Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La grandeur de l’homme est dans sa décision d’être plus fort que sa condition.» Florian Monkam

Lutte contre le terrorisme au Sahel : Les vérités que l’on refuse de nous dire….

Accueil > Actualités > Opinions • Par Daouda Emile OUEDRAOGO (ouedraogodavid597@gmail.com) • vendredi 31 décembre 2021 à 13h44min
Lutte contre le terrorisme au Sahel : Les vérités que l’on refuse de nous dire….

Lors de son grand entretien avec la presse nationale, le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a appelé « à faire des propositions pour contribuer à la lutte contre le terrorisme ». Ainsi, mon analyse s’inscrit sous le sceau patriotique en vue d’apporter « ma terre » à ce combat. Aux militaires, les armes, aux journalistes, la plume ou le micro ou encore la caméra. La lutte contre le terrorisme n’a pas fini de révéler ses côtés sombres. L’une des facettes de cette guerre asymétrique est le deal macabre dont se délectent des individus, sous le couvert et avec l’appui d’une puissance tutrice. Il y a des vérités que l’on refuse de dire aux populations du Sahel en général et à celles du Burkina Faso en particulier. Lesquelles ?

Le 23 septembre 2019, le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré échange à bâtons rompus avec les Burkinabè vivants aux Etats-Unis. A l’occasion, j’ai proposé que l’on « équipe les camps militaires de matériels permettant de détecter des individus armés à plus d’un kilomètre à la ronde. » La proposition a été bien accueillie par le président Kaboré et l’auditoire présent.

En réponse, le président du Faso nous a demandé de proposer une offre en vue d’être « étudié ». N’étant pas prestataires de service dans le domaine, je n’ai pas fait d’offre. Cependant, j’ai fait des recherches dans le domaine auprès des spécialistes internationaux du domaine qui m’ont unanimement ramené à des technologies de pointes de type Ground Observer capable de détectées à 360 degrés un groupe de personnes en approche à des kilomètres du site protégé avec une précision qui défie tout esprit critique.

En poussant un plus mes investigations, il ressort que des pays de l’Afrique centrale et un géant de l’Afrique de l’Ouest, se sont empressés de se doter de cette technologie. Le résultat est épatant : cette technologie déjoue toute tentative d’attaque surprise de la zone protégée, selon une source militaire. Poussant nos investigations à l’international, je me suis posé la question de savoir pourquoi les autorités de la défense et de la sécurité du Burkina Faso ne se sont pas intéressées à cette technologie militaire de pointe utilisée par Barkhane. D’ailleurs, elle va être bientôt mise à la disposition du G5 Sahel. Ayant approché le milieu militaire pour mieux comprendre, ma surprise fut grande.

En effet, selon toujours l’officier supérieur (qui a requis l’anonymat), cette technologie a été présentée aux premiers responsables de la sécurité du Burkina avec une démonstration à la clé, juste quelques mois avant le drame d’INATA mais aucune suite n’y a été donnée. Et, j’ai pensé à Frantz Fanon : « Le grand succès des ennemis de l’Afrique, c’est d’avoir corrompu les Africains eux-mêmes. » Toutefois, il n’est jamais trop tard pour bien faire car, des entreprises locales, gérées par des patriotes et ayant la capacité de faire ce travail avec les autorisations nécessaires, existent au Burkina Faso. Il suffit de les faire appel. C’est la première vérité. Les grandes tragédies révèlent les peuples forts. Les épreuves douloureuses, les Hommes forts. Et pour éviter les tragédies dans une guerre, il faut mettre l’accent sur le renseignement.

L’Agence de renseignement du Burkina Faso, l’une des meilleures de la sous-région

« Les services de renseignement de l’Agence nationale de Renseignement (ANR) fournissent régulièrement des données sur les mouvements des groupes armés terroristes. Dans la zone d’Inata, les mouvements de GAT (Groupes armés terroristes) sont fréquemment signalés », a affirmé le Ministre de la défense nationale et des anciens combattants, le Général de brigade Aimé Barthélémy Simporé, devant la représentation nationale le 26 novembre 2021. Le service de renseignement du Burkina Faso est l’un des meilleurs de la sous-région.

De nombreuses attaques auraient pu être déjouées si et seulement si, on les laissait faire leur travail sans leur mettre des bâtons dans les roues. A ce titre, il est capital et urgent que le magistrat suprême du pays, donne les pleins pouvoirs à l’ANR, afin qu’il fasse son travail avec professionnalisme et patriotisme. De sources bien introduites, une relation personnelle du chef suprême des armées, interfère constamment dans le travail des professionnels du renseignement Burkinabé. Très actif, cet expatrié qui roule pour son business entre le Burkina, la France, le Niger et bien d’autres pays, utilise sa proximité d’avec le chef de l’Etat pour relayer directement auprès du Président, des renseignements d’un service de contre-espionnage d’une puissance étrangère très active au Burkina, en sautant bien entendu l’ANR. Cette se trouve ainsi fragilisée mais surtout, polluée par cette voix parallèle de collecte d’informations.

On peut ici affirmer que ce jeu peut influencer et affecter considérablement la sécurité de la nation. Cet homme d’affaires roule forcément d’abord pour ses intérêts avant ceux du Burkina. Il est clair que cet individu va immédiatement abandonner « ses amis du jour » si jamais, il ne trouve plus son compte. Un pays ne peut pas souffrir de ce type de compromission encore moins, une entité aussi sensible que l’ANR. Aujourd’hui, pour l’honneur de la patrie, nous devons sacrifier nos amitiés de circonstances, au profit de l’intérêt supérieur du pays des Hommes intègres.

Cet expatrié joue un rôle de pivot très dangereux pour la nation Burkinabè en exploitant à des fins de manipulation les informations que ses amis du Renseignement étranger veulent qu’il souffle à l’oreille du Président mais, aussi lorsque cela l’arrange, balance nos informations secrètes en vue d’avoir des faveurs avec ses amis. Cette relation directe de cet expatrié avec le Président du Faso n’est assujettie à aucun filtre qui puisse faire la contre expertise afin de donner la vraie information au premier décideur du pays. Et, cette situation est une patate chaude aux mains de la hiérarchie du renseignement burkinabé. On ne peut pas courir et se gratter les fesses, dit l’adage. C’est la deuxième vérité.

Le président Roch Marc Christian Kaboré dos au mur

Le président Kaboré semble être dos au mur face à la France. A l’analyse, les accointances, vraies ou fausses, avec les groupes terroristes au Sahel, ont précipité le Burkina dans la gueule du loup. Car, même s’il est admis que les accords militaires entre la France et le Burkina Faso, ne permettent pas aux soldats Français d’intervenir sur le sol burkinabè, il faut admettre qu’ils ne jouent franc-jeu dans le partage des renseignements.

En outre, si la mission de la Force Barkhane est de lutter contre les groupes terroristes au Sahel aux côtés des pays du G5 Sahel, et que le Burkina Faso fait partie du G5 Sahel, il est difficile de comprendre que les drones français, et leurs services de renseignement, ne soutiennent pas le Burkina Faso, ne serait-ce qu’en matière de partage d’informations sécuritaires.« Ils ont peut-être 4000 hommes (NDLR : aujourd’hui 5100) dans la région, ils ont toutes les ressources militaires et technologiques. Alors, je suis surpris qu’ils n’aient pas été en mesure d’éradiquer ces groupes terroristes. Nous nous posons beaucoup de questions : s’ils le voulaient vraiment, ils auraient pu les battre. Alors, ont-ils un autre agenda ? » En 2019, Chérif Moumina Sy, alors Ministre de la défense du Burkina Faso, dans une interview au journal sud-africain « the Guardian » jetait un pavé dans la marre.

Il s’interrogeait sur l’utilité de la présence de l’armée française au Sahel. Cette sortie médiatique suscita un tollé général.Deux ans après cet épisode, c’est le Premier ministre malien Choguel Maïga qui enfonce le clou. Dans un entretien accordé à l’agence de presse Russe « Sputnik », il dénonce clairement le fait que des groupes armés sont formés par l’armée française sur le territoire malien. Bien plus, il va plus loin devant l’Assemblée générale de l’ONU pour critiquer ouvertement l’attitude de « nos ancêtres les Gaulois ».

A son retour à Bamako, il est accueilli par une foule en liesse. Dans la vie religieuse, tout comme celle civile, il est acquis que deux témoignages sur un fait prouve la réalité de celui-ci. Après plus de 10 ans de présence de l’armée française avec ses 5000 hommes appuyés par les soldats de la MINUSMA (13000), le Sahel continue de subir le dictat des « pantalons sautés ». Que fait la France dans ce bourbier où elle dépense des milliards d’euro (880 millions d’euros soit environ 580 milliards de francs CFA en 2020), sans atteindre les résultats escomptés dans la lutte contre le terrorisme ? Et sans verser dans le dilatoire, la France ne porte pas le Président Kaboré dans son cœur. Pourquoi ? Pour 2 raisons principales : sa prise de position sur deux dossiers cruciaux à savoir : la monnaie (le franc CFA) et la gestion de la crise au Sahel.

Premièrement, pour la monnaie, le président Roch Marc Christian Kaboré a toujours soutenu que le franc CFA, futur ECO, doit être rattaché à un panier de devises internationales. La France veut, avec le soutien du Président Ouattara de la Côte d’Ivoire, qu’elle soit rattachée à l’Euro. Comparaison n’est pas raison, mais c’est le projet de création de la monnaie unique africaine, lancée par Mouammar Kadhafi qui a signé son arrêt de mort. En un mois, la France a levé une coalition internationale, avec au bout, l’assassinat du Guide Libyen. Dans le même temps, l’on met 10 ans à colmater les brèches de cette intervention contre nature.Pour l’intervention militaire au Sahel, l’actuel locataire de Kossyam préconise que les forces étrangères restent chez elles et soutiennent les armées nationales en matériels militaires. C’est la troisième vérité. La France dit « pas question ».

Elle veut être juge et partie. Elle est le maître à bord au Sahel car, c’est un général français qui est à la manette. Sur ce point, certains diront que cela est normal dans la mesure où elle est la plus grosse pourvoyeuse d’hommes et de matériel. Mais, il n’y a pas que cela. « La force du G5 Sahel est une coquille vide, sans réelle autonomie ni militaire encore moins financière » explique une source militaire proche du commandement du G5 Sahel. Passons sous silence le fait que la France est le 3 ème plus gros exportateur, disons, vendeur d’armes, dans le monde. Le Sahel, avec ses nombreux groupes armés semblent être le terrain fertile pour ce commerce. C’est la quatrième vérité. A la lumière de cette analyse, la meilleure des postures à adopter pour le président Kaboré est de rabattre sur son peuple au lieu de confier à la France, la gestion de la lutte contre le terrorisme en signant avec elle, des accords qui, à la longue, profiteront plus aux multinationales françaises qu’au peuple burkinabè.

L’exemple du peuple malien qui a décidé de soutenir la transition, contre le diktat de la CEDEAO et des puissances occidentales doit faire école. Aucun peuple ne peut bâtir son succès sur les désidératas d’une puissance occidentale. Les Afghans en ont fait l’amère expérience, avec le retrait brutal de l’armée américaine, après plus de 10 ans de galère dans les collines de Tora-Bora. Justement, ce qui se passe au Sahel est le « bis répétita », toute proportion gardée, de ce qui s’est passé dans les années 80 où les Américains, par le biais de la CIA (Central Intelligence Agency) ont financé les Moudjahidin pour construire les grottes de Tora Bora en Afghanistan, avec à la manette Oussama Ben Laden. Par la suite, il deviendra l’ennemi juré de l’Oncle Sam. (Voir encadré)

L’Uranium et les intérêts des entreprises françaises en jeu

Soyons clair. Notre analyse n’est pas de jeter le discrédit sur un pays. Nous analysons des faits avérés, vérifiables et quantifiables. L’ex président Français Jacques Chirac l’a dit : « Une grande partie de l’argent qui est dans notre porte-monnaie (NDLR : la France), vient précisément de l’exploitation depuis des siècles de l’Afrique. Il faut avoir un peu de bon sens de justice pour rendre aux Africains ce qu’on leur a pris ; d’autant que c’est nécessaire si l’on veut éviter les pires convulsions ou difficultés, avec les conséquences politiques que cela comporte dans notre avenir… ».

Le message est sans ambigüité. Le Burkina Faso paie le prix d’une guerre qu’il n’a ni créée, encore moins attisée. C’est la course à la recherche effrénée du gain, avec en toile de fond, le contrôle des ressources minières, minéralières de la zone qui est en jeu. La France n’est rien sans l’Afrique : « Un serpent sans tête est une ceinture. La France sans l’Afrique est une pourriture », disait Abdallah Taha. Cinquième vérité. A titre d’exemple, pour illustrer jusqu’où peut aller l’Etat français dans la défense des intérêts des entreprises françaises, il suffit de s’imprégner de la récente brouille diplomatique entre Washington et Paris. En effet, l’Australie avait commandé des sous-marins d’attaque avec l’entreprise française Naval Group pour un montant de 35 milliards d’euros, entretien y compris sur 50 ans.C’était le « contrat du siècle » pour ce groupe privé français scellé en 2019.

En 2021, les Etats-Unis « doublent » les Français et arrachent le contrat pour une entreprise américaine. Paris, pour protester rappelle ses ambassadeurs en poste aux Etats-Unis. Il a fallu la visite du Président Biden à son homologue Emmanuel Macron pour fumer le calumet de la paix. Imaginez jusqu’où peut aller ce pays, pour défendre ses intérêts. L’affaire de la monnaie guinéenne aux lendemains des indépendances est là pour témoigner que Paris ne reculera devant rien pour maintenir son statut de puissance mondiale, quitte à créer le chaos en Afrique de l’Ouest. Tandis que les Africains s’entretuent, elle pille le sous-sol de l’uranium au Niger et bientôt le zinc dans le Nord du Burkina dont la construction du chemin de fer et le transport seront assuré par le Groupe Bolloré avec une concession allant jusqu’en 2050.

Pendant ce temps aussi, Orano (ex-Areva) continue d’exploiter l’uranium et à accroître son chiffre d’affaire. Au premier semestre de 2021, le groupe dont 40% de son uranium provient du Niger alimente la compagnie d’électricité EDF (Electricité de France). Chaque année, la France a besoin de l’ordre de 8 000 à 9 000 tonnes d’uranium naturel par an pour fabriquer le combustible alimentant son parc de 58 réacteurs nucléaires(1). La totalité de cet uranium est importée dans la mesure où elle ne produit plus d’uranium. Cette explication permet de comprendre pourquoi la France se rue dans le Sahel en « père protecteur » alors qu’elle y est pour protéger ses intérêts. Et l’on sait que les Etats sont guidés par leurs intérêts plutôt que par la vraie charité.Sixième vérité

Le G5 Sahel, un mort-né ou une coquille vide ?

Une autre preuve de l’inutilité de l’aide de la France dans la lutte contre le terrorisme, est la force du G5 Sahel. Officiellement créée sur du papier, elle peine à voir le jour depuis 5 ans. Pourquoi ? L’autonomisation et la mise en cohésion des 5 forces communes du Mali, du Tchad, du Niger, du Burkina Faso et de la Mauritanie ne font pas l’affaire de Paris. Car, il ne voit pas d’un bon œil, la fin du terrorisme dans ce brûlot dans la mesure où plus les nations sont préoccupées à gérer leur sécurité, mieux les entreprises françaises exploitent tranquillement leur sous-sol. C’est pourquoi, la demande de placer la future force du G5 Sahel sous le chapitre 7 de la charte des Nations Unies est un vœu pieux irréalisable. Les pays occidentaux, ne sont pas chauds.Or, cela aurait permis à cette force de bénéficier de l’autorisation d’acquérir certains matériels militaires en vue de mener une guerre sans merci aux terroristes. Mieux, les Nations unies pouvaient à cet effet, par le biais du Conseil de sécurité, mener « des opérations exécutées par des forces aériennes, navales ou terrestres de membres des Nations Unies ».

Quelles solutions ?

L’échec militaire de la France et de tous les pays engagés dans la lutte contre le terrorisme est une leçon : les armes ne viendront pas à bout du terrorisme. Il faut négocier. Mais pas à n’importe quel prix. On négocie avec un adversaire lorsque ce dernier est en situation de faiblesse. Donc, il faut d’abord travailler à fragiliser l’adversaire avant de l’appeler à la table des négociations. L’exemple de l’échec des « boys » américains en Afghanistan vient rappeler que l’hydre terroriste peut souvent renaître de ces cendres. En outre, il faut former des unités d’élites et/ou les reconstituer à l’image du RPC de Dédougou, du BIA de Koudougou, etc. Au-dessus de tout, lutter contre la corruption et la course effrénée à l’enrichissement illicite car, on peut tromper le peuple une fois mais, on ne peut pas le tromper tout le temps.Une autre solution autre que celle-ci serait suicidaire pour la nation. La stratégie des terroristes consiste à mener des actions d’éclats et à les diffuser à travers les réseaux sociaux. Le but recherché étant de créer la psychose. A ce niveau, pour paraphraser le Ministre de la défense et des anciens combattants, le général Aimée Barthélémy Simporé, devant l’Assemblée nationale, « chaque Burkinabè doit être un sentinelle du renseignement ». Il s’agit d’éviter de créer la psychose, de maîtriser l’information reçue, de la recouper avant de la diffuser. A l’instant T, chaque Burkinabè doit taire son égo et se lever pour défendre la patrie. Et, lorsque nous aurons reconquis nos territoires, nous négocierons la paix car, qui veut la paix, prépare la paix.

Par Daouda Emile OUEDRAOGO
(ouedraogodavid597@gmail.com)


Bis repetita du conflit afghan au Sahel

La CIA a financé dans les années 1980 les moudjahidin contre l’URSS. Elle a financé notamment la forteresse souterraine des grottes de Tora Bora, d’une hauteur de 13 000 pieds et situé à 35 miles de Jalalabad, la capitale régionale, dont Oussama ben Laden a participé à la construction. Ben Laden y apporte des dizaines de bulldozers et autres équipements lourds de construction venant de l’empire de construction de son père, le groupe Saudi Bin ladin (en anglais : SaudiBinladin Group).

Ce camp comportait plusieurs milliers d’hommes. Trois douzaines de forces spéciales militaires des États-Unis étaient stationnées dans ce camp. Au début de la guerre d’Afghanistan en 2001, Tora Bora fut l’une des places fortes des Talibans et de leurs alliés avant sa chute lors de la bataille de Tora Bora. L’attaque de cette base quelques mois après les attentats du 11 septembre 2001 visait à tuer Oussama Ben Laden, mais ce fut un échec. Cette base étant proche de la frontière, Ben Laden put s’enfuir vers le Pakistan. Le 14 juin 2017, après un bref combat contre les talibans, Tora Bora est prise par l’État islamique. Oussama Ben Laden, lui, a été tué lors d’une opération commando des forces spéciales américaines en 2011.

Vos commentaires

  • Le 30 décembre 2021 à 23:07, par Zia En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Sahel : Les vérités que l’on refuse de nous dire….

    Je suis émerveillé par cette analyse lucide et hautement instructrice de la situation sécuritaire au Sahel en général et au Burkina en particulier. Des conférences publiques doivent être organisées pour partager les points de vue de cet grand intellectuel afin que les gouvernés comprennent les vrais enjeux de cette lutte que la France mène au sahel pour sa survie. Une lutte dans laquelle nos gouvernants sont impuissants sans le soutien sans faille des populations de l’espace.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2021 à 23:39, par Vérité En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Sahel : Les vérités que l’on refuse de nous dire….

    . Il est clair que cet individu va immédiatement abandonner « ses amis du jour » si jamais, il ne trouve plus son compte.
    Nous savons tous que des individus de mèche avec nos autorités nuisent à notre peuple. Ils veulent peut être gouverner les arbres car à cette allure au bout de 2 ans ils vont décimer tout ce peuple

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2021 à 00:57, par R En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Sahel : Les vérités que l’on refuse de nous dire….

    L’autre vérité qu:on nous cache c’est que nous menons une drôle de guerre. Et cette drôle de guerre est marquée par l’inaction de nos troupes sur le terrain. Nous sommes toujours à l heure où les détachement sur le terrain ne peuvent pas ouvrir le feu sans autorisation de Ouaga sauf s’ils sont attaquées. Les terroristes le savent et se pavanent allègrement sur notre territoire. Sans un changement de stratégie une victoire sur les terroristes est illusoire.

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2021 à 03:12, par Boukaré En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Sahel : Les vérités que l’on refuse de nous dire….

    J’apprécie cette franche et belle analyse avec des propositions à notre porté. Norbert Zongo déclarait "Le Pire n’est pas la méchanceté des hommes mauvais, mais c’est le silence des hommes bien". Quand est-ce que ces hommes vont parler ? Si dire la vérité au chef de l’état est difficile, comment compter sur ces chefs militaires s’ils sont envoyés au front ?
    Vous Daouda avez apporté une grande contribution à cette guerre ; Continuer d’investiguer et de nous donner des infos qui éveilleront la conscience collective pour un sursaut d’orgueil.

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2021 à 06:41, par Djawel En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Sahel : Les vérités que l’on refuse de nous dire….

    Encore des écrits , qui ne reposent sur rien ,
    Jeter des fake news , en reprenant , quelques bribes d informations , de ça et là , totalement sorties de leur contexte initial
    Qui est ce soit disant intermédiaire ?? Son nom ? Tu en dis trop ou pas assez ou alors tu as peur de devoir rendre des comptes à la personne , que tu diffames
    Peu importe , ces écrits sont tres graves , c est inconscient de dire que la france , forme des djiahistes , tu n as pas honte ?
    La seule vérité, écrite , est que la france na aucun droit d intervenir sur votre territoire , c est juste un appui logistique
    et sans l aval de l etat major burkinabé , elle est pieds et poings liés !!
    Comprenez le une fois pour toute !!
    La france , par ses moyens d informations intrinsèques, a éliminé , des chefs djiadhistes tres importants
    Et autre chose aucune armée africaine n est capable de venir seule à bout du terrorisme , vous voyez bien la catastrophe annoncée ,
    Alors svp , un peu de modestie et de respect , pour nos enfants tombés au front chez vous , et aussi pour le travail effectué , par la légion étrangère et nos forces spéciales, merci !

    Répondre à ce message

    • Le 31 décembre 2021 à 12:29, par L’enfant digne de Tuiré et du Faso En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Sahel : Les vérités que l’on refuse de nous dire….

      Djawel, ta réaction manque d’intelligence et de respect envers le peuple burkinabè. Ce que le monsieur a dit est de la pure vérité et nous l’en remercions beaucoup. Vous n’aimez pas ceux qui peuvent éclairer ou guider nos peuples parce que cela signerait votre arrêt de mort sur cette planète. La vérité rougit les yeux mais ne les crève pas. Tu crois qu’on ne sait pas ce que vous et votre gouvernement français tramez tous les jours dans le noir contre les Etats et les peuples de l’Afrique de l’ouest ? Nous savons que sans nous, vous êtes foutus. Donc un peu de respect quand même. Nous connaissons votre jeu trouble pour continuer de nous exploiter. Mais trop c’est trop. L’âne s’est arrêté et ne bougera plus sauf si vous partez. Nous voulons tout simplement votre départ de nos territoires pour enfin amorcer notre vrai développement. Pourquoi d’ailleurs vous refusez de partir ? C’est que ça vous arrange. Donc ne nous prenez pas pour des cons.

      Web master, laissez passer SVP. Pourquoi vous bloquez mes posts ? Y en a un qui n’est pas passé.

      Répondre à ce message

      • Le 1er janvier à 01:11, par MyMy En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Sahel : Les vérités que l’on refuse de nous dire….

        - @L’enfant digne de Tuiré et du Faso : POURTANT L’INTERNAUTE DJAWEL A RAISON. ET JE LE FELICITE ICI.
        JE VOUS DONNERAI 2 EXEMPLES DANS LE TEXTE DE CE MONSIEUR (qui pompe l’air des gens qui savent, et qui mystifie les ignorants).

        1/SUR LE PLAN TECHNICO-MILITAIRE ET TACTIQUE, SON FAMEUX "Ground machin truc qui voit à 1km sur 360°" EST UNE FARCE DE MAUVAIS GOÛT.
        DE PUISSANTES JUMELLES FONT NETTEMENT MIEUX LE TRAVAIL DE SURVEILLANCE. SI SON TRUC-Là COUVRE 1KM DE RAYON, UNE MITRAILLEUSE LOURDE A DES COUPS MORTELS (mêmes indirects) A PAR EXEMPLE PLUS DE 2KM, SUR UNE PERSONNE. A QUOI SERT SON TRUC ? (Nous faire croire que comme il est au Etats-Unis, il est intelligent ou malin ? Si justement les militaires et politiciens américains sont malins, pourquoi ils envahissent tant les pays des autres au lieu de rester tranquillement chez eux ?)

        2/BEN LADEN N’A JAMAIS ETE TUE EN 2017 OU JE NE SAIS QUOI..., SOUS LA PRESIDENCE D’OBAMA. BEN LADEN EST MORT DE MALADIE (Syndrome de Morphan) A RAWALPENDI EN DECEMBRE 2003, DANS UN HOPITAL MILITAIRE PAKISTANAIS. DE 2001 A AVANT DECEMBRE 2003, IL SE FAISAIT SOIGNER DANS UN HOPITAL MILITAIRE AMERICAIN EN ARABIE. (Rechercher les J-T de France2, avec David Pujadas. Des vidéos et les témoignages de médecins l’attestent.) SELON 2 AUTEURS A SUCCES, ET ANCIENS AGENTS DU MI6, IL A ETE ENTERRE EN AFGHANISTAN PAR LES TALIBANS. LES 2 AUTEURS DISENT DANS LEUR LIVRE, AVOIR ASSISTE A SON ENTERREMENT. ILS Y REPRESENTAIT LES INTERÊTS BRITANNIQUES.

        PREUVES INFORMATIQUES A L’APPUI ET VENANT D’AUTRES SERVICES DE RENSEIGNEMENTS D’AUTRES PAYS DU MONDE, ILS Y EXPLIQUENT ET PROUVENT QUE LES SPECTRES AUDIOS DES MESSAGES ATTRIBUES A BEN LADEN, NE SONT PAS SUPERPOSALES. EN TERMES SIMPLES, CE N’EST PAS LA MÊME PERSONNE QUI PARLE DANS CHACUN DE CES MESSAGES DITS VENANT DE BEN LADEN. (Que l’auteur du présent article s’instruise, en lisant d’abord et par exemple, ce livre. Il comprendra à quel point, il est loin de la plaque. Qu’il continue et affine ses recherches, car il est loin de ce qu’il y a.)

        - SUR LA BASE DE CES 2 ELEMENTS SEULEMENT (il y a d’autres argumentations fausses à insensées, trompeuses, spécieuses..., dans son article), IL EST EVIDENT QUE L’AUTEUR DU PRESENT ARTICLE VEUT SE FAIRE PASSER POUR CE QU’IL N’EST PAS. C’EST TRISTE, CAR DES VIES HUMAINES SONT DETRUITES EN CE MOMENT.

        - DES PROPOSITIONS D’ETAT-MAJOR ONT ETE FAITES A M. ROCH KABORE DèS 2016. QU’A-T-IL FAIT DE TOUT CA ? SAVEZ-VOUS POURQUOI M. SIMON COMPAORE A FUI LE BURKINA ?

        Répondre à ce message

    • Le 31 décembre 2021 à 12:57, par Trump En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Sahel : Les vérités que l’on refuse de nous dire….

      @Djawel si les soldats Africains et Americains n’étaient pas venu se battre pour libérer la France pendant la deuxième guerre mondiale, tu allais parler l’Allemand. C’est ce Donand Trump a dit à Macron.
      Combien de soldats Africains sont morts pour la France ? Vous etes des voleurs de resources (l’uranium, le Zinc, le pétrole etc. de l’Afrique.

      Répondre à ce message

    • Le 31 décembre 2021 à 14:37, par Burkimbila En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Sahel : Les vérités que l’on refuse de nous dire….

      Nous respectons ces soldats tombés chez nous. Et en toute modestie nous vous demandons de ne pas faire comme si cette situation vous est étrangère. C’est la conséquence directe de l’action Française en Lybie. Et vous le savez bien.
      Par ailleurs nous vous rappelons également que bcp de nos frères ont donné leur vie, par millier, pour la France pendant vos guerres. La France a même massacré des anciens combattants qui ne faisaient que réclamer dû.
      Le respect et la modestie ça va dans les deux sens.
      Les armées de nos pays sont les seuls à pouvoir combattre le terrorisme, si tant est qu’on nous permet d’acheter les armes qu’il faut. Mais là encore, on se demande à quel jeu jouent les occidentaux. Il est certains qu’aucune puissance étrangère ne peut résoudre ce problème à notre place. La réalité du Mali et de l’Afghanistan le montre très bien.
      Aucun pays ne devrait d’ailleurs sous-traité sa propre sécurité à un autre pays.

      Répondre à ce message

    • Le 31 décembre 2021 à 19:30, par Abdul Mumuni ZONGO En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Sahel : Les vérités que l’on refuse de nous dire….

      Si les français ne parlent pas allemand aujourd’hui, c’est en partie le prix que les africains, les russes et les américains ont payé de leur vie en terre française en 42 ; 43 ; 44 et 45.

      Dites-moi, cher monsieur le français, où peut donc se trouver un mensonge lorsque l’on soutient que quelqu’un trafique des armes, des minerais aujourd’hui et pollue la vie d’autres personnes quand hier encore celui-ci même trafiquait des hommes ???

      C’est typiquement ce qu’est la France au yeux de ceux qui la villipendent.

      Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2021 à 07:59, par boss En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Sahel : Les vérités que l’on refuse de nous dire….

    Chers présidents patriotes, dites souvent certaines vérités au peuple qui sera un rempart fort contre les groupes et pays qui vous mettent des pressions malsaines. Et surtout aussi nettoyer les ennemis intérieurs ; ils sont plus nuisibles que ceux de l’extérieur.

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2021 à 08:07, par A qui la faute ? En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Sahel : Les vérités que l’on refuse de nous dire….

    C’est pour cela quand ça ne marche pas on demande au chef de dégager, et les partisans ne comprennent pas, parce que le chef ne va pas vous dire que ce sont ses propres copains qui mettent le pays dans cet état

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2021 à 08:28, par Helios En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Sahel : Les vérités que l’on refuse de nous dire….

    Merci pour ce éclairage. Mais pourquoi le président ne peut pas se décider de chercher des solutions ailleurs au lieu de tourner toujours autour de la France ?

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2021 à 08:31, par Peuple insurgé En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Sahel : Les vérités que l’on refuse de nous dire….

    Analyse intéressante.
    « A l’instant T, chaque Burkinabè doit taire son égo et se lever pour défendre la patrie. Et, lorsque nous aurons reconquis nos territoires, nous négocierons la paix car, qui veut la paix, prépare la paix. » Ça c’est le gouvernement qui doit susciter ça, par une gouvernance vertueuse. Des fait graves sont restés impunis, occultés,... Des erreurs que nos ancêtres ne commettaient pas dans la gestion de leurs royaumes.

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2021 à 09:57, par Abdoulaye En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Sahel : Les vérités que l’on refuse de nous dire….

    La solution tout le monde le connais c est la souveraineté totale..et si le Burkina faso est souveraint il paie les armes avec qui il veut et traite avec qui il veut on en fou de cette France et ses frères union européenne..c est l intérêt de la nation qui compte..en tout cas belle analyse.

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2021 à 10:06, par Fass En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Sahel : Les vérités que l’on refuse de nous dire….

    Franchement tout est clair et net. Merci pour cette analyse. Je suis beaucoup plus écœuré que face à de telles évidences, la réponse du Chef suprême des armées est d’une mollesse déconcertante. Il nous faut une guerre populaire avec des discours et des actions musclés sans état d’âme contre les ennemies internes que sont les complices des terroristes, les corrompus, corrupteurs, dealers et autres affairistes. Si nous arrivons à nettoyer l’interne, les ennemies extérieurs disparaîtrons naturellement.

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2021 à 11:06, par Pleure Oh pays bien aimé En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Sahel : Les vérités que l’on refuse de nous dire….

    Analyse limpide et juste, seulement il nous aller vers des solutions pragmatiques, pratiques, concrètes avec un plan d’action claire et des objectifs datés.
    Beaucoup de gens soutiennent le PF pour seulement profiter de sa gentillesse et de ses faiblesses.
    Le vrai soucis c’est que le président ne peut pas changer !
    que faut-il faire et vite ?
    Je suis contre toute idée de démission du président, par contre :
    Que le président délègue tout le pouvoir sécuritaire au Gle Barthélemy, sinon au PM

    Je dis bien, tout le pouvoir sécuritaire ( Renseignements, opérations, finances, réorganisation, relations, acquisitions)

    Soyons claires, nous ne pouvons pas gagner cette guerre avec un chef de guerre "gentil", généreux
    La guerre c’est la guerre !
    Elle se fait avec des guerriers !

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2021 à 11:09, par L’enfant digne de Tuiré et du Faso En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Sahel : Les vérités que l’on refuse de nous dire….

    Mr OUEDRAOGO, merci beaucoup pour cet apport à travers ces informations pointues et méconnues du peuple burkinabè et votre analyse géopolitique et géostratégique. C’est ce type d’informations et d’analyses dont nous avons besoin pour arrêter de parler comme dans un cabaret. Nous devons parler et agir en hommes qui savent, en hommes éclairés et là, il faut que des gens avertis nous aident puisque nos gouvernants ne veulent pas nous éclairer afin de nous gérer dans le mouta mouta (le flou).

    Après lecture de votre écrit, je tire deux choses :

    - Le Président Rock est notre véritable problème par rapport à cette insécurité. Il ne fait rien quand on lui fait de bonnes propositions. Pourquoi ? Pourquoi ne fait-il rien pour commander des hélicots de guerre adaptés et ces appareils qui permettent de détecter des individus armés à plus d’un kilomètre à la ronde alors qu’il a bien accueilli l’idée ? l est un caillou sur notre route. S’il y a un problème, qu’il communique pour que le peuple sache ce qu’il y a. C’est tout. S’il ne communique pas, c’est qu’il a intérêt à ce que la situation soit ainsi pour que lui, il asseye diaboliquement son fauteuil présidentiel sur cette insécurité (pour cacher son incompétence, son manque de vision et son laxisme) et donc sur le sang des pauvres populations que les promis à l’enfer canardent à coeur joie comme sur des canards sauvages. Ça ne servirait à rien de dormir à l’église alors qu’on servirait le diable. Le PF risque un procès pour haute trahison du peuple.

    - Ensuite, du point de vue géopolique et géostratégique, il revient au peuple de se soulever contre l’impérialisme. Thomas Sankara disait en substance que tout peuple qui n’assume pas sa révolte pour se libérer ne mérite pas qu’on s’apitoie sur son sort. Et là, il faut que le Président du Faso organise le peuple comme Goïta le fait au Mali, afin que au lieu que ce soit lui qui passe le temps à raser les murs et à greloter devant la France qui nous tient en tenaille, ce soit le peuple qui se tienne debout et qui fasse la part belle à cette France honteuse, impérialiste, honteusement exploiteuse et bassement criminelle. C’est tout. Que le PF dise tout au peuple, par OSC interposées et autres s’il ne le peut pas. Qu’il n’ait pas peur de perdre son fauteuil. Qu’il ne soit pas tout simplement un mouillard. Qu’il implique les syndicats pour cette libération.
    Nan laara, An saara ! La Patrie ou la mort, nous vaincrons !

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2021 à 12:45, par YAWOTO En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Sahel : Les vérités que l’on refuse de nous dire….

    Tant que le peuple ne va pas comprendre, que nos chefs d’état sont des otages de l’impérialisme internationale prêt à tout pour préserver ses intérêts et qu’il doit prendre ses responsabilités pour construire son destin, il sera maintenu dans une forme d’esclavage économique et n’aura que ses yeux pour pleurer ses malheurs. Les chefs d’Etat faibles, traitres, qui ont peur de mourir pour leur peuple, n’ont plus leur place en cette période. La Patrie ou la mort ? Nous vaincrons !

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2021 à 13:12, par Raguilgsom En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Sahel : Les vérités que l’on refuse de nous dire….

    « Le Burkina Faso paie le prix d’une guerre qu’il n’a ni créée, encore moins attisée. » C’est formidable !!! Donc les actions de déstabilisation des États, les trafics bizarres et les accointances des dirigeants politiques burkinabè, sous l’ère COMPAORÉ, avec certains chefs d’organisations rebelles ou islamistes étaient des actions de construction de la paix ??? L’impunité, la corruption et le braquage électoral érigés en système depuis les années 1990 n’y ont aucune incidence sur ce qui nous arrive aujourd’hui ? Ah, je vois. C’est la faute à la France. Walaï !

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2021 à 15:23, par Sam En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Sahel : Les vérités que l’on refuse de nous dire….

    Merci pour cette belle analyse qui magnifie l’élite Burkinabè, n’en déplaise a ceux qui exploitent l’Afrique et les Africains. Comment expliquer nos échecs avec l’existence de telles potentielles de réflexion ? Le danger est là et nous devrions nous lever comme un seul pour sauver notre cher pays. Félicitations encore à Monsieur Ouedraogo.

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2021 à 15:37, par SAWADOGO En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Sahel : Les vérités que l’on refuse de nous dire….

    J’aurai sincèrement préféré que la présente analyse aussi brillante soit-elle ne soit pas affichée sur le Web mais plutôt adressée aux autorités compétentes. Un plan de guerre dévoilé publiquement ne sert absolument à rien !

    Tientigui koumana

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2021 à 16:10, par Bolkachere En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Sahel : Les vérités que l’on refuse de nous dire….

    Félicitations à Mr Ouedraogo pour cette clairvoyance et surtout le courage de le dire haut et fort. Malheureusement on prêche dans le désert. L’égoïsme et la cupidité n’est pas fini à Ouaga....pendant ce temps nos pauvres parents meurent sans Merci.

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2021 à 16:31, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Sahel : Les vérités que l’on refuse de nous dire….

    Hum... Beaucoup d’affirmations qui ne reposent sur aucun fait. On pourrait croire que certains depuis New York ont accès aux appartements présidentiels pour rapporter ce qui s’y passe. Il ne suffit pas d’entendre une rumeur pour qu’elle soit "la vérité".

    Comme je le répète souvent aux activistes anti-français, le tout n’est pas de "dénoncer" les "crimes" passés de la France ou ses actions actuelles mais de travailler à construire les nations que nous souhaitons dans nos pays malgré les volontés antagonistes, y compris celle de la France. L’esclave ne peut pas attendre de son maître qu’il l’aide à se libérer !

    Vous avez un ex-empire reposant sur ses ex-colonies qui veut les conserver coûte que coûte sous sa coupe afin de rester une puissance de niveau mondial, qu’est ce qui est surprenant dans ça ? Elle travaille pour ses intérêts, et paye pour cela, comme ce que Serval et Barkhane lui coûtent en hommes et en argent.

    Comme tous les peuples, français, américains, chinois, etc, c’est à nous de nous libérer, au lieu de pleurnicher et de taper du pied en croyant que cela amènera les autres à aller contre leurs propres intérêts.

    La France, depuis Mitterrand, n’a jamais vraiment caché son "amitié" avec ceux que nous appelons terroristes, depuis les rebelles Touaregs jusqu’aux actuels promoteurs de l’Azawad.

    Elle a pratiquement parrainé les mouvements de l’Azawad lors des négociations d’Alger, après leur avoir donné Kidal. Elle a repris à son compte le demande d’un changement de constitution au Mali en faveur du fédéralisme pour donner une quasi-indépendance à leur Azawad autour de Kidal, une sorte de Kossovo-sous-Sahel.

    Plus récemment, après le sommet de Pau alors qu’on annonçait une "intensification" de la lutte contre le terrorisme et une augmentation des effectifs de Barkhane, la presse française faisait état de la nouvelle orientation donnée par le président Macron : Ne plus combattre le GSIM (Groupe de Soutien à l’islam et aux musulmans) de Iyag Ag Ghali, mais se concentrer sur l’état islamique au grand Sahara, EIGS.

    Or, c’est le GSIM et ses démembrements qui endeuille le plus les états du Sahel, et qui a le sang de plusieurs soldats de Barkhane sur les mains. Et les combattants passent du GSIM à l’EIGS et vice-versa. Ce choix de Macron et donc difficile à comprendre, sauf si on se rappelle que Iyag Ag Ghali était le chef de "Ansar Dine" et avait pour second un certain Alghabass Ag Intalla.

    Après la défaite suite à l’intervention française, le premier est allé créer le GSIM, et le second parti fonder le mouvement islamique de l’Azawad (MIA) devenu Haut Conseil pour l’Unité de l’Azawad (HCUA), principale force militaire de la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) afin d’avoir une vitrine politique pour négocier à Alger. Son père Intalla Ag Attahir, "amenokal" chef touareg, nommé président du HCUA et secondé par ses fils Alghabass et Mohamed, soutient ouvertement le GSIM et a annoncé vouloir siéger dans un gouvernement dirigé par Iyag Ag Ghali. Les Mouvements de l’Azawad et le GSIM sont donc la face politique et la face militaire d’une même tendance ayant Kidal pour base arrière. Difficile de combattre l’un en étant ami avec l’autre...

    Ce jeu d’équilibriste de la France consistant à combattre le terrorisme en épargnant certains terroristes, a eu un impact négatif sur la lutte contre le terrorisme au Sahel, même si cela n’explique pas tout. Les accords d’Alger contenaient en eux-mêmes les germes du pourrissement. Mais c’est une autre histoire.

    Au Burkina, même si le terrorisme a été "importé" par le GSIM, la plupart des combattants sont des burkinabè recrutés sur place et endoctrinés selon une théorie de "l’insurrectionnel d’une minorité opprimée" (les peuhl pour ne pas les citer) teintée d’islamisme. En dehors donc du soutien en financement, formation et armement qui pourrait venir du GSIM ou de l’EIGS, c’est devenu une autre guerre .

    Il faut comprendre que la France a peu d’intérêt pour "nos" terroristes par rapport à avoir la tête d’un chef de l’EIGS comme Al Saharaoui par exemple, qu’elle considère comme plus capable de susciter des attentats en France et en Europe..
    Même si Barkhane semble changer de politique récemment et s’attaquer au GSIM, elle est plus encline à "chasser" la tête d’un Iyag Ag Ghali et ses lieutenants plutôt que de pourchasser nos djihadistes "locaux" au Burkina. Elle l’a dit clairement : Elle n’a pas vocation à remplacer nos soldats pour combattre les terroristes, et c’est vrai.

    Voilà la triste réalité, nous ne sommes pas une priorité pour eux, ni pour leurs satellites et leurs drones non plus. Surtout qu’on a tapé notre poitrine "patriotique" pour dire qu’on ne veut pas qu’ils s’installent chez nous. Sauf peut être si des groupes passent par le Burkina pour attaquer la Cote d’Ivoire où les intérêts français sont nombreux.

    Une autre réalité, c’est que se fournir en armes pour un petit pays à tendance non-alignée comme le Burkina est très difficile actuellement. Entre les sanctions votées par les uns contre les autres, les soupçons de revente et la concurrence entre grands vendeurs d’armes qui sont aussi ceux qui font la pluie et le beau temps à l’ONU, on peut se retrouver bloqué. Et je ne parle pas des délais de livraison, des autorisations de survol de territoire par un vol militaire, etc.

    Il serait donc vraiment réducteur de tout ramener à une affaire d’hommes et de président. Mais la patrie ou la mort, nous vaincrons ! C’est dur, mais on va y arriver.

    P.S. : Mon frère, c’est pas parce qu’on n’a pas donné le marché à votre "type" à Ouaga qu’il y a corruption. Et l’armée n’a pas vocation à communiquer sur toutes ses acquisitions...

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2021 à 16:51, par Bernard Luther King ou le Prophète Impie En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Sahel : Les vérités que l’on refuse de nous dire….

    MErci beaucoup pour votre courage et pour ces partages d’informations. Quand on peut pas, on abandonne et on laisse la place aux valeureux. Je completé la liste des verités. En plus de celles dejà enumerés, il faut ajouter le fait que avant 2014, la mal-gouvernance etait un monpole d’Etat. Mais depuis 2015, on a reussi l’exploit de le privatiser : eh oui, liberalisation de la mal-gouvernance. Certains ont même revendiqué leur independance tant cheri mais refuse d’assumer leur responsabilité comme le disait un des responsables du Mouvement SENS (Servir et Non se Servir).
    Burkina Faso : Du capitalisme monopoliste d’Etat de la Mal-Gouvernance à la Liberalisation de cette Mal-gouvernance, un livre à faire paraitre !.

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2021 à 18:04, par TOERE En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Sahel : Les vérités que l’on refuse de nous dire….

    Merci pour cette analyse lucide et pertinente . Je ne répondrai pas à l’internaute DJAWEL d’autres internautes l’ayant remis à sa place . C’est justement ça le problème . La classe politique française actuelle a mis dans la tête des jeunes français incultes et ignorants de l’histoire de la France notamment des deux guerres mondiales comme ce DJAWEL ,que l’Afrique n’est rien sans la France ,que le noir est un être inférieur au blanc et bien d’autres inepties de ce genre . Malheureusement, les africains ,à commencer par nos présidents ont acceptés de se complaire dans ce statut d’être humain inférieur qui ne sait pas réfléchir ni agir par lui même .
    Et pourtant ,un noir fut-il ,métisse a brillamment dirigé la plus grande puissance militaire et économique du monde . Je veux parler de BARAK OBAMA.
    Le général COLIN POWEL noir de la tête au pied ,fut chef d’Etat major des armées américaines sans oublier les autres généraux noirs des armées américaines .
    Je passe sous silence les champions noirs dans d’autres domaines comme le sport où des noirs ont dominé et bombé la gueule des blancs etc . C’est dire que Dieu nous a bel et bien doté des mêmes capacités d’intelligence que les autres peuples blancs ,jaunes ,roux ,pourpres ,verts ,violets et tout ce qu’on veut comme couleur humain vivant sur cette terre .Alors arrêtons de nous complaire dans ce complexe ridicule d’infériorité par rapport aux autres races .
    Et comme l’a déjà souligné un internaute, sans les noirs africains , sans l’apport de nos parents anciens combattants ,la France allait être aujourd’hui une région allemande et ce Djawel n’allait même pas connaitre la France et fortiori pouvoir écrire en Français .
    . Hélas par leur propre trahison, des présidents africains ont contribué par leur complicité à assassiner certains de leurs homologues africains qui ont voulu s’émanciper de la tutelle française et occidentale :
    NKWAME NKRUMAH ,SANKARA ,KADAFI,LUMUMBA
    Et comme l’a dit encore l’artiste musicien ALPHA BLONDY rien que la semaine passée ,les ennemis de l’Afrique ce sont les africains eux mêmes . Heureusement, une vraie conscience africaine est entrain de naitre avec ces réactions au Mali ,au BURKINA FASO, au Niger etc.
    .Visiblement le président MACRON dont j’ai suivi un discours hier ou aujourd’hui semble avoir compris le réveil des africains et à inviter les européens à revoir leur façon de percevoir l’Afrique et de changer rapidement de paradigme vis à vis de notre continent, sinon à terme avec ce qui se manifeste de plus en plus à l’égard de la France ,c’est cette dernière qui va disparaitre ,si l’Afrique lui tournait complètement le dos pour aller vers d’autres horizons de coopération dans tous les domaines .

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 11:24, par Alexio En réponse à : Lutte contre le terrorisme au Sahel : Les vérités que l’on refuse de nous dire….

    Toere. Je vous recommande de se ressaisir de votre naivite compromettante. Le bilan de la France envers l homme noir et de la femme noire en general et l Afrique en particulier n ont pas changer de paragdime avec l evolution des temps.

    Les methodes ont changer, mais leurs fonds sont les memes. En fait c est l emballage qui a changer de couleur mais le produit est le meme.

    Les grandes lignes de cette genese de 5 siecles d esclavage ont evolues sur le colonialisme et le neo-colonialisme dont vivions sous nos toits aujourdhui.

    Avec des paragdimes qui les arrangent tels que

    DEMOCRATIE : Ou la France hypocryte place ses lakais a la tete de nos etats pour nous asservir.

    DROITS DE LHOMME ET DE LA FEMME ET LES ENFANTS :
    Hypocrite France supporte les dictateurs presidents qui veillent ses grains dans nos greniers.(nos matieres premieres qu elle considere comme son patrimoine legal avec les accords coloniaux secrets, inconnus vis-a-vis des peuples africains signes par elle meme entre 3 francais pour les etats d Afrique sous son controlle colonial.

    LE FRANC-CFA : un outil de controlle des economies des 14pays dit francophone. Alors que le peuple des FRANCS ne sont rien d affilliations de souche avec l Afrique, mais avec lAllemagne.

    Donc une anarque genialement et copieusement administree sous les menaces des bases militaire francaises omstallees sur notre continent sans notre avis. Mais des presidents corrompus et a vie.

    Mediez vous de Macron, il est en campagne, et le chien bien apprivoiser ne peut pas changer sam maniere de s assoir.

    Sans l Afrique, La France serait au meme pied de developpement comme l Espagne. le Portugal ou l Itatie.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique
Embargo sur le Mali : Le Conseil national des OSC du Burkina Faso exige la levée des sanctions
Lettre ouverte à mon frère Gafarou Nignan qui menace de s’immoler
Citoyens de la CEDEAO, indignez-vous !
Lutte contre le terrorisme au Burkina : Ce que l’histoire nous enseigne
Burkina : Le Caucus des cadres pour le changement fait des propositions pour conduire le pays vers la paix et la consolidation de la démocratie
Terrorisme au Burkina : De l’impératif du nettoyage des zones infestées
Nouvel an 2022 au Burkina : Sidzabda Damien Ouédraogo appelle à sonner le réveil patriotique
Lutte contre le terrorisme : Mettre fin à la servitude
Vœux du pésident Kaboré : La remise à plat des salaires n’est pas une priorité
Elections en 2022 ou délégations spéciales ? Deux erreurs historiques à ne pas commettre
Situation sécuritaire au Burkina : « Le désespoir est notre premier et pire ennemi », prêche Abdoul Karim Sango
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés