Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La grandeur de l’homme est dans sa décision d’être plus fort que sa condition.» Florian Monkam

Assassinat de Thomas Sankara : La participation d’autres chefs d’État revient avec insistance

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Procès Thomas Sankara • LEFASO.NET • dimanche 5 décembre 2021 à 23h14min
Assassinat de Thomas Sankara : La participation d’autres chefs d’État revient avec insistance

"En tant qu’ancien ambassadeur, quel est votre avis sur les allégations faisant état de l’implication de certains pays voisins dans les évènements du 15 octobre 1987 ?", demande le parquet militaire au témoin Ismaël Abdoulaye Diallo.

M. Diallo répond que l’ancien président nigérien Seyni Kountché (Ndlr, président du Niger de 1974 à 1987), un ami personnel à lui, lui aurait confié, lors d’un voyage au Niger, que les présidents du Mali, de la Côte d’Ivoire et du Togo, d’alors, auraient contacté "Paris" pour organiser un "contre coup" à Ouagadougou, donc contre Thomas Sankara.

"Seyni Kountché a affirmé qu’il aurait personnellement appelé "Paris" pour dire que ce qui se passait au Burkina Faso ne les concerne pas. Il a même prévenu les dénoncer s’ils tentaient quoi que ce fut,", declare l’ancien ambassadeur à la barre.

Le témoin est revenu sur un fait qui a eu lieu en juillet 1987. Devant les éléments d’appréciation qu’il avaient de la situation de plus en plus hostile, il fit remarquer aux deux (Thomas Sankara et Blaise Compaoré) que la révolution était en train de s’étioler. Il affirme que, pour la première fois, les deux auraient reconnu les faits.

"Thomas Sankara m’a confié qu’au cours de son dernier voyage au Gabon, dès qu’il est descendu de l’avion et qu’il serra les mains de Oumar Ondimba Bongo (Ndlr, Ex président du Gabon du 2 décembre 1967 jusqu’à sa mort le 8 juin 2009), il lui a demandé qu’est-ce qui se passe avec Blaise Compaoré ?", se remémore-t-il.

Le président Thomas Sankara, aurait répondu, que lui même cherche à le savoir. Il ajoute qu’il (Blaise Compaoré) lui a proposé, s’il voulait le poste de vice-président, il allait le créer. Et Oumar Ondimba Bongo de répliquer : "Et si c’était son poste qu’il voulait".

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 3 décembre 2021 à 13:44, par Etirev En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : La participation d’autres chefs d’État revient avec insistance

    Ceci est l’essentiel de son témoignage : « Devant les éléments d’appréciation qu’il avaient de la situation de plus en plus hostile, il fit remarquer aux deux (Thomas Sankara et Blaise Compaoré) que la révolution était en train de s’étioler. Il affirme que, pour la première fois, les deux auraient reconnu les faits »
    Oui en tant que témoin oculaire nous pouvons valider que la révolution commençait à s’effriter car l’engouement des masses populaires commençait à disparaitre, leur participation aux activités d’intérêt commun devenait de plus en plus réduite, l’effet des discours populistes s’amenuissait. Il faudra remarquer que cela est normal dans tout mouvement ou dans la vie. Il y a des périodes difficiles qu’il faut surmonter. Il faut simplement trouver de nouvelles méthodes pour réengager les gens. Le malheur pour la RDP est que le noyau n’était plus uni et des fractions divergentes s’étaient créées. Il faudra aussi noter que les ennemis s’étaient bien implanter dans le système révolutionnaire et ont pu créer la zizanie entre les acteurs clés.
    La fin de la révolution ou la victoire des réactionnaires était quelque chose de prévisibles. Quelles leçons pourront les générations futures tirées de ces évènements ?

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre 2021 à 14:32, par HORUDIAOM En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : La participation d’autres chefs d’État revient avec insistance

    Le président Thomas Sankara, aurait répondu, que lui même cherche à le savoir. Il ajoute qu’il (Blaise Compaoré) lui a proposé, s’il voulait le poste de vice-président, il allait le créer. Et Oumar Ondimba Bongo de répliquer : "Et si c’était son poste qu’il voulait".
    C’est le nœud du problème. Tout le reste n’est que du blabla !!!!! Blaise voulait le pouvoir et il a crée sa crise et ses tracts. Il a été accompagné par des gens à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Il a bien préparé son coup et l’a exécuté aisément ! Pour qu’il accède au pouvoir, Sankara ne devrait pas vivre pour voir ça. C’était impossible !
    La suite, on la connait : exécution de Lingani et Zongo en Septembre 89 ouvrant un boulevard à 27 longues années de pouvoir. Et ce n’est pas tout ! Un lenga de 15ans a été sollicité mais le tout puissant en a décidé autrement !

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre 2021 à 18:44, par SOME En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : La participation d’autres chefs d’État revient avec insistance

    Ce n’est un secret pour personne que ce sont des chefs d états africains qui ont exigé la tête de Thomas Sankara auprès des dirigeants français. Ils ont été tellement insistants au point de s’ énerver contre la France parce ça tardait trop.

    Aujourd’hui c est le me processus qui s ´enclenché contre le Mali, avec le Burkina, le Niger et la cote d ivoire en tête de pont. Nous autres peuples nous laissons faire après on vient se plaindre. Prenons nous en charge : notre premier ennemi, c est nos présidents.

    Roch a choisi son camp contre le peuple burkinabe, contre le peuple malien, il a accepté fournir les armes aux terroristes à travers l’armée française. Mais qu’a t il donne comme armes aux soldats burkinabe : même a manger. il a choisi son camp contre le peuple, contre l’Afrique, il à suivi Bazoum, c est à lui que nous devons nous attaquer. Le CDP croit pouvoir en profiter pour reprendre le pouvoir, à nous de rester vigilants
    SOME

    Répondre à ce message

    • Le 4 décembre 2021 à 08:04, par Le Vigilent En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : La participation d’autres chefs d’État revient avec insistance

      @Some, vous êtes très dangereux avec ce gros mensonge et cette diffamation gravissime a l’encontre du Président RM Christian Kabore en affirmant qu’il a fourni des armes aux terroristes au détriment de l’armee burkinabé. Ainsi donc vous nous donnez la preuve que vous êtes un collaborateur très actif et dangereux des terroristes qui nous endeuillent chaque jour que Dieu fait. Votre but dans ce post mensonger est de faire monter la colère des citoyens burkinabé contre le chef suprême des armées, permettant ainsi de déstabiliser nos institutions républicaines et d’accélérer la victoire des terroristes et de leurs commanditaires (qui sait si vous n’êtes pas à la solde de ces derniers) contre le peuple burkinabé. La liberté d’opinion est garantie, mais cela est assorti d’un sens de la responsabilité. Il doit y avoir une limite à tout !

      Répondre à ce message

      • Le 4 décembre 2021 à 19:34, par SOME En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : La participation d’autres chefs d’État revient avec insistance

        Mon frère le vigilant, j espère que tu sais ce que c’est la vigilance. Mais moi je sais que la vigilance est révolutionnaire et moi je suis révolutionnaire et adepte de la révolution de Thomas Sankara. On me connaît sur ce site je ne cache rien.
        Sache que le peuple burkinabe ne m’a pas attendu pour en vouloir à Roch : ce n’est SOMÉ qui a mobilisé le peuple pour bloquer ce convoi.

        Oui il doit y avoir une limite à tout et c’est pourquoi le vaillant peuple a fini par secouer le chef suprême des armées qui passe son temps à décréter des journées de deuil national au lieu de donner les moyens aux soldats pour se défendre. Oui il a vu ce convoi que l’on prétend destiner aux français. Pourquoi lui il n’en fait pas autant pour ses soldats ?
        Depuis combien les français sont là et qu avons vu comme resultats ? Encore plus de morts de simples soldats à qui on ne donne même pas à manger…. Même pas de Quoi manger quand lui il s’abreuve de champagne importé. La France n’a même pas besoin de tant d’armements pour anéantir en un Jour ces terroristes. Mais pour elle ne fait pas depuis près de 8ans qu’elle est la avec d’autres armées qui totalisent en tout près de 20000hommes avec la minusma ; ca nous a donné quoi ?

        Oui si la liberté d’opinion est garantie, va demander à Roch pourquoi il coupe l’internet ? Il a peur de quoi ? Mais cette liberté d’expression porte comme corollaire la responsabilité consciente de ce que l’on dit. C’est ton droit de défendre Roch, mais j’attends qu il pose un seul acte responsable et conscient pour sortir le défendre. Pour l’instant il ne fait que s’applaventrir devant la France en se soumettant aux agents français qu’il a accepté consciemment mettre autour de lui. Ce faisant il a choisi son camp contre le peuple burkinabé et contre l’Afrique. Nous l’accepterons pas ! Qu il nous tue tous finir !

        Thomas Sankara s’est battu contre cela et voilà pourquoi ils se sont ligués pour l’éliminer et réinstaller le néocolonialisme qu ils servent allègrement, quitte à tuer leur propre peuple. Que Roch me montre autre chose que ce qu il a montré jusque là et le peuple le soutiendra sans faille. Les dirigeants maliens, equatoguineens, centrafricains, etc ont montre de quel côté ils se situent : leurs peuples et l’Afrique. Leurs peuples se sont levés comme un seul homme pour les souhaiter. Et quand le peuple se met debout l’impérialisme ne tremble même plus, il s’enfuie.

        Que Roch choisisse son camp clairement, et le peuple saura comment le traiter. Il veut oublier comment il est venu au pouvoir. Ça n’arrive pas qu’aux autres. Au lieu de venir m’invectiver et me coller des étiquettes « à la va-t’asseoir », analyse, réfléchis et ouvre ton esprit
        SOME

        Répondre à ce message

        • Le 6 décembre 2021 à 06:52, par DJANGO En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : La participation d’autres chefs d’État revient avec insistance

          Mr Some vous êtes un véritable populiste. Vous n’avez rien de révolutionnaire. Suivez au moins le procès de THOMAS SANKARA vous serez édifié. Aujourd’hui on parle du terrorisme et SANKARA avait dit que le terrorisme c’est pour recoloniser l’Afrique. Pour bâtir ce terrorisme la France se base sur les valets locaux de la trempe de Blaise Compaoré et vous connaissez tout le scénario de Blaise qui répétait après SANKARA à bas l’impérialisme et a joué avec la France. Quelle armée Blaise a laissé pour le FASO après sa fuite. Il est bon de critiquer mais il faut être réaliste. On ne rebâti pas une armée en 5 ans. C’est ceux qui vendent les armes qui entretiennent le terrorisme

          Répondre à ce message

        • Le 6 décembre 2021 à 09:10, par kwiliga En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : La participation d’autres chefs d’État revient avec insistance

          @Some
          J’évite le plus souvent de vous répondre, ainsi qu’à d’autres internautes, avec lesquels toute saine discussion me semble impossible.
          Je me sens néanmoins obligé de mettre en parallèle vos deux affirmations suivantes :
          - "Roch a choisi son camp contre le peuple burkinabe, contre le peuple malien, il a accepté fournir les armes aux terroristes à travers l’armée française"
          - "Mais cette liberté d’expression porte comme corollaire la responsabilité consciente de ce que l’on dit."
          Ce qui m’amène à l’interrogation suivante : vous rendez-vous compte de ce que vous écrivez ? Vous rendez-vous compte que vous vous incriminez vous-même ?

          Répondre à ce message

          • Le 6 décembre 2021 à 15:39, par SOME En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : La participation d’autres chefs d’État revient avec insistance

            En quoi je l’incrimine moi même ? Il serait bon pour la d’éreinté de l’échange de me l’indiquer
            SOME

            Répondre à ce message

            • Le 7 décembre 2021 à 10:35, par kwiliga En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : La participation d’autres chefs d’État revient avec insistance

              @SOME
              Désolé si je ne vous ai pas semblé suffisamment explicite, je vais donc tenter ici de me rattraper.
              Il m’apparait néanmoins qu’en faisant un parallèle direct entre vos deux assertions, mon propos s’éclairait de lui-même.
              Dans une première affirmation et de façon péremptoire, vous écrivez : "Roch a choisi son camp contre le peuple burkinabe, contre le peuple malien, il a accepté fournir les armes aux terroristes à travers l’armée française" Vous certifiez donc à qui veut l’entendre que Roch est un traitre à son pays et au pays voisin et de plus complice de la vente d’armes au terroristes qui est effectuée par l’armée françaises.
              Pensez vous que ce genre d’affirmation puisse être tenue par une personne lucide quant au fait que la "liberté d’expression porte comme corollaire la responsabilité consciente de ce que l’on dit."
              Quelle responsabilité consciente pensez-vous démontrer avec de tels propos ?
              Celle de manipuler les foules et de leur fournir des cibles ?
              Porterez-vous l’entière responsabilité des désastres que cela peut engendrer ?

              Répondre à ce message

        • Le 6 décembre 2021 à 11:32, par Le Vigilent En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : La participation d’autres chefs d’État revient avec insistance

          Monsieur @Some, cette littérature insipide, et surtout confuse, que vous venez de publier en réaction à mes observations concernant la dangerosité de vos assertions sur une prétendue fourniture d’armes aux terroristes par le président RMC Kabore, montre à souhait que je ne me suis point trompé sur vos vraies intentions. En fait, vous êtes de ceux qui font feu de tout bois pour inciter les burkinabé honnêtes, et profondément patriotes, à adhérer à votre plan de destabilisation des institutions de la république, quitte à livrer le peuple burkinabé, pieds et mains liés, aux vrais créateurs et soutiens des groupes terroristes dans la sous-région et a leurs relais locaux. Le pays est en guerre et non contents de ne pas cous associer à la lutte du peuple contre l’ennemi commun, vous travaillez à saper le moral du peuple et de canaliser sa colère, non pas contre l’ennemi, mais contre le chef suprême des armées. On fait tomber le PRMC Kabore pour insuffisance de résultats et après !?
          Munissons nos forces pour vaincre l’ennemi commun, et après l’on fera un bilan sans complexa ce pour situer les responsabilités et les manquements des uns et des autres et que chacun de ceux qui auraient faute subissent la rigueur de la loi.

          Répondre à ce message

    • Le 6 décembre 2021 à 08:58, par kwiliga En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : La participation d’autres chefs d’État revient avec insistance

      @Le vigilent
      A quoi cela peut-il servir de répondre à des Some et autres "pseudo révolutionnaires,... derrière leurs claviers".
      Pour que la réponse ne tarde point, soulignant votre étroitesse d’esprit ou éventuellement votre inculture, enrichi de deux pages complètes d’éléments de langage préconçus et idéalistes, qui n’ont strictment rien à voir avec notre réalité.
      Revenons par exemple sur ce propos : "Aujourd’hui c est le me processus qui s ´enclenché contre le Mali"
      Ici, Some nous invite à comparer Thomas Sankara et Assimi Goïta.
      Et ensuite il nous affirmera que c’est nous qui manquons d’analyse...?
      Impossible d’entretenir une saine controverse dans ces conditions.

      Répondre à ce message

  • Le 4 décembre 2021 à 00:08, par Farafidenh En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : La participation d’autres chefs d’État revient avec insistance

    Bien vu Some !! Nous sommes tous d’accord avec toi, surtout les vrais patriotes, dignes Fils de ce continent. Nous allons mobiliser les forces vives pour consolider cet Héritage. Que la clairvoyance du vieux Ka nous guide…Thomas Sankara …. vivrait a jamais.

    Répondre à ce message

  • Le 4 décembre 2021 à 04:57, par Nabiiga En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : La participation d’autres chefs d’État revient avec insistance

    L’homme (compris bien sûr dans son sens générique) le plus dangereux qu’il puisse y avoir sur terre est bien celui qui manipulable, perméable ou tout simplement celui qui, tout étant imperméable, se laisse berner par tout quidam qui le croise dans son chemin. Blaise Compaoré, que le malheur a fait que nous l’avons eu au sommet de notre État, en est un, sinon le champion des manipulables sur terre. En écoutant les accusés et témoins défilés devant les juges au tribunal, on comprend aisément que le contentieux qui divisait Sankara et Blaise et qui s’est envenimé des mois durant, a trouvé ses sources dans le fait que Blaise se soit laissé berner et/ou manipulé par des gens très malintentionnés, à commencer par le vieux Houphouet et les autres chefs d’état qui nous entouraient. Pour prouver la bonne foi de ces manipulateurs, on lui a même donné une métissée à marier, comme si pour dire qu’ils ne pouvaient pas vouloir le mal au beau-fils et le tour fut joué. Voilà ce qui explique ce drame. C’est tout à fait normal alors qu’il ait trouvé refuge chez ceux qui l’ont berné à ôter la vie de Thomas et doux autres personnes. Heureusement que tout se paie ici bas.

    Répondre à ce message

    • Le 5 décembre 2021 à 08:35, par caca En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : La participation d’autres chefs d’État revient avec insistance

      Nabiiga ! Bon dimanche si Dieu exauce tes prières en deuxième dimanche de l’Avent. S’il est vrai d’être comme tu le dis très bien Blaise Compaoré a été éclairé par la sagesse des chefs d’états de la sous la région et son mariage avec la femme métissée était une bénédiction. Sa femme incarne un avenir radieux et un succès politique internationale. Certaines femmes sont plutôt l’ombre des malheurs et malédictions du Faso. 34 ans après le carnage au conseil, les pro-Sankara n’arrivent toujours pas à formuler un témoignage cohérent. Chacun raconte un fantasme imaginaire des événements.

      Répondre à ce message

    • Le 6 décembre 2021 à 12:02, par Le Vigilent En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : La participation d’autres chefs d’État revient avec insistance

      Mon cher @Nabiiga, nous sommes tous contre ce que Blaise Compaore a fait, mais de là à le prendre pour un vulgaire individu sans personnalité et manipulable à souhait comme vous le dites, c’est faire preuve d’une naïveté sans bornes. Le plus grand manipulateur dans toutes ces histoires, c’est bel et bien Blaise Compaore. C’est ce trai de caractère qui lui a permis de rester à la tête de notre pays 27 années durant. N’eut été les affaires de crimes de son frère Francois, Blaise Compaore aurait pu rester président au tant d’années encore qu’il aurait voulu. Tous les observateurs avisés reconnaissent que l’homme est très « peureux », très intelligent et un fin manipulateur. D’après quelqu’un, c’est le type parfait de « l’intelligence au service du mal ».

      Répondre à ce message

  • Le 4 décembre 2021 à 08:53, par warzat En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : La participation d’autres chefs d’État revient avec insistance

    En tout cas, l’environnement géopolitique n’était pas favorable. En effet le Burkina ’’perçait’’, était envié par les chefs d’état cités. Cependant les peuples de ces trois pays voulaient avoir des dirigeants qui auront la même approche que le nôtre. La fameuse crainte de la contagion.
    Mais avec le recul, que sont devenus les dirigeants et surtout ces pays. Franchement quel a été le résultat de l’élimination de Sankara sur la conscience collective de la jeunesse burkinabè, africaine ? On note qu’il est de plus en plus difficile pour les valets locaux de privilégier les intérêts néocoloniaux d’une oligarchie française au détriment de ceux de leur peuple.
    Le refus de voir cette réalité fera que la colère qui sourde depuis un certain temps se transformera en haine.
    Actuellement nos frères qui se sont laissés pressés et rejetés comme des oranges par les vrais commanditaires sous la colère du peuple sont jugés ....mais bientôt, très bientôt, le peuple débusquera le vrai commanditaire, pardonnera à ces frères. Comme à dit l’autre ’’ils ont été envoyés et ils n’ont pas su s’envoyer’’. Ceux qui nous aiment vraiment, sont ceux qui nous disent la vérité.

    Répondre à ce message

  • Le 4 décembre 2021 à 10:09, par SOME En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : La participation d’autres chefs d’État revient avec insistance

    Le silence et pertes de mémoire des témoins, qu’ils soient de l’accusation ou de La Défense, dit bien les grands enjeux et graves implications de ce procès. On comprend pourquoi pendant 27ans il n’y avait aucun espoir de quelque jugement que ce soit, tellement Blaise était protégé. Par qui ? Et pourquoi ? Bonnes questions !

    Nous avons tous compris que cet assassinat défiant toute morale et moralité est le fruit de bien complicités dont nous ne pouvons imaginer certaines d entre elles. Ce n’est pas une simple affaire de personnes, internes au CNR, entre burkinabe etc. C’est une géopolitique mondiale qui a su profiter des ambitions d’un individu pour arriver à leur fin, sans état d’âme. La fin justifie les moyens. Nous en vivons aujourd’hui les effets. Imaginez un instant ce que serait l’Afrique et donc le monde (oui je le dis) si Thomas Sankara avait survécu et mèné sa révolution ? Rappelez vous les réactions des uns et des autres à la mort de Sankara, qu’ils appartiennent au monde des affaires, de la politique ou à titre privé. Il y a des forces puissantes derrière ces procès et vous comprendrez l’arrogance d3 certains, le silence d ´autres, etc. La tenue même de ce procès est le fuit d un deal:il ne faut pas y mettre trop d’espoir de voir sortir la vérité. L’affaire de l’analyse de l’ADN nous donnait déjà les indices
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 4 décembre 2021 à 10:25, par caca En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : La participation d’autres chefs d’État revient avec insistance

    Hé wendé, il faut être un burkinabè au cœur pervers accuser quelqu’un sans apporter la moindre preuve écrite pour étayer ses arguments. Dans votre écosystème familial, les fables permettent la création des mythes sociaux. Voilà un témoin au cœur pervers qui avance des trucs sans la moindre preuve. Venir dire des chefs d’états africains en volaient à notre Thomas Sankara est facile à soutenir dans un tribunal taillé par mesure.

    Répondre à ce message

    • Le 4 décembre 2021 à 22:59, par Nabiiga En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : La participation d’autres chefs d’État revient avec insistance

      @ Caca

      Ça prend un Burkinabè au caractère pervers, au cœur endurci, n’ayant la moindre valeur morale de croire, dur comme fer, en le suicide collectif de Thomas Sankara et douze autres un certain jour d’octobre 87,

      - prétendre que ce procès, œuvre seulement de tout puissant, est injuste envers tous ceux que l’État Burkinabè croire avoir été soit, les meneurs soit avoir participé activement dans la réalisation de ce forfait odieux.

      - de s’exposer à la risée de tous avec des propos insensés, quoiqu’il ait droit à ses opinions, sans la moindre considération pour les familles endeuillées comme si ceux tombés ce jour-là ont été cueilli des troncs d’arbres. Entretemps, Blaise lui-même, après avoir orchestré ce forfait s’est précipité pour se cacher sous son propre lit, de peur qu’il soit tué par l’inconditionnel en chef de Sankara ; un certain Vincent Sigué.

      - de croire ce que Gilbert Dienédéré a dit, non sans honte, au tribunal que Vincent Sigué fut arrêté et ‘quelqu’un est allé jeter une grenade dans sa cellule’. Clément Oumarou aussi, quelqu’un a jeté une grenade dans sa voiture en plein centre-ville mais là, il y a eu bel et bien des éléments de RSP qui ont cerné l’épave pour empêcher toute personne à lui apporter de l’aide que ce soit dans son agonie.
      - de croire dur comme fer que François Compaoré, l’autre sanguinaire à propulsion génocidaire, surtout lui, n’a rien à voir, encore moins peut-il être impliqué dans l’assassinat de Norbert.

      - de croire que l’État Burkina, en poursuivant cette fratrie sanguinaire, ne fait que chercher les oreilles d’un serpent car il n’ y a rien même si ces duo sanguinaires se sont autorisés le loisir de faire aux autres et puis ‘il n’ y avait rien’ {{}}

      - de ne voir que le harcèlement de ces sanguinaires dans tout procès où des choses leurs sont reprochées et pourtant, ils ont fui qui pour se planquer sous les lits ses beaux-parents, qui pour s’imposer sur la France une visite prolongéé alors que la France demande qu’il entre. Pourquoi alors ces sanguiinaires ne veulent plus rien savoir de leur pays ; pays pourtant qu’ils ont gouverné sans partage mais avec l’écoulement de sang.
      - 
      - 

      Répondre à ce message

  • Le 4 décembre 2021 à 13:22, par Leburkianadabors En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : La participation d’autres chefs d’État revient avec insistance

    C est bien de critiquer pour que les choses avancent dans le bon sens. Mais de grâce évitons la désinformation ou la manipulation. Quelles preuves avez vous pour justifier la vente d armes par le président aux terrorisés ou même qu’ il est contre le peuple malien ou africain. Critiquons honnêtement et objectivement avec les preuves à l appui.

    Répondre à ce message

    • Le 4 décembre 2021 à 19:47, par SOME En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : La participation d’autres chefs d’État revient avec insistance

      Leburkianadabors, je présume que tu fais référence à mon intervention, c es5 pour quoi je me permets de te repondre
      Je penche plus à une manifestation de naïveté que tu exprime dans ton intervention ou un manque de culture politique encore plus de connaissances de ce que c’est les relations inter nationales (je détache exprès le mot). Tu ignores grandement ce qui se joue actuellement en Afrique et pourquoi c’est le Mali en Afrique de l’Ouest et la Centrafrique en Afrique centrale et pourquoi le coup d’état en Guinée jusque même l’élimination de un dédis camarade et jusque le massacre de Thomas Sankara. Ne prends pas les choses à la surface. Détache toi de RFI, de France 24, etc et réfléchis aux agissements de la CEDEAO, au silence de l’Union Africaine etc
      Quand l’africain aura le courage de réfléchir dans le sens du bien être à lui et de celui de son peuple, nous verrons les choses sous un autre paradigme.
      SOME

      Répondre à ce message

      • Le 6 décembre 2021 à 16:36, par Leburkinadabord En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : La participation d’autres chefs d’État revient avec insistance

        Mon cher SOME ;
        C’est ton point de vue si tu dis que je suis naïf. Mon intervention concerne les ventes d’armes dont tu fais cas dans ton message. Je m’attendais à ce que tu nous donnes les preuves que le président ROCK vend des armes aux terroristes. Cela nous édifierait plus. Chacun pourrait ainsi tirer ses propres conclusions. Sinon dire des choses sur autrui c’est facile s ’il n y a pas de preuve. Les gens t’applaudiront si tu apportais ces preuves. Mais de la façon dont vous le dites sans apporter des preuves ressemble à des accusations. Apportez nous ces preuves. Je suis partant pour les critiques mais celles qui s’accompagnent de preuves. Seules les véritables critiques feront avancer notre pays. Que le Tout Puissant guide nos pas et protège notre très cher BURKINA.

        Répondre à ce message

        • Le 6 décembre 2021 à 21:34, par SOME En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : La participation d’autres chefs d’État revient avec insistance

          Pourquoi les populations se sont mobilisées contre ce convoi français soit disant ? En quoi c’est les prérogatives du ministre des affaires étrangères de venir justifier ce convoi militaire sur le sol national alors qu il y un ministre des armées et un ministre de la sécurité ? Je n’invoquerai pas le chef suprême des armées !

          En quoi…. Etc etc. Pourquoi l’armée française peut-elle utiliser des armes sur un sol étranger sans être inquiété en quoi que ce soit et continuer son chemin ? Le droit des relations internationales est très précis, encore pire quand il s’agit de la circulation des armes et de leur utilisation.

          je pencherai plus pour de la naïveté de ta part, au mieux de l’ignorance (c3 que je comprendrai), au pire, de la mauvaise foi.
          SOME

          Répondre à ce message

  • Le 4 décembre 2021 à 22:29, par Aziz kaboré En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : La participation d’autres chefs d’État revient avec insistance

    on n’a pas besoin de preuve ,si le président lui-même a choisi son camp.l,heur est arrivé qu’il tape fort sur la table.il ne doit plus avoir de soucis pour ça

    Répondre à ce message

  • Le 5 décembre 2021 à 08:00, par Ka En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : La participation d’autres chefs d’État revient avec insistance

    ’’’’’’’’’’’A’’’’’’’’’’’’’’’ Farafidenh : Je cautionne ce qu’avance mon ami SOME, pas pour les armes : Mais, entre des beaux Kaboré-Compaoré, il est certain qu’il a un nœud, et Roch Kaboré ne peut se dédouaner à 100%, et nous ne devons pas porté des masques pour dire les choses.

    C’est certain, que Blaise Compaoré et sa clique d’assassins viennent de perdre une occasion de dire la vérité pour que le peuple Burkinabé les pardonne à moitié. ’’’La confiance ne se décrète pas. Elle se mérite, on la sent, elle se manifeste, on la voit, on l’appréhende par les actions de tous les jours. Elle ne disparait pas du jour au lendemain. C’est tout un processus. Le peuple Burkinabé sait que c’est Blaise Compaoré et ses complices Gilbert Diendéré, Jean P. Palm, Y. Kafando, qui a tué Thomas Sankara pour faire plaisir a Houphouët et aussi avoir le pouvoir, et leurs mensonges les enlèvent totalement le peu de confiance que le peuple les réservait.
    Et je suis totalement d’accords avec mon ami SOME pour dire que ce procès est fait pour la forme, car on connait les coupables, il suffisait seulement de les dire le droit. Qu’il y a des chefs d’états qui étaient contre les bonnes actions de Thomas Sankara et qui les dépassaient, la seule chose qui ne devait pas être fait, ’’c’est que Blaise Compaoré a accepter de le tuer pour faire plaisir à ces chefs d’états.
    Blaise Compaoré durant 27 ans ne cessait de crier dans la presse du monde entier, qu’il a tué Thomas Sankara, car, c’était lui ou eux. Eux, c’est lui, Diendéré Gilbert, ainsi que Jean P. Palme.

    Malheureusement pour ces trois assassins, de nos jours, Thomas Sankara a une image encore plus grande dans le monde. Comme lui-même le disait : « On n’assassine pas les idées, on combat les idées ». Ainsi, ceux qui ont cru qu’ils pouvaient le classer dans les oubliettes en l’assassinant l’ont même grandi parce que ses idées sont devenues encore plus populaires. D’ailleurs en analysants les idées laissées par l’idéologue Thomas Sankara, le monde entier revient sur ses grandes déclarations fracassantes et véridiques.
    Thomas Sankara a toujours travaillé avec tout le monde sans distinction, afin de tracer les sillons de développement pour son pays et le continent : Il est resté conforme à son image, à ses discours, à ses actions jusqu’à ce que survienne cette traitrise qu’il savait. Mais il pensait qu’il pouvait surmonter et toujours tendre l’autre joue et qu’un jour il allait arriver à s’entendre avec Blaise Compaoré qu’il considérait comme un frère.

    Et comme je ne cesse de le répéter, ce procès est une occasion pour les trois coupables de se racheter auprès de leur peuple : Car, il est particulièrement la preuve que le Burkina est en train de tourner la page des procès expéditifs et dignes des Etats d’exception que pratiquait Blaise Compaoré. En effet, des putschs supposés ou réels, le Burkina en a connu à profusion.

    Sous le CNR, le ministre de la justice Blaise Compaoré a accusé des Burkinabè, après un simulacre procès dans l’enceinte du camp Guillaume Ouédraogo, ont été fusillés au grand désarroi de leurs proches. Mais la palme d’or des exécutions sommaires liées à des putsch supposés ou réels, revient au régime de Blaise Compaoré. Et celui qui était à la manouvre, ironie de l’histoire, est Gilbert Diendéré. Il peut donc se réjouir de ne pas connaître le sort que lui avait réservé au commandant Lingani et au Capitaine Zongo. La tenue même de ce procès, sous ce format, est une avancée de notre démocratie. Et ceux qui doivent être les premiers à le reconnaître sont les trois, Blaise Compaoré, Gilbert Diendéré, Jean P. Palm. Ils peuvent encore dire la vérité pour que toutes les zones d’ombres qui entourent cet assassinat soient élucidées. C’est en cela que l’on peut dire que l’heure de vérité a sonné. L’on peut également affirmer que la Justice burkinabè joue aussi sa crédibilité. Et au-delà de cette institution, c’est tout l’édifice démocratique que nous sommes en train de construire, qui sera évalué. C’est pourquoi, toutes les passions, tous les ressentiments, les a priori, les tirades guerrières, les envolées lyriques et autres courtes analyses à caractère politicien et subjectif, doivent maintenant céder la place au droit, sans pour autant oublier que du fait de ce putsch, des vies innocentes ont été fauchées. Aujourd’hui encore, des Burkinabè portent dans leur âme et dans leur corps, des blessures qui y sont liées. C’est, en tout cas, à ce prix que les grandes nations soldent leurs comptes avec l’histoire. C’est à ce prix aussi que l’on peut poser les bases d’une réconciliation vraie. C’est à ce prix enfin que l’on peut arrimer notre cher pays à la démocratie, la vraie.

    Je profite dire merci à mes frères Africains, étudiants, commerçants, travailleurs a Istanbul en Turquie, surtout ceux du quartier Azakray, le quartier Barbes d’Istanbul, un quartier que j’ai bien connu sans le Metro, aujourd’hui au milieu d’une ville de 17 millions d’habitants. Vous qui êtes Fans de Thomas Sankara sur FACEBOOK, le droit sera dit pour lui. Continuons nos échanges enrichissants sur FCEBOOK, et merci de me lire.

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2021 à 00:01, par Barrou En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : La participation d’autres chefs d’État revient avec insistance

    SOME TU ES L HOMME INTEGRET.
    TU AS TOUT DIS SI ON POUVAIT AVOIR QUE 1000 COMMES AU BURKINA LE PAYS ALLAIT CHANGE.
    C EST VRAIMENT INTELLIGENCE DE TA PART.
    BRAVO A TOI JE SUIS VRAIMENT FIERE DE TOI
    AU MOIN TOI TU AS TOUT COMPRIS.
    STP REVEILLE LES AUTRES AU TOUR DE TOI.

    Répondre à ce message

    • Le 6 décembre 2021 à 17:26, par SOME En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : La participation d’autres chefs d’État revient avec insistance

      Merci mon frère. Ca fait plaisir de savoir qu il y a tou5 de même des gens qui comprennent les choses. Dans la nuit noire tel de l’encre, il suffit d’un petit brin de lumière pour ramener la vie. Si tu ajoutes ta lumière à ma petite lumière, aucune hyène ne sortira de sa tanière, même les sorciers ne sortiront pas car la nuit deviendra le jour. Nous on est des êtres de lumière qui aimons le prochain et notre pays au fond de nous mêmes. La patrie ou la mort n’est pas un vain slogan mais un3 réalité vécue au fond de nous-mêmes. Alors nous vaincrons
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2021 à 08:51, par Tembi En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : La participation d’autres chefs d’État revient avec insistance

    Oui mais vous savez, à l’époque chacun rentrait dans les six mètres des ses voisins et Sankara semble aussi s’être trop mêlé des affaires internes d’autres pays.

    - Si je ne me trompe pas, Le CNR a offert des Kalachnicov, je sais plus si c’est à l’ANC ou bien à l’OLP de Yasser Arafat a travers même une cérémonie officielle à ouagadougou, sans compter ce qui se passait officieusement.
    - Il y a eu un coup d’état manqué de justesse au togo, je crois en 1986, qui a véritablement ébranlé le régime de Eyadéma et le Togo indexait la complicité du Ghana sans aussi écarté celle du Burkina,
    - Si je ne me trompe pas aussi, Sankara à lancer une fois dans un meeting "Notre voisin le Mali à besoin de révolution"
    - Aussi la menace Kadafi devenait de plus en plus pesante sur le pré-carré français a travers le Burkina.

    Même Bongo, vous croyez que c’est parce qu’il aimait Sankara qu’il lui insinue dès sa descente d’avion à Libreville que Blaise voulait sa place ? Tout cela participait du complot de déstabilisation, sachant que si Sankara élimine Blaise, il sera fragilisé et à porter de main ou si c’est Blaise qui réussi ce sera la fin de la révolution.

    Pour dire que l’implication de chefs d’état de pays voisins ou d’autres pays, il ne se reste que pour diviser Sankara et Blaise n’est qu’un secret de polichinelle. Je dirais même que c’était officiel. Le Prof Balima a relaté un entretien entre Sankara et Houphouet dans lequel ce dernier lui rétorquait que "s’il ne change pas on va le changer"

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2021 à 15:25, par Anbga En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : La participation d’autres chefs d’État revient avec insistance

    Les principaux points faibles de la revolution et Des Sankara (Blaise, Thomas, Linga, Henri et autres) :

    1) Le refus de prendre la revolution Americaine comme une reference
    2) L’absence de Ki Zerbo dans le CNR et par concequent le pointauivant
    3) L’absence de constitution des Les premiers mois de la revolution.
    La revolution devait etre democratique Mais pas populaire.
    Le fait du terme populaire a tuer la Revolution.

    NB : Imaginer Vous, un pays qui gagne un cadeau de Dieu. Ce cadeau, C’est Thomas SANKARA*Zerbo+Valer Some+Arba Diallo+Patrick Ilboudo+autres ecrire une constitution pour ce pays.

    4) Les commando ne sont pas fait pour de la politique quelque soit leur intelligence et leurniveau de culture personnel. Si les Sankara n’etaient pas commando, la Revolution serait autrement.

    Conclusion,

    Nous avons eu quatre annees, nous devions remerci Dieu, tirer les lecons et aller en avant.

    Les autres commentaries sur Rock, la France et le terrorisme sont mal placer.

    Que chaque burkinabe qui aime son pays et en est fier propose :

    1) Que ferriez Vous si vous etiez Rock Kabore ?

    2) Presentez vous aux prochaines elections

    3) Que le peuple aouverain decide par les urges.

    Voila ou se situe l’avenir du Burkina !

    Répondre à ce message

    • Le 6 décembre 2021 à 17:15, par SOME En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : La participation d’autres chefs d’État revient avec insistance

      Mon cher je comprends ta tentative de critique de l’idéologie et du fonctionnement de la révolution sous Sankara. Tu sembles de bonne foi.
      Je te dirai que le débat à l’époque pour savoir si le processus en cours au Burkina (la révolution du 4aout 83) était une révolution, si elle est nationale, si elle est populaire, si elle est démocratique, etc

      Nous avions mené ce grand débat tant dans les CDR de quartiers les soirs et dans les CDR de services, etc. Nous avions mené aussi ce débat au sein des étudiants et sur le campus universitaire à Ouagadougou. Et je te dis que ce fut là base du débat sur la RDP (révolution démocratique e5 populaire) et la RNDP (révolution nationale démocratique et populaire), lequel debat divisa le syndicat étudiant l’UGEV (union générale des étudiants voltaïques, qui deviendra UGEB).

      Cela mènera à la scission même par ceux qui nous dirigent aujourd’hui (les Roch, Valérie Somé, Basile guissou, Simon compaore, Halidou ouedraogo, etc, etc) en 1979. C est dire que le débat que tu ouvres n’est pas nouveau

      je vois que tu ne connais pas qui est réellement le sieur Kizerbo et ce qu il a fait. D ´ailleurs on voit comment il a évolué politiquement. Ça dit beaucoup.

      Si j’étais Roch (et cela je n’ai pas caché sur ce forum, comme bien d’autres), je ferais ceci :

      1- des le lendemain de ma prise de fonction, je cerne la réalité des infos et je fais la lessive. Je nettoie les écuries de Blaise. Il ne l’a pas fait et on imagine pourquoi. Au contraire il a choisi la fameuse voie diplomatique. C’est la première et plus grave erreur, car il avait pourtant toute la légitimité pour avoir en profondeur.

      2 il savait ce qu était l’armée : il devait commencer par la, non seulement en dépit des attaques qui ont démarré aussitôt, mais justement surtout à cause de ces attaques.

      3 je me serais mis au dessus de mon parti et des partis politiques : on ne dirige pas un pays comme on dirige un parti politique. On l’a certes aidé à gagner contre Salif Diallo dans la guerre au sein du MPP, mais il s aliénait encore plus

      4 je ne me serais pas s’entouré de copains seulement . Kabà tieba fut une grosse erreur mais roch restait dans son orientation qui les avait amenés à s allier à Blaise pour ecarter Sankara de cette façon la

      5 je n’aurais pas trahi la transition et l’insurrection populaire et ne me serais pas acharne contre Zida et le colonel Barry qui ont tout fait pour eux.
      6 je n’aurais ignoré certaines de mes promesses électorales
      7 je n’aurais pas joué a séparer l’armée de son soutien populaire mais plutôt renforcé la coopération civilomilitaire car tout militaire est un civil en armes et tout civil est un militaire en permission.

      8 j’aurais donné le peu de moyens aus forces de defense et mettre en priorité la sécurité du pays et s organiser en conséquence au lieu de s’épuiser dans ce faux plan miroir aux alouettes que constitue le PNDES.
      9 j’aurais expliqué un minimum de la situation au peuple pour soulever son adhésion

      et enfin 10 …..
      SOME

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Procès Thomas Sankara et compagnons : L’audience de ce 24 janvier 2022 n’a pas eu lieu
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Les restes de Sankara retrouvés à 45 centimètres de profondeur
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Ousmane Ouédraogo, le frère d’une victime que le chauffeur de Blaise Compaoré a manqué de renverser
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Ma mère est partie malheureuse », témoigne la fille du journaliste Paulin Bamouni
Témoignage des victimes des évènements du 15 octobre : « La défunte mère de Sawadogo Amadou aurait voulu connaître la vérité et faire son deuil », Sawadogo Issa
Assassinat de Thomas Sankara et ses compagnons : Trois types de munitions utilisées, selon les experts en balistique
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : La vidéo de la reconstitution des faits projetée
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : La première pièce à conviction présentée
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Stephen Smith, le journaliste américain déclaré persona non grata pendant six ans en 1987
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Selon Vincent Sigué, Blaise Compaoré projetait de prendre le pouvoir le 4 août 1983
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Moussa Diallo convaincu de l’implication de Gilbert Diendéré dans le coup du 15 octobre 1987
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Être commando, c’est savoir observer l’ennemi pendant très longtemps », l’anecdote sur Blaise Compaoré
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés