Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «On a beau n’être pas envieux, on rage toujours quand les autres chaussent vos souliers et vous écrasent.»  Emile Zola

Procès Sankara et compagnons : Gabriel Tamini échappe à une ‘’arrestation immédiate’’

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Procès Thomas Sankara • Lefaso.net • mercredi 1er décembre 2021 à 21h30min
Procès Sankara et compagnons : Gabriel Tamini échappe à une ‘’arrestation immédiate’’

Libre, totalement libre, Gabriel Tamini bénéficie, depuis avril 2021, d’un non-lieu sur l’ensemble des charges contre lui dans le cadre de ce dossier Sankara et compagnons. Ancien conseiller aux affaires sociales de l’ex-président Blaise Compaoré, M. Tamini avait été inculpé dans l’affaire Thomas Sankara, pour ‘’attentat’’ et ‘’complicité d’assassinat’’ et placé sous mandat de dépôt en 2015.

C’est en qualité donc de témoin qu’il comparaît devant le tribunal militaire, ce mercredi 1er décembre 2021 pour sa déposition. Un passage qui n’a visiblement pas rencontré l’assentiment de la partie civile, qui a, partant de cette perception, demandé au tribunal de procéder à l’ "arrestation immédiatement" du témoin "pour faux témoignage".

Une requête soulevée sur le fondement légal de l’article 120 du code militaire, qui dispose que : " au cours des débats, lorsque la déclaration d’un témoin parait fausse, le Président peut, sur réquisition du commissaire du Gouvernement ou d’office faire procéder à son arrestation sur le champ. Le greffier en dresse procès-verbal adressé au Procureur du Faso du ressort du tribunal militaire".

Pour la partie civile, la déclaration paraît fausse, lorsque, contrairement aux autres témoignages et procès-verbaux, le témoin dit qu’il a rejoint Blaise Compaoré à son domicile et que c’est de là qu’ils se sont, avec d’autres militaires, rendus à la radio (pour la proclamation du coup d’Etat). La partie civile relève que tous ont dit que c’est au Conseil, où il est arrivé peu après les évènements, que Blaise Compaoré a reçu tout le monde, un à un. « Tous les éléments montrent que peu après les évènements, Blaise Compaoré s’est rendu au Conseil et c’est là-bas que se sont déroulées les tractations », charge Me Ambroise Farama.

Pour Me Guy Hervé Kam, le témoin ayant prêté serment de dire la vérité, le tribunal doit tirer toutes les conséquences de son faux témoignage et procéder ainsi à son arrestation immédiate. Pour la partie civile, la déclaration (fausse) de Gabriel Tamini porte un coup à la crédibilité même de la justice.

La partie civile bénéficie du soutien de l’agent judiciaire de l’Etat.

Mais, le Parquet militaire ne suivra pas ces deux demanderesses. L’autorité de poursuite s’est opposée aux motifs que ce que le témoin Gabriel Tamini a dit n’est pas nouveau ; il l’a déjà dit lors de sa mise en examen devant la Chambre d’accusation et c’est partant de tous ces éléments qu’il a été blanchi.

Pour le Parquet militaire, c’est une aberration de passer de statut de mis en examen à celui de témoin et passer de témoin à mis en examen. Le Parquet rappelle à la requérante que ce n’est pas parce que le témoin ne dit pas ce qu’elle veut entendre que son témoignage est faux.

Le président du tribunal, ayant finalement constaté qu’il y a "divorce" entre les deux parties (le Parquet et la partie civile), suspend à 15h49 pour délibérer sur cette requête. Le tribunal ressort à 16h09 pour le verdict : Gabriel Tamini ne sera pas arrêté, annonce le président. Par voie de conséquence, il reste témoin, soumis aux mêmes exigences de présence au tribunal pour d’éventuels besoins de confrontations.

O.L.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 2 décembre 2021 à 07:43, par curieux En réponse à : Procès Sankara et compagnons : Gabriel Tamini échappe à une ‘’arrestation immédiate’’

    Blaise avait combien de résidences ? j’ai cru lire dans un récit qu’il avait aussi un pied à terre au conseil de l’entente où le commando a fait escale avant d’aller attaquer le PF. Ou bien il s’agit du pied à terre de Yacinthe Kafando ?

    Répondre à ce message

  • Le 2 décembre 2021 à 11:58, par Éric de KOURIA En réponse à : Procès Sankara et compagnons : Gabriel Tamini échappe à une ‘’arrestation immédiate’’

    Ce procès est juste une comédie ! Arrêtez de grâce les mensonges. Voici un Monsieur qui s´est très négativement illustré pendant et après les événements du 15 octobre 1987. Toutes les archives le prouvent. Il était l´un des porte flingues verbalement violent du Front Populaire. Il avait une telle haine à l´égard du président Thomas SANKARA. Qu´il arrête de mentir ! C´étaient eux les hommes du Front Populaire.
    " Votre petit Sankara là, il est mort couché là-bas comme un chien". Ces propos sont bel et bien de Gabriel Tamini. Pour terminer il aurait dit, passez la musique militaire ! Que dit-il alors de ses violents commentaires à la télé ? Lui qui rêvait tant de ressembler à Lénine, avec sa vilaine barbiche !
    Je me demande jusqu´ici comment ce dernier a pu bénéficier d´un non lieu !? Les choses ne sont pas encore finies, des révélations vont venir encore l´accabler !Il y a encore des témoins en vie, oui ceux qui l´ont entendu tenir ces propos.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : Le procès Thomas Sankara va reprendre le lundi 31 janvier 2022
Procès Thomas Sankara et compagnons : L’audience de ce 24 janvier 2022 n’a pas eu lieu
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Les restes de Sankara retrouvés à 45 centimètres de profondeur
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Ousmane Ouédraogo, le frère d’une victime que le chauffeur de Blaise Compaoré a manqué de renverser
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Ma mère est partie malheureuse », témoigne la fille du journaliste Paulin Bamouni
Témoignage des victimes des évènements du 15 octobre : « La défunte mère de Sawadogo Amadou aurait voulu connaître la vérité et faire son deuil », Sawadogo Issa
Assassinat de Thomas Sankara et ses compagnons : Trois types de munitions utilisées, selon les experts en balistique
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : La vidéo de la reconstitution des faits projetée
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : La première pièce à conviction présentée
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Stephen Smith, le journaliste américain déclaré persona non grata pendant six ans en 1987
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Selon Vincent Sigué, Blaise Compaoré projetait de prendre le pouvoir le 4 août 1983
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Moussa Diallo convaincu de l’implication de Gilbert Diendéré dans le coup du 15 octobre 1987
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés