne le peuple de la réconciliation nationale
Procès Thomas Sankara et douze autres : Justice enfin pour les familles !
Procès Thomas Sankara et douze autres : Ablassé Ouédraogo trouve le verdict humiliant pour certains condamnés
Procès Thomas Sankara et douze autres : Une victoire dans la lutte contre l’impunité, selon les avocats de la famille de l’ancien président
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés