Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui veut faire quelque chose trouve un moyen ; Qui ne veut rien faire trouve une excuse.» Proverbe Arabe

Nomination de Albert Ouédraogo : « Dans l’histoire du Burkina, rarement un Premier ministre n’a eu autant de challenges à relever »

Accueil > Actualités > Politique • Lefaso.net • vendredi 4 mars 2022 à 23h47min
Nomination de Albert Ouédraogo : « Dans l’histoire du Burkina, rarement un Premier ministre n’a eu autant de challenges à relever »

Dr Albert Ouédraogo a été nommé Premier ministre de la transition burkinabè le jeudi 3 mars 2022. Lefaso.net a recueilli l’appréciation de quelques acteurs de la société civile de Ouagadougou ce vendredi 5 mars 2022. Les citoyens préfèrent le voir à l’œuvre avant de le juger.

Adam Régis Zougmoré, président des Compétences électorales africaines

« Pour nous, c’est déjà une très bonne chose qu’aussitôt après la phase de signature de la charte, l’on ait effectivement celui-là qui va commander l’action du gouvernement. C’est une chose dont nous sommes satisfaits et nous pensons que le président Damiba, en faisant appel à Albert Ouédraogo, le fait certainement en connaissance de cause. Je pense que l’on peut pour le moment lui donner du crédit, parce que c’est une personnalité inconnue du grand public. Je crois qu’il donne quelques garanties au regard de sa biographie. D’aucuns diront que c’est très tôt, mais je pense que c’est une très bonne chose parce qu’en sa qualité d’ancien enfant de troupe (on sait qu’il a déjà une formation militaire), il est prometteur.

Il est un ancien enfant de troupe bien formé et qui a en plus acquis de nouvelles compétences, nous pensons qu’il peut également être cette personne qui peut poser des actions pour garantir la réussite de cette transition. Pour le deuxième élément, c’est au niveau de son profil. C’est un économiste, un spécialiste du développement des entreprises, qui pourrait peut-être satisfaire aux fortes attentes. Il faut effectivement avoir quelqu’un qui puisse faire preuve de polyvalence. Quelqu’un qui a une posture polyvalente qui puisse permettre d’anticiper et d’avoir des actions correctives.

Adam Régis Zougmoré, président de Compétences électorales africaines salue le choix du président du Faso

Pour nous, ce profil peut être un atout pour permettre d’anticiper et d’avoir des reformes rigoureuses à même de servir cette phase des trois années de transition. Il y a aussi ce que l’on peut noter toujours, à savoir sa solide expérience dans le domaine du management de l’administration publique. Quand vous avez quelqu’un qui a fait des études, qui est un spécialiste dans l’élaboration des manuels, ça veut logiquement dire qu’il est aussi la personne à même de poser vraiment les jalons d’une fonction publique nouvelle.

Et qu’est-ce qu’une fonction publique nouvelle ? C’est une fonction publique où le client, l’usager doit trouver satisfaction. Donc c’est un élément important et nous pensons que la maîtrise de ces éléments peut nous permettre d’espérer. Quand on a un spécialiste du management de l’administration publique, on peut s’attendre à un renouveau, à une nouvelle fonction publique qui répond à l’attente des citoyens du Burkina Faso. La mise en œuvre de politiques diversifiées et de bonnes politiques demande d’abord un bon bagage.

Quelqu’un qui a fait ses preuves au niveau des facultés et qui a aussi conduit des missions d’études, nous pensons quand même que c’est un paquet d’expériences qui pourront permettre d’allier un peu les aspects opérationnels aux aspects pratiques. Nous avons tantôt dit pendant nos précédentes sorties médiatiques que nous souhaitons avoir une personne neuve. Une personne qui ne soit pas mêlée dans les actions anciennes. C’est vrai que le Premier ministre peut avoir eu des opinions de par le passé. Mais pour nous, on peut partir sur cette base, pour percevoir une personnalité qui sort de l’ordinaire et une personnalité engagée pour faire de la transition son cheval de bataille et apporter des actions dans la réussite du processus.

C’est pour cela que je profiterai de l’occasion pour dire qu’il faut ouvrir de nouvelles pages pour qu’il puisse inscrire des actions fortes. Et ces actions fortes, ce sont des actions de refondation et de remise sur rails de la république. Donc pour nous aujourd’hui, le fait que Dr Albert Ouédraogo ne soit pas connu du public peut être gage d’un bon début de prise en compte de toutes les aspirations du peuple. Il revient aux Burkinabè de l’accompagner dans sa mission et de lui donner toutes les garanties afin que son action puisse vraiment aller jusqu’au bout ».

Issaka Sourwèma, appelle le nouveau Premier ministre à aller au charbon plutôt

Issaka Sourwèma, président de l’Association pour la tolérance religieuse et le dialogue interreligieux

« Pour juger quelqu’un, il faut bien le connaître. Mais en ce qui me concerne, je ne le connais pas très bien mais je sais de qui il s’agit. Quand j’étais le président du conseil d’administration de l’Agence pour la promotion des exportations (APEX), il a mené une étude pour nous qui a été appréciée. Ceci étant, on ne peut pas juger quelqu’un sur cette base. En revanche, si on l’a élevé à ce rang-là, probablement qu’il a des potentialités qu’il doit travailler à les traduire en réalité.

Donc, c’est l’un des aspects. Le deuxième aspect est que, parfois, la fonction révèle les individus. On peut penser qu’il n’est pas là où il doit être et finalement la fonction et les contraintes liées à la fonction l’amène souvent à se surpasser et c’est ce que nous souhaitons pour lui. Du reste, je crois que dans l’histoire du pays, rarement un Premier ministre n’a eu autant de challenges à relever. Comme il ne travaillera pas seul, il va s’entourer des personnes qui vont l’accompagner à accomplir sa tâche.

Il faut souhaiter que ces personnes qui vont être choisies, se mettent à la tâche dès leur nomination parce qu’il n’y a pas de temps d’échauffement, pas de temps de mise en jambe. Il faut attaquer déjà le plat de résistance parce que ce qui nous attend est titanesque mais pas surhumain. Je me dis qu’avec la foi en Dieu, de la persévérance, de la loyauté et de la détermination, il pourra apporter sa contribution de manière positive. Maintenant c’est au pied du mur qu’on reconnaît le vrai maçon. Espérons qu’il va y arriver ».

Pour Siaka Coulibaly il est très tôt de juger le Premier ministre

Siaka Coulibaly, analyste politique

« Il faut attendre la composition de son gouvernement avant de se prononcer puisqu’il va former une équipe avec laquelle il va travailler. Il serait judicieux d’apprécier cette équipe qui sera mise à la tâche. Vous dites qu’il est sorti du néant, je vous dis que cela peut être un avantage pour lui comme cela peut être aussi une difficulté pour lui. Cela peut ne pas lui permettre de réussir à fédérer les composantes du pays tout comme cela peut permettre aussi de réussir. C’est une question difficile pour moi en fait de me prononcer sur lui comme individu. Attendons d’abord ».

Issa Sawadogo, pense que beaucoup de chantiers attendent Dr Albert Ouédraogo

Issa Sawadogo, candidat malheureux aux élections 2022

« C’est un monsieur que je connais assez, parce que ce fut mon enseignant. Il m’a tenu en première année en comptabilité générale. Sur le plan des cours, on n’avait pas de problème avec lui. Il faut reconnaître que ce fut réellement un très bon professeur et on ne peut rien lui reprocher.

Dans le travail, il était vraiment rigoureux et surtout axé sur les résultats. Quand il donne un travail, c’est surtout le résultat qu’il attend et cela peut être un grand avantage. Sur le plan humain, il était accessible. Il faut dire qu’il était attentif et son cours était tout à fait compréhensible. Il a un très bon CV (ndlr : curriculum vitae) certes, mais peu importe son CV, on ne juge le bon maçon qu’au pied du mur. Donc il peut avoir un bon CV et être un très bon monsieur sans avoir de bons résultats.

Mais on peut tout de même lui accorder une chance de prouver ses capacités. C’est à lui de choisir les hommes qu’il faut à la place qu’il faut et qui pourront l’accompagner dans la mission. Une chose est sûre, nous avons deux préoccupations majeures. La première, c’est logiquement de concevoir un gouvernement qui puisse lutter contre l’insécurité et faire de telle sorte que tous les déplacés puissent rejoindre leur localité.

Deuxièmement, le problème de la corruption. La corruption est en voie d’être légalisée au Burkina Faso. Alors qu’il puisse mettre fin à tout cela avant de parler des autres domaines. Parce qu’il faut le dire, c’est un domaine qui me tient vraiment à cœur. S’il arrive à résoudre le problème de l’insécurité et résoudre le problème de la corruption, le reste pourra venir tout simplement. Ce sont les deux problèmes majeurs au Burkina Faso ».

Serge Ika Ki et Rachid Sow (stagiaires)
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 4 mars à 21:56, par XY En réponse à : Nomination de Albert Ouédraogo : « Dans l’histoire du Burkina, rarement un Premier ministre n’a eu autant de challenges à relever »

    Hum ! Que des confusions !! Un enfant de troupe n’est pas un militaire, mais un élève à qui on inculque une éducation de militaire, espérant que quand il sera adulte il pourrait embrasser la carrière militaire. Il est militaire, quelqu’un qui a fait une formation militaire à la suite d’un recrutement militaire et présenté au drapeau à la fin de sa formation. Espérant que la confusion est levée !

    Répondre à ce message

  • Le 5 mars à 09:38, par Paul En réponse à : Nomination de Albert Ouédraogo : « Dans l’histoire du Burkina, rarement un Premier ministre n’a eu autant de challenges à relever »

    Un signal fort serait de ramener le nombre de ministres a 20 au grand maximum même si la charte a dit 25 au maximum. Il FAUT réduire le train de vie de l’état et rationaliser ! On va s’économiser ainsi bon nombre de cadres de concertation interministériel qui ne servent pas à grand chose ! On constate que la collaboration reste toujours difficile entre les agents d’un ministère avec les autres parce qu’ils n’ont pas la notion du bien commun et préfèrent jouer à leur chaste gardé de leurs dossiers qu’ils gèrent alors que tout le monde est censé travailler pour le bien être du peuple

    Répondre à ce message

  • Le 5 mars à 11:39, par Pour du déjà vu En réponse à : Nomination de Albert Ouédraogo : « Dans l’histoire du Burkina, rarement un Premier ministre n’a eu autant de challenges à relever »

    Chers tous, il est évident que quand on cherche quelqu’un pour une tâche la première réaction est de regarder autour de sois et quand on est pas convaincu de trouver, on lève la tête pour voir plus loin que l’alentour immédiat. C’est de bonne guerre car on connait ou semble connaitre qui est à côté, qui est sont promotionnaire etc.
    Mais cela est il correcte quand il s’agit de gérer une chose de tous ?
    Oui et Non !
    Oui par ce que des amis ne se connaissent bien que lorsqu’ils sont promotionnaires et c’est ce qui fait la compacité du groupe. ce groupe sera indivisible et restera uni jusqu’à finir sa tâche. Une seule chose peut ébranler dans le sens de la division ce groupe : La moitié d’un des membres de ce groupe ou de plus d’un des membres.
    Non, quand il ne s’agit pas de promotionnaires mais d’autre chose telle l’appartenance à un groupe, la mosaïque du reste devient un problème pour le groupe car le groupe sera perçu comme ’’L’AUTRE’’, celui ou celle qui n’est pas comme nous. Ne dit on pas que l’enfer c’est les autres ?
    Bref, laissons comme cela pour que chacun pousse la réflexion ; c’est mieux que de se ’’braquer’’ contre X pourrait on dire.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars à 13:30, par Doundoozi N’ZIKA En réponse à : Nomination de Albert Ouédraogo : « Dans l’histoire du Burkina, rarement un Premier ministre n’a eu autant de challenges à relever »

    Toutes mes félicitations M. le Premier Ministre !

    Je vous souhaite beaucoup de réussite dans votre mission pour le bonheur du Burkina.

    Pour bien vous assoir, balayez autour de vous, assurez-vous de la solidité du siège ou fauteuil.

    Un exemple : si on vous donne des dossiers ou documents à signer concernant l’Autorité de Régulation du Secteur de l’Énergie (ARSE), faites beaucoup attention !
    En effet, un test de recrutement des membres du Conseil de Régulation y aurait été organisé en septembre 2021.

    Les résultats auraient donné lieu à un bras de fer entre le MCA ou MCC et le MPP qui tiendrait à y placer ses militants, même s’ils ne sont pas les meilleurs au test de recrutement.

    Un avis d’appel à candidature pour recruter 3 membres du Conseil de Régulation et un secrétaire général de l’ARSE a été publié dans la Presse en août 2021, mais les résultats n’auraient jamais été publiés, ne serait-ce que pour dire que les résultats sont infructueux.

    Contre toute attente, le MPP aurait profité du changement de Premier Ministre pour induire le Premier Ministre Lassina ZERBO en erreur, et celui-ci a fait nommer ses militants comme membres du Conseil de Régulation et secrétaire général de l’ARSE à son tout premier Conseil des Ministres le 29 décembre 2021, toujours sans publication officielle des résultats.

    Votre nouveau ministre des Finances aurait été membre du jury d’entretien et de la procédure de recrutement en sa qualité de secrétaire général du MINEFID.
    Si cela est vrai, il pourrait mieux vous informer que ces rumeurs qui circulent en ville, et ainsi vous rassurer.

    Il semblerait que la même stratégie (le même piège) vous serait tendue pour que vous leur fassiez prêter serment rapidement dans les tout prochains jours et " la boucle est bouclée".

    Pleins succès à vous pour la lutte contre la corruption et toute forme de magouille au Burkina Faso.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Centre-ouest : Les femmes du CDP plus que jamais déterminées à conduire Eddie Komboïgo à Kosyam
Insécurité au Burkina : Roch Kaboré et Paul-Henri Damiba doivent « forcément répondre des crimes devant les populations », exige le PDP/PS
Détention de Roch Kaboré : Une marche-meeting le 2 juillet prochain à Koudougou, pour exiger sa libération
Grand prix Manéga de la paix : Des personnalités distinguées pour leur combat pour la paix au Burkina
Bobo-Dioulasso : Des OSC demandent la démission du président Damiba et annoncent un « concert de casseroles »
Commune de Dapélogo (Plateau central) : La délégation spéciale installée
Opération mana mana : « Si nous pouvons nous mettre ensemble pour rendre nos villes propres, nous pouvons également nous mettre ensemble pour relever les autres défis », estime le Président du Faso
Opération Mana-mana : Le Premier ministre se réjouit de la mobilisation à Koudougou
Burkina/politique : Eddie Komboïgo répond à la lettre de Blaise Compaoré
Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) : Un congrès ordinaire pour apaiser les tensions
Enquête de perception des 100 jours du MPSR
"Détention arbitraire" de Roch Kaboré : « La junte ne doit plus attendre un énième appel à sa libération » signale Désiré Guinko
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés