Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La grandeur de l’homme est dans sa décision d’être plus fort que sa condition.» Florian Monkam

Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Gilbert Diendéré remet en cause les déclarations de Léonard Gambo

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Procès Thomas Sankara • LEFASO.NET • mercredi 8 décembre 2021 à 14h10min
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Gilbert Diendéré remet en cause les déclarations de Léonard Gambo

Commandant de la première compagnie du 1er Bataillon d’intervention rapide, sous la révolution burkinabè, Léonard Gambo a comparu en tant que témoin, ce mercredi 8 décembre 2021 au procès sur l’assassinat de Thomas Sankara et de ses compagnons. A la barre, il a été confronté avec le général Gilbert Diendéré qui a battu en brèche ses déclarations.

Aujourd’hui colonel major à la retraite, Léonard Gambo a raconté que le 15 octobre 1987, il avait obtenu une permission de 72h pour aller rendre visite à son frère à Tenkodogo. Plutôt que de s’y rendre, il dit être venu au bureau au conseil de l’Entente pour préparer un cours de Topographie qu’il dispensait aux éléments de la Force d’intervention du ministère de l’Administration territoriale et de la Sécurité (FIMATS).

Alors qu’il était plongé dans la préparation de son cours, il reçoit un appel téléphonique. A l’autre bout du fil, son chef, le lieutenant Gilbert Diendéré, lui demande s’il est là. Il répond par l’affirmative. Et Diendéré de lui dire « Je viens te voir ». Le témoin dit avoir été intrigué que son chef veuille passer le voir plutôt que de lui faire appel dans son bureau.

Après l’appel, Léonard Gambo raconte avoir poursuivi la préparation de son cours. Mais comme le lieutenant Diendéré ne s’était toujours pas présenté à lui, il l’a rappelé. Et de nouveau son chef lui dit qu’il arrive. Juste après avoir raccroché le combiné, Léonard Gambo raconte avoir entendu des coups de feu. « J’ai sursauté. Pour moi ça devait être un incident comme cela arrivait au conseil de l’Entente. Mais ça tirait toujours. Je suis descendu rapidement pour sortir voir ce qui se passait. J’ai dépassé le lieutenant Diendéré sans le savoir. Il m’a dit qu’il paraît qu’il y a l’ETIR (l’Escadron de transport d’intervention rapide) qui veut nous attaquer. Il m’a également dit de m’occuper de mes hommes », se souvient le témoin.

Après ce court échange, Léonard Gambo dit avoir demandé aux soldats qui tiraient en direction de l’extérieur de la caserne de se calmer. Comme il était en tenue de sport, il dit s’être rendu à son domicile pour se mettre en tenue de combat. A la question de la partie civile de savoir si Gilbert Diendéré était en tenue militaire ou de sport, le témoin dit ne pas se souvenir de cela.

« Êtes vous allé à l’information pour savoir ce qui s’était passé ? » À cette question du parquet militaire, Léonard Gambo répondra qu’en pareille situation « quand vous n’êtes au courant de rien, mieux vaut ne pas être curieux. J’étais en permission. Je suis tombé dedans comme un cheveux dans la soupe ». Il dira également à la barre qu’il n’a jamais cherché à savoir « qui a fait quoi de façon précise jusqu’à ce jour. Honnêtement, je n’aime pas ceux qui se vantent d’avoir tué quelqu’un. La preuve, ce jour-là je ne me suis pas approché des corps. (…) Je ne sais pas comment s’est passé l’enlèvement et l’inhumation des corps. Je ne me suis pas intéressé à cela. »

A la question de la partie poursuivante de savoir ce qu’il aurait fait des auteurs de l’assassinat de Thomas Sankara et de ses compagnons s’il avait été leur chef, Léonard Gambo explique que s’il était informé et favorable au coup, il n’aurait rien fait. Et s’il était informé et non favorable, il aurait fait une évaluation de la situation avant d’adopter la conduite à tenir.

Lors de la confrontation avec le général Gilbert Diendéré, ce dernier dira que les déclarations du témoin ne sont pas « justes. « Je ne l’ai pas appelé au téléphone et il ne m’a pas appelé non plus. C’est moi qui ai signé sa permission. Il dit qu’il est revenu incidemment au bureau. Je ne pouvais pas savoir qu’il était au bureau pour l’appeler. Et je ne peux pas oublier que je lui ai accordé une permission et l’appeler dans son bureau. Ce n’est pas possible. Je n’ai pas vu Gambo dès les premiers moments. Ce n’est qu’après que je l’ai vu », a déclaré le général Diendéré.

Et le témoin de répliquer : « Le fait d’être en permission n’exclût pas que je revienne au bureau. Et cela n’empêche pas qu’il sache que je suis revenu. Je suis étonné qu’il parle comme ça. J’évite de dire des choses quand je ne suis pas sûr. Mais là, je suis formel. Il m’a appelé au téléphone ».

Pour trancher, le président du tribunal Urbain Méda dira que c’est la parole de l’accusé contre celle du témoin. « La Chambre se débrouillera pour se faire une idée ». Mais à la décharge de son client Gilbert Diendéré, Me Abdoul Latif Dabo fera observer que contrairement à ses déclarations à la barre, le témoin a déclaré devant le juge d’instruction être parti à Tenkodogo dans le cadre de sa permission. « C’est ce qui ressort de votre déposition que vous avez paraphée après l’avoir relue », dira l’avocat. Mais pour le témoin, il s’agit certainement d’une erreur de transcription qui lui a échappée. « J’ai eu la permission mais je n’ai pas été à Tenkodogo ».

LeFaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Procès Thomas Sankara et compagnons : L’audience de ce 24 janvier 2022 n’a pas eu lieu
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Les restes de Sankara retrouvés à 45 centimètres de profondeur
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Ousmane Ouédraogo, le frère d’une victime que le chauffeur de Blaise Compaoré a manqué de renverser
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Ma mère est partie malheureuse », témoigne la fille du journaliste Paulin Bamouni
Témoignage des victimes des évènements du 15 octobre : « La défunte mère de Sawadogo Amadou aurait voulu connaître la vérité et faire son deuil », Sawadogo Issa
Assassinat de Thomas Sankara et ses compagnons : Trois types de munitions utilisées, selon les experts en balistique
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : La vidéo de la reconstitution des faits projetée
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : La première pièce à conviction présentée
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Stephen Smith, le journaliste américain déclaré persona non grata pendant six ans en 1987
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Selon Vincent Sigué, Blaise Compaoré projetait de prendre le pouvoir le 4 août 1983
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Moussa Diallo convaincu de l’implication de Gilbert Diendéré dans le coup du 15 octobre 1987
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Être commando, c’est savoir observer l’ennemi pendant très longtemps », l’anecdote sur Blaise Compaoré
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés