Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un problème sans solution est un problème mal posé » Albert Einstein

Burkina : Le procès Sankara suspendu, conséquence du coup d’État du 24 janvier

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Procès Thomas Sankara • LEFASO.NET • jeudi 3 mars 2022 à 12h18min
Burkina : Le procès Sankara suspendu, conséquence du coup d’État du 24 janvier

Suspendue le 8 février 2022 pour permettre aux avocats de la défense de peaufiner leurs arguments, l’audience du procès Thomas Sankara et compagnons qui devait reprendre ce jeudi 3 mars 2022 vient d’être suspendu.

Et pour cause, la défense a soulevé une exception d’inconstitutionnalité, qui est que le coup d’État du 24 janvier 2022 implique que l’attentat à la sûreté de l’État ne constitue plus une infraction.

Après un long débat sur le sujet, le tribunal a décidé de suspendre le procès, attendant que le Conseil constitutionnel tranche la question.

Nous reviendrons plus dans les détails sur cet incident soulevé par Maître Diakité, avocat de l’accusé Jean-Pierre Palm.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 3 mars à 12:43, par L’antiputsh En réponse à : Burkina : Le procès Sankara suspendu, conséquence du coup d’État du 24 janvier

    C’est pour ça on vous dit, faites pas Putsch. Walay moi l’Antiputsch je soutiens les avocats de la DÉFENSE. Si le Putsch de DAMIBA a été légalisée par le Conseil Constitutionnel, tout putsch devient légal. Donc pas de jugement.
    D’ailleurs libérez Diégueré et ses éléments.
    C’est pour ça je m ;appelle L’ANTIPUTSCH. Je suis le seul sur ce forum.

    Répondre à ce message

    • Le 3 mars à 14:18, par Indjaba En réponse à : Burkina : Le procès Sankara suspendu, conséquence du coup d’État du 24 janvier

      Pour une fois je suis d’accord avec la libération de diendéré. On est vraiment bloqué avec ce conseil constitutionnel. La solution que je propose, c’est d’accélérer la réconciliation. Il nous faut beaucoup de courage pour ça. On fait rentrer tous les exilés, on libère les Diendéré, on libère au moins 75% des prisonniers actuellement dans nos prisons. On fait un trait sur le passé. On privilégie des réparations pécuniaires et on repart à zéro avec beaucoup plus de rigueur dans nos lois. Mais il faut du courage et il faut aussi trouver un mécanisme dans la constitution pour contrôler le conseil constitutionnel afin d’éviter à l’avenir cette légalisation de des coups d’État.

      Répondre à ce message

    • Le 3 mars à 15:35, par Passakziri En réponse à : Burkina : Le procès Sankara suspendu, conséquence du coup d’État du 24 janvier

      @L’antiputsch,
      Rassurez-vous que vous n’êtes pas seul à être antiputsch sur ce forum. Vous avez créé ce génial sobriquet, mais vous n’êtes pas seul parce que pour moi tout démocrate convaincu est antiputsch. Donc on est ensemble comme le dirait mon ami.
      D’ailleurs si vous remontez les archives , vous constaterez que nous forumistes avertis de cette platteforme avons interpéllé sur les dangers qui planaient sur le procés à cause de la suspension de notre constitution. Nous avions dejà senti le boulevard que Sandaogo et Sidsoré offraient à Me Paul Kéré. Peut-être que c’était ca aussi le plan du RSP en Mouvement ?

      Passakziri

      Répondre à ce message

  • Le 3 mars à 12:51, par Zeus En réponse à : Burkina : Le procès Sankara suspendu, conséquence du coup d’État du 24 janvier

    Ces avocats méritent notre respect ! Limpide comme de l’eau de roche de Tuiré !

    Répondre à ce message

  • Le 3 mars à 13:08, par kap En réponse à : Burkina : Le procès Sankara suspendu, conséquence du coup d’État du 24 janvier

    En voila la vérité qui est entrain de rattraper le mensonge de l’avènement du mpsr . Un avènement venu juste après les condamnations DE BLAISE ET DE DIENDERE

    Répondre à ce message

  • Le 3 mars à 13:34, par Leberné En réponse à : Burkina : Le procès Sankara suspendu, conséquence du coup d’État du 24 janvier

    Burkinabé bernés :
    "Le coup d’État du 24 janvier 2022 implique que l’attentat à la sûreté de l’État ne constitue plus une infraction". C’est clair et c’est net. C’est vrai et c’est incontestable.
    - Comprenez-vous maintenant le pourquoi de la précipitation pour se faire légitimer par le Conseil Constitutionnel par la prestation de serment et l’investiture ?
    - Le Conseil Constitutionnel a-t-il été complice ou bien a-t-il été lui aussi berné ?
    - Comprenez-vous maintenant le vrai sens de "Sauvegarde" et "Restauration" ?
    - Comprenez-vous maintenant le pourquoi du coup d’Etat du 24 janvier ?
    - Comprenez-vous maintenant pourquoi le terrorisme gagnait du terrain malgré le fait que ceux qui sont maintenant au pouvoir étaient au front ?
    - Comprenez-vous maintenant pourquoi le terrorisme a éclaté au Faso dès la prise de pouvoir par RMCK ?
    - Chers burkinabé, comment pouvez-vous croire que MPSR peut être MPSR sans intention ou tentation ou possibilité d’être M/ RSP ?
    - Comment pouvez-vous penser qu’un élément de l’ex RSP peut prendre le pouvoir sans être animé par la volonté de restaurer d’une manière ou d’un autre un certain ordre ?
    - Comment pouvez-vous croire que ce procès sur l’affaire Thomas Sankara pouvait aboutir si tranquillement à son terme avec la condamnation très probable de ceux qu’on connaît ?
    - Comment avez-vous pu faire confiance en des ex-collaborateurs directs de ceux qu’on connaît, pour exercer le pouvoir et assurer une véritable justice pour Thomas Sankara ?
    - Comprenez-vous maintenant ?

    Répondre à ce message

  • Le 3 mars à 13:37, par salif En réponse à : Burkina : Le procès Sankara suspendu, conséquence du coup d’État du 24 janvier

    Et voilà, c’est reparti, cette affaire de démocratie va nous pourrir l’existence dans ce pays. Un système qui contient les germes de sa propre destruction.

    Répondre à ce message

  • Le 3 mars à 14:46, par Tengbiiga En réponse à : Burkina : Le procès Sankara suspendu, conséquence du coup d’État du 24 janvier

    C’est ce qui arrive quand on ne veut pas assumer ce qu’on fait. Quand on fait un coup d’état on assume comme au Mali comme en Guinée, comme au Burkina avec Thomas Sankara.
    On n’essaye pas de se légitimer par des artifices de prestation de serment, d’intronisation par la cour costitutionnelle, etc...
    On assure et on déroule son programme, point barre.

    Répondre à ce message

  • Le 3 mars à 15:03, par Etirev En réponse à : Burkina : Le procès Sankara suspendu, conséquence du coup d’État du 24 janvier

    Le conseil constitutionnel a légitimé le putsch, partant de là tous les putschs. Donc pourquoi juger des gens qui ont commis un putsch ayant eu pour conséquence la mort de plusieurs enfants de ce pays ? Le putsch actuel a aussi tué des gens. Les morts sont des dommages collatéraux des putschs, ceci est vrai quelle que soit la célébrité des gens qui ont été tuées. On remarquera aussi que parmi les morts du putsch du 15 octobre, il y avait certains qui ont aussi participé à des tueries des soi-disant tentatives de putsch. Voici le vrai problème qu’il faudra régler avec honnêteté. Mais tant qu’on continuera à voir Sankara comme un héro, Blaise comme un héro (ou un diable), Damiba comme un sauveur, notre pays aura toujours des problèmes car les partisans de ces derniers continueront à vouloir légitimer leurs actes. Il n’y a pas de bons coups d’état. Les acteurs ne sont que des acteurs malicieux qui agissent soit pour leur gloire personnel (le culte du leader, le one-man show), soit pour piller les ressources ou les deux. La patrie ou la mort signifie réellement le pouvoir ou la mort, Sankara l’a dit et vécu, Blaise a essayé de le faire et Damiba compte sur le temps pour trouver les moyens de se pérenniser au pouvoir. Il ne faudra pas se tromper : le mensonge ne triomphera jamais. Arrêtons de faire mal à notre pays, arrêter d’utiliser toujours les mots comme patriotes, peuple pour tromper les gens, arrêter de vous croire supérieurs aux autres. Nul n’est plus fort ou plus patriote que les autres. Arrêter de vous amuser avec la sagesse universelle, adopter l’humilité et l’intégrité. Il y a rien de mal de dire la vérite.

    Répondre à ce message

  • Le 3 mars à 15:13, par Veron En réponse à : Burkina : Le procès Sankara suspendu, conséquence du coup d’État du 24 janvier

    Tout compte fais CELA montre le niveau de paria de nos institutions, des constitutionistes perdus à la solde de puchisches sanguinaires, vendus contre le peuple ! Ç est vraiment tout pour le restaurant, dite la restauration tous sont là juste se restauré et le peuple ignorant applaudis. En quoi un coup d état peut avancé un pays, Les Tertus Zongo en tant que ministre ont volés ceux peuple aujourd’hui écrivent les directive d un nouveaux départ quel départ ???? Des candidates à la présidence ( magistrature suprême) tel Mme KI Kam ont apeler ouvertement à un coup d état en conférence de presse ! Au moment où des juges jugent un autre coup d état sanglant ! Ou est la logique ??? Quel paix prônons nous et à un développement, quand toute personne peu prendre les armes payés par le peuple devient président et se faire légalisé par la cour constitutionnel !!! Le peuples vous regardent, QUELQUE SOIT LA DURÉE DE LA NUIT LE JOUR REAPARAIT TOUJOURS !! Et tous ces victimes pour le restaurant, du moins la restauration !!
    Le mensonge sera toujours vaincus
    L OBSCURITÉ NE POURA JAMAIS CACHÉ LA LUMIÈRE !!!
    QUE DIEU BÉNIS LE FASO

    Répondre à ce message

  • Le 3 mars à 15:22, par kenfo En réponse à : Burkina : Le procès Sankara suspendu, conséquence du coup d’État du 24 janvier

    Le plus grand problème , c’est les assassinats.. Pour ça ; il faut juger. Etpuis il semble que la Justice serait indépendante et pas retroactive..

    Kenfo

    Répondre à ce message

  • Le 3 mars à 15:23, par kenfo En réponse à : Burkina : Le procès Sankara suspendu, conséquence du coup d’État du 24 janvier

    Le plus grand problème , c’est les assassinats.. Pour ça ; il faut juger. Etpuis il semble que la Justice serait indépendante et pas retroactive..

    Kenfo

    Répondre à ce message

  • Le 3 mars à 15:48, par Toi aussi En réponse à : Burkina : Le procès Sankara suspendu, conséquence du coup d’État du 24 janvier

    Alors là, voilà problèmes. DAMIBA a créé des problèmes aux papys du Conseil Constitutionnel. Ils vont perdre le sommeil pendant un bout de temps et sortir nous dire que le Conseil n’est pas compétent pour trancher cette question.
    Les sages ont fait de la gymnastique politico-juridique pour légaliser le coup d’Etat de DAMIBA, on verra comment ils vont s’y prendre pour déclarer celui de Blaise illégal afin de permettre la poursuite du procès.
    A moins que ça ne soit un montage savamment orchestré pour enterrer définitivement le dossier Sankara. Attendons de voir !

    Répondre à ce message

  • Le 3 mars à 16:02, par SIDNABA En réponse à : Burkina : Le procès Sankara suspendu, conséquence du coup d’État du 24 janvier

    Toutes mes félicitations à cet avocat vigilant comme CDR du CNR du Capitaine Thomas Sankara. Les soit disants "sages" de la justice n’ont qu’à trancher cette affaire pour que ce procès avance pour établir la vérité sur la mort du Président Thomas Sankara. Des sages qui se sont laissés berner par des soldats en armes et ils ont mouillé comme des enfants. Incapables de dire non à ses soldats hors la loi. On ne meure pas deux fois dans la vie.C’est triste si ce procès se termine ainsi en queue de poisson. On attend les putschistes pour la suite si eux mêmes ils ne seront pas juger mais cette fois par le peuple Burkinabè.

    Répondre à ce message

  • Le 3 mars à 16:53, par Kouda En réponse à : Burkina : Le procès Sankara suspendu, conséquence du coup d’État du 24 janvier

    Au lieu de s’exciter, il faut attendre la décision ou l’avis du Conseil constitutionnel.
    Le procès a été plusieurs fois suspendus pour permettre au CC de se prononcer sur des exception de constitutionnalité. Idem pour le procès du putsch le plus bête du monde. Donc rien de nouveau.
    C’est normal et autorisé que les avocats de la défense cherchent tous les moyens légaux à soustraire leurs clients du jugement.
    N’oubliez pas que parmi les chefs d’accusation il y a autres choses que l’attentat à la sûreté de l’Etat : recel de cadavre, assassinats, etc.

    Répondre à ce message

  • Le 3 mars à 17:17, par caca En réponse à : Burkina : Le procès Sankara suspendu, conséquence du coup d’État du 24 janvier

    Les conseil constitutionnel se déclara incompétent dans ce espèce. Mais c’est mal connaitre les avocats de la défense.
    Déjà que le procès est purement politique, mieux laisser les gens vivre les derniers moments de leur vie

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Dossier Thomas Sankara et autres : Le volet international en cours, l’inhumation des restes en perspective
Procès Thomas Sankara : Les accusés condamnés à payer 1 franc symbolique aux ayants droit du père de la révolution
Procès Sankara et compagnons : Quand les réclamations « fantaisistes » fâchent les avocats de la défense !
Intérêts civils dans le procès Thomas Sankara : L’État réclame plus d’un milliard 145 millions de francs CFA pour les préjudices subis
Intérêts civils dans le procès Thomas Sankara : La famille de feu Thomas Sankara réclame une "somme symbolique"
Procès Thomas Sankara : Sept personnes condamnées font appel
Procès Sankara et douze de ses compagnons : L’audience sur les intérêts civils est renvoyée au 25 avril 2022
Procès Thomas Sankara : « Au Burkina, quand on parle de réconciliation, on revient presque toujours à la question de la grâce ou de l’amnistie » (Me Boukary Willy)
Verdict du procès « Thomas Sankara » : Pour le CDP, le verdict éloigne le peuple de la réconciliation nationale
Procès Thomas Sankara et douze autres : Justice enfin pour les familles !
Procès Thomas Sankara et douze autres : Ablassé Ouédraogo trouve le verdict humiliant pour certains condamnés
Procès Thomas Sankara et douze autres : Une victoire dans la lutte contre l’impunité, selon les avocats de la famille de l’ancien président
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés