Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Toucher le fond est une victoire pour celui qui s’en sort.» Smarty

Région du Sahel : L’Union fraternelle des croyants de Dori lance le projet REVIVRE

Accueil > Actualités > Société • Lefaso.net • dimanche 13 mars 2022 à 22h30min
Région du Sahel : L’Union fraternelle des croyants de Dori lance le projet REVIVRE

L’Union fraternelle des croyants de Dori (UFC/Dori) a lancé, le 11 mars 2022 à Dori, son nouveau projet dénommé Revalorisation des valeurs du vivre-ensemble dans la région du Sahel, en abrégé « REVIVRE ». La présentation du projet financé par le royaume du Danemark à travers le fonds DANIDA, a connu la présence de bénéficiaires et d’autorités administratives de la région du Sahel.

Le nouveau projet va contribuer à la promotion des droits humains, la prévention des conflits, la promotion de la cohésion sociale, la consolidation de la paix et l’amélioration du dialogue interreligieux et interculturel dans la région du Sahel.
Le but du projet, son champ d’action et les objectifs à atteindre ont été présentés le 11 mars aux bénéficiaires et aux personnalités morales et administratives de la région du Sahel.

François Paul Ramdé, le coordonnateur de l’UFC/Dori, dans son exposé, a fait savoir que le projet REVIVRE est mis en œuvre dans la région du Sahel grâce à l’appui financier de l’ambassade royale du Danemark à travers le fonds DANIDA, et à travers son partenaire PARTICIP. Le projet a un coût global de 99 918 000 francs CFA.

François Paul Ramdé, coordonnateur de l’UFC/Dori.

A l’en croire, le projet s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du programme de promotion des droits humains, de la paix et de la cohésion sociale. Le temps imparti au projet est de 24 mois, en partant du 1er janvier 2022.
La région du Sahel est fragilisée par des conflits interreligieux et les conflits entre agriculteurs et éleveurs. La recrudescence des violences a entraîné également le dysfonctionnement du dispositif administratif, éducatif et sanitaire, avec un taux élevé de déplacés internes. A cela s’ajoutent la stigmatisation et le repli identitaire.

Devant cette situation, François Paul Ramdé affirme que l’objectif du projet est de contribuer à la prévention de ces maux et préserver la cohésion sociale, développer la résilience contre l’extrémisme violent et consolider la paix et le vivre-ensemble dans la région du Sahel, avec la participation des femmes et des jeunes. Le projet intervient dans les communes de Dori, Bani, Djibo et Gorom-Gorom. Une trentaine de villages seront touchés avec environ 10 000 bénéficiaires.

Les participants au lancement du projet.

Après la présentation du projet suivie de questions de compréhension et d’apports sur les mécanismes de mise en œuvre, les participants se sont dit satisfaits car, selon eux, REVIVRE va permettre de recoudre le tissu social. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Daoula Bagnon
Correspondant Dori

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Moov Africa : Les raisons de la grève des employés de Bobo-Dioulasso
Burkina : Les volontaires des Nations-unies solidaires des personnes en situation de handicap
Burkina Faso : RFI suspendue jusqu’à nouvel ordre
Journée internationale des personnes handicapées 2022 : Le Pr Charlemagne pour un meilleur accès aux services de santé des femmes
Gendarmérie nationale du Burkina : Les epreuves physiques et sportives se tiennent du 3 au 11 décembre 2022
Crise sécuritaire au Burkina Faso : Les forces militaires étrangères sont inefficaces, selon une étude de la fondation Rosa Luxembourg
Procès Kalifa Yemboado Rodrigue Namoano : Le procureur a requis 36 mois dont 12 ferme contre l’accusé
Agriculture au Burkina : Des formateurs outillés sur l’approche SHEP
Formation régionale en genre à l’ISSP : « Le genre prône l’égalité, mais ce n’est pas une égalité mathématique », Dr Bilampoa Gnoumou/Thiombiano
Koudougou : L’ENS organise ses 1ères journées scientifiques pour apporter sa contribution au traitement des préoccupations du Burkina
Séminaire international sur "Enseignement bilingue francoo-arabe au Burkina Faso : état des lieux et perspectives "
Burkina Faso : Les procédures collectives, l’autre moyen pour sauver les entreprises en difficulté
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés