Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La grandeur de l’homme est dans sa décision d’être plus fort que sa condition.» Florian Monkam

Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Le chef des engins blindés à la barre

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Procès Thomas Sankara • LEFASO.NET • mardi 7 décembre 2021 à 16h00min
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Le chef des engins blindés à la barre

Chef des engins blindés du 1er Bataillon d’intervention rapide (BIR) au conseil de l’Entente, le sergent Alexis Zongo (adjudant-chef major à la retraite) était en stage à l’école du génie militaire. Le soir du 15 octobre 1987, il était au cours lorsque le crépitement des armes a retenti. Au regard de la situation, les instructeurs ont permis aux stagiaires de rejoindre les corps d’origine les plus proches.

En se rendant au conseil de l’Entente, il dit avoir rencontré le lieutenant Théodore Kilimité Hien, secrétaire général national adjoint des Comités de défense de la Révolution, au niveau du rond-point des Nations unies avec une DCA (arme anti avion). Ce dernier lui aurait dit de rester avec lui. Après avoir décliné l’ordre car ne relevant pas de son autorité, Alexis Zongo continue sa route jusqu’au conseil de l’Entente.

La petite porte étant fermée, il décide de passer par la grande porte. Là, il voit le lieutenant Gilbert Diendéré arrêté avec d’autres militaires près de l’entrée, à droite. « Quand je suis arrivé, les tirs avaient cessé. J’ai demandé au lieutenant ce qui se passait. Il m’a répondu ‘’C’est comme ça et c’est c’est arrivé’’ en tendant la main vers le secrétariat. Je suis allé et j’ai reconnu le corps du président Sankara. Je suis revenu vers Diendéré et j’ai demandé la conduite à tenir. Il a dit de prendre les blindés pour aller boucler les sorties ».

Alexis Zongo se souvient avoir rendu compte au soldat Ali qui l’avait remplacé lorsqu’il était en stage. Mais le témoin dit n’avoir pas effectué une mission avec un blindé. Il dit s’être rendu près du barrage de Tanghin avec sa moto. Il dit avoir aperçu une DCA montée sur un véhicule. Selon les éléments du dossier, c’est le soldat Roger Kéré qui était sur les lieux. Là, il a fait sortir ses documents et s’est mis à réviser.

A la question de la partie civile de savoir combien de blindés étaient au conseil de l’Entente, le témoin répond qu’il y avait dix blindés côté Est et deux autres blindés côté Ouest du conseil. Ces blindés, selon Alexis Zongo, sortaient peu. Ils sortaient parfois la nuit pour assurer la sécurité à la présidence ou pour des révisions au génie militaire ou des séances de tirs à Yimdi. Il arrivait parfois que les soldats chauffent les moteurs des engins, histoire de les roder.

A la question de Me Prosper Farama de savoir si l’envoi des blindés aux sorties de la ville avait pour but de protéger le conseil, le témoin a répondu par l’affirmative en précisant que ces deux engins ont été envoyés certainement pour parer toute attaque.

LeFaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Les restes de Sankara retrouvés à 45 centimètres de profondeur
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Ousmane Ouédraogo, le frère d’une victime que le chauffeur de Blaise Compaoré a manqué de renverser
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Ma mère est partie malheureuse », témoigne la fille du journaliste Paulin Bamouni
Témoignage des victimes des évènements du 15 octobre : « La défunte mère de Sawadogo Amadou aurait voulu connaître la vérité et faire son deuil », Sawadogo Issa
Assassinat de Thomas Sankara et ses compagnons : Trois types de munitions utilisées, selon les experts en balistique
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : La vidéo de la reconstitution des faits projetée
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : La première pièce à conviction présentée
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Stephen Smith, le journaliste américain déclaré persona non grata pendant six ans en 1987
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Selon Vincent Sigué, Blaise Compaoré projetait de prendre le pouvoir le 4 août 1983
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Moussa Diallo convaincu de l’implication de Gilbert Diendéré dans le coup du 15 octobre 1987
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Être commando, c’est savoir observer l’ennemi pendant très longtemps », l’anecdote sur Blaise Compaoré
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Si Sankara ne m’avait pas envoyé chez Blaise, je serais mort », feu Salifou Diallo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés