Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne priez pas pour une vie facile, priez pour avoir la force d’endurer la difficulté.» Bruce Lee, Acteur, Artiste, Cinéaste, Pratiquant d’art martial, Sportif (1940 - 1973)

Procès Thomas Sankara et douze autres : "Blaise Compaoré souffrait d’une maladie nommée la "Sankarite"", selon Me N’zepa

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Procès Thomas Sankara • Lefaso.net • mercredi 2 février 2022 à 23h40min
Procès Thomas Sankara et douze autres :

Me N’zepa Ferdinand, avocat de la partie civile, au cours de sa plaidoirie, a tenté de démontrer que depuis mai 1987, l’objectif de Blaise Compaoré était de prendre la place de Thomas Sankara.

De l’avis de Me N’zepa, pour y arriver, il fallait avoir des assurances que le crime restera impuni aussi bien par la communauté internationale que par des amis proches des deux personnalités.

"Il a eu l’assurance de la France, de la Côte d’Ivoire et de la Libye. Je n’ai pas évoqué le Togo dans la mesure où ce pays n’avait pas une importance capitale", plaide Me N’zepa.

L’avocat de la partie civile soutient aussi que depuis le 11 octobre 2021 (Ndlr, date du début du procès), on ne parle pas de Blaise Compaoré alors qu’il est le personnage central du dossier. Ce dernier, poursuit-il, a tenté de faire croire que le "père de la révolution" tentait une dérive droitière de la politique, qu’il engageait une orientation différente de la ligne révolutionnaire préétablie.

Blaise Compaoré souffrait de la "sankarite

En réalité, deduit-il, la différence idéologique évoquée par les détracteurs de Thomas Sankara n’était qu’un prétexte pour l’assassiner. "Ce qui importait pour Blaise Compaoré, c’était de devenir le numéro un. Je pense qu’il souffrait d’une maladie que moi j’ai appelée la "sankarite". La "sankarite" c’est le fait d’avoir ce complexe vis à vis du charisme de Thomas Sankara. Toute sa vie, il ne supportait pas d’être l’ombre du personnage de Thomas Sankara", explique l’avocat de la partie civile.

Des infractions établies par la loi

Me Ambroise Farama, lui aussi avocat de la partie civile, dans sa plaidoirie, est revenu sur les différentes infractions pour lesquelles les accusés sont poursuivis. Car en droit, personne ne peut être condamné pour une infraction si cette infraction n’est préalablement établie par la loi. "Les faits ayant été commis pour la plupart en 1987, il fallait aller rechercher dans les dispositions pénales applicables en 1987 au Burkina Faso. En général, il y a trois éléments essentiels à retenir : le premier sont les éléments matériels de l’infraction. Le deuxième concerne l’intention coupable et enfin voir les sanctions prévues", detaille Me Farama.

Me Ambroise Farama déclare que tous les débats qui ont été menés jusque là, visaient à réunir les éléments de preuve qui vont permettre d’asseoir la culpabilité des différents prévenus.

"Demain on prendra chaque accusé avec l’infraction qui lui est reprochée en rapport avec la définition de droit qu’on a déjà donné et rechercher les preuves qui permettront d’établir si oui ou non l’infraction est consommée", précise Me Ambroise Farama.

Obissa Juste MIEN
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Dossier Thomas Sankara et autres : Le volet international en cours, l’inhumation des restes en perspective
Procès Thomas Sankara : Les accusés condamnés à payer 1 franc symbolique aux ayants droit du père de la révolution
Procès Sankara et compagnons : Quand les réclamations « fantaisistes » fâchent les avocats de la défense !
Intérêts civils dans le procès Thomas Sankara : L’État réclame plus d’un milliard 145 millions de francs CFA pour les préjudices subis
Intérêts civils dans le procès Thomas Sankara : La famille de feu Thomas Sankara réclame une "somme symbolique"
Procès Thomas Sankara : Sept personnes condamnées font appel
Procès Sankara et douze de ses compagnons : L’audience sur les intérêts civils est renvoyée au 25 avril 2022
Procès Thomas Sankara : « Au Burkina, quand on parle de réconciliation, on revient presque toujours à la question de la grâce ou de l’amnistie » (Me Boukary Willy)
Verdict du procès « Thomas Sankara » : Pour le CDP, le verdict éloigne le peuple de la réconciliation nationale
Procès Thomas Sankara et douze autres : Justice enfin pour les familles !
Procès Thomas Sankara et douze autres : Ablassé Ouédraogo trouve le verdict humiliant pour certains condamnés
Procès Thomas Sankara et douze autres : Une victoire dans la lutte contre l’impunité, selon les avocats de la famille de l’ancien président
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés