Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un problème sans solution est un problème mal posé » Albert Einstein

Procès Thomas Sankara et douze autres : « Ce n’est pas une affaire de Sankaristes contre Blaisistes », selon Me Prosper Farama

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Procès Thomas Sankara • LEFASO.NET • lundi 7 février 2022 à 11h46min
Procès Thomas Sankara et douze autres :  « Ce n’est pas une affaire de Sankaristes contre Blaisistes », selon Me Prosper Farama

Avant dernier avocat de la partie civile à plaider, Me Famara a exprimé, ce lundi 7 février 2022, un sentiment de soulagement sur la tenue du procès sur l’assassinat de Thomas Sankara et de douze de ses compagnons, 34 ans après les faits.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, l’avocat a partagé une anecdote qui remonte à l’audience au cours de laquelle il a eu une altercation avec le général Gilbert Diendéré. « Un soir, un de mes fils m’a demandé ce qui s’est passé car il a appris que j’ai des problèmes. Il m’a dit que ses camarades lui ont dit que je m’en prends à des gens et que cela va me coûter cher. J’ai alors compris ce qu’avaient traversé les enfants de Thomas Sankara et des autres victimes. Je pensais faire mon travail mais si mon enfant a peur pour moi, alors je suis sur la bonne voie ».

Selon Me Prosper Farama, l’histoire du Burkina, connu pour sa longue série de coups d’Etat commence en 1966 lorsque les militaires prennent le pouvoir à l’appel de la population. La boîte de Pandore venait de s’ouvrir à cet instant, selon l’avocat.

Mais à l’en croire, même si les Burkinabè étaient habitués aux coups d’Etat, ils ont été interloqués par la violence utilisée pour déchoir le président Thomas Sankara et par le fait que le coup ait été perpétré par son ami, son frère d’arme. « Ils sont allés jeter les corps et sont rentrés chez eux et ont peut être chambré le champagne car Blaise Compaoré aimait le champagne. Des coups d’Etat, on en a connus mais pas venant d’un ami. Chez les Samouraï, même quand on vainc l’adversaire, on lui doit du respect ».

L’avocat s’est insurgé contre cette opinion qui veut que les familles des victimes tournent la page, 34 ans après les événements, en accordant le pardon aux accusés. « On a entendu des gens dire ‘’ qu’est-ce que voulez après 34 ans ? A quoi sert ce procès ?’’ Eh bien, ça sert à la justice. Nous ne sommes pas des primitifs ou une société de sauvages. Nous sommes une société d’humains. Comment voulez-vous parler de cohésion sociale dans un pays où il n’y a pas de justice ? 34 ans après, la justice et la vérité ne se périment jamais. On dit que l’Afrique est une terre de pardon. Avant que les familles ne pardonnent, il faut bien que quelqu’un reconnaisse ses fautes. Même la Bible le dit : Une faute avouée est à moitié pardonnée. Qui parmi ces accusés a avoué quoi que ce soit ou s’est repenti ? Personne. », a déclaré Me Farama.

A l’en croire, ce procès n’est pas une affaire de « Sankaristes » contre « Blaisistes ». « Thomas Sankara, reconnaît-il, est un symbole et ce ne sont pas les familles des victimes qui ont décidé d’en faire un héros. Et le minimum qu’on puisse rendre à un héros, c’est la vérité sur les conditions de son assassinat. La justice est, a toujours été et demeurera ».

LeFaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Dossier Thomas Sankara et autres : Le volet international en cours, l’inhumation des restes en perspective
Procès Thomas Sankara : Les accusés condamnés à payer 1 franc symbolique aux ayants droit du père de la révolution
Procès Sankara et compagnons : Quand les réclamations « fantaisistes » fâchent les avocats de la défense !
Intérêts civils dans le procès Thomas Sankara : L’État réclame plus d’un milliard 145 millions de francs CFA pour les préjudices subis
Intérêts civils dans le procès Thomas Sankara : La famille de feu Thomas Sankara réclame une "somme symbolique"
Procès Thomas Sankara : Sept personnes condamnées font appel
Procès Sankara et douze de ses compagnons : L’audience sur les intérêts civils est renvoyée au 25 avril 2022
Procès Thomas Sankara : « Au Burkina, quand on parle de réconciliation, on revient presque toujours à la question de la grâce ou de l’amnistie » (Me Boukary Willy)
Verdict du procès « Thomas Sankara » : Pour le CDP, le verdict éloigne le peuple de la réconciliation nationale
Procès Thomas Sankara et douze autres : Justice enfin pour les familles !
Procès Thomas Sankara et douze autres : Ablassé Ouédraogo trouve le verdict humiliant pour certains condamnés
Procès Thomas Sankara et douze autres : Une victoire dans la lutte contre l’impunité, selon les avocats de la famille de l’ancien président
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés