Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne priez pas pour une vie facile, priez pour avoir la force d’endurer la difficulté.» Bruce Lee, Acteur, Artiste, Cinéaste, Pratiquant d’art martial, Sportif (1940 - 1973)

Procès Thomas Sankara : Gilbert Dienderé a participé au complot qui a abouti au coup d’État, se convainc Me Farama

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Procès Thomas Sankara • LEFASO.NET • lundi 7 février 2022 à 22h30min
Procès Thomas Sankara : Gilbert Dienderé a participé au complot qui a abouti au coup d’État, se convainc Me Farama

Au cours de sa plaidoirie, Me Prosper Farama, avocat de la partie civile, s’est évertué à démontrer l’implication de Gilbert Diendéré, accusé de complicité d’assassinat et d’attentat à la sûreté de l’état.

De la complicité d’assassinat

Me Prosper Farama, sur la base des témoignages et indices, soutient que Gilbert Diendéré a pris la résolution d’organiser la troupe pour l’exécution du coup d’état qui s’est soldé par la mort de Thomas Sankara et de ses compagnons. Il prend en exemple l’ordre donné à Abderrahmane Zétiyenga de ne laisser personne accéder au conseil après le passage du cortège du président Sankara, ce qui est interprété par l’avocat comme une sécurisation de l’opération. Celui-ci cite aussi la suspension de la ligne téléphonique de l’ETIR, qui pouvait intervenir rapidement au conseil en cas d’attaque, ainsi que l’arrêt du ravitaillement en munitions de la sécurité de Thomas Sankara plusieurs mois avant le drame du 15 octobre. En plus d’avoir instruit certaines actions, Me Farama ajoute que Gilbert Diendéré avait le pouvoir d’empêcher l’assassinat du père de la révolution en sa qualité d’homme de sécurité mais il n’a rien fait. Un acte qualifié de complicité par inaction ou abstention, puisque Gilbert Diendéré aurait volontairement laissé commettre le crime parce que impliqué dans le coup.

Même dans le témoignage de l’accusé, Me Farama relève des éléments qui corroborent la constitution de l’infraction. Pour lui, le témoin s’acharne à prouver qu’il n’était pas au conseil au moment des faits, parce que si sa présence est confirmée il aurait du mal à expliquer son inaction et la sérénité qu’il a gardée malgré les coups de feu. Et pour ce qui est de sa présence au terrain de sport, l’avocat trouve curieux qu’aucun témoin après toutes ces années ne se souvienne l’y avoir vu. De plus, pourquoi n’avoir pas utilisé son talkie-walkie pour appeler afin de comprendre ce qui se passait après les premiers coups de feu, mais avoir préféré aller voir de ses propres yeux alors qu’il n’était pas armé, s’interroge Me Farama. "Drôle de courage", ironise l’avocat qui fait en même temps remarquer que c’est parce qu’il savait qu’il ne courait aucun danger puisque étant dans le coup. Pour lui, l’infraction de complicité d’assassinat est bel et bien constituée.

De l’attentat à la sûreté de l’état

L’accusé Gilbert Diendéré a posé des actes qui démontrent à souhait, qu’il faisait partie du complot pour renverser le régime de Thomas Sankara par la violence. C’est la conviction de Me Prosper Farama qui en égrène quelques uns. Réouverture de la ligne téléphonique de l’ETIR après le coup, demande de boucler toutes les sorties de la ville pour sécuriser l’après opération, envoi des troupes à Koudougou pour étouffer une rébellion, assassinat de Vincent Sigué et Michel Koama par des éléments du CNEC, arrestation de plusieurs personnes, sont autant d’actes posés par Gilbert Diendéré pour consolider le putsch, a en croire le conseil des parties civiles. " On ne peut pas avoir décidé d’arrêter ou d’assassiner le président et vouloir convaincre le tribunal qu’on n’est pas auteur du complot. Il y a contre Gilbert Diendéré, des éléments suffisants", déclare Me Farama.

L’avocat cite aussi en exemple d’éléments à charge, le témoignage de Étienne Traoré, membre de l’UCB. Celui-ci avait laissé entendre que Blaise Compaoré lui avait rapporté, que entre temps Gilbert Diendéré avait levé la main et ses éléments ont pensé qu’il fallait attaquer. Et l’avocat de se convaincre que la main levée était un code ou un signe, ce qui suppose qu’il y a eu entente entre Gilbert Diendéré et ses éléments.

Il n’existe donc aucun doute selon Me Farama, que Gilbert Diendéré a participé au complot qui a abouti au coup d’Etat du 15 octobre 1987, qualifié de coup d’état le plus indiscret car tout le monde savait ce qui se tramait.

Armelle Ouédraogo/Yaméogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 7 février à 18:20, par Amadoum En réponse à : Procès Thomas Sankara : Gilbert Dienderé a participé au complot qui a abouti au coup d’État, se convainc Me Farama

    Me c est du propre et je suis tanté de dire que chacun est dans son role.
    A ceux qui chantent que Sankara n etait pas un Saint je retorque qu il leur est possible d intenter une action en justice.
    La famille Sankara a eu le courage malgré toutes les intimidations d utiliser la justice pour arriver a ce proces.Et là il faut rendre hommage a Me Benewendé.
    Apres le coup de 87 qui a fait quoi pour consolider le nouveau pouvoir ou a qui a profité du crime ?
    Ainsi va le droit.Les Avocats de la defense vont aussi chercher a demonter tout cela , ce qui est normal egalement.Dans un Etat de droit c est comme cela que ça se passe.
    Donc ceux qui parlent de haine n ont qu a se cacher.

    Répondre à ce message

  • Le 8 février à 08:37, par TIENFO En réponse à : Procès Thomas Sankara : Gilbert Dienderé a participé au complot qui a abouti au coup d’État, se convainc Me Farama

    Le procès aura au moins le mérite d’être tenu. Les accusés présents ou absents pour diverses raisons savent le rôle qu’ils ont joué ce jour fatidique de notre histoire. On peut se jouer des hommes mais pas de sa conscience ou de Dieu pour ceux qui croient. Il est préférable d’être blanchi par sa conscience et par Dieu en reconnaissant les faits et être condamné par la justice humaine que d’être blanchi par l’Homme en reniant les faits et être torturé par sa conscience par manque de courage d’affronter la réalité.L’accusation de la conscience ronge intérieurement et profondément l’être à petit feu et il n’y a pas de remise gracieuse possible de la peine encourue. Par contre reconnaitre ses forfaits et être condamné par la justice humaine, on peut bénéficier d’une liberté par grâce présidentielle et avoir la conscience tranquille en vivant en paix avec soi-même. Mieux vaut être en harmonie avec soi avant de l’être avec autrui. Il n’est toujours pas tard de se décharger pour ceux qui auront le courage. Chacun est libre d’user de sa liberté comme il l’entend.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Dossier Thomas Sankara et autres : Le volet international en cours, l’inhumation des restes en perspective
Procès Thomas Sankara : Les accusés condamnés à payer 1 franc symbolique aux ayants droit du père de la révolution
Procès Sankara et compagnons : Quand les réclamations « fantaisistes » fâchent les avocats de la défense !
Intérêts civils dans le procès Thomas Sankara : L’État réclame plus d’un milliard 145 millions de francs CFA pour les préjudices subis
Intérêts civils dans le procès Thomas Sankara : La famille de feu Thomas Sankara réclame une "somme symbolique"
Procès Thomas Sankara : Sept personnes condamnées font appel
Procès Sankara et douze de ses compagnons : L’audience sur les intérêts civils est renvoyée au 25 avril 2022
Procès Thomas Sankara : « Au Burkina, quand on parle de réconciliation, on revient presque toujours à la question de la grâce ou de l’amnistie » (Me Boukary Willy)
Verdict du procès « Thomas Sankara » : Pour le CDP, le verdict éloigne le peuple de la réconciliation nationale
Procès Thomas Sankara et douze autres : Justice enfin pour les familles !
Procès Thomas Sankara et douze autres : Ablassé Ouédraogo trouve le verdict humiliant pour certains condamnés
Procès Thomas Sankara et douze autres : Une victoire dans la lutte contre l’impunité, selon les avocats de la famille de l’ancien président
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés