Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a des temps où l’on ne peut plus soulever un brin d’herbе sаns еn fаirе sοrtir un sеrреnt.» Marceline Desbordes-Valmore

Dakio et Bouda : La surprise de deux outsiders

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Présidentielle 2005 • • vendredi 25 novembre 2005 à 07h58min

Clément Dakio

Beaucoup de facteurs présageaient pour les candidats Clément Toubé DAKIO et Gilbert BOUDA de mauvais scores à ce scrutin présidentiel au point de les voir tenir la queue de peloton. Cependant, les performances de ces « blancs-becs » politiques ne doivent-elles pas être pour eux des motifs de satisfaction quand on sait qu’ils ont damé le pion à des « vétérans » dans l’arène politique du Faso ?

L’une des plus grandes surprises dans cette présidentielle aura été le classement du candidat des Fasocrates, Gilbert BOUDA. Alors qu’on le citait parmi les plus « grands perdants », celui-ci est arrivé en 9e position avec un taux de vote de 1,04% bien devant une grande figure politique comme Emile PARE.

Apparu sur la scène politique qu’à la faveur de cette présidentielle, l’homme a su s’y faire une bonne image. Son nouveau concept, la « Fasocratie », y est peut-être pour quelque chose.

Au regard des résultats, il n’y a pas une province où il a pu engranger au moins 2% des voix. Mais, il est resté constant avec, un taux de vote d’au moins 1%. En cyclisme, on dira qu’il est resté dans le peloton. Ce qui peut, d’une part, traduire qu’il est un peu représentatif dans les 45 provinces du Burkina. D’autre part, il a dû bénéficier de quelques voix des indécis qui constituaient environ 20% selon le deuxième sondage du CGD en septembre 2005.

Cette hypothèse tient au fait que depuis un certain temps, la classe politique semble tomber dans une certaine torpeur provocant ainsi un désintéressement du citoyen des questions politiques. En effet, Gilbert BOUDA est peut-être l’un des candidats à avoir la caution électorale de ceux qui aspirent à l’émergence d’une nouvelle classe politique.

Clément T. DAKIO, une démonstration de force dans la Kossi
A l’instar de Gilbert BOUDA, le candidat de l’UDD, Clément Toubé DAKIO était également considéré comme un outsider dans cette compétition électorale. Mais son classement d’avant-dernier n’est pas trop « piteux » compte tenu de son expérience politique et surtout pour le fait de damer le pion à un Nayabtigungu Congo KABORE. En plus, il aura atteint un objectif majeur, se faire respecter dans sa Kossi natale en obtenant un bon score.

En effet, il vient après Blaise COMPAORE dans la province de la Kossi avec un taux de 5,89% qui le met dans une position confortable pour les élections locales à venir. Comme, il l’avait lui-même dit, si la création de l’UDD fait suite à sa mise à l’écart sur la liste du CDP aux législatives de 2002 dans la Kossi, sa candidature était en réalité une sorte de « mise au vert » pour mieux affronter les élections communales et législatives. Par ailleurs, M. DAKIO est de ces candidats qui ont eu le mérite de profiter de ce scrutin présidentiel pour mieux se faire connaître dans l’opinion nationale.

Ce dont il peut également se réjouir au regard de la jeunesse de son parti, c’est le fait d’avoir obtenu au moins un minimum de taux de vote dans toutes les circonscriptions électorales. Il lui appartient donc d’explorer cette donne pour mieux implanter son parti sur l’ensemble du territoire national.

Par Samba DIARRA
L’Opinion

P.-S.

Voir notre dossier :
Présidentielle 2005

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Election présidentielle : Le satisfecit de la JUNA, du RAJS et de CERVO d’Afrique
Groupe des cinq : Savoir raison gardée
La gueule de bois des lendemains électoraux !
Les leçons d’un scrutin
Présidentielle 2005 : Ce qui devait arriver arriva
L’opposition burkinabè : Les causes d’une défaite
L’après élection du 13 novembre : Tentatives maladroites d’atténuer une défaite cuisante
Analyse des résultats : On récolte ce qu’on a semé
Analyse des votes : Pourquoi certains ont voté blanc ou nul ?
Burkina : "Une démocratie chancelante, balbutiante, frileuse"
Présidentielle au Nahouri : Le PAI analyse sa défaite
Election présidentielle : L’AJCBC dit merci à la jeunesse
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés