Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Si quelqu’un fait un saut dans le feu, il lui reste encore un autre saut à faire. » Proverbe burkinabè

Manifestations à Ouagadougou : Indignation autour de l’incendie de commerces

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • dimanche 23 janvier 2022 à 00h48min
Manifestations à Ouagadougou : Indignation autour de l’incendie de commerces

Sale samedi (22 janvier 2022) pour Sayouba Ouédraogo et El hadj Abdoul Rachid Karanga qui ont enregistré de lourdes pertes en cette journée de marche contre le pouvoir Roch Kaboré. A la base, et selon la version recueillie sur place, les forces de l’ordre ont, dans leur course poursuite des manifestants, jeté du gaz lacrymogène dans un bâtiment à niveau, sis avenue du marché, en face du siège de la loterie nationale burkinabè. Constat : du matériel médical entièrement consumé et bien d’autres dégâts.

Ce sont des commerçants et manifestants entre désolation et révolte, qu’on a trouvés sur cette bretelle de sortie sud-ouest du grand marché de Ouagadougou, Rood-Wooko. Aux côtés des sapeurs-pompiers, les uns et autres s’activent à éteindre le feu dans le bâtiment, sous les regards de plusieurs autres spectateurs.
Nous arrivons sur les lieux, plusieurs dizaines de minutes après le début de l’incendie.

« Quand ils ont jeté les premiers gaz lacrymogènes, les gens ont voulu sauver la situation, mais ils ont chargé à nouveau dans le bâtiment. C’était intenable », témoigne un des jeunes proches d’El hadj Abdoul Rachid Karanga.

« Comme le feu a commencé par le voisin, à un certain moment, il fallait forcer les portes avant qu’il ne soit trop tard. Malgré qu’on courait pour chercher des solutions, les forces de l’ordre continuaient à jeter le gaz dans le bâtiment, il fallait courir, sortir, respirer avant de revenir », précise le témoin.

Arrivé donc en pleine situation difficile, El hadj Abdoul Rachid Karanga a pu, grâce aux efforts conjugués et prompts, sauver ce qui pouvait l’être. Si les cinq pièces qui contiennent ses marchandises et son bureau ont été moins impactés par les flammes, ils ont cependant été inondés par les eaux qui ont servi chez le voisin. Sucre, thé, bouillons...ont donc été touchés.

El hadj Abdoul Rachid Karanga et des proches, constatant les dégats.

« J’étais chez moi, à Kossodo (quartier nord-est de la capitale, ndlr), quand les voisins m’ont appelé pour me dire de venir rapidement qu’ils (les forces de l’ordre, ndlr) ont lancé du gaz lacrymogène qui a enclenché un incendie chez le voisin et qui est en train d’avancer chez moi. Avec les embouteillages, j’ai mis du temps et les gens étaient obligés de casser le magasin et sauver ce qu’ils pouvaient. Dieu merci, j’ai été touché, mais grâce à l’aide des uns et des autres, on a pu sauver des marchandises. Mais comme dans ce genre de situations, il y a des gens de mauvaise foi, qui sont toujours là pour profiter (voleurs, ndlr), mais je peux rendre grâce à Dieu », explique El hadj Abdoul Rachid Karanga.

Contrairement à ce dernier, le voisin d’où est parti l’incendie, Sayouba Ouédraogo, lui, ne peut que constater la dévastation de son matériel médical.
En plus de l’important débris au balcon, c’est tout le magasin et son plein de matériel qui sont en ruines. Couveuses, appareils d’échographie et de massage médical, gangs,... bref, la liste est longue.

« On n’a pas ouvert aujourd’hui, justement, à cause de la manifestation. J’étais à la maison. Donc, il n’y avait personne dans le bâtiment. Mais je ne savais pas que ce sont les forces de l’ordre elles-mêmes qui allaient faire ce que nous avons craint et qui nous a poussés à ne pas ouvrir. Ils (forces de l’ordre, ndlr) jettent le gaz dans le bâtiment et plus grave, ils empêchent qu’on éteigne le feu », rapporte le propriétaire du commerce, Sayouba Ouédraogo.

Les sapeurs-pompiers décident finalement d’ "interpeller" les forces de l’ordre afin de pouvoir poursuivre leur travail.

Les nombreux jeunes à ses côtés expliquent comment ils ont été empêchés par les tirs à gaz dans le bâtiment. « Ils ont tiré et obligé les sapeurs-pompiers à se retirer un instant, personne ne pouvait respirer. C’est ce qui a fait que l’incendie a eu une telle ampleur. Sinon, dès que les gens ont constaté le feu, à l’aide de bidons d’eau, ils ont commencé à éteindre en attendant l’arrivée des sapeurs-pompiers. Mais ce n’était pas possible parce que les forces de l’ordre sont venues jusqu’à la marche du bâtiment pour charger les gens de gaz lacrymogène. Mais ce que je peux ajouter ici, c’est que le groupe qui a fait ça (ils étaient dans deux pick-ups), ce ne sont pas des Burkinabè, ce sont des étrangers, quand on a parlé avec eux, on a compris que ce sont des étrangers (ils identifient une nationalité, que nous taisons ici). On doutait fort que nos forces de l’ordre puissent avoir ce genre d’agissements, effectivement, ce ne sont pas des Burkinabè. Après leur forfait, ils se sont retirés et un autre groupe de deux pick-ups est venu se positionner. Le président Roch (Kaboré) a fait venir des gens d’ailleurs pour nous tuer », recoupe-t-on des propos de proches des deux commerçants victimes, et témoins des évènements.

Sayouba Ouédraogo constate tout son commerce parti en flammes.

« j’ai compris qu’à part Roch (Kaboré), personne d’autre n’est Burkinabè »

« Vous voyez tous ceux qui se sont mobilisés pour éteindre le feu-là, ce n’est pas parce qu’ils sont familiers aux propriétaires, c’est parce qu’ils nourrissent leurs familles grâce à l’existence de leurs commerces. Regardez (ils indexent), des gens pleurent. Il y a meme un jeune (il travaille ici) qui se battait pour éteindre le feu, mais le gaz qu’il continuait de recevoir l’a fait étouffer et il est tombé ici au niveau de l’escalier. Il s’est débattu pour se soustraire et est rentré chez lui », expliquent-ils dans une ambiance de colère.

« Ce qui me fait mal, ce n’est pas qu’ils aient lancé le gaz dans le bâtiment, mais plutôt le fait qu’ils aient empêché les gens de limiter les dégâts. Ça aurait pu se limiter au premier niveau (balcon, ndlr) », lâche Sayouba Ouédraogo, au bord des larmes.

« C’est aujourd’hui j’ai compris que je ne suis pas Burkinabè. C’est aujourd’hui aussi que j’ai compris qu’à part Roch (Kaboré), personne d’autre n’est Burkinabè. A part lui (Roch Kaboré), personne d’autre ne compte. Au nom de son pouvoir, il peut envoyer des gens pour venir incendier nos commerces. Il s’en fout de la vie des autres Burkinabè », se résigne Sayouba Ouédraogo.

Pendant que les soldats du feu étaient à l’oeuvre avec l’aide de populations civiles, des éléments des forces de l’ordre, postés dans les encablures sur deux pick-ups, et sous la provocation de certains manifestants, finissent par lancer du gaz sur les décombres du bâtiment. Ce qui va irriter les sapeurs-pompiers. « Pardonnez, permettez-nous de faire notre travail, ne les provoquez pas. Vous les provoquez, ils tirent et nous, ça nous empêche de travailler », a lancé un des soldats du feu aux manifestants, qui à leur tour, tentaient de justifier leurs comportements vis-à-vis des forces de l’ordre. L’élément des sapeurs-pompiers opte d’aller à la rencontre du groupe des forces de l’ordre auteurs des tirs à gaz. Après quelques minutes d’ "interpellation", les éléments reculent de leur position et allègent leur dispositif. Ce qui a permis aux sapeurs-pompiers et autres bonnes volontés d’achever le travail. Mais la tension est, elle, restée vive ; des manifestants, fort de l’incendie, tenant vaille que vaille au départ du pouvoir de Roch Kaboré qui, de leur avis, ne peut plus rien pour le Burkina Faso.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 22 janvier à 19:10, par SOME En réponse à : Manifestations à Ouagadougou : Indignation autour de l’incendie de commerces

    Sayiuba doit porter plainte contre les forces de l’ordre ne serait ce que par principe car on n’est pas naïf ça n’ira nulle part. Il faut prendre un vrai avocat pas les avocats politiques
    SOME

    Répondre à ce message

    • Le 22 janvier à 20:32, par lepaysvamal En réponse à : Manifestations à Ouagadougou : Indignation autour de l’incendie de commerces

      Je ne suis pas d’avis avec vous. Il doit plus tôt porter plainte contre ces manifestants qui sont à la base de cet incident malheureux. Dès lors que la marche n’a pas été autorisée ceux qui ont defié l’autorité doivent porter l’entière responsabilité des dégâts. Eux-mêmes savaient qu’on n’allait pas les laisser marcher. En quoi il est opportun de défier l’autorité pour marcher. En quoi cela contribue à soutenir nos braves FDS ? Je ne suis pas du MPP mais je contre cet incivisme caractérisé. Je suis d’avis qu’on dise à Roch de rompre avec la France et signer des accords militaires avec des partenaires crédibles, francs pour nous aider à nous débarrasser de ces animaux de terroristes.
      Sortons pour demander de revoir la coopération militaire avec la France et demander des signatures avec les Russes.
      C’est un point de vue.

      Répondre à ce message

  • Le 22 janvier à 19:38, par HUG En réponse à : Manifestations à Ouagadougou : Indignation autour de l’incendie de commerces

    Les sacrifices n ont pas empechés les marches.Coincidence ou wac pour empecher la marche en vain.Dans une province on a immolé un boeuf et pas chez n importe qui.Allons seulement

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier à 19:41, par Etirev En réponse à : Manifestations à Ouagadougou : Indignation autour de l’incendie de commerces

    Il faut poursuivre tous les manifestants qui ont osee defier l’ordre donne contre la marche.
    Vraiment, nous vivons dans l’anarchie et il faut que le pouvoir prenne ses responsabilites. Il faut avoir le courage de mettre fin a cette pagaille.

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier à 20:44, par HUG En réponse à : Manifestations à Ouagadougou : Indignation autour de l’incendie de commerces

    Je disais de faire attention.Voyez vous la violence n est pas la solution à un probleme elle est un probleme disait un philosophe Si la mairie avait autorisée la marche et l encadrer cela n allait pas arriver.Qui doit dedommager les proprietaires des magasins ? Les policiers ou le DG de la police ? J ose croire que les dernieres nominations visent plus à proteger le pouvoir du mpp que de lutter contre le terrorisme. Hier nos vaillants et courageux soldats en partance vers l est reparaient leurs motos chez un mecanicien au bord de la voie dans une ville situé à 110km de ouagadougou .Pensez vous cela normal ? Moi je reponds par non. Il devrait avoir dans le convoi des moto de secours ou des mecaniciens FDS pour reparer les motos en cas de panne.L budget colossal de l armee ne devrait pas nous permettre cela.Courage aux soldats qui au prix de leur vie essaient de nous proteger Je ne parle pas des fds qui chargent aveuglement les manifestants a mains nues dans les villes.

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier à 20:51, par Mogo En réponse à : Manifestations à Ouagadougou : Indignation autour de l’incendie de commerces

    C’est la même situation à Bibo. Plusieurs magasins ont été incendiés par les gaz lacrymogènes des forces de l’ordre. Et pendant que les sapeurs-pompiers s’activaient pour éteindre le feu, ces forces de l’ordre continuaient à gazer les gens. C’est dommage il faut une plainte des victimes pour situer les responsabilités

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier à 22:29, par Baoyam En réponse à : Manifestations à Ouagadougou : Indignation autour de l’incendie de commerces

    Chers journalistes, après avoir filtré l’information sur la nationalité des auteurs de tirs de lacry, faites une enquête pour nous informer si c’est vrai ou pas. Quand on sanctionne un pays voisin à cause de "mercenaires" entre autres et qu’on en fait venir pour reprimer son peuple, c’est grave !

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier à 23:16, par Tornes En réponse à : Manifestations à Ouagadougou : Indignation autour de l’incendie de commerces

    Il faut que le pouvoir En place se ressaisisse. Ce n’est pas un empêchant les gens de manifester que la situation va se normaliser. Je pense que la goutte d’eau qui a fait déborder le vase de la déception ce sont les sanctions contre le Mali. Rock a trahi l’idéal de bons moments de burkinabè qui voyait en lui ( a tord ou a raison)un président qui voulait s’affranchir de la France. Se rend-il compte qu’il est en train de devenir impopulaire ???

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 02:15, par Banana Republic En réponse à : Manifestations à Ouagadougou : Indignation autour de l’incendie de commerces

    C’est exactement ce qui s’est passé à bobo.
    Des incendies consécutifs aux tirs de gaz par les policiers.
    Finalement, je ne sais pas ce que notre police sait faire.
    Le territoire est miné par les terroristes, devant lesquels ils debandent toujours.
    Sait pas faire là guerre, et ne sait pas tirer des gaz lacrymogènes

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 02:41, par Bonus En réponse à : Manifestations à Ouagadougou : Indignation autour de l’incendie de commerces

    @lepaysvamal

    Pourquoi interdire une marche, alors que la constitution reconnait le droit de marcher. Il faut seulement encadrer pour qu’il n’y ait pas de debordements.

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 04:41, par caca En réponse à : Manifestations à Ouagadougou : Indignation autour de l’incendie de commerces

    C’est dommage et dommageable que le Burkina soit en quelques années chuté dans cette infernale de violence urbaine. Le MPP se croyait ami du peuple et son confrère CDP était le méchant. Voilà le résultat d’un pouvoir qui n’a pas de stratégie de sécurité pour son peuple en agonie. Je ne suis pas sûr que la démission serait une solution pour venir à bout de l’hydre terroriste, mais il devait tendre sa main à son doyen de l’expérience au nom de l’intérêt supérieur de la Nation. Peut-être que Blaise Compaoré pourrait aider à trouver une solution durable. L’orgueil personnel ne sert à rien et seul l’humilité compte dans de telles circonstances.

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 06:30, par Yanamar En réponse à : Manifestations à Ouagadougou : Indignation autour de l’incendie de commerces

    Ceux qui disent que la marche est interdite et qu’on doit poser plainte contre les marcheurs sont des hypocrites ignorants, je vais les dire que le refus même de la marche est anti démocratique, c’est grâce à la marche que le président roch est là aujourd’hui, donc il doit être le défenseur de la marche.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Entrepreneuriat : “Il faut aller à l’école de la curiosité”, conseille le coach Anicet Bakyono
Lutte contre le terrorisme : Quinze gendarmes de l’USIGN décorés de la Croix du combattant
Dédougou : Le Salon des métiers et des emplois décents tient toutes ses promesses
8e anniversaire de la mort du juge Salifou Nébié : « Il appartient à notre Etat d’affirmer sa volonté d’accompagner les enquêteurs », estime le Syndicat autonome des magistrats du Burkina
Région du Centre-nord : Des Burkinabè de la diaspora offrent des médicaments et des consommables médicaux d’une valeur de plus de 356 millions de FCFA aux personnes déplacées internes et aux populations vulnérables
Insécurité : Les habitants de Pissy (Ouagadougou) demandent des patrouilles policières renforcées
Burkina : Le collectif "Sauvons le Burkina Faso" vient en aide aux déplacés internes de Pobé Mengao
Journée mondiale de migration des poissons 2022 : Le Burkina Faso et le Ghana célèbrent leur première édition
Solidarité : SAP Olympic offre des pneus et des chambres à air aux personnes handicapées physique moteur de la province du Houet
Lutte anti-corruption au Burkina : « Notre attente est que les autorités aient elles-mêmes la volonté de lutter contre la corruption », souhaite Sagado Nacanabo
Lutte contre le terrorisme : L’Association des citoyens leaders invite les forces armées nationales à parler le même langage
Vigoureuse riposte à l’attaque du détachement de Bourzanga : Le Chef suprême des Armées décore le personnel de la Croix du combattant
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés