Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui veut faire quelque chose trouve un moyen ; Qui ne veut rien faire trouve une excuse.» Proverbe Arabe

Procès Thomas Sankara et douze autres : "Les négations de Jean Pierre Palm n’enlèvent rien aux éléments qu’on a contre lui", Me Guissé

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Procès Thomas Sankara • Lefaso.net • jeudi 3 février 2022 à 22h50min
Procès Thomas Sankara et douze autres :

A la suite de Me Jean-Patrice Yaméogo, Me Anta Guissé et Me Julien Lallogo ont plaidé pour la condamnation des accusés Ouédraogo Tibo, Demé Djakalia, Albert Belemlilga Sibidi Pascal et Palm Jean Pierre. Ils sont tous poursuivis pour complicité d’attentat à la sûreté de l’État dans les évènements du 15 octobre 1987.

De l’analyse de Me Guissé, le colonel-major de gendarmerie à la retraite, Jean Pierre Palm, a travaillé pour l’aboutissement du coup d’État du 15 octobre 1987. Cette accusation est étayée par des éléments que l’avocate de la partie civile, s’est donné du plaisir à énumérer avec précision.

Il s’agit du contenu des écoutes téléphoniques, sa participation à des réunions avec les auteurs de l’attentat, sa présence au conseil de l’Entente le soir des faits et le fait qu’il a approché plusieurs personnes pour les faire venir auprès de Blaise Compaoré, quelques heures après le coup d’État.

Ce n’est pas tout. Il y a le fait qu’il a pris le commandement de la gendarmerie juste après le 15 octobre 1987, qu’il a procédé à des arrestations de personnes considérées comme proches de Thomas Sankara, susceptibles de faire barrage à la prise du pouvoir du Front populaire, pèsent aussi en défaveur de l’ex patron de la gendarmerie, selon l’avocate.

A ces éléments, Me Anta Guissé ajoute les aveux de Jean Pierre Palm himself, à des amis proches, à une époque, qu’il y avait effectivement un complot.

Les témoignages de ces derniers (Ndlr, amis proches de Jean Pierre Palm) en disent long sur sa participation aux évènements du 15 octobre 1987. Sa collaboration avec le régime de Blaise Compaoré pendant des années avant de tomber en disgrâce, ne vient pas arranger non plus les choses pour l’accusé.

Albert Belemlilga, Tibo Ouédraogo, Demé Djakalia sont dans la même situation

Pour Me Julien Lallogo, Albert Belemlilga, Tibo Ouédraogo, Demé Djakalia sont dans la même situation que Jean Pierre Palm. Il soutient que lorsqu’on s’imprègne du dossier, on se rend compte qu’Albert Belemlilga est à l’image d’Ilboudo Elysé, qui lui, était au conseil de l’Entente alors qu’il n’était pas de service.

Tibo Ouédraogo est celui qui a conduit le Bataillon motocycliste basé à Pô pour prendre la Force d’intervention du ministère de l’administration territoriale et de la sécurité (FIMATS) commandée par Vincent Sigué.

Demé Djakalia était de l’équipe conduite par Gaspard Somé pour neutraliser l’Escadron de transport et d’intervention rapide (ETIR). Cela s’est fait, d’après les estimations, 45 minutes après les tueries au conseil de l’Entente.

De l’avis de Me Lallogo, les actes posés par ces derniers ne visaient d’autres buts que de consolider l’attentat à la sûreté de l’État.

"A la lumière de ces faits et des éléments de preuve que nous avons, nous, partie civile, nous concluons qu’il y a bien et bel complicité d’attentat à la sûreté de l’État. On vous demande, M. le président, de leur décerner la peine que vous jugerez nécessaire, juste et équitable afin que les familles puissent enfin faire le deuil. Nous nous remettons à votre sage appréciation", plaide Me Lallogo

Obissa Juste MIEN
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 3 février à 20:21, par Alexio En réponse à : Procès Thomas Sankara et douze autres : "Les négations de Jean Pierre Palm n’enlèvent rien aux éléments qu’on a contre lui", Me Guissé

    Voila un ami d enfance qui est dans de beau drap aujourdhui. Jean Pierre Palm qui a dechu tous les Bobolais qui l ont vu naitre dans cette ville et grandir.

    D abord fier de lui en le voyant Kalach a l epaule sur la couverture de Sidwaya a cote Thomas Sankara. L avenement du CNR d alors etait consommer.

    Comme l ennemi vient toujours de l interieur la position professsionelle de.J.P.Palm lui offra cette occasion en or pour sa trahison contre le CNR.

    Tout est clair que le l homme ne s est pas gebarrasser de son complexe et cynisme d enfance qui nous autres n etaient pas ignorants. Ce nest pas un denigrement pour discalifier l homme. Mais ce sont les faits d enfance qu il agrandit avec dans l adolescence.

    Il a ete un mauvais perdant. Surtout sur le terrain de foot, on se tiraillait. Son temperamment venait a la surface quand il etait feintet par un adversiare au Patro S-Vincent de Paul a Koko. Bobo-Dioulassol

    Pour ma part je dirais qu i a ete influencer par son grand- frere Jean Marc Palm un commnuniste opportuniste qui avait beneficier du coup d Etat. I on lui offra un poste ministre.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Dossier Thomas Sankara et autres : Le volet international en cours, l’inhumation des restes en perspective
Procès Thomas Sankara : Les accusés condamnés à payer 1 franc symbolique aux ayants droit du père de la révolution
Procès Sankara et compagnons : Quand les réclamations « fantaisistes » fâchent les avocats de la défense !
Intérêts civils dans le procès Thomas Sankara : L’État réclame plus d’un milliard 145 millions de francs CFA pour les préjudices subis
Intérêts civils dans le procès Thomas Sankara : La famille de feu Thomas Sankara réclame une "somme symbolique"
Procès Thomas Sankara : Sept personnes condamnées font appel
Procès Sankara et douze de ses compagnons : L’audience sur les intérêts civils est renvoyée au 25 avril 2022
Procès Thomas Sankara : « Au Burkina, quand on parle de réconciliation, on revient presque toujours à la question de la grâce ou de l’amnistie » (Me Boukary Willy)
Verdict du procès « Thomas Sankara » : Pour le CDP, le verdict éloigne le peuple de la réconciliation nationale
Procès Thomas Sankara et douze autres : Justice enfin pour les familles !
Procès Thomas Sankara et douze autres : Ablassé Ouédraogo trouve le verdict humiliant pour certains condamnés
Procès Thomas Sankara et douze autres : Une victoire dans la lutte contre l’impunité, selon les avocats de la famille de l’ancien président
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés