Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «On a beau n’être pas envieux, on rage toujours quand les autres chaussent vos souliers et vous écrasent.»  Emile Zola

Procès Thomas Sankara et douze autres : Le témoin Somda Eugène revient sur certaines confidences

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Procès Thomas Sankara • LEFASO.NET • mercredi 15 décembre 2021 à 12h10min
Procès Thomas Sankara et douze autres : Le témoin Somda Eugène revient sur certaines confidences

L’audition de l’adjudant chef major à la retraite, Somda K. Eugène, se poursuit ce mercredi 15 décembre 2021. On rappelle qu’il comparait en tant que témoin dans le cadre du procès Thomas Sankara et douze de ses compagnons.

Le président du tribunal a demandé au témoin de revenir, s’il en a encore souvenance, de certaines confidences du président Thomas Sankara en lien avec un complot.

Selon l’adjudant chef major, Thomas Sankara n’avait de cesse de répéter de ne jamais avoir confiance à n’importe qui et de toujours rester sur les gardes.

Le témoin est revenu également sur une tentative d’assassinat du président Thomas Sankara entre le 9 et le 10 octobre 1987. (Ndlr, il ne se souvient pas de la date exacte). Ce jour, explique-t-il, Thomas Sankara devrait rendre visite à son père. Le circuit était connu.

Un soldat lui aurait dit, bien plus tard, que le président Thomas Sankara devrait être tué ce jour-là. Des soldats devraient se cacher dans les fleurs à l’entrée du domicile du père du capitaine Thomas Sankara.

Ce soldat a confié au témoin, avoir eu ces confidences de Nabié Nsoni. Il (Nabié Nsoni) aurait d’ailleurs dit au soldat en question de tout faire pour se dérober parce qu’ils ( Nabié Nsoni et ses hommes) n’allaient pas les laisser entrer, qu’ils allaient les canarder.

Le témoin se souvient effectivement que ce jour-là, à un certain moment, l’escorte du président a bifurqué, et a fait pratiquement le tour de la ville avant de rejoindre le domicile du père de Thomas Sankara.

"Arrivé, c’est tout énervé que je demande des explications au soldat à l’origine. Il me dit qu’il aurait reçu un message de son talkie-walkie, lui disant de bifurquer. Et quelques jours plus tard, il me confie que c’était un coup qu’il a déjoué ", se rappelle le témoin.

A la question de savoir pourquoi, il n’a pas donné l’information plus tôt, le soldat lui dira qu’il ne l’a pas fait pour garder la vie sauve et éviter un affrontement.

Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Procès Thomas Sankara et compagnons : L’audience de ce 24 janvier 2022 n’a pas eu lieu
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Les restes de Sankara retrouvés à 45 centimètres de profondeur
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Ousmane Ouédraogo, le frère d’une victime que le chauffeur de Blaise Compaoré a manqué de renverser
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Ma mère est partie malheureuse », témoigne la fille du journaliste Paulin Bamouni
Témoignage des victimes des évènements du 15 octobre : « La défunte mère de Sawadogo Amadou aurait voulu connaître la vérité et faire son deuil », Sawadogo Issa
Assassinat de Thomas Sankara et ses compagnons : Trois types de munitions utilisées, selon les experts en balistique
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : La vidéo de la reconstitution des faits projetée
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : La première pièce à conviction présentée
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Stephen Smith, le journaliste américain déclaré persona non grata pendant six ans en 1987
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Selon Vincent Sigué, Blaise Compaoré projetait de prendre le pouvoir le 4 août 1983
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Moussa Diallo convaincu de l’implication de Gilbert Diendéré dans le coup du 15 octobre 1987
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Être commando, c’est savoir observer l’ennemi pendant très longtemps », l’anecdote sur Blaise Compaoré
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés