Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne priez pas pour une vie facile, priez pour avoir la force d’endurer la difficulté.» Bruce Lee, Acteur, Artiste, Cinéaste, Pratiquant d’art martial, Sportif (1940 - 1973)

Procès Thomas Sankara et douze autres : "Le dossier est vide", lance Me Kopiho, avocat de Jean Pierre Palm

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Procès Thomas Sankara • • mardi 22 mars 2022 à 17h45min
Procès Thomas Sankara et douze autres :

Me Moumouny Kopiho conseil de l’accusé Jean Pierre Palm, était le dernier à passer devant le tribunal pour cette première journée de plaidoiries des avocats de la défense. Il s’est évertué à démontrer, que toutes les accusations qui pèsent sur son client, reposent sur des témoignages et qu’il n’existe aucun élément matériel attestant de la complicité de Jean Pierre Palm dans les évènements survenus le 15 octobre 1987.

"Je doute que ce soit le procès de Thomas Sankara. J’ai le sentiment d’être dans une parodie, une comédie... Ce procès c’est l’assassinat du droit pour légitimer une justice pour Thomas Sankara... Le dossier est vide... Les coupables ont déjà été choisis et on demande juste au tribunal d’entériner...". Autant de propos tenus par l’avocat, qui reste convaincu que la vérité ne se saura pas à travers ce procès, car les vrais coupables manquent dans le box des accusés. "Je ne vois pas ce que les ayants droit des victimes gagneraient à ce que l’on condamne des innocents", martèle-t-il.

Pour Me Kopiho, Jean Pierre Palm est aujourd’hui accusé de complicité d’attentat à la sûreté de l’état, à cause de son zèle dans l’exercice de ses missions. "Brillant officier, excellent gendarme, il a toujours été appelé et nommé sans démarche de béni oui oui... Il a servi loyalement la révolution en bon gendarme, même si il n’était pas forcément révolutionnaire. Et il n’a fait que servir le nouveau pouvoir après les évènements d’octobre 1987 " soutient l’avocat. Et parce qu’il était connu comme " l’agent secret le plus doué du Burkina Faso", il était inconcevable pour l’opinion qu’il ne soit pas au courant des évènements qui se tramaient le 15 octobre 1987, surtout qu’en plus il était ami à Blaise Compaoré.

Mais pour Me Kopiho, le fait d’être proche de Blaise Compaoré n’incrimine pas d’office son client, surtout qu’aucun élément de preuve n’a été apporté tout le long du procès, pour prouver qu’il a aidé le front populaire à arriver au pouvoir en 1987. De plus, l’accusé n’aurait bénéficié d’aucune faveur particulière sous le règne de Blaise Compaoré, et sa nomination tardive au poste de ministre des sports n’était que pour résoudre l’indiscipline qui régnait au sein de la fédération burkinabè de football.

L’accusation basée sur des témoignages, est balayée d’un revers de main par l’avocat, qui soutient que ces témoignages à eux seuls ne pourraient constituer des éléments de preuves, surtout qu’il est convaincu que ceux-ci ont été guidés par la haine et la rancune nourries contre son client.

Pour Me Kopiho, il ne faut pas acculer des innocents pour rien, juste pour faire plaisir aux uns et aux autres. En l’absence de preuve matérielle tangible, il faut donner le bénéfice du doute aux accusés, qui semblent avoir déjà été choisis comme coupables parfaits. " Il est temps de trancher le dossier Thomas Sankara dans l’intérêt de la nation, des ayants droit et des accusés", a lancé Me Kopiho à l’endroit du tribunal, avant de l’inviter à ne retenir aucune charge contre son client.

L’audience reprend demain 23 mars à partir de 09h, avec les plaidoiries de Me Éliane Kaboré, conseil de Yamba Elisée Ilboudo.

Armelle Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Dossier Thomas Sankara et autres : Le volet international en cours, l’inhumation des restes en perspective
Procès Thomas Sankara : Les accusés condamnés à payer 1 franc symbolique aux ayants droit du père de la révolution
Procès Sankara et compagnons : Quand les réclamations « fantaisistes » fâchent les avocats de la défense !
Intérêts civils dans le procès Thomas Sankara : L’État réclame plus d’un milliard 145 millions de francs CFA pour les préjudices subis
Intérêts civils dans le procès Thomas Sankara : La famille de feu Thomas Sankara réclame une "somme symbolique"
Procès Thomas Sankara : Sept personnes condamnées font appel
Procès Sankara et douze de ses compagnons : L’audience sur les intérêts civils est renvoyée au 25 avril 2022
Procès Thomas Sankara : « Au Burkina, quand on parle de réconciliation, on revient presque toujours à la question de la grâce ou de l’amnistie » (Me Boukary Willy)
Verdict du procès « Thomas Sankara » : Pour le CDP, le verdict éloigne le peuple de la réconciliation nationale
Procès Thomas Sankara et douze autres : Justice enfin pour les familles !
Procès Thomas Sankara et douze autres : Ablassé Ouédraogo trouve le verdict humiliant pour certains condamnés
Procès Thomas Sankara et douze autres : Une victoire dans la lutte contre l’impunité, selon les avocats de la famille de l’ancien président
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés